Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Aerlinne : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Soldati Hearts, Tome 1 : Le prince Soldati Soldati Hearts, Tome 1 : Le prince Soldati
Charlie Cochet   
https://lecturesmmdoriane.wordpress.com/2017/03/28/le-prince-soldati-tome-1/

Riley mène une vie tout ce qu’il y a de plus normal. Jusqu’au jour où il se retrouve obligé de fuir des démons qui en veulent à sa vie. Pourquoi ? Car il est destiné à Khalon, le Roi Soldati, et que la mort de Riley pourrait être plus que bénéfique pour les démons. Khalon va alors devoir protéger cet humain tout en essayant de comprendre comment il a pu se retrouver lié à un être aussi faible. Cependant la route vers la vérité, et vers le retour à la normal pour Riley est loin d’être sans danger…

À travers la série THIRDS, je suis totalement tombé sous le charme de la plume de Charlie Cochet ! Ce n’est pas un secret, je le dis à qui veux l’entendre. Alors évidemment quand j’ai vu qu’un nouveau livre d’elle sortait, et qu’en plus j’avais l’occasion d’avoir la version papier au Salon du Livre : je n’ai pas hésité. Me voilà rentré, et sans surprise il s’agit d’une de mes premières lectures de mes achats de Livre Paris !

Dès la première page j’avais déjà remarqué quelque chose : j’allais rire tout au long du roman ! Riley est drôle au possible, et il est bien rare que ces apparitions n’ont pas fait naitre chez moi un sourire, voir plus. Il m’a beaucoup fait penser à Dex, l’un des héros de THIRDS. Et avec lui nous avons Khalon, un roi plus qu’énervé d’être lié à un simple humain et qui aime donc décharger sa colère sur ce dernier. Pas de bol pour lui, Riley n’a pas sa langue dans sa poche et va s’amuser à le rembarrer encore et encore, ce qui va simplement énerver encore plus Khalon. Pour ma part, je trouve que leur relation commence plus que bien ! Évidemment il n’y a pas qu’eux comme personnage, et je me suis beaucoup attaché à Rayner ! J’adorerai voir, dans le futur, un tome sur lui et un autre personnage en particulier : cela serait plus qu’intéressant !

Pour ce qui est de l’histoire, j’avoue avoir été surprise à plusieurs moments ! Alors il y a des détails évidents, comme dans chaque livre, mais il reste quand même quelques éléments… surprenant ! J’ai adoré suivre leurs aventures, mêlées à d’action et d’une bonne touche d’humour. Un livre que je relirais sûrement avec plaisir, et donc je vais attendre la suite avec beaucoup d’attention !
Force d'Intervention Iota, tome 1 : Gris à 18% Force d'Intervention Iota, tome 1 : Gris à 18%
Anne Tenino   
Quelle agréable surprise que ce roman d'anticipation MM ! Dans un futur pas si lointain, l'Amérique est divisée entre les états bleus, libéraux, et les rouges, ultra conservateurs, bible et fusil, refusant le fédéralisme... et internant les homosexuels dans des camps de « réeducation ». La guerre est officiellement terminée, mais la guérilla continue. Matt, beau gosse de 23 ans, une jambe en moins après avoir sauté sur une mine, est un agent du SEF, « service d'exfiltration des homosexuels », comme toute sa turbulente et redoutable famille. Et on le charge d'aller récupérer un nouveau « colis » en territoire ennemi, dans l'Idaho rouge. Un soldat d'élite des psy forces fait prisonnier lors d'une escarmouche et interné dans un camp de réeducation après avoir été dénoncé comme gay. Presque une mission de routine, si ce n'est la personne du « colis », James Ayala. Ils étaient amis autrefois, même un peu plus que ça pour Matt, qui avait le béguin pour James. C'était avant que James le surprenne à genoux en train d'honorer un autre garçon. Néanmoins Matt accepte la mission et retrouve James. Qui assume désormais son homosexualité, mais beaucoup moins l'implant que ses supérieurs ont inséré dans son cerveau comme s'il était un rat de laboratoire, ou les tests que les rouges ont fait sur lui !
Voilà les deux hommes en fuite en territoire hostile, poursuivis par des miliciens chasseurs de gibier, des soldats de l'armée régulière, des drones armés et dangereux, une jument câline et un peu boudeuse, et une nonne prêt à tout pour perdre sa virginité. Tout au long de ce road movie musclé, tonique et drôle, Matt et James vont se retrouver, s'attirer, s'aimer. Malgré la terreur que ressent James devant les capacités psychiques inattendues que lui procurent son implant cérébral, il ne pense qu'à sauver le joli petit cul de Matt, et se montre aussi tendre qu'il est autoritaire et dominateur au lit. Tandis que Matt, qui craint confusément de trop se soumettre aux désirs de son compagnon, est prêt à tout pour sortir son soldat de l'enfer, et empêcher qu'on ne le transforme en cobaye pour le restant de ses jours.
Il y a quelques explications en trop dans cette histoire (dont les 18% de gris), qui égarent le lecteur au lieu de l'éclairer, d'autres qui manquent un peu (sur les causes de la guerre 50 ans plus tôt par exemple) , et un peu trop d'acronymes (mais bon, avec les séries US, on est habitué) , mais cela n'enlève rien au plaisir d'une lecture que j'ai trouvé réjouissante. Il faut dire que je suis fan depuis toujours de SF et d'anticipation, et j'ai retrouvé dans ce roman comme un écho de certains romans de Farmer ou Heinlein. Une échappée belle pleine d'action et de tirs lasers, mixée avec une romance MM plutôt sexy, et décrite avec un humour pince sans rire qui m'a plu, sans oublier une galerie de personnages secondaires savoureux et déjantés.
Un très bon moment de lecture … et j'espère bien une suite sur Logan !
4/5

par Lena06
Le Dernier Héraut-Mage, Tome 1 : La Proie de la magie Le Dernier Héraut-Mage, Tome 1 : La Proie de la magie
Mercedes Lackey   
Très bonne surprise pour moi que ce roman, car à la base je n'apprécie pas spécialement Lackey (je trouve souvent ses histoires trop précipitées, pas assez approfondie, me laissant ainsi un sentiment d'inachevé).
Mais là... bon, certes, c'est parfois un peu précipité, mais ce roman est tellement addictif que je ne peux même pas lui reprocher ça. Je n'en ai pas décroché un seul instant et la dernière page lue, je ne pensais qu'à foncer sur la suite.
Les personnages sont certes trop "beaux et gentils" et blabla, mais il y a aussi tout le chemin de Vanyel, ses rapports avec les autres, la manière dont il est perçu à cause de son homosexualité, son évolution...
Une vraie petite merveille à lire.
Les Mésaventures prometteuses de Chance Les Mésaventures prometteuses de Chance
Charlie Cochet   
Une lecture qui assemble mille et une émotions...

Chance Irving est un jeune homme n'ayant pas eu la vie facile. Considéré comme "enfant à problème" il se retrouve dans New York, seul et sans rien en poche. Alors qu'il trouve un refuge, des années plus tard, la rue le rattrape et il entre dans un cercle vicieux où le sexe, la drogue et l'alcool sont les seuls maîtres de sa vie. En plus de sa colère profondément ancrée. Finalement, il fini par rejoindre la