Phénomène : Combien de temps faut-il à un auteur pour écrire un classique ou un best-seller ?

3063414-inline-i-1-how-long-books

C’est la question que s’est posé une équipe de journalistes du site américain fastocreate.com. Pour y répondre, une infographie a été mise au point. Celle-ci met en avant trente ouvrages, des classiques mais aussi quelques best-seller contemporains, et renseigne pour chacun d’entre eux le temps de production qui a été nécessaire à leur auteur, ainsi que leur longueur en nombre de mots.

Parmi les livres écrits le plus rapidement, on recense donc quelques records comme le roman à succès de John Boyne Le garçon en pyjama rayé dont les 208 pages ont été écrites en deux jours et demi à peine ou Une étude en rouge, près de 250 pages qui ont pris trois semaines d’écriture à Arthur Conan Doyle. Certains livres ou séries dépassant les 100 000 mots (le format moyen d’un livre se situe légèrement au-delà des 50 000 mots) relèvent eux aussi de la performance. Saviez-vous par exemple que Stephenie Meyer a écrit l’intégralité de Twilight en trois mois ? Quant au Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, il a été exécuté avec brio en seulement six mois. Plus impressionnante encore, Emily Brontë est arrivée à bout des Hauts de Hurle-Vent en neuf mois, ce qui est peu lorsqu’on connaît la teneur du roman.

L’infographie permet aussi de faire ressortir quelques auteurs prolifiques redoutablement efficaces. Et parmi eux, on sacrerait bien Charles Dickens, qui a écrit Les grandes espérances en huit mois, et David Copperfield en un peu plus d’un an et demi. C’est évidemment peu compte tenu de la densité extraordinaire de ces deux chefs-d’oeuvre. Notons à titre de comparaison que dix-huit mois, c’est aussi la durée qu’a mis E.L. James pour écrire sa trilogie à succès Cinquante nuances de Grey.

Viennent ensuite les longs classiques historiques ou contemporains qui assez naturellement, sont le résultat d’une longue gestation. Il a fallu par exemple douze ans à Victor Hugo pour écrire Les Misérablesautant dire l’oeuvre de presque toute une vie. Un peu moins long que Les Misérables en terme de pagination, Le Seigneur des Anneaux s’est avéré pourtant plus chronophage pour J.R.R. Tolkien, qui a planché dessus pendant une durée de seize ans. Dans la même veine, on peut mentionner Margaret Mitchell et son best-seller Autant en emporte le vent, plus de 400 000 mots tout de même auxquels elle aura consacré la jolie durée de dix ans.

Attention cependant, ce ne sont pas toujours les livres les livres les plus longs qui prennent le plus leur temps. Ainsi, on s’étonnera de voir apparaître entre les deux mastodontes que sont Autant en emporte le vent et Les Misérables le très court mais très génial Attrape-Coeurs, dont l’écriture a occupé J.D. Salinger pendant une décennie tout de même.

Enfin, si quelques chefs-d’oeuvre respectent un très bon rapport pagination/temps d’écriture, comme c’est le cas pour Gatsby le Magnifique de F. Scott Fitgerald et Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee, deux ans et demi d’écriture chacun, d’autres auteurs semblent avoir été (très) longs au démarrage. J.K. Rowling a ainsi mis pas moins de six ans à accoucher du premier tome de sa saga, Harry Potter à l’école des sorciers. Mais enfin, quand on aime, on ne compte pas (le nombre des années) !

Partagez cet article !