Spéciale Halloween : Ces monstres de la littérature inspirés de la réalité

C’est bien connu, la littérature foisonne de monstres et de créatures maléfiques en tous genres. Et si l’existence de certains tient à la seule imagination de leur créateur, d’autres au contraire, fascinent par leur proximité avec la réalité. C’est notamment le cas de nombreux personnages de la littérature d’horreur anglo-saxonne des XIXe siècle et XXe siècles. Comparables à de véritables mythes, nous avons choisi de nous pencher sur cinq personnages et créatures noirs qui ont marqué leur époque et sont encore aujourd’hui considérés comme des figures emblématiques de la littérature d’horreur. On les connaît sous la dénomination de Frankenstein, de Jack l’Eventreur, de Dracula ou par leurs attributs pour le Cavalier sans tête ou le Chien des Baskerville.

1- Le Frankenstein de Mary Shelley

frankenstein monstresLe plus ancien de ces héros remonte au début du XIXe siècle. Il s’agit de Frankenstein, né sous la plume de Mary Shelley, qui était âgée de 18 ans seulement lorsqu’elle commença à écrire l’histoire du jeune savant. A sa sortie en 1818, le roman, considéré alors comme un chef-d’oeuvre du mouvement gothique et un précurseur de la science-fiction, connaît un succès immédiat. L’engouement pour l’intrigue et pour le personnage en font un véritable phénomène et de nombreuses adaptations pour le théâtre et, plus tard, pour le cinéma et la télévision verront le jour. Mais outre l’histoire, qui n’a cessé de fasciner des générations entières de lecteurs, saviez-vous que la genèse et la source d’inspiration du roman ont aussi à voir avec la réalité ?

En effet, Victor Frankenstein, le savant inventé par Mary Shelley, n’est pas le seul dans sa volonté de créer un être vivant à partir de bouts de cadavres. Au début du XIXe siècle, un scientifique italien du nom de Giovanni Aldini s’est fait connaître par ses travaux sur la galvanisme, une discipline ayant pour vocation de stimuler la contraction des muscles par des courants électriques. L’essentiel de ses expérimentations ont eu lieu sur des animaux disséqués, mais on rapporte qu’Aldini s’est également adonné à au moins une expérience sur un corps humain, celui d’un condamné à mort, George Foster. Même si le lien entre Frankenstein et Aldini n’a jamais été explicitement établi, on sait que Mary Shelley, qui avait de nombreuses connaissances scientifiques, s’est intéressé au galvanisme, qu’elle évoque d’ailleurs dans la préface de Frankenstein datant de 1831.

2- Le Cavalier sans tête de Washington Irving

sleepy-hollow monstres

Si vous n’avez pas lu la nouvelle de Washington Irving, publiée en 1820, vous avez peut-être en tête l’adaptation cinématographique de Tim Burton, où le Cavalier sans tête était interprété par Christopher Walken. L’histoire a lieu à Greensburgh dans le Connecticut, un endroit habité par les récits de fantômes et de revenants. Attiré par ces légendes mystérieuses, Ichabod Crane (Johnny Depp dans le film), le personnage principal, s’installe dans le village où il exerce comme professeur. Amoureux de Katrina Van Tassel, il est éconduit par la belle jeune femme un soir et, alors qu’il rentre chez lui, il se retrouve nez à nez avec le Cavalier sans tête. Le lendemain, Ichabod Crane est introuvable.

Bien que l’histoire laisse entendre que le Chevalier n’est autre que Brom Bones, le rival de Ichabod, déguisé pour lui faire peur et le pousser à déguerpir, la légende s’appuie aussi sur quelques faits avérés. Ainsi, il y aurait bien eu un mercenaire allemand décapité par un canon en 1776, pendant la guerre d’indépendance des Etats-Unis. Le fait a eu lieu à Merritt Hill, soit à quelques kilomètres à peine du Val Dormant (Sleepy Hollow) où l’histoire de Washington Irving se déroule. Les faits, rapportés dans le journal du Général américain William Heath auraient pu être lus par Washington Irving, même s’il n’y a pas de certitude sur ce point.

