Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de ADuf : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Éclats d'âme, tome 4 Éclats d'âme, tome 4
Kamatani Yuhki   
Le tome 4 est le plus beau de la saga à mes yeux, celui qui m'a émue. J'avais une certaine distance émotionnelle avec les tomes précédents malgré le fait que ça soit une bonne lecture abordant divers thèmes intéressants : idées préconçues, volonté de tout mettre dans des cases, de tout cataloguer, comme si c'est être gay ou asexuel qui défini la personne alors qu'elle est plus que ça, son identité, sa richesse d'âme ne s'arrête pas à ça.

Et le mal que l'on peut faire en étant ignorant, endoctriner par la société ou la bêtise des parents, indifférent aux mots prononcés et à l'impact vis-à-vis des autres.L'auteure appuie sur le fait que le coming out n'appartient qu'aux gens concernés, nul n'a le droit de se permettre de les devancer, c'est leur vie, ils ne sont pas des attractions, chercher à comprendre forcément n'est pas nécessaire, laissez les gens vivre comme ils sont, comme ils l'entendent et le ressent, c'est la bonne manière de faire.  On ne demande pas à un hétérosexuel de se justifier, alors pourquoi le faire pour les autres?  Les mettre dans des cases et les stigmatiser, "ces gens là" sans vraiment prononcer le mot, comme s'il s'agit d'un tabou, et plus encore...

L'autre plus du livre a été "l'hôte", dont on en a appris plus, et qui était un personnage épuré marquant une certaine liberté de vie, une philosophie sans entraves sans contraintes. Juste d'être.

Sur le blog : https://letempodeslivres.wordpress.com/2019/02/17/eclats-dame-lintegrale/
Le Dompteur de lions Le Dompteur de lions
Camilla Läckberg   
Je suis vraiment super fan de Camilla Läckberg. J’ai tous ses livres à la maison – même son livre de cuisine ! Alors la sortie d’un de ses romans est toujours un événement. Jusqu’à récemment, je relisais même les précédents tomes avant d’entamer le nouvel opus (j’ai abandonné pour le moment, car Le dompteur de lions est la neuvième aventure d’Erika).

Alors une telle introduction, vous pourriez tout à fait penser que je manque complètement d’objectivité avec Camilla Läckberg. Détrompez-vous ! J’ai eu une grosse déception à la lecture de La sirène, mais Le gardien de phare et La faiseuse d’anges étaient tellement bien que j’attendais avec impatience la sortie du Dompteur de lions.

Aussitôt reçu, aussitôt attaqué. Comme à chaque fois, j’ai adoré retrouver les personnages imaginés par Camilla Läckberg. Erika et sa manie de fourrer son nez partout, Patrick, Anna, Dan, Martin, même Melberg… En tant de livres, on a le temps de s’attacher à tous ces gens.

L’intrigue est vraiment bien. Glauque, comme d’habitude – ça reste du polar suédois – mais avec la petite touche propre à Camilla Läckberg, un peu girly. Les deux histoires – celles du passé et du présent, s’entremêlent et l’on se demande bien ce qui a amené les protagonistes à être à l’endroit où ils sont, à faire ce qu’ils font.

Aucune déception à la lecture du Dompteur de lions, mais un peu de chagrin à la découverte du nœud de l’intrigue. Certaines histoires font de la peine. Celle-ci ne fait pas exception. A découvrir. Mais pour ceux qui ne connaissent pas l’auteur, commencez par son premier roman : La princesse des glaces.
Miracle Morning Miracle Morning
Hal Elrod   
J'ai attendu avant de mettre ce commentaire car je déteste descendre un livre mais là je suis obligée car cela a été une totale déception !

Si le "concept" a de bon coté je dois dire que j'ai absolument détesté l'auteur (qui pourtant a pas eu une vie facile c'est vrai) : il est imbu de lui même "mon histoire, mes réussites, les réussites des autres grâce à moi : Jim Carrey, Will Smith, Oprah Winfrey"
(sérieux ? mais ils n'ont pas été célèbres avant ta "révélation"?) moi moi moi WAOO calme toi !!

Sur 300 pages de bouquin il y a environ 100 pages où il explique réellement "son" principe (c'est-à-dire la fin du livre en fait!)
et 200 pages de "moi, je" et de "vous allez voir je vais changer votre vie" !!
Sans compter la pub lisez ceci, allez sur tel site

Un livre qui prône tellement le capitaliste que c'est à vous dégoûter totalement de "l'idéal américain" et de la société en général !!

J'ai mis dans "j'ai lu" et non dans "pas apprécié" car le concept en lui-même peut être utiliser différemment et qu'il y a de jolies citations inspirantes (enfin si on enlève les 80 % qui parle de fric !)

Lisez des livres de Christophe André cela vaut mieux au moins il ne passe pas son temps à vous faire croire que vous allez marcher sur l'eau pour vous sortir des idées fumeuses !!

"j'ai doublé mon salaire en 2 mois en me levant une heure plus tôt chaque jour" AH-AH-AH



Couleur de peau : miel, Tome 4 Couleur de peau : miel, Tome 4
Jung   
Un nouveau tome de Couleur de peau....Des questionnements sur ses "deux"familles et de très jolies phrases comme la suivante qui est tellement vrai:"Il faut chérir les gens qu'on aime, être généreux avec eux, ça, c'est important, car la vie est courte et ne tient parfois qu'à un fil, bien fragile..."

par MiLn
Poison City, Tome 1 Poison City, Tome 1
Tetsuya Tsutsui   
Putain, qu'est-ce que c'est bon !
Un manga dans lequel l'auteur exprime ses peurs profondes sur le manga et son avenir, parsemé de réflexions sur la censure, sur la création, ce que ça veut dire être mangaka, ce que ça veut dire de contrôle la production... Les J.O. de 2020 ne sont qu'un prétexte pour exposer une situation politique extrême (et pourtant si réaliste) où le contrôle des productions artistique serait très stricte au Japon (tendance observée actuellement)
Jamais simpliste, toujours nuancé, cette véritable dystopie mangesque est captivante par sa narration en double-discourt alternant entre manga post-apocalyptique censuré et le parcourt de son jeune auteur confronté au monde de l'édition et de l'évolution de sa propre société.
Poison City est une vrai tuerie ! Une œuvre maitrisée de bout en bout qui ne tombe dans aucune facilité narrative et aucun écueil du genre, pour livrer un témoignage engagée entre réalité et fiction au méchant arrière-goût amer.
Tuerie narrative, servie par un dessin expressif, un découpage bien pensé. Poison City est aussi une tuerie littéraire maniant les genres avec brio pour sortir un discourt profond sur le manga, dans son identité et ses enjeux, en en dressant un portrait tout en nuance, mis en exergue par une dystopie subtile source d'une remise en question au goût de libération.
Magnifique.
La magie du rangement La magie du rangement
Marie Kondo   
https://mademoisellemaeve.wordpress.com/2017/10/02/la-magie-du-rangement-marie-kondo/

Selon ma collègue, je suis quelqu’un de maniaque. Je ne suis pas certaine qu’elle ait raison, du moins pas complètement, mais c’est vrai que j’aime que mes affaires soient rangées. Et il m’arrive parfois d’être prise d’une frénésie de tri et de réorganisation.

A sa sortie, La magie du rangement a fait un raffut du diable. J’ai même vu un reportage à la télévision et j’ai découvert que Marie Kondo avait des adeptes, devenues coachs en rangement. Soit.

Quand récemment j’ai démarré un énorme tri dans ma penderie, je me suis souvenue que ce livre était dans ma liseuse et j’ai pensé que le moment était parfait pour le lire. Après tout, peut-être allais-je trouver de bonnes idées pour réorganiser mes placards ?

La magie du rangement est un mélange de manuel à l’usage de celui qui veut vider son intérieur et d’éléments biographiques de Marie Kondo. On y apprend que toute petite déjà Marie aimait ranger. C’était une petite fille solitaire qui cherchait sa place au sein de sa famille entre son grand frère et sa petite sœur. Son obsession pour le rangement, la traque de l’objet qui n’a aucune utilité dans sa maison fait un peu de peine. On sent que Marie Kondo est totalement névrosée. Mais elle a réussi à faire de son obsession son métier et elle éprouve une vraie joie à aider les gens à se délester du superflu. Très bien.

