Découverte : Le portrait du vrai Darcy n’est pas celui que vous croyez

Darcy comme on l'imagine

Pour des générations entières de femmes, Darcy représente la quintessence de l’idéal masculin. Grand et beau, mystérieux et sombre, élégant et sensible, honnête et romantique, il porte tout ça en lui. Le livre, la série, les films nous l’ont dépeint sous une apparence impeccable et cela fait d’ailleurs des années que nous apposons au visage et à la silhouette de Darcy les traits et l’allure de Colin Firth ou de Matthew Macfadyen. Eh pourtant mesdames, le vrai Darcy, s’il avait existé, n’aurait ressemblé à aucun des beaux acteurs qui l’ont incarné.

Ce sont des universitaires spécialistes de littérature anglaise et d’histoire qui ont ébranlé le mythe en concevant un portrait de Darcy plus fidèle aux réalités de son époque qu’aux canons de la nôtre. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce nouveau portrait robot n’est pas vraiment flatteur. Pourtant, la description qui est faite par Jane Austen dans le roman semble sans équivoque. L’ouverture de la première scène de bal dresse le portrait d’un personnage décrit comme captivant, grand, mince, élégant, pourvu de très beaux traits et presque hors du temps. Mais, rarement détaillées, les descriptions de Mr. Darcy sont surtout mélioratives, ce qui a pour effet une sur-évaluation de sa beauté par le lecteur. Au bout du compte, Darcy compte, comme la princesse de Clèves, parmi ces figures littéraires sans portrait précis, mais d’une beauté supérieure et incontestée.

Mais si Darcy ne ressemble pas à Colin Firth, comment est-il ? Les chercheurs chargés d’élaborer le portrait du vrai Darcy ont montré que celui que nous imaginons est à mille lieues des canons de beauté qui officiaient alors au XVIIIe siècle. A titre d’exemple, le teint légèrement hâlé, les épaules larges et le torse musclé que nous valorisons tant aujourd’hui n’étaient pas les traits masculins que l’on privilégiait à l’époque de Jane Austen.

real darcy
Le vrai Darcy ressemblait plutôt à ça

L’homme noble et beau devait arborer, contrairement aux travailleurs des champs, un teint très blanc et cultiver un corps de cavalier, ce qui était visible à la forme des jambes, que l’on aimait musclées et toniques. L’étroitesse du buste primait sur la largeur des épaules. La virilité et la beauté du visage dépendaient davantage d’une forme ovale et d’une mâchoire étroite avec un menton pointu, un long nez, un teint pâle, la présence de tâches de rousseur, et une bouche petite et fine. Quant à la coiffure, la mode était aux cheveux longs et poudrés. Rien à voir donc avec les attributs masculins que l’on privilégie aujourd’hui.

En 2015 déjà, une historienne britannique avait établi la possible corrélation entre Mr. Darcy et John Parker, le premier comte de Morley, époux d’une amie de Jane Austen. Et bien que le mystère concernant l’identité et l’apparence de l’homme qui aurait inspiré la figure de Darcy n’ait pas encore été levé, nous sommes désormais sûrs d’une chose : il n’avait rien à voir avec Colin Firth ou Matthew Macfadyen. Triste Saint-Valentin !

Source : The Guardian

Partagez cet article !