Entre Walking Dead et Kill or be killed : rencontre avec les dessinateurs Charlie Adlard et Sean Phillips

Le 26 janvier dernier, le Festival de la Bande dessinée d’Angoulême nous a mené au Comptoir des images, une petite librairie spécialisée en art et BD nichée au cœur de la vieille ville. Le temps de quelques heures, la librairie est devenue le théâtre d’une rencontre privilégiée, loin des grandes bulles du festival, et nous avons eu la chance de pouvoir assister à une table ronde un peu particulière. Au programme, une discussion avec les deux dessinateurs de comics britanniques Sean Phillips (Kill or be killed) et Charlie Adlard (Walking Dead).

Alors que La ligne blanche, le 29e tome de Walking Dead, vient de sortir en France, la renommée de Charlie Adlard dans l’univers des comics n’est désormais plus à prouver. Pourtant, tout comme Sean Phillips, ses débuts furent loin d’être faciles. C’est au sein de périodiques britanniques, 2000 AD pour Adlard et Crisis pour Phillips, que les deux auteurs originaires du Royaume-Uni commencent par travailler dans les années 90. Walking Dead, tome 1 - Passé décomposé - CouvertureIls se tournent vite vers les comics américains et sont, dans un premier temps, embauchés chez Marvel et DC Comics où ils dessinent des super-héros. Un pinacle autrefois mais un travail pour « payer les factures » selon Charlie Adlard, qui avoue avoir du attendre avant de pouvoir publier ses propres travaux. Le rêve était de pouvoir avoir sa propre série et de pouvoir en vivre.

Aujourd’hui, Adlard et Phillips travaillent tous les deux depuis plusieurs années chez Image Comics, un des plus gros éditeurs de comics aux États-Unis, qui publie notamment Walking Dead, The Fade Out ou Kill or be killed. Avec pour principe fondateur de ne pas détenir le travail d’un créateur, Image Comics permet aux deux dessinateurs de posséder leurs propres personnages et histoires.

Adlard et Phillips travaillent tous les deux depuis plusieurs années chez Image Comics, un des plus gros éditeurs de comics aux États-Unis

S’ils sont habitués aux univers sombres, horrifiques et aux thrillers, Charlie Adlard et Sean Phillips, lorsqu’il leur est demandé quels genres de projets ne leur sont jamais proposés et sur lesquels ils aimeraient travailler, confient qu’ils se verraient tout à fait travailler sur des histoires très différentes. « Pourquoi pas du drame ou même de la romance, pourvu que le scénario soit bon ! » affirme Adlard. Sean Phillips ajoute qu’il serait lui aussi intéressé pour faire de la romance si on lui proposait, même sans meurtre !

Malgré le succès de The Walking Dead, ce dernier assure que la série est très déconnectée des comics

Kill or be killed, Sean Phillips - CouverturePuisqu’il est difficile d’aborder Walking Dead sans parler de son adaptation TV, le sujet se tourne rapidement vers les produits dérivés des comics de Phillips et Adlard. Malgré le succès de The Walking Dead, ce dernier assure que la série est très déconnectée des comics. « On ne m’a jamais demandé de modifier un personnage pour coller à la série et il serait ridicule de le faire » poursuit-il. Il ajoute par ailleurs que travailler pour la télévision ne l’intéresserait pas, qu’il aime son duo avec Robert Kirkman pour un travail dont le résultat ne dépend que d’eux. Pour Sean Phillips, la question ne se pose pas encore puisque aucun de ses comics n’a été adapté, bien qu’il ait annoncé que Chad Stahelski, le réalisateur de John Wick, avait posé une option d’adaptation sur Kill or be killed

Partagez cet article !
Votre réaction à cet article