Certains de ses conseils sont plutôt malins et j’avoue que j’ai adopté sa méthode de rangement pour mes foulards que je vois tous désormais d’un seul coup d’œil. Pour le reste, je n’ai pas appris grand chose, ses conseils découlent du bon sens.

En revanche, j’ai bien du mal avec sa méthode qui consiste à parler à ses affaires. Je ne me vois pas remercier mes chaussettes ou mon sac à main parce qu’ils font bien leur boulot. Mais si cela convainc certains, pourquoi pas.

Marie Kondo jette, elle remplit des sacs poubelles de fringues, de livres, d’affaires diverses. Je pense quand même qu’il y a d’autres alternatives que de tout bazarder à la déchetterie. Comme Le Relais, Emmaüs…

Marie Kondo invite à ne garder que ce qui procure de la joie. Oui, d’accord. Mes documents administratifs ne m’en procurent aucune, tout comme mes produits d’entretien et mes chaussettes. Pourtant, je pense que je vais quand même les garder. L’auteure conseille aussi de se débarrasser de la plupart de ses livres, de déchirer les pages de ses passages préférés et de les coller dans un cahier. Sans surprise, je n’ai absolument pas adhéré à cette idée.

Ceci-dit, elle a raison quand elle dit que l’on se sent mieux dans une maison épurée. Il suffit de prendre conscience de ce que chacun entend par « épuré ». Pour moi, cela correspond à une maison rangée, où chaque chose a sa place. Mais j’aime qu’il y ait de la vie chez moi, que tout ne soit pas caché dans les tiroirs ou les placards. Que mes livres soient dans la bibliothèque. La lecture de La magie du rangement n’a pas changé ma vie. Mais c’est peut-être une bonne lecture pour se donner de la motivation pour entamer un vrai tri chez soi. Mais pitié, ne suivez pas ses conseils à la lettre, réfléchissez avant de tout jeter à la poubelle. Et trier permet aussi d’avoir une meilleure connaissance de ce que l’on possède déjà et de réaliser que l’on n’a pas forcément besoin de s’entourer de plus d’objets. Mais en ce qui concerne les livres, les chaussures et les tasses, je pense qu’il n’y en a jamais trop !
Couleur de peau : miel, Tome 2 Couleur de peau : miel, Tome 2
Jung   
Une bd qui raconte la vie d'un ado coréen, devenu belge par l'adoption et qui lutte pour se trouver après tant de bouleversements (abandon / adoption / déracinement culturel).
Plein d'émotions sans être niais, plein de tendresse et d'humour. Chapeau ! A lire sans hésiter.

par Nath56
Couleur de peau : miel, Tome 1 Couleur de peau : miel, Tome 1
Jung   
Non seulement cette bd traite de l'adoption, et donc de l'abandon mais aussi du déracinement culturel. Et elle fait tout cela avec intelligence, tendresse et humour ! Bravo.

par Nath56
Lydie Lydie
Zidrou   
J'ai trouvé cette BD ensorcelante. Et très poétique aussi.
L'histoire de cette femme, un peu folle, qui, pour ne pas mourir de chagrin laisse son esprit s'échapper dans l'imagination. Face à ce doux bonheur, les gens autour d'elle vont jouer le jeu.
J'ai trouvé ça très fin psychologiquement, on flotte entre réalité et imagination, folie et raison. Bonheur et malheur. Tristesse et joie.
Les limites entre ces différents aspects sont très minces et vraiment, vraiment tout est très bien mené par l'histoire. Autant par le texte que par les dessins.
Bref, une BD qui m'a vraiment plu (moi qui ne suit pas trop BD). Une petite pépite :D

par Marshoo
Le jour où elle a pris son envol Le jour où elle a pris son envol
Maëla Cosson    Marko    Béka   

Une bande dessinée agréable, une belle réflexion sur notre choix de vie et qui donne envie de vivre plus simplement...

par MiLn