Livres
568 363
Membres
623 385

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaires de livres faits par adele

Extraits de livres par adele

Commentaires de livres appréciés par adele

Extraits de livres appréciés par adele

Khaleb à Sahara:
Je tapisserai les rue de cadavres plutôt que de te faire du mal.
Avez vous apprécié cet extrait ? +5
- Et tu penses que par miracle, avec toi, ça va marcher ?
- Pourquoi pas ? par contre, il faut que tu en aies envie.
- C'est bien mon problème. Je n'en ai jamais envie.
- Il y a différentes façons de s'y prendre pour ça, dit-il, énigmatique.
- Et comment comptes-tu t'y prendre, justement ?
- Ça me regarde. En revanche, si je ne te plais pas, ça règle la question. On oublie tout de suite.
Ashley en resta muette. Elle était consciente que Josh, son vieux copain, avait bien changé. Il était devenu le stéréotype de l'homme ténébreux et sexy. Les femmes devaient lui tomber dans les bras comme des fruits mûrs. Il ne devait même pas imaginer qu'il soit possible qu'elle puisse ne pas désirer s'envoyer en l'air avec lui.
Quoique, se rendit-elle compte, Josh avait eu l'élégance de lui laisser une porte de sortie. Elle pouvait lui dire non avec dignité ...
- Je suis prêt à prendre le risque parce que moi, tu me plais. J'ai envie de toi, argumenta-t-il. Je n'y mets qu'une seule condition : que tu sois honnête. je perds ou je gagne, mais tu ne simules pas. Tu ne triches pas, à aucun moment.
Il avait fait sa proposition d'une voix toujours aussi calme, ses magnifiques yeux verts luisants dans la pénombre.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +3
- Bienvenue, Ashley. Si ce grand couillon t'ennuie, dis-le-nous ! On s'occupera de son cas. Mais ne t'inquiète pas : il ne mord pas.
- Je le sais, s'amusa-t-elle en se détendant. On se connaît depuis longtemps tous les deux. D'ailleurs, tu sais que j'ai failli ne pas te reconnaître, Josh ? Tu as pris combien : vingt ... vingt-cinq centimètres depuis le lycée ?
- Vingt-sept. Croissance tardive. Ça arrive.
Il avait donné cette explication d'un ton tranquille, avec un petit haussement d'épaules indifférent. Pourtant ce n'était pas rien, loin de là. Le petit Joshua Forester était devenu sacrément impressionnant. Il n'y avait pas que sa taille qui avait changé : sa musculature s'était développée de façon conséquente. Ses traits, jadis trop durs pour un adolescent, convenait parfaitement à l'adulte qu'il était devenu. Et les épis toujours aussi indisciplinés de ses cheveux noirs lui donnaient un irrésistible charme canaille.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +2
- Qu'est-ce qui ne va pas? me demande-t-il en me tirant de mes pensées. (...)
- Rien, soufflé-je, alors que je sais pertinemment que je ne le tromperai pas aussi facilement.
- Je ne sais pas grand-chose du différend qui vous oppose Josh et toi, mais je sens bien qu'il y a quelque chose d'important, de profond entre vous.
Profond? Tu parles, c'est surtout sa queue qu'il m'a mise bien profond. Il ne voit pas qu'il me gonfle avec ses âneries. Je n'en ai rien à faire de ses pensées trop naïves. J'aimerais lui dire qie tout n'est pas beau et rose, mais c'est stupide, je ne veux pas détruire ses illusions, pourtant c'est un grand garçon. Et il poursuit sur sa lancée.
- Sandre, je comprends que tu éprouves le besoin de te protéger, mais regarde-toi, tu en souffres tellement.
- Tu as raison, tu ne sais rien.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je prie pour qu'elle saisisse enfin. Je la veux! Je veux être celui à qui elle confiera ses problèmes, je veux que mes bras la rassurent, je veux être le seul responsable de ses sourires, le seul à pouvoir la calmer, le seul à pouvoir la comprendre. Je veux lui appartenir et qu'elle m'appartienne. Elle est à moi, nom de Dieu! Je ne supporterais pas de la voir avec un autre.


source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +6
Que sa bouche est tendre et chaude! J'avais presque oublié à quel point son contact est agréable. Et comme pour me rappeler ces doux souvenirs qui veulent s'immiscer dans mon esprit, il m'embrasse à nouveau. Son baiser est intense, mais bref, car il a sans doute peur de se faire surprendre. Cet abruti me ferait presque oublier à quel point je suis en colère.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
Elle fait demi-tour, s'approche à nouveau et m'attrape par le col de mon t-shirt pour m'attirer à elle et là... elle me roule une pelle... putain de bandante! J'ai bien conscience que mon cerveau est bloqué en mode "je pense avec ma bite" mais la fureur qu'elle met dans ce baiser... Cette façon de clamer quelque chose, ou de prouver un point... Je n'ai jamais rien connu de plus excitant. Elle glisse sa langue entre mes lèvres et sursaute légèrement quand elle sent le bijou sur la mienne, mais elle ne s'arrête pas pour autant. Je ne résiste pas alors que ma conscience, ou ce qu'il en reste, essaie tant bien que mal de me rappeler pourquoi je ne dois pas la laisser faire. Ce baiser a un goût de conquête, elle me montre qu'elle n'est pas une petite chose fragile. (...) Je pose une main sur sa nuque et l'attire plus près encore, j'en veux plus. Elle gémit doucement et je suçote sa langue entre mes lèvres dans un mouvement érotique qui me rend plus fou que je ne l'aurais cru. Je finis par la relâcher et elle rompt le contact. (...)
- Mon frère n'a jamais eu son mot à dire sur mes relations, il n'a jamais eu le droit de décider avec qui ou pas je peux m'envoyer en l'air. Alors oui, je suis baisable! Même avec un frangin mort! Va te faire foutre, connard!

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Est-ce que tu vas commander quelque chose ou bien rester toute la soirée à me regarder comme un psychopathe? me demande-t-elle en essayant d'avoir l'air fâchée.
Ah c'est bien ce que je craignais. Et ça m'excite. Oui, en effet,, je commence à être inquiétant. C'est limite, même pour moi.
- Ce que j'aimerais n'est pas sur la carte, je lui réponds sans la quitter des yeux.
- Dis toujours... me rétorque-t-elle sans masquer son impatience.
Je plisse les yeux et me penche un peu en avant afin qu'elle seule profite de ce que j'ai à lui dire, et lui murmure:
- J'aimerais glisser la main sous cette ridicule petite jupe et te regarder prendre ton pied contre moi.
Je sens que je vais me faire refouler et que je vais rentrer avec ma bite sous le bras et uniquement le mode manuel pour me soulager. Mais c'était trop tentant de la voir gigoter, mal à l'aise, fuyant mon regard. (...)
- Rentre avec moi ce soir. (...)
- Ça fonctionne d'habitude?
- Je n'ai pas à me plaindre, je lui réponds en haussant les épaules.
- Tu réalises que ça ne va pas marcher, non? Je veux dire, tu ne peux pas réellement t'attendre à ce que je te tombe dans les bras après cette drague au rabais?
- Tu tomberais dans mes bras avec quel genre de drague, alors? je lui demande en toute innocence.
Elle se redresse et son regard est attiré par quelqu'un derrière moi. (...) J'aimerais bien qu'elle me sourit comme ça. Je me retourne, prêt à fusiller la personne qui bénéficie de cet accueil. Merde. Josselin.
- Alors, V, tu essaies de te prendre un autre truc dans la tronche? Le téléphone n'a pas suffi? se marre-t-il.
Nous nous serrons la main et il s'installe à côté de moi. Angélique s'approche de lui, se penche au-dessus du bar en prenant appui sur ses mains et l'embrasse sur la joue.
- C'est ton pote? lui demande-t-elle en sortant un verre et lui servant une pression sans attendre qu'il commande, tout en me montrant du menton.
- Ça dépend, il s'est mal comporté avec toi?
- Il voudrait bien que je rentre avec lui ce soir.
- Il te l'a demandé comme ça? s'étonne Joss. (...)
- Oui, il a d'abord dit qu'il voulait mettre sa main sous ma jupe et puis il m'a demandé de rentrer avec lui.
J'avale de travers la gorgée de la bière que je buvais pour me donner contenance. Epic fall.
- Mec, tu déconnes... me lance Joss tout en me tapant dans le dos

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Ethan regarda alors sa robe grise, avec ses gros sequins brillants. Cette robe qu'elle portait divinement bien. Une robe qui lui allait comme un gant... Une robe qu'un homme à l’œil aguerri lui avait choisie... Une robe que ce même homme savait de quelle manière elle lui tomberait sur les hanches et les cuisses, quand il l'avait choisie... Une robe dont il savait qu'elle épouserait discrètement sa poitrine... Une robe qui mettrait en valeur l'objet de ses désirs, c'est-à-dire elle... Cet homme : son petit ami. Pas un oncle, un frère, un ami ou un ex. Son petit ami.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
Le barman se retourna pour commencer son cocktail. Kaya se tourna vers Ethan, après avoir regardé la carte.
- Ananas, orgeat et fraises mixées ? Depuis quand on se met au cocktail ?
Ethan se pencha vers elle, provocateur.
- J'aime les fraises ! Cela vous pose un problème ?
- Du tout ! J'aurais juste pensé que vous prendriez un cocktail davantage à votre image. Avec des agrumes. Quelque chose de bien plus... acide, quoi !
Tous deux se fixèrent, un sourire narquois sur le visage, les sourcils surélevés. C'était à celui qui céderait le premier à ce jeu du " c'est moi le plus sarcastique".
- J'aime bien aussi les agrumes. Je reconnais. Mais les fraises... Aaaaahhh... Elles allient la douceur à l'acidité et avec des glaçons sur le corps d'une femme, c'est...
Ethan se mit à réfléchir, une lueur taquine dans les yeux.
- Envoûtant ? Exaltant ? Non... jouissif ! finit-il par lui déclarer, convaincu et lui rappelant ses propres mots à leur première rencontre.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
Alors laisse-la tranquille ...
Je retourne chercher les couteaux, les mets dans mes poches et je les lance une nouvelle fois.
- Je peux pas, dis-je.
Peux pas la laisser tranquille. Je veux pas, putain. Grâce à elle, je n'ai pas l'impression d'être un robot, je suis de chair et de sang, un homme pas un chiffre, pas un job ... pas un monstre, pas un salaud, pas un zéro.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +7
- C'est très compliqué, tu ne voudrais pas de moi dans ta vie.
- Non. S'il te plait. Tu n'as pas besoin de faire ça. Restons-en là. Je sais comment ça se passe. Salut, et je te souhaite une bonne vie. Adios.
Nous nous ficons, et il murmure :
- Je n'aurais pas dû te toucher.
Il se dirige vers la porte. Je regarde son large dos tout en revêtant mon masque de courageuse. J'ai fait ça un million de fois. Je construis des murs autour des endroits où j'ai mal, pour ne plus avoir mal du tout. Plus du tout.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +2
Et je ne peux plus rien dire. Ou penser. Ou respirer.
Ses yeux m'ont accrochée et ne me lâchent pas. Je fixe leur profondeur tout en notant que ce visage est éblouissant. Une mâchoire foret, des pommettes hautes, un front affirmé. Son nez est classique, élancé et élégant ; et les lèvres qu'il surplombe sont pleines et galbées, fermes et ... Mon Dieu, il est à croquer ! Ses cheveux foncés jouent avec le vent. Il est grand, a de larges épaules, porte un pantalon noir et un col roulé qui lui donne l'air à la fois élégant et dangereux.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +3
- Ouvre, Kat. Il le faut que je ta parle.
(...)
- Kat, je suis affreusement désolé, lâcha-t-il en laissant cogner son front contre la porte, priant pour qu'elle l'entende. J'aurais dû te dire la vérité la semaine dernière. Ou même avant. Mais j'avais peur que tu ne me laisse plus t'approcher; c'est pour ça que je l'ai fait. Je me suis raconté que c'était parce que j'avais accepté de veiller sur toi pour le compte de mon ami, mais au fond de moi, je savais que ce n'était pas vrai.
Aiden soupira et leva les yeux au plafond.
- Je ne t'ai parlé de rien parce que je ne peux pas me passer de toi. Le temps n'existe plus pour moi que par rapport au nombre d'heures que je passe avec toi ou qui me séparent de la prochaine fois que je te verrai.
(...)
- La première fois que je t'ai embrassée... j'ai eu l'impression de renaître. Je ne m'attendais pas à ressentir un truc aussi fort. A l'intérieur de moi, je me croyais mort depuis des années, mais un seul de tes baisers a suffi à me redonner le goût de vivre.


