Top : Les meilleures excuses pour continuer à lire malgré vos engagements

Vous avez prévu de voir un ami en plein milieu de l’après-midi mais votre livre vous tient en otage ? Qu’à cela ne tienne, reportez votre rendez-vous sans attendre. Il vous suffit pour ça d’un peu de temps d’avance et d’une bonne excuse. EXIT les prétextes frauduleux et trop classiques. Vous qui lisez tant, rappelez-vous que tout est dans l’imagination. Prêts ? Voici le top des meilleures excuses à utiliser quand vous souhaitez tout annuler et retourner tranquillement à votre livre. Nous comptons sur vous pour en faire bon usage.

*

1- « Je suis trop fatigué(e), je ne tiens plus debout. »

Excuse 1

Voilà pour la base. Il est bon d’ajouter que vous n’avez pas dormi de la nuit ou que vous traversez une période d’intenses insomnies. Si votre interlocuteur est du genre intransigeant, proposez-lui de passer un moment chez vous. Enfilez votre plus robe de chambre la plus moche pour l’accueillir, défaites votre lit et laissez traîner vos vitamines et autres remontants sur la table du salon. Ne mentionnez pas votre livre. Mettez plutôt la télé en fond. Vous aurez alors vraiment l’air d’être au bout du rouleau, et votre ami n’y verra que du feu.

*

2- « Je suis malade comme un chien. »

Excuse 2

Vous pouvez ajouter le nom de la maladie en question pour plus de crédibilité. Si vous voulez être sûr d’être tranquille tout de suite, prétextez la gastro. L’angine est également une bonne idée, à condition d’avoir la voix enrouée et la toux. Évitez en revanche le rhume, cette excuse beaucoup trop bateau. S’il le faut, entrez un peu dans les détails. Et avant que votre destinataire ne vous pose la moindre question supplémentaire, suggérez une autre date, compatible avec votre maladie imaginaire – c’est-à-dire pas le lendemain – et pas trop lointaine. La diplomatie, ça marche toujours. Attendez-vous en revanche à ce que tout ça vous retombe dessus un jour.

*

3- « Mon chat/chien/hamster est malade. »

Excuse 3

Seul inconvénient : ne marche qu’à condition d’avoir un chat/chien/hamster (évidemment). Au demeurant, il s’agit d’une excuse très efficace, à laquelle les gens ne trouvent généralement pas à redire. Sauf si votre interlocuteur est un être inhumain éprouvant une profonde aversion pour les braves bêtes (auquel cas il ne sauraient être votre ami). Réfléchissez tout de même à une seconde excuse au cas où, dans sa grande sollicitude, votre ami souhaiterait passer vous voir afin de vous apporter soutien et réconfort.

*

4- « J’ai rendez-vous chez le médecin. »

Excuse 4

Votre interlocuteur sera déçu, mais encore une fois, il ne pourra rien dire. Pour être sûr à 100% qu’il compatira avec vous, vous pouvez même préciser qu’il s’agit d’un rendez-vous chez l’ophtalmologue. Vous serez alors doublement excusé. Car personne ne se souvient à moins de deux jours d’un rendez-vous pris six mois à l’avance. Et personne ne souhaite être myope six mois de plus en cas de rendez-vous raté. Et vous la santé, ça va ?

*

5- « Je n’ai plus de sous pour sortir. »

Excuse 5

L’option est un peu plus risquée si votre ami est très généreux et donc prêt à payer toutes vos consommations. Veillez donc à utiliser cette excuse à bon escient, avec les personnes appropriées. Prenez également en compte la temporalité. Votre argument sera plus crédible à partir du 20 du mois plutôt qu’au 1er. Tout n’est qu’une question de calcul. Et de manipulation.

*

6- « On m’a volé mon portefeuille. »

Excuse 6

Encore mieux que la précédente, cette excuse vraiment très malhonnête lorsqu’elle n’est pas vraie aura au moins le mérite de vous garantir la tranquillité sur-le-champ. Car votre interlocuteur pensera d’abord au cauchemar que vous allez traverser (faire de l’administratif pendant 10 jours) qu’à votre rendez-vous manqué. Mais comme tout grand mensonge a une contrepartie, vous devrez attendre au moins 15 jours avant de pouvoir ressortir avec vos faux nouveaux papiers. Histoire d’être un minimum crédible. Ah, et n’oubliez pas : c’est votre portefeuille qu’on vous a volé, pas le téléphone avec lequel vous êtes en train d’appeler votre ami. On n’est jamais trop prudent.

*

7- « Je suis en pleine urgence amicale. »

Excuse 7

Un classique quelque peu risqué tant nous y avons eu recours. Mais l’amitié étant une chose sacrée, on ne devrait pas (trop) vous en vouloir. Cette excuse a l’avantage de louer votre sens du sacrifice et votre loyauté (que vous pouvez avoir en plus d’être assez bon menteur) en amitié. Seul obstacle : invoquer un ami suffisamment proche pour que l’excuse tienne debout, mais suffisamment inconnu de votre interlocuteur pour que ça ne fasse pas d’histoires. Tout un art.

