Livres
461 641
Membres
418 212

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par lilielaqueen 2017-10-06T20:15:27+02:00

Je retrouve ma lionne qui me tend une chemise bleu clair.

- Pour aller avec tes yeux, me dit-elle.

J'en lâche un rire. Quelle connerie ! Elle se marre aussi.

- Blanc alors? ajoute-t-elle.

Pour aller avec quoi ? Mes dents ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par mamour04 2017-09-21T09:14:29+02:00

Sa joue se pose sur mon torse, ma main finit dans ses cheveux que je caresse doucement. Peut-être que c'est juste ça être amoureux: n'être jamais sûr de rien, flipper pour un oui ou non, essayer de lire dans des regards et avoir un besoin insatiable de l'autre. Je crois que je n'ai pas le choix. Sans le vouloir, la lionne dicte sa loi: être sans elle, une torture, être avec elle, une torture aussi. Alors autant être avec elle, quitte à en chier.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sainte 2018-01-13T18:07:01+01:00

Mes yeux pleurent mais je m'en fous, elle est là. Elle m' a sorti de ce putain de cauchemar. J'embrasse ses lèvres, je dépose des baisers sur son menton, son nez, ses joues, ses larmes, puis je délaisse son visage pour la serrer contre moi et sentir son odeur m'envahir. La lionne...

-Teag... pleure-t-elle dans mon cou. Arrête...

Je la serre plus fort contre moi, je ne veux pas la laisser. Je ne sais même pas quand elle est arrivée là, mais elle est sur moi: ses cuisses sont de chaque côté de mes hanches, je suis assis et ses bras sont repliés contre mon torse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par jorie13 2017-09-21T15:39:55+02:00

J'en ouvre la bouche sous le choc et mes mains se posent sur ma tête pour s'accrocher à mes cheveux. Sa voix tremblante vient de casser un truc en moi et c'est insoutenable. J'ai peur de comprendre, je voudrais même qu'elle le redise pour être sûr que ce putain de couteau qu'elle vient de lancer est bien arrivé dans mon torse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par jorie13 2017-09-21T15:35:34+02:00

Je me casse et laisse ma lionne en souffrance dans son antre. J'aimerai pouvoir lui parler plus, elle en ferait peut-être autant. Parce que plus je la vois, plus je me rends compte que de nous deux, celui qui parle le moins, c'est elle. Rien ne sort, jamais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par louana31 2018-04-01T19:28:24+02:00

- Tu fais vraiment chiner ! Tu lui écrivais sur un papier et on était tranquilles. Non, au lieu de ça, tu fais ton insolent de merde et tu provoqués la prof la plus reloue de tout le lycée. Maintenant, on va passer nos soirées en retenue, bravo ! C'est du Teagan tout craché, ça. Monsieur le rebelle pas fou tu de dire qu'il ne parle pas...

(Elena)

Afficher en entier
Extrait ajouté par MeghaneBqx 2017-11-20T21:59:38+01:00

« Peut-être que c’est juste ça, être amoureux : n’être jamais sûr de rien, flipper pour un oui ou pour un non, essayer de lire dans des regards et avoir un besoin insatiable de l’autre. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Roxy427 2018-08-01T23:49:33+02:00

Un boom me fait sursauter et je me tourne d'un bond. Personne. Mais un autre boom résonne dans les escaliers. La lionne a retrouvé ses kilos ou quoi ?

Je me lève pour aller voir de quoi il s'agit. J'arrive en haut des marches quand un troisième boom résonne. Le père est au milieu de la montée et trimballe une porte dont les coins sont protégés par du polystyrène.

-Ah ! Viens m'aider, ça pèse son poids, me dit-il.

L'aider ? Putain, je ne suis pas un gentil super héros ! Je ne peux pas aider la fille et le père dans la même journée.

Il s'est arrêté et attend que je bouge.

-Ou ne m'aide pas... C'est vrai que c'est moi qui ai défoncé cette porte pour essayer d'aller fracasser une adolescente, ajoute-t-il.

Aussitôt, les bleus d'Elena passent dans ma tête et mon souffle se raccourcit. Fais chier. Je sais exactement ce qui se passe en moi : je m'en veux d'avoir été aussi loin, mais ça m'énerve de culpabiliser parce qu'elle l'avait bien mérité.

Je descends rejoindre le père et je l'aide, alors qu'en temps normal, j'aurais tourné les talons. Arrivés dans la chambre, on pose notre fardeau contre un mur et il me propose le truc le plus inattendu du monde.

-Tu veux balancer l'autre par la terrasse ? Comme ça, on n'aura plus qu'à la mettre dans la voiture pour la décharge.

Je le regarde, surpris. Balancer un truc d'une terrasse et le regarder s'écraser par terre : c'est cool et assez tordu pour me détendre. J'acquiesce d'un signe de tête et on va prendre la porte qui n'a pas survécu à mon coup de pied pour l'amener jusqu'à la rambarde sur la terrasse.

-Attends, Chevy était dans le coin... Chev ? Chev, t'es là ? appelle-t-il.

Pas de réponse jusqu'à ce qu'un blabla interminable provienne d'en bas.

-Papa ! Vous faites quoi ? Pourquoi vous avez sorti la porte ?

-Chev, mets-toi là et regarde, dit Daniel sans répondre.

Le gamin obéit et recule. Le père me regarde et, d'un coup d'œil, me demande si c'est ok. Je soulève la porte et il fait de même. Elle glisse sur la rambarde et tombe dans le vide. Deux étages, c'est haut. Elle explose donc dans un grand bruit en atterrissant sur le sol. Le gamin crie et saute en applaudissant.

-Wouaaah ! C'était trooop bien ! On recommence ? On peut jeter la télé d'Elena aussi ? s'écrie-t-il tout content.

Son père se marre et je me surprends à sourire. La joie du môme est contagieuse. En même temps, c'était vraiment cool. Et l'idée de balancer la télé de la lionne est encore plus cool. J'échange un regard avec le père et il fronce les sourcils.

-A toi de voir, mais tu l'entendras pendant des jours...

J'ouvre de grands yeux : la lionne et sa grande gueule, non merci. Le père ricane et me tape sur l'épaule.

-On est d'accord. [...]

Afficher en entier
Extrait ajouté par bagheera 2018-03-14T21:14:37+01:00

"Avec elle, quand je pense tout contrôler, le lapin que je suis se retrouve toujours coincé entre les griffes du félin : je suis prêt à lui donner ce qu'elle demande et à prendre le peu qu'elle me donnera."

Afficher en entier
Extrait ajouté par bagheera 2018-03-14T21:10:33+01:00

"Je tourne dans un autre rayon et je la vois au fond. Deux types passent derrière elle et la reluquent de haut en bas. Bande de connards. Enfin, non, c'est moi, le connard. Pourquoi ça m'énerver comma ça qu'elle se fasse mater?

Je secoue la tête. L"un d'eux siffle. Pauvre mec, elle va t'accueillir, la lionne.

Elle relève la tête du rayon vis et ferme les yeux une courte seconde mais ne réagit pas. Les mecs le remarquent et s’engouffrent dans la brèche qu'elle vient de leur offrir sans le savoir. Une nana qui ne dit rien, c’est une nana ok : règle d'or des gros cons!"

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode