Le Mystère Henri Pick : le roman de David Foenkinos au cinéma

Affiche AVP Film Henri Pick

Mardi soir, nous assistions à l’avant-première du Mystère Henri Pick de Rémi Bezançon. Une projection au terme de laquelle l’équipe du film s’est présentée devant les spectateurs pour une séance de questions/réponses sur le film et son adaptation. Adaptée du roman du même nom de David Foenkinos, paru chez Gallimard en 2016, cette comédie pétillante avec Fabrice Luchini et Camille Cottin en tête d’affiche nous plonge dans une enquête littéraire passionnante.

 

Rémi Bezançon a tout de suite pensé en faire un film

le-mystere-henri-pick-774510De quoi parle le roman ? Delphine, une jeune éditrice parisienne, rejoint ses parents en Bretagne dans sa ville natale de Crozon où elle découvre l’existence de l’étrange Bibliothèque des manuscrits refusés. Curieuse, elle décide de s’y rendre et, en parcourant les manuscrits, tombe par le plus grand des hasards sur un chef d’oeuvre oublié. Elle n’a alors plus qu’une idée en tête : éditer Les Dernières Heures d’une histoire d’amour écrit par un certain Henri Pick… Pourtant, Henri Pick, ancien pizzaïolo décédé deux ans plus tôt, n’aurait, selon sa veuve, jamais rien lu ou écrit de sa vie. Pour Jean-Michel Rouche, célèbre critique littéraire, cette affaire cache une imposture et il est bien décidé à la révéler au grand jour.

En lisant le roman Le Mystère Henri Pick, Rémi Bezançon a tout de suite pensé en faire un film. Le personnage de Jean-Michel Rouche l’a particulièrement inspiré et il a tout de suite imaginé Fabrice Luchini dans le rôle, un acteur avec qui il avait envie de travailler. Il décide alors, avec sa co-scénariste Vanessa Portal et à partir du roman de David Foenkinos, d’écrire un film sur mesure pour l’acteur. Camille Cottin, Alice Isaaz et Bastien Bouillon viendront compléter le casting.

 

Un milieu littéraire « remarquablement bien photographié »

Si David Foenkinos n’a cette fois pas participé au scénario du film (il avait scénarisé les adaptations des Souvenirs et de La Délicatesse), Rémi Bezançon explique que l’auteur a lu scénario et est venu une fois sur le tournage. « Il m’a donné des conseils sur le milieu littéraire. », poursuit le réalisateur. Il est interrompu par Fabrice Luchini qui tient à souligner que ce milieu littéraire a été « remarquablement bien photographié » et que ce cadre du film est « admirablement réussi ». Un rendu possible, pour Rémi Bezançon, grâce à sa co-scénariste, Vanessa Portal, qui travaillait avant dans l’édition et connaît donc bien ce milieu.

Comme dans le livre, le film nous entraîne aux côtés de Daphné (Delphine dans le roman), Joséphine et Jean-Michel dans la quête des secrets qui se cachent derrière le manuscrit d’Henri Pick. Comment fabrique-t-on un best-seller ? Comment la mise en scène autour d’un livre, le fameux thème du « roman du roman », peuvent-ils devenir plus connus que le contenu du livre en lui-même ? Et qu’en est-il des manuscrits refusés ? De la difficulté à se faire éditer ? D’un plateau d’émission littéraire aux locaux de Grasset, en passant par la petite bibliothèque de Crozon, les milieux littéraires abondent et deviennent le théâtre de la supercherie éditoriale.

Si Rémi Bezançon espère que ce film « donnera envie de lire aux gens », il est au moins certain que l’ont sort de la projection avec des noms d’auteurs et titres d’œuvres plein la tête. Le film, lui, sort en salle le 6 mars.

Partagez cet article !