*

8- « J’ai un repas de famille. »

Excuse 8

Voilà une autre excuse plutôt galvaudée qui a pourtant le mérite de passer plutôt bien, car, comme les amis, la famille, c’est sacré. Il est néanmoins bienvenu d’avoir l’air de subir cette contrainte familiale plutôt que de s’en réjouir. Vous pouvez à la rigueur ajouter que ce déjeuner/dîner était prévu depuis longtemps, mais que vous, on ne vous l’a dit qu’au dernier moment. Ça devrait passer, même si ça peut être un peu limite.

*

9- « Mince, je me suis mal organisé(e). »

Excuse 9

Voilà quelque chose qui peut arriver à tout le monde, mais qui reste particulièrement agaçant pour celui qui subit l’imprévu (pas vous donc, l’autre). D’abord, parce que cette excuse est généralement prétextée au dernier moment. Ensuite, parce qu’elle veut peu ou prou dire que vous n’accordez aucune importance à la personne que vous êtes censé(e) voir. Etant donné que c’est assez moche, évitez de trop recycler cet argument, qui reste utilisable une fois tous les cinq ans environ. Sauf si vous voulez perdre tous vos amis. Autre inconvénient : cette excuse exige un rattrapage ou une compensation. Évitez-la si vous ne vous en sentez pas capable.

*

10- « Je suis coincé(e) dans les bouchons/le train/n’importe quel autre véhicule. »

Excuse 10

Très habile, cet argument permet de vous dédouaner de toute responsabilité, comme la plupart des excuses appartenant à la catégories « facteurs extérieurs indépendants de ma propre volonté ». Pour l’utiliser, il vaut tout de même mieux être en ville, entre 7h et 9h30 du matin, ou entre 17h et 19h30 du soir. Sinon, votre mensonge est archi grillé. Et peut être vérifié par votre interlocuteur s’il est vicieux et qu’il possède un téléphone intelligent. Ne sous-estimez jamais la personne qui se situe en face de vous.

*

11- « Je n’ai pas été raisonnable hier soir. »

Excuse 10

Une excuse qui marche plutôt bien, surtout si vous êtes fêtard. Assez agaçante en revanche (car souvent associée à un manque de maturité et un faible sens des responsabilités), il faudra veiller à ne pas la servir trop souvent. Et surtout, ne pas l’utiliser avec n’importe qui. Comme l’excuse n°9, il serait correct de prévoir un moyen de rattraper comme il faut ce bon gros mensonge. Réfléchissez-y avant de vous replonger dans votre livre.

*

12- « Je suis coincé au bureau, j’ai trop de travail. »

Excuse 12

C’est une parfaite excuse, surtout à partir de 18h30. Elle vous permet de vous dédouaner tout en vous faisant passer pour quelqu’un de courageux et de responsable. Son seul problème est d’être une excuse de dernier moment, et donc potentiellement contrariante. Surtout s’il y avait une réservation dans un restaurant/une demande en mariage/tout autre soirée demandant des préparatifs à la clé. Interrogez donc votre instinct avant d’user de cette réplique.

*

13- « J’ai trop de boulot je dois me lever très tôt demain. »

Excuse 13

Du même acabit que la précédente, il faut néanmoins accepter que cet argument vous fasse passer pour quelqu’un de pas drôle, voire de rabat-joie. Ce n’est évidemment pas à votre honneur, mais si cela ne vous pose pas de problème et qu’au contraire ça vous arrange, pourquoi hésiter plus longtemps ? D’autant que cette excuse a au moins un mérite : celui d’être rarement un gros mensonge (sauf le samedi soir).  Vous pouvez donc préparer votre tisane, éteindre votre téléphone et poursuivre votre lecture dans le plus grand des calmes.

*

14- *Pleurs* + « Je t’expliquerai. »

Excuse 14

Imparable. Il faut juste être un excellent comédien et un excellent raconteur de mensonge par la suite. Bon courage.

*

15- « Désolée mais j’ai vraiment un super bouquin à finir d’abord. »

Excuse 15

Après vous avoir poussé à la malhonnêteté tout au long de cet article, rappelons que le mensonge, c’est mal, mais qu’il ne figure pas sur la liste des sept péchés capitaux et que vous n’irez donc pas en enfer pour avoir voulu lire plus longtemps. Sinon, vous pouvez toujours dire la vérité, mais votre ami sera très triste. Et ça, c’est pire qu’un petit mensonge pour apaiser les cœurs.

Et vous, quelles sont vos meilleures excuses pour continuer à lire malgré vos engagements ?

Partagez cet article !
Votre réaction à cet article