Sélection : Et hop, voici les livres de la semaine !

Sélection semaine

Au menu des réjouissances cette semaine, nous vous proposons de prendre les problèmes avec légèreté et humour grâce à deux romans hauts en couleurs. En broché, nous vous conseillons la lecture du dernier roman de Philippe Claudel, Inhumaines, paru chez Stock. Et côté poche, on court sans excuses acheter Au pays du p’tit de Nicolas Fargues.

Le broché de la semaine : Inhumaines de Philippe Claudel (Stock)

« Nous sommes devenus des monstres. On pourrait s’en affliger. Mieux vaut en rire. » Le résumé de dernier roman de Philippe Claudel est on ne peut plus juste. Paru ce mois-ci aux éditions Stock, Inhumaines est une invitation à rire du monde et de soi-même. Dans un univers proche du nôtre, le narrateur-personnage dépeint la vie moderne dans tout ce qu’elle a de loufoque et d’absurde. Réduit à de simples turpitudes, le quotidien des protagonistes prend forme dans un amas de situations délirantes ponctuées par des fantasmes extravagants. Dans ce monde fou que la raison a fini par déserter tout à fait, il ne reste donc plus que le vice comme seul exutoire à une existence inconséquente et insensée. Lubricité, voyeurisme, sadisme : voilà les ingrédients qui, poussés à leur paroxysme, permettent le mieux de qualifier la réalité affligeante dans laquelle se meuvent les hommes.

Grâce à un langage vif et à un humour résolument noir, Philippe Claudel déroule sur 25 chapitres brefs mais intenses l’essentiel des travers et des tares qui nous habitent. Au bout de l’exploration, on aura abordé des thèmes concrets ou abstraits aussi divers que l’art contemporain, le mariage pour tous, les soins palliatifs, Noël, la monogamie, la mort, le e-commerce, ou le vivre ensemble. A la fin, nous voilà bien convaincus que les hommes sont inquiétants, dérangés, inhumains, bref, sacrément fous. Mais quand même, puisque de toute façon on existe, il vaut mieux en rire qu’en pleurer. Jubilatoire.

Ce que nous avons préféré* :

  • L’univers et l’intrigue : 💛💛💛
  • Les personnages : 💛💛
  • Le style : 💛💛💛

Où lire ce livre : Dans un jardin, une fois le printemps venu.

Quand lire ce livre : D’une traite, un après-midi pendant le weekend.

Pour accompagner votre lecture : Un smoothie bien frais, avec une touche épicée.

Le roman en un mot : Cocasse.

*

Le poche de la semaine : Au pays du p’tit de Nicolas Fargues (Folio, Gallimard)

Dans un style et une finesse d’analyse proche d’un Houellebecq, Nicolas Fargues nous livre le récit juste et souvent drôle d’un personnage quelque peu désabusé. Ce personnage, c’est Romain Ruyssen, sociologue. A 44 ans, il vient de publier une étude critique sur la culture et les mœurs françaises. Avec un sens du cynisme justement dosé et une grande acuité, il s’est fait maître dans l’auscultation de l’hypocrisie, des faux-semblants et des travers de ses contemporains français. Mais voilà, bien que doté d’un certain talent, Romain Ruyssen est aussi – et surtout – la parfaite incarnation du Français individualiste, râleur, et arrogant. Dans cette critique et autocritique lucide, on se prend de passion dès les premières pages pour les pérégrinations d’un personnage attachant malgré ses insupportables défauts, irrésistible en dépit de son odieux mépris.

Initialement paru aux éditions P.O.L, Au pays du p’tit est désormais disponible en poche chez Folio. Nicolas Fargues est également l’auteur des romans Beau Rôle (2008) et Tu verras (2011), qui a obtenu le Prix France Culture – Télérama. Un auteur à suivre et à lire, si ce n’est déjà fait !

Ce que nous avons préféré* :

  • L’univers et l’intrigue : 💛💛💛💛
  • Les personnages : 💛💛💛💛
  • Le style : 💛💛💛💛💛

Où lire ce livre : Confortablement installé(e) dans votre lit.

Quand lire ce livre : Après une journée chargée, en semaine.

Pour accompagner votre lecture : Quelque chose de vraiment français.

Le roman en un mot : Irrésistible.

 

*L’échelle des notes va de 1 à 5

Partagez cet article !
Votre réaction à cet article