Sélection : Portraits modernes et amours troublées, voici les romans de la semaine

Sélection hebdo

Personnages contemporains, routines qui se croisent, rencontres inespérées, amours déchues, sentiments irrésolus, nous vous proposons cette semaine de découvrir deux romans en phase avec la vie moderne, ses affres et ses beautés fugaces. En broché, nous avons dévoré d’une traite le dernier livre d’Anna Gavalda, Fendre l’armure, paru aux éditions du Dilettante en mai dernier. Dans une veine plus dramatique, mais tout en délicatesse et en émotion, nous avons misé sur un roman sublimement intitulé Comme les amours pour notre sélection poche. Ecrit par Javier Marias, ce roman publié pour la première fois en 2013 est désormais disponible chez Folio.

*

Le broché de la semaine : Fendre l’armure de Anna Gavalda (Le Dilettante)

 

Toujours très attendue, Anna Gavalda est à nouveau sur le devant de la scène littéraire depuis le mois de mai dernier. Après de nombreux best-sellers, parmi lesquels Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part (1999), Je l’aimais (2002), Ensemble, c’est tout (2004), l’auteur nous livre avec Fendre l’armure un recueil de nouvelles enthousiasmant. A travers ses sept récits, c’est toute une galerie de personnages qui se dessine et prend forme sous nos yeux.

Vendeuse en animalerie désabusée par l’amour, homme triste en deuil de son chien, chef de chantier émerveillé par ses « points de vie », homme d’affaires en quête de sens, telle serait la liste non exhaustive des protagonistes de ce dernier livre où chacun raconte successivement un pan de son existence ou simplement une anecdote.

Toujours aussi attendrissants et sensibles, les personnages imaginés par Anna Gavalda sont finalement à l’image de ceux que nous côtoyons et que nous sommes. Solitaires désenchantés, ils errent d’un endroit de leur vie à l’autre, seuls ou accompagnés, s’émerveillant soudain de quelque éclaircie offerte dans un ciel pourtant routinier. Grâce à son entrelacs d’amitiés salvatrices, de rencontres opportunes et d’amours conjugales, filiales, ou éphémères, Fendre l’armure est un défilé de récits sur la vie, une suite d’histoires dont la vertu thérapeutique est plus que salutaire. A lire absolument !

Ce que nous avons préféré* :

  • L’univers et l’intrigue : 💛💛💛💛
  • Les personnages : 💛💛💛💛💛
  • Le style : 💛💛💛💛

Où lire ce livre : Dans un coin de nature entre ombre et soleil.

Quand lire ce livre : Le temps d’un weekend.

Pour accompagner votre lecture : Une limonade bien fraîche.

Le livre en un mot : Révélateur.

*

Le poche de la semaine : Comme les amours de Javier Marias (Folio)

 

Dans un style tout autre mais tout aussi passionnant, le roman de Javier Marias retrace l’histoire d’un triangle fascinant qui s’insinue entre des protagonistes troublants chacun à leur manière. Maria Dolz, éditrice madrilène solitaire, observe tous les matins dans un café Miguel et sa femme Luisa, deux inconnus qui forment à ses yeux le couple parfait et la captivent. Lorsqu’elle apprend au détour d’un journal que l’homme du couple a été sauvagement assassiné, Maria se rapproche alors de Luisa. Devenue une femme fragile, cette dernière accepte la compagnie presque salvatrice de l’éditrice. Et au fil du deuil, Maria est amenée à rencontrer un certain Javier Diaz-Varela. En observatrice aguerrie, la narratrice dépeint alors celui qui était le meilleur ami de Miguel. Mais entre ce qu’elle lit de lui et les apparences qu’il cultive, c’est tout un univers silencieux qui se tient.

Grâce à son style méticuleux, fluide et recherché, Comme les amours apparaît dès les premières pages comme un roman hypnotisant. Ses personnages et son narrateur captivants entraînent irrésistiblement le lecteur jusqu’au point final, augmentant page après page le furieux plaisir de lire.

Traduit et lu dans le monde entier, Javier Marias est l’un des grands auteurs espagnols d’aujourd’hui. Parmi ses ouvrages les plus célèbres, on trouve notamment L’Homme sentimental (1988) et Demain dans la bataille pense à moi (1996). Comme les amours est son avant-dernier roman. Le plus récent, Si rude soit le début, est paru aux éditions Gallimard en janvier dernier.

 Ce que nous avons préféré* :

  • L’univers et l’intrigue : 💛💛💛💛💛
  • Les personnages : 💛💛💛💛💛
  • Le style : 💛💛💛💛

Où lire ce livre : Dans un café calme.

Quand lire ce livre : Avant de démarrer la journée.

Pour accompagner votre lecture : Un café et un viennoiserie.

Le roman en un mot : Bouleversant.

*L’échelle des notes va de 1 à 5

Partagez cet article !