Livres
443 691
Membres
379 609

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Vous avez une arme ?

— Moi ? Non.

— Ce n’est probablement pas plus mal, dit-il pince-sans-rire. OK, est-ce qu’il y a quelqu’un chez qui vous pouvez rester ? Bon sang, allez chez votre mère. Le Pentagone n’a pas un aussi bon dispositif de sécurité que le sien.

Je préférais encore mourir.

— Je ne vais pas mettre ma mère sur le chemin d’un tueur en série. Merci quand même pour cette idée.

— Que Dieu vienne en aide au tueur en série qui s’en prendrait à votre mère, marmonna Riordan.

Écoutez, faites juste preuve de bon sens. Vos amis n’ont reçu aucun avertissement. Vous, oui. Si vous êtes seul, verrouillez les portes et gardez un téléphone à portée de main. Évitez les ruelles.

— Merci, répondis-je d’un ton acerbe.

— Je vais demander à une patrouille de passer toutes les heures. Qu’est-ce que vous en pensez ?

— Génial.

— Et n’allez nulle part sans m’en informer. J’ai bien dit nulle part.

— Whoa, lâchai-je. C’est comme si on sortait ensemble. Pendant combien de temps suis-je assigné à résidence ?

C’était le silence le plus retentissant que j’aie jamais entendu. Aucun sens de l’humour, ce flic.

Il dit finalement, très calmement :

— J’ai une piste. Rien de solide pour le moment. Je vous dirai où ça me mène. Ça vous va ?

— Sûrement pas.

Il étouffa un rire.

— Tout ira bien.

Afficher en entier

— Vous savez ... Nous n’avons pas vraiment de suspect.

Moi. J’étais le seul suspect encore debout. Lisant entre les lignes, je saisis ce que Riordan était en fait en train de dire. Puisque de l’avis du département j’étais probablement le tueur, ils n’allaient pas déployer beaucoup d’énergie à me protéger.

— Ce que vous me dites, c’est que personne ne va prendre ça au sérieux avant de me retrouver découpé dans une ruelle.

Afficher en entier

— Et comment suis-je supposé me mettre à l’abri ?

— En laissant la police faire son taff.

J’entendis le tranchant dans mon rire et sus que lui aussi.

— Ouais, c’est vrai. Il y a vingt-quatre heures, la police pensait que j’étais une pédale hystérique qui inventait tout ça, c’était tout juste si elle ne pensait pas que j’étais un meurtrier. Désolé si je n’ai pas une grande confiance en la p ...

Il m’interrompit :

— J’ai dit que j’étais désolé. D’accord ? C’est une enquête pour meurtre. Les ego en prennent un coup. Putain, pourquoi je suis en train de m’expliquer ?

Je n’en avais pas la moindre idée. Face à mon silence, il enchaîna d’un ton plus raisonnable.

Afficher en entier

— Comment savez-vous que les freins de Chin ont été sabotés ?

— Parce que je les ai coupés ! Bon Dieu, je présume, OK ?

— Que Dieu me préserve des amateurs.

Je m’autorisai un doux moment de satisfaction.

— Vous l’avez juste mauvaise parce que vous aviez tort et j’avais raison.

— Et je dois vivre avec ça le reste de ma vie.

Il semblait sarcastique, pas désolé.

Afficher en entier

— Corday ? C’était le piège à pédés roux et efféminé ?

Il remarqua mon regard.

— Désolé, mais ce gamin était flamboyant.

Je restai silencieux. Je devais bien lui reconnaître ça, au vieux M. Frites. Je n’avais jamais imaginé qu’il était si plein de préjugés, à l’époque des tableaux noirs et des bulletins scolaires. Il m’avait paru être l’incarnation de l’éducateur ouvert d’esprit et non moralisateur.

Je dis lentement, pensant à voix haute :

— Rob, Rusty et moi étions tous gays. Pas que Rob et moi appelions ça comme ça, même entre nous. Pas à ce moment-là. Même si, quoi nous pensions faire ...

M. Atkins se racla la gorge, mal à l’aise, me ramenant au présent.

Afficher en entier

Je ne peux pas y croire. Hersey, un homo ?

Il me considéra, et je le vis faire le rapprochement.

— Ah, je vois, dit-il tristement.

Peut-être qu’au bout d’un moment, ce genre de remarque ne fait plus du tout mal. J’ajoutai avec raideur :

— Le truc, c’est que deux personnes décédées, issues d’un si petit groupe, cela semble être plus qu’une coïncidence.

— Ne le prends pas mal, fiston, dit M. Atkins. Faire la morale, c’est passé de mode depuis Henry James. Mais c’est une façon malsaine de vivre, non ?

J’avais de nombreuses réponses à ça. Aucune ne me permettrait de récolter plus d’informations.

Afficher en entier

— Je n’apprécie pas d’être rappelé à l’ordre. C’est compris ?

Je pouvais me sentir me transformer en statue de glace : l’effet glaçant de l’humiliation.

Afficher en entier

Je ne sais pas quel était le problème. J’étais célibataire – ce qui est une façon plus digne de dire seul – depuis des années. Désormais, j’avais quelqu’un dans ma vie, qui me disait tout ce que je voulais entendre, faisait tout ce que j’attendais de lui, et soudain je me sentais sous pression. Au temps pour mon sermon à Riordan sur les relations homosexuelles saines et satisfaisantes.

Afficher en entier

Je tendis la main vers le téléphone.

Mais, lentement, je reposai le combiné. À quoi servait-il d’appeler la police ?

Ces messieurs « Servir et Protéger » m’avaient catalogué en tant que pédale hystérique qui n’avait que lui à blâmer si un prétendant contrarié le harcelait. Riordan était clairement indécis quant à savoir si j’étais capable de m’envoyer des cadeaux macabres pour attirer l’attention. Pas étonnant qu’il me suspectât encore d’avoir tué Robert.

Afficher en entier

— Pas assez de sang sur vos vêtements. Et pas d’arme du crime.

— Même pas dans la Bronco ? demandai-je d’un ton affable. Moi qui me demandais pourquoi vous étiez bienveillant au point de me faire raccompagner chez moi.

— Vous êtes tellement cynique.

Riordan souriait.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode