Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de aelaw : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Le Mensonge Le Mensonge
Hallie Ephron   
Je m'attendais à un peu plus de "piment", de suspens, de rythme ! J'ai été déçue, je m'attendais à autre chose tout simplement.. Cependant si on a envie de lire simplement, sans trop réfléchir, sans devenir accro au bouquin, il est fait pour ça !

par lullaby02
Le Bruit et la Fureur Le Bruit et la Fureur
William Faulkner   
Il faut parfois s'accrocher, surtout au début lorsque Benjy fait son monologue. Mais grâce à l'écriture de Faulkner, on n'a pas besoin de tout comprendre, on perçoit les choses. Des personnages révoltés, en guerre perpétuelle les uns contre les autres - sauf peut-être Dilsey, la gouvernante qui n'est qu'amour. Une famille se déchire, se hait et s'adore sur plusieurs générations. Cassy est un beau personnage, trop effleuré peut-être, de jeune fille intrépide, Benjy est finalement très lumineux quand on comprend son mode de pensée. Et Quentin (le frère) est remarquable dans sa détestation du monde et de son hypocrisie qui l'empêche de posséder celle qu'il aime.

par Laurien
Vipère au poing Vipère au poing
Hervé Bazin   
Très bon livre autobiographique, la relation mère fils y est des plus perverses, on aborde ici la maltraitance qu'elle soit passive (père) ou active (mère). Et pourtant, malgré la gravité de l'ouvrage, le besoin de survie de l'auteur lui permet de prendre de la distance et de se construire malgré son histoire, brillamment dénoncée dans cet ouvrage.
Malgré la gravité du livre, l'humour est présent, les personnages sont superbement dépeints et les scènes sont très réalistes.
A lire !

par Lilwen
J'accuse ! : et autres textes sur l'affaire Dreyfus J'accuse ! : et autres textes sur l'affaire Dreyfus
Émile Zola   
Je ne l'ai pas lu avec le lycée mais mes profs en ont parlé, alors j'ai voulu tenté. Je ne suis pas déçue. Zola n'épargne personne et sa critique est vraiment dure. La liste de nom qu'il cite à la fin est impressionnant.

C'est sur, c'est du Zola. ce n'est pas aussi facile que du Stephenie Meyer...

par justmoi
Le facteur sonne toujours deux fois Le facteur sonne toujours deux fois
James M. Caïn   
Le genre polar n'est pas un de mes genres les plus favoris, mais, bien sûr, les polars d'or m'intéressent. Et ce roman de Cain est un polar d'or.
Amour fou, sexe, crime, suspense, surprise. Un live qui reste dans la mémoire.
Publié en 1934. Un polar très connu. Titre original: The Postman always rings twice. Pour plus d'information: fr.wikipedia

Nombreuses adaptations au cinéma.

par rogermue
L'Africain L'Africain
Jean-Marie Gustave Le Clézio   
Ce n'est pas un roman, mais un court récit largement autobiographique, dans lequel Le Clézio évoque les souvenirs de ses années d'enfance passées en Afrique, et plus précisément à l'ouest du Cameroun, où son père exerçait, dans les années trente et au-delà, la charge écrasante de "médecin de brousse" comme on disait alors... Souvenirs d'images, souvenirs de parfums et d'odeurs... On s'aperçoit, à cette occasion, que des faits en apparence insignifiants peuvent laisser aux enfants qui en sont les témoins un souvenir durable et une trace profonde ; ainsi Le Clézio nous raconte-t-il la souffrance éprouvé à la vue d'une femelle scorpion essayant de protéger ses petits de la mort, lorsque le père de l'auteur enflamme de l'alcool autour de l'animal pour le tuer... Mais le livre est également une quête biographique, au cours de laquelle Le Clézio part à la recherche de son père perdu et méconnu ; perdu car il est mort dans les années soixante, méconnu car l'enfant a vécu longtemps sans la présence de son père, et aussi parce que son père ne disait rien de lui, de ses souffrances, de sa vie... Le Clézio part donc dans une enquête pleine de sensibilité, à partir des traces laissées par son père : quelques meubles, des photos prises en Afrique avec son appareil photo Leica (dont des reproductions illustrent le livre), quelques instruments de médecine ou de chirurgie... Enfin, outre les aspects biographiques qui sont évoqués, "L'Africain" est porteur de valeurs profondément humanistes. Le Clézio n'aime pas seulement son père, il aime tous les hommes sur la terre, et il l'écrit très bien. Enfin, ceux qui, comme moi, sont nés "aux colonies" y trouveront sans doute des éléments qui feront résonance en eux... L'Africain, un excellent bouquin, qu'on peut lire les yeux fermés... mais c'est quand même mieux si on les ouvre !!!

par robertcri
Mickey Bolitar, tome 2 : À quelques secondes près Mickey Bolitar, tome 2 : À quelques secondes près
Harlan Coben   
La première chose que j'ai apprécié dans ce livre, c'est que, par des allusions ou au travers de dialogues, il retrace un peu les évènements du tome précédent. Je dois avouer que j'avais eu un peu peur, car je ne me rappelais pas vraiment de ce qu'il s'était passé. J'ai donc pu plonger dans le livre avec tous les éléments nécessaires en tête, et sans avoir l'impression, au cours de la lecture, de passer à côté de quelque chose.

