Anthony Horowitz : un nouveau roman hommage à Agatha Christie

Anthony Horrowitz par Clara Molden
Anthony Horrowitz © Clara Molden

Comptine mortelle, le nouveau roman d’Anthony Horowitz, sort aujourd’hui en librairie. Si vous étiez adolescents dans les années 2000, le nom d’Anthony Horowitz vous dit forcément quelque chose. Grand auteur britannique de littérature jeunesse, ses séries Alex Rider et Le Pouvoir des Cinq se sont vendues à plusieurs millions d’exemplaires à travers le monde. Plus récemment, l’auteur s’est également aventuré avec Déclic mortel ou Moriarty dans l’écriture de romans prenant place dans les univers de James Bond ou de Sherlock Holmes, des personnages phares lors de sa propre adolescence.

En effet, mauvais élève du temps de son enfance, Anthony Horowitz s’attire rapidement les foudres de ses professeurs qui le considèrent comme une perte de temps. Pourtant, un lieu à l’école devient son refuge : la bibliothèque. Il y découvre ses premiers livres, des albums de Tintin, et passera des heures à les dévorer. Pour ses dix-sept ans, son père lui offre les œuvres complètes de Conan Doyle. Un cadeau qui agit comme une étincelle : c’est décidé, le jeune Anthony Horowitz veut devenir écrivain.

L’auteur poursuit cette année sa plongée dans l’univers des polars des années 50 et rend hommage à Agatha Christie

Après avoir scénarisé plusieurs romans d’Hercule Poirot pour la télévision, l’auteur poursuit cette année sa plongée dans l’univers des polars des années 50 et rend hommage à Agatha Christie, reine du genre, à travers son nouveau roman Comptine mortelle. Dans un épisode d’Inspecteur Barnaby, série policière qu’Anthony Horowitz scénarise en partie, il est possible de repérer un livre portant le titre de Comptine mortelle. La diffusion date pourtant de 1998 ! L’idée de ce roman hante en effet l’auteur depuis dix-neuf ans et son projet lui prit de nombreuses années de réflexion. « Ce fut un livre difficile à écrire » assure-t-il. Il ajoute avoir du se servir d’un carnet pour y noter ses jeux de mots, le schéma de son histoire et ses énigmes. Un travail qui a « failli l’achever ! » confie-t-il en riant. S’il lui faut habituellement environ sept mois pour écrire un livre, quinze mois furent nécessaires pour celui-ci.

Couvertures du roman Comptine mortelle d'Anthony Horowitz

S’il écrit des polars qui s’inscrivent dans les années 50, c’est parce que ce contexte historique permet à ses histoires de prendre leur temps. « Il n’y avait pas toute la technologie d’aujourd’hui », explique l’auteur. Pourtant, son désir de retranscrire ses enquêtes dans le contexte des années 50 se mélange à son ambition d’écrire des romans de détective qui se renouvellent : « Je sais que les lecteurs mettront une ou deux semaines à lire le livre, tandis que moi, j’aurais passé plusieurs mois de ma vie dessus. Je ne souhaite pas, à la fin, simplement révéler que c’est le majordome qui a fait le coup. » (Ce qui n’est, il tient à le préciser, pas le cas pour Comptine mortelle).

Roman dans le roman, le livre se construit sur une mise en abyme

Et en effet, mélangeant enquête et énigme, suspense et jeux de mots, le polar est étonnant. Roman dans le roman, le livre se construit sur une mise en abyme : Susan Reynolds, éditrice, reçoit les épreuves de L’épitaphe de la pie, dernier roman de l’auteur de polar à succès qu’elle édite. Sans hésiter, à l’image du lecteur, elle se plonge dans sa lecture. Pourtant, arrivant au bout du tapuscrit, surprise ! La fin du roman est manquante. Doublement surprenant, quelques jours plus tard, Alan Conway, l’auteur du roman, se suicide. Il n’en faut pas plus à l’éditrice pour revêtir la casquette de détective. Ce choix de personnage semblait une évidence pour Horowitz : « Le meurtre se déroule dans le monde littéraire », justifie l’auteur. « Il allait de soi que la détective soit une éditrice, quelqu’un appartenant à ce milieu ».

Restant très mystérieux sur le contenu de son histoire, Anthony Horowitz a cependant confié qu’en étant attentif, il était possible de trouver le motif du meurtre dès la première page du livre… Alors munissez-vous de votre meilleure loupe, de vos meilleures idées, de Comptine mortelle et plongez dans les secrets de ce nouveau polar.

Sortie en librairie aujourd’hui 18 avril aux éditions du Masque et le 26 avril chez Hachette.

Partagez cet article !