2015, année de rédemption pour le marché de l’édition ?

 

01-librairie-54

 

C’est une bonne nouvelle pour le marché de l’édition en France : le chiffre d’affaires du secteur a connu une augmentation de 1.5% environ en 2015, alors qu’il était en constante baisse depuis cinq ans. Par ailleurs, soulignons que ce chiffre aurait pu être plus élevé si les attentats de janvier et de novembre n’avaient pas ralenti la vente de livres dans l’hexagone. On constate néanmoins que si l’effet de sidération qui a suivi les événements a paralysé le marché, il ne l’a pas impacté durablement. On a observé un regain de ventes dans les librairies et grandes surfaces dès la semaine suivante. Par rapport à d’autres industries culturelles, Le Monde souligne que cette performance des chiffres de l’édition est d’autant plus remarquable que des secteurs comme la musique et la vidéo ont enregistré des baisses bien assez sensibles, allant de 5% à plus de 10%.

 

 

Côté ventes, les prix de la rentrée d’automne ont sans surprise le vent en poupe. Delphine de Vigan, qui a obtenu le Prix Renaudot et le Goncourt des Lycéens pour son roman D’après une histoire vraie dépasse les 320 000 exemplaires ; le Prix Goncourt accordé à Mathias Enard pour Boussole s’achemine doucement mais sûrement vers les 200 000 exemplaires.

 

D’autres ouvrages assez variés ont ravi le cœur du public, comme Ce qui ne me tue pas, le tome IV de Millénium, écrit par David Lagercrantz, ou le troisième roman du Suisse Joël Dicker, Le Livre des Baltimorequi oscillent respectivement à 381 000 et 280 000 exemplaires. De quoi augurer de beaux jours à leurs auteurs. Quant à la littérature érotique, elle est toujours aussi lucrative et appréciée. Ainsi, la série After d’Anna Todd, en cinq tomes, a rencontré un public enthousiaste de près d’un millions de lecteurs. Et puis le livre le plus inattendu de ce box office 2015, c’est sans doute Le Charme discret de l’intestin de Giulia Enders. Vendu à 455 000 exemplaires en France, il a déjà dépassé le million en Allemagne.

 

soumission top ventes
Paru en janvier 2015, Soumission est la fiction la plus vendue de l’année.

Cependant, c’est au livre qui a le plus suscité la polémique que revient la palme du nombre de ventes. Paru le jour des attentats de Charlie Hebdo, le dernier roman de Michel HouellebecqSoumission, aura été la fiction la plus sulfureuse et la mieux vendue, avec 560 000 exemplaires. 2084le roman de Boualem Sansal confirme par ailleurs le fort regain d’intérêt pour la fiction politique.

 

2015 aura aussi été l’année des livres d’actualité. Marqués par un contexte géopolitique mondial particulièrement troublé, les Français ont montré plus que jamais combien livre demeure une réponse pertinente pour informer un public en quête de sens. Les ouvrages permettant de mieux comprendre la situation au Moyen-Orient et dans les pays arabes, ainsi que l’Islam se sont multiplié et ont contribué à renforcer le débat politique.

 

 

Et à la question comment avons-nous consommé des livres l’an dernier, on s’aperçoit sans grande surprise que de très nombreux Français ont continué de plébisciter l’achat en ligne, dont les ventes ont progressé. L’événement, c’est donc plutôt l’inversion de l’éternelle concurrence grandes surfaces / librairies. Si les premières ont pâti d’une légère baisse du taux d’achat de leurs livres, les librairies semblent quant à elles gravir la pente ascendante : le Syndicat de la Librairie Française a ainsi constaté une hausse de 2.5% du chiffre d’affaires des libraires. En somme, on n’a pas fini de faire marcher le livre !

 

Partagez cet article !