3- L’histoire de Jack l’Éventreur

jack-the-ripper monstres

C’est peut-être le tueur qui a suscité jusqu’à aujourd’hui le plus de spéculations et de fascination dans l’imaginaire collectif. Si son identité n’a jamais été connue, Jack l’Éventreur aurait pourtant été à l’origine d’au moins cinq meurtres dans le quartier de Whitechapel à Londres. Tous ont eu lieu entre septembre et octobre 1888. D’autres meurtres ayant eu lieu dans le même quartier ont été également attribués par certains spécialistes à Jack l’Éventreur, mais avec moins de certitude.

Le fait qu’on ne connaisse pas l’identité exacte du tueur en dépit des enquêtes approfondies menées à l’époque à son encontre a alimenté le climat de suspicion qui régnait alors sur la capitale londonienne. Par ailleurs, la couverture médiatique qui a été faite de cette affaire finalement jamais élucidée a contribué à forger la légende de Jack l’Éventreur. Tantôt décrit comme un spectre, tantôt dépeint comme un aristocrate en haut-de-forme, le meurtrier a revêtu différents aspects et intrigue encore aujourd’hui. L’engouement pour l’affaire a été tel que l’histoire de Jack l’Éventreur a rapidement dépassé la réalité pour rejoindre la fiction. Le tueur est mentionné dans des centaines d’œuvres, qu’il s’agisse de romans, de nouvelles, de pièces de théâtre, de films ou encore de séries.

4- Dracula de Bram Stoker

dracula monstres

Père de la littérature consacrée aux vampires, Dracula compte aussi parmi les figures modernes les plus populaires. Et s’il fait autant peur, c’est que son auteur, l’Irlandais Bram Stoker, a habilement mêlé fiction et réel pour aboutir à la version finale de ce roman publié en 1897.

D’abord, Dracula puise dans le folklore roumain, et en particulier les traditions héritées de la Transylvanie, la région du centre-ouest de la Roumanie où se situe le château de Bran, attribué au célèbre vampire. Dracula serait, lui, librement inspiré du comte Vlad III, surnommé Dracul (« le Dragon ») ou « l’empaleur », puisqu’il était apparemment plutôt porté sur cette pratique. Plus largement, le roman de Bram Stoker se fonde sur les mythes vampiriques qui foisonnent alors dans la culture populaire d’Europe de l’Est, une zone particulièrement inspirante pour la littérature gothique. Châteaux reculés, paysages brumeux, forêts sombres et voyageurs effrayés, voilà pour le panorama. Ajoutez-y quelques légendes autour de tyrans sanguinaires et de croyances sordides, et vous obtenez Dracula.

5- Le Chien des Baskerville de Sir Arthur Conan Doyle

le-chien-des-baskerville monstres

Il s’agit de l’une des enquêtes les plus célèbres de Sherlock Holmes. Paru pour la première fois en 1901, Le Chien des Baskerville surprend par le surgissement, au cœur de l’enquête, d’une dimension surnaturelle. Alors que Sherlock Holmes et le docteur Watson tentent d’élucider la mort de Charles Baskerville, le patient du docteur Mortimer, ce dernier leur raconte un soir la légende qui circule autour de la famille des Baskerville et qui mentionne la mort de l’un des ancêtres de Charles, égorgé par un chien diabolique quelques siècles plus tôt.

L’intrigue, qui prend racine dans les landes du Dartmoor au sud-ouest de l’Angleterre, puise dans plusieurs légendes locales. La principale d’entre elles provient d’un fait divers remontant au XVIIe siècle. Il s’agit de l’histoire de Richard Cabell, un homme de la région qui aurait assassiné sa femme et laissé son corps dans la lande. Les croyances populaires veulent qu’il ait vendu son âme au diable et que le chien de sa femme lui ait arraché la gorge comme un juste retour des choses. Plutôt sympa non ?

Alors, quelle histoire vous fait le plus peur ?

Joyeux Halloween à tous !

Partagez cet article !