D’après une histoire vraie : Polanski adapte le roman de Delphine de Vigan

Couronné du prix Renaudot et du prix Goncourt des lycéens en 2015, D’après une histoire vraie de
Delphine de Vigan sera prochainement adapté sur grand écran par Roman Polanski. Le 25 mars dernier,
nous étions à la scène littéraire de Livre Paris pour assister à l’intervention de Delphine de Vigan, Roman
Polanski et Olivier Assayas, co-scénariste du film aux côtés du réalisateur, pour une conférence placée
sous le signe de la littérature et du cinéma.

 

Couvertures d'Après une histoire vraie

 

D’après une histoire vraie raconte le mutisme de Delphine, une romancière fragilisée suite au succès de
son dernier livre, qui ne parvient pas à écrire un nouveau roman. Alors qu’elle reçoit des lettres de
menaces anonymes l’accusant de s’être servi de l’histoire de sa mère pour écrire son livre, une mystérieuse
femme, L., surgit dans la vie de Delphine, acquière son amitié, sa confiance et referme peu à peu son
emprise sur la romancière.

La romancière se base sur l’essor des histoires inspirées de faits réels, sur la demande du public à ce sujet

« Ca parlait de choses qui m’intéressaient et dont j’avais déjà parlé au cinéma », explique Roman Polanski
quand on lui demande d’où vient son envie d’adapter le roman de Delphine de Vigan. En effet, avec
Répulsion, Le locataire ou encore Lune de fiel, le réalisateur connu pour son amour des personnages
féminins et ses nombreuses explorations des thèmes de la persécution, du malsain et de la paranoïa n’en
est pas à son coup d’essai.

Pour Delphine de Vigan, qui confie avoir un « imaginaire qui se nourrit de films », il y avait une certaine
continuité dans l’idée que Roman Polanski adapte son livre, d’autant plus que le roman, huis clos
paranoïaque, est très proche de l’univers du réalisateur.

 

Conférence D'après une histoire vraie

 

Si le thème de la manipulation semblait donc cher aux deux, le roman de De Vigan est également vecteur
d’une question qui taraudait la romancière depuis longtemps : le public est-il plus friand de réel ou de
fiction ? Cette interrogation est à l’origine du roman : la romancière se base sur l’essor des histoires
inspirées de faits réels, sur la demande du public à ce sujet. Le fait qu’une histoire soit inspirée serait-il
une valeur ajoutée à un film ou livre ? De l’avis de Delphine de Vigan, les lecteurs ont perdu leur capacité
de s’émouvoir de la fiction. Un triste constat pour l’auteur qui affirme que la fiction est pourtant un moyen
de se dévoiler complètement en étant authentique, d’être intime et intense avec les lecteurs, protégé par le
fictionnel qui incite à s’ouvrir.

Comme pour les autres films issus de ses livres, elle accepte que celui-ci lui échappe et que le film devienne un objet autre

Delphine de Vigan, dont deux des romans ont déjà été adaptés au cinéma, confie ne pas être angoissée par
cette nouvelle adaptation. Comme pour les autres films issus de ses livres, la romancière accepte que
celui-ci lui échappe et que le film devienne « une trahison », un objet autre. Olivier Assayas a quant à lui
garanti qu’ils tiennent en effet à se servir du livre comme tremplin, pour faire autre chose de l’histoire.
Si Delphine de Vigan a tenu à rassurer Roman Polanski qui « espère ne pas la décevoir », il reste
maintenant à savoir s’il en sera de même pour les lecteurs du roman. Verdict le 1 novembre 2017 !

Partagez cet article !