Notre addiction aux réseaux sociaux nous empêche de lire 200 ouvrages par an

Lecture

Vous avez du mal à évaluer le temps que vous passez sur les réseaux sociaux mais vous diriez que vous en passez beaucoup, voire trop ? Cela vous rend un peu triste de songer à tout ce temps gâché ? Malheureusement, à en croire les statistiques, votre amertume est plus que fondée.

Tout est parti d’une simple déclaration de l’homme d’affaires américain Warren Buffet, après qu’il ait affirmé devoir son succès à la lecture de 500 pages par jour. Interloqué par ce chiffre (particulièrement élevé, il faut le reconnaître), un contributeur du site d’information anglophone Quartz, Charles Chu, explique comment l’application du précepte de Warren Buffet a changé sa vie.

L’expérience de Charles Chu a débuté il y a deux ans, en janvier 2015. Depuis, il a lu quelque 400 livres. A titre de comparaison, on considère généralement qu’une personne lisant en moyenne 50 livres par an (soit environ 1 par semaine) appartient déjà à la catégorie des grands lecteurs. C’est dire l’exploit que constitue la lecture de 200 livres par an. Pourtant, Charles Chu affirme que ce rythme de lecture n’a en réalité rien d’une prouesse. A l’écouter, avec un peu de discipline et les bons outils, tout le monde peut parvenir au même résultat, même si tout le monde ne le fera pas. Question de calcul.

En se calquant sur le niveau de lecture d’un Américain moyen (200 à 400 mots par minute), Charles Chu a calculé que la lecture de 200 livres de taille moyenne (50 000 mots) nécessitait 417 heures, ce qui équivaut à 17 jours pleins. Cela peut sembler beaucoup, mais ce n’est en réalité pas grand chose lorsqu’on considère qu’un Américain passe en moyenne par an 608 heures sur les réseaux sociaux et 1 642 heures devant la télé. Si tout ce temps passé sur les réseaux sociaux et devant la télé était remplacé par de la lecture, on lirait jusqu’à 1000 livres par an. Ce qui est difficile donc, ce n’est pas de lire, mais de s’y mettre, dans un environnement souvent saturé et peu propice.

Car lire 200 à 1000 livres par an implique tout de même de supprimer un certain nombre d’habitudes très ancrées. Charles Chu explique avoir augmenté son nombre de lectures en réduisant le nombre d’applications sur son Smartphone au strict minimum : en plus des fonctionnalités de base, il possède l’application Kindle (pour lire donc) ainsi qu’une application lui permettant de modérer l’usage qu’il fait de son téléphone, car, ajoute-t-il, la volonté ne suffit pas toujours pour changer ses habitudes. C’est plutôt une question d’entraînement. Charles Chu mentionne entre autres l’utilité du recours à des livres de développement personnel ou à des coachs pour réussir dans la voie de la digital detox. 

Pour le reste, si votre but est de réussir aussi bien que Warren Buffet ou tout simplement de lire autant que lui et Charles Chu, il vous suffit de lire partout sans chipoter sur le support. Livre papier, e-book, téléphone ; sur un banc, dans le métro, en marchant, peu importe. Ne pensez pas à tout ce qu’il vous faudra entreprendre pour arriver à lire 200 livres par an, pensez plutôt au supplément d’âme et de vie que toutes ces nouvelles lectures vous apporteront.

Partagez cet article !