Maisons d’écrivains : La maison d’Albert Camus à Lourmarin

 

 

albert camus maison lourmarin

Ah le sud et ses villages pittoresques à flanc de montagne qui surplombent la mer, jamais très loin ! En ces chaudes journées d’été, on ne pense qu’à ça, au sud, qui a aussi été une source d’inspiration intarissable pour beaucoup d’écrivains. De Marcel Pagnol à Romain Gary en passant par Patrick Modiano, ils sont nombreux à avoir vécu ou raconté le sud. Et s’il y a bien une maison d’écrivain mythique au soleil français, c’est celle d’Albert Camus, située dans le petit village désormais célèbre de Lourmarin, en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

albert-camus-73113C’est en 1958, l’année qui a suivi l’obtention du Prix Nobel par l’écrivain, qu’Albert Camus acquiert sa maison dans le Lubéron. Il s’agit plus précisément d’une ancienne magnanerie, nom que l’on donne aux fermes où sont élevés les vers à soie. Aujourd’hui, la demeure est habitée par la fille de l’auteur, Catherine. De l’extérieur, on retrouve les caractéristiques saillantes des maisons de la région : volets verts, pierre naturelle, cyprès sur la terrasse.

Si les visites ne sont pas autorisées, le touriste de passage peut néanmoins profiter d’une halte à Lourmarin pour entreprendre une promenade littéraire retraçant les lieux fréquentés de son vivant par l’auteur ou ceux qui ont un rapport avec son oeuvre. Il faut dire que les anecdotes ne manquent pas, et Lourmarin est un lieu où Albert Camus avait ses habitudes, comme au restaurant Ollier, où il prenait souvent l’apéritif, toujours assis à la même table. Et chaque matin, c’était sa voisine Suzanne Ginoux, aujourd’hui âgée de 87 ans, qui préparait son café à l’écrivain, très tôt, avant qu’il ne parte en promenade. Albert Camus était aussi, par sa simplicité semble-t-il, très apprécié des autres villageois, qu’il côtoyait sans faire de distinctions. Passionné de foot, on sait qu’il se rendait souvent au stade situé près du village. L’auteur de L’Etranger visitait par ailleurs souvent son ami René Char, qui habitait non loin, et lui avait d’ailleurs fait découvrir la région.

Lieu de vie qui rappelait à l’écrivain la lumière de l’Algérie de son enfance, la maison de Lourmarin a également été un lieu d’inspiration majeur. Albert Camus y a notamment écrit Le Premier Homme, roman autobiographique inachevé, puisque le 4 janvier 1960, l’auteur prend la route depuis Lourmarin avec le neveu de Gaston Gallimard, Michel, où ils perdront tous deux la vie dans l’accident de voiture qu’on connaît. Depuis, c’est à Lourmarin qu’est enterré l’écrivain et philosophe. Les tentatives politiques de faire transférer ses cendres au Panthéon ont été déclinées par sa famille, qui sait, peut-être parce que sa place était davantage dans ce village du sud, seulement séparé de l’Algérie natale par la montagne et la mer.

Partagez cet article !