Je vais commencer par les deux points principaux qui m'ont déçu : d'abord, l'écriture. Elle est assez légère, et c'est parfois facile. Je ne saurais vraiment comment l'expliquer, mais à certains moments j'ai grincé des dents. On sent bien que le scénario et les idées sont bien travaillés, pourtant j'ai parfois eu l'impression que l'écriture avait été bâclée... Néanmoins, là où l'écriture marque un point fort, c'est que au moins ça se lit vite, on garde donc plus l'impression de suspense, de récit haletant.

Le deuxième point faible, ce sont les incohérences. D'abord, ça s'enchaîne un peu trop vite. Il se passe énormément de choses dans le livre, mais sur une durée plutôt courte : une semaine grand maximum. Et du coup, ça donne une bizarre impression au lecteur. Un héros qui vient de se prendre une dérouillé, de passer une nuit au poste de police et d'apprendre un truc absolument fou serait-il prêt, dès le lendemain, à se lancer dans une nouvelle aventure ? Et ce, tous les jours ! Sacrément résistant, le Mickey. Et puis le point dérangeant, mais qui est toujours le même pour tous les policiers : la chance. A chaque fois, le héros tombe sur la bonne piste, sur la bonne personne à interroger, sur le bon lieu à visiter.

Le livre marque quand même un bon point par rapport au tome précédent. La remise en question de Mickey est assez intéressante. Il sera amené plusieurs fois à se demander si il doit vraiment embarquer ses amis dans son aventure, si les conséquences pour eux ne seront pas trop graves. Il se sent responsable, mais en même temps il ne peut pas y arriver sans eux. Et puis j'aime beaucoup le personnage. Son humour parfois provocant, en toutes circonstances (même face à des policiers) est très drôle et nous fait un peu nous détendre. Sa passion pour le basket, également. J'ai beaucoup aimé comment il décrit ses sentiments sur le terrain, comment il est absorbé par son match.

Les rebondissements qui jalonnent le récit marquent eux aussi un très bon point. Ils contribuent au suspense et donnent plus de densité ou de mystère à l'histoire. Il n'y a pas de temps morts, ce qui présente des mauvais comme des bons points. En tout cas, si vous cherchez un livre dans lequel vous voulez être plongés, absorbés, lisez A quelques secondes près.

Et la fin, qui laisse présager une suite, m'a faite plaisir ; j'aurais été déçu que les aventures de Mickey Bolitar s'arrêtent là. La prochaine fois, à coup sûr, je les suivrais encore avec plaisir.

par legolas
Femmes de dictateur, Tome 1 Femmes de dictateur, Tome 1
Diane Ducret   
Je n'ai pas acheté ce livre, c'est ma mère qui l'a fait. Le titre m'a intrigué et je me suis lancée.
J'ai trouvé ça interessant de connaître l'histoire de ses femmes (femmes officielles et maitresses) qui aimaient des monstres, ces "hommes" qui dans la plupart des cas se fichaient d'elles, les laissant mourir, les renvoyant, les enfermant, etc... De plus avant de lire ce livre, je ne me doutais pas que ces hommes violents et cruels (et plutôt moches à voir mes manuels d'histoire) avaient pu suciter de telles passions chez des femmes du peuple (qui auraient pu offrir leur âme pour apercevoir ces "hommes"). Certains recevaient des milliers ou millions de déclarations enflammées !
C'était assez dérangeant de découvrir ça (car comment peut on aimer de tels "hommes" ? et beaucoup d'entre elles savaient ce qu'ils faisaient!) mais également intéressant.
Level 26, Tome 2 : Dark prophecy Level 26, Tome 2 : Dark prophecy
Anthony E. Zuiker   
Une bonne suite, plus centrée sur Steve Dark, occupé a combattre ses démons et un nouveau meurtrier. Écriture fluide et action sont au rdv. Pour tous ceux qui ont apprécié le premier tome !

par Mystix
Deux petites filles en bleu Deux petites filles en bleu
Mary Higgins Clark   
Il y avait longtemps que je n'avais plus lu un livre de Mary HIGGINS CLARK qui était pourtant mon auteur fétiche pendant mon adolescence. Mais depuis j'ai découvert le thriller plus noir avec Maxime CHATTAM, Jean-Christophe GRANGE ou encore Douglas PRESTON & Lincoln CHILD et donc les MHC me paraissaient un peu fades.
Pourtant, on rentre directement dans le vif du sujet avec l’enlèvement des jumelles, les vraies/fausses identités des ravisseurs et les portraits parfois un peu troubles des parents et de leur entourage. Seul le cerveau de l'histoire reste dans l'ombre.
Le lien si fort et si particulier entre ces deux petites filles m'a réellement intrigué pendant tout le livre. Il est même parfois presque étouffant .
Une fin étonnante et captivante !
Même si ce n'est plus le genre de thriller que j’apprécie, j'ai passé un bon moment avec ce récit.

par Kalea
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4