source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +9
Aiden et Xander
- Ce n'est pas de la graisse, pauvre nul. Je fais un peu de rétention d'eau, c'est tout.
- Oh, c'est déjà la mauvaise semaine ? Je croyais que tu venais juste d'avoir tes règles.
- N'importe quoi, répliqua Aiden en le gratifiant d'un doigt d'honneur. Toi, c'est ta tête qui est remplie de gras.
- Si tu trouves qu'Irish a le ventre mou, dit Kat en le désignant avec sa spatule, je préfère ne pas savoir comment tu qualifierais le mien.
- Ah, mais une femme est censée avoir des formes, des courbes qui épousent le corps plus ferme de l'homme. Et pour t'avoir vue au travail dans ton uniforme moulant, je peux te garantir que tu es absolument parfaite, ajouta-t-il avec un clin d’œil.
Kat fronça les sourcils et se retourna vers la cuisinière, mais Aiden avait eu le temps de voir ses joues rosir. Xander, toujours à battre des œufs à la fourchette, se tourna vers lui et lui fit un clin d’œil.
Que diable se passait-il ? Xander avait-il des vues sur Kat ? Aiden serra les dents et contracta ses poings. Son ami n'avait peut-être rien dit parce qu'il savait qu'Aiden veillait sur elle et il n'avait pas voulu compliquer les choses en l'invitant chez eux. Mais maintenant qu'elle était là...
- Génial, marmonna-t-il.
- Qu'est-ce que tu dis ?
- Rien, répondit Aiden en se levant pour gagner la porte. Je ressors. Je mangerai lus tard.
Il ne pouvait même pas en vouloir à Xander. Il n'avait jamais revendiqué de droits sur elle, et n'avait pas l'intention de le faire. Et si Kat décidais finalement de ne pas quitter la ville, elle ne rencontrerait pas de meilleur homme que Xander. Qu'il s'engage dans une relation durable ou une simple nuit d'amour, Xan traitait ses partenaires comme de véritables princesses.



source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +6
date : 23-05-2015
Et je me sens gênée d’avoir pris plaisir à cette soirée.
J’ai aimé me mettre dans la peau d’une autre, j’ai aimé la satisfaction que j’ai éprouvée quand il a traversé la salle pour venir s’accroupir à mes côtés et l’éclat sombre de son regard posé sur moi, j’ai aimé ce dîner improvisé, à la sortie du concert. Je me suis sentie flattée, troublée même, par son attention, son attirance manifeste. Alors, j’ai beau me dire que Marie n’est qu’un personnage de fiction, un rôle à durée déterminée programmé pour piéger Fred, je ne peux m’empêcher d’avoir mauvaise conscience. Comme si je n’étais pas tout à fait honnête avec Sonia. Comme si ce n’était pas seulement Marie qui tentait de le séduire, mais moi.


source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Damen réprima un grognement. Le corps de Laurent était collé au sien de tout son long, cuisses contre cuisses, torse contre torse. Il avait du mal à respirer. Damen avait besoin, de plus en plus impérieusement, de s’écarter de lui, de le repousser, mais c’était impossible. Laurent, ne se rendant compte de rien, bougea légèrement pour regarder derrière lui à quelle distance se trouvait le volet. Arrêtez de gigoter, faillit dire Damen. Seul un fragile réflexe de survie le dissuada d’ouvrir la bouche. Laurent bougea–encore!–ayant vu, comme Damen, qu’ils ne pourraient pas s’extirper de leur cachette sans attirer aussitôt l’attention.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +7
Damen s’était surpris à contempler la grâce naturelle de sa posture, son poignet en équilibre sur son genou, ses membres longs et ses articulations délicates. Il avait éprouvé une tension diffuse mais grandissante, la sensation d’attendre… d’attendre quelque chose, sans savoir de quoi il s’agissait. Il avait l’impression de se trouver seul dans une fosse avec un serpent : le serpent pouvait se détendre, mais lui, non.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +3
- Digne de moi ? Qu'est-ce que c'est que ces conneries ? Je suis à elle. Comment pourrait-elle ne pas être digne de moi ?
- Nous le savons parfaitement tous les deux, mais elle doit le comprendre toute seule. Elle a eu une vie de merde, jusqu'ici. Je lui ai tenu la main pendant des années, puis elle est partie et, quelques mois plus tard, c'était toi qui lui tenait la main. A présent, c'est fini. Elle doit avancer seule.
- Je ne veux pas qu'elle soit seule.
- Il n'est pas question de ce que toi tu veux, Woods. Mais de Della.


