Découverte : Une caméra qui permet de lire des livres même fermés, bientôt possible ?

On ne sait plus si c’est la réalité qui rejoint la fiction ou la fiction qui se mue en réalité : une caméra qui peut lire un livre fermé ? Est-ce bien possible ? Cette invention qui pourrait être considérée par quelques-uns comme un abracadabrant gadget de kit de magie est pourtant l’objet très sérieux sur lequel planche une équipe de chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) et du Georgia Tech.

Bon, ne nous enflammons pas trop vite. Ce n’est pas demain que nous lirons un pavé tel que Guerre et Paix sans bouger le petit doigt, mais pour l’heure le premier prototype de caméra mis au point par les équipes du MIT peut distinguer les lettres de chaque couche d’un tas de feuilles. Pourvu que ce dernier ne soit pas trop épais et qu’il n’y ait qu’une lettre par feuille, la caméra détecte précisément et sans erreur les lettres des neuf premières feuilles.

Comment marche cette caméra ? On pourrait ici inventorier l’ensemble des technologies qui ont été mises au point au cours de l’histoire pour permettre aux hommes de voir ce qui était invisible, mais la réponse n’est à trouver ni dans les rayons X, ni dans les ondes acoustiques. La technologie employée par les chercheurs du MIT pour leur caméra utilise les ondes térahertz, dont le niveau de radiation électromagnétique se situe entre celui du micro-ondes et celui d’une lumière infrarouge. C’est grâce à cette technologie que la caméra peut faire la différence entre les différents niveaux de radiation du papier et de l’encre. Ensuite, grâce à un algorithme mis au point par les chercheurs de la Georgia Tech, elle synthétise les informations engendrées et identifie les lettres inscrites sur les feuillets.

Mais des caméras pour lire des livres fermés, quel intérêt ? Voilà peut-être la vraie question, et pour l’heure, la réponse est à trouver…du côté des musées ! Le Metropolitan Museum de New York a déjà exprimé son enthousiasme à l’égard de cette technologie qui permettrait d’accéder au contenu de livres précieux et hélas trop fragiles pour être ouverts ou manipulés à la main sans subir de dommages. S’il venait à se développer, ce nouveau système d’imagerie pourrait aussi être utile à d’autres domaines comme la restauration de peinture ou la recherche archéologique. Plutôt intéressant non ? L’article original est à découvrir ici.

Partagez cet article !