source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +6
- Si tu as besoin de quoi que ce soit, appelle-moi. Lorsque tu seras prête à me parler sans éprouver de rancoeur envers Della, appelle-moi. Alors, nous parlerons. Tu es ma mère et je t'aime. Mais tu n'approcheras pas Della et jamais tu ne passeras avant elle. Tu dois comprendre que si tu me forces à choisir, ce sera elle, sans la moindre hésitation.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +5
Warren:
- Avant l'arrivée de Christy, je ne me rendais pas compte à quel point tu manipulais les gens. Avec toi, on n'a pas l'impression de se faire manipuler.
- La différence, c'est que je vous aime et que je veux votre bien, répliquai-je. Et… (je levai un doigt) moi, je sais ce qui est bon pour vous.
- Et, ajouta Adam, Mercy ne fait pas dans la subtilité. Quand elle te manipule, elle fait en sorte que tu t'en rendes compte.
J'avais déjà traversé le salon en direction de l'aile abritant les chambres, mais je me retournai pour tirer la langue à Adam.
- Ne pointe pas ça sur moi si tu n'as pas l'intention de t'en servir, lança-t-il.
Je m'éloignai en souriant.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +20
- Tu as dit qu'elle était trop occupée à prendre soin d'elle pour prendre soin des autres. C'est à peu près la meilleure description de Christy que j'aie jamais entendue. Toi, en revanche, tu es trop occupée à prendre soin des autres pour prendre soin de toi.
Il m'embrassa de nouveau avant de baisser la tête pour murmurer:
- Je préfère ta façon d'être.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +16
- Elle est blessée et fatiguée, protesta Mary Jo. Tes questions ne peuvent pas attendre qu'elle se soit reposée?
- Non, affirma Adam. Nous devons nous occuper de cet individu dès maintenant pour que Christy puisse repartir à Eugene et reprendre le cours de sa vie.
Christy tourna ses yeux bleus humides de larmes vers mon mari et lâcha:
- Je pensais revenir habiter ici.
La bouchée que je venais d'avaler me resta en travers de la gorge, et je faillis m'étouffer.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +10
date : 07-01-2015
- Ne me touche pas ! Je n'y crois pas ! c'était vraiment un coup bas, Hardin, même venant de toi !
En hurlant, je dégage mon bras et je le pousse violemment. C'est la première fois de ma vie que je fais ça, mais je le déteste plus que tout.
- Si tu lui cours après, tout est fini.
J'en reste bouche bée.
- Fini ? Qu'est-ce qui est fini ? Fini de jouer avec mes sentiments ? Je te hais !
Mais comme je ne veux pas le laisser satisfait de m'avoir fait enrager, je baisse le ton et j'ajoute plus calmement :
- Tu ne peux pas finir quelque chose qui n'a jamais commencé.
Il laisse retomber les bras le long de son corps et il ouvre la bouche pour parler, mais aucun son ne sort.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +38
date : 07-01-2015
- Elle ne sort pas avec Hardin ?
- Ça ne risque pas. Hardin ne sort avec personne. Il baise avec un tas de meufs, mais il ne sort avec personne. Jamais.

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +9
date : 07-01-2015
- C'était à prévoir que tu deviendrais pote avec le garçon le plus nul de la classe, dit Hardin en regardant Landon s'éloigner.
- Pourquoi dis-tu ça ? Il est très gentil. Ce n'est pas comme toi.
Là je m'étonne moi-même : ce garçon a le don de provoquer mes pires réactions. Hardin se tourne vers moi.
- Tu es de plus en plus agressive chaque fois que nous bavardons, Theresa.
- Si tu m'appelles encore une fois Theresa ...

source site "dans notre petite bulle"
Avez vous apprécié cet extrait ? +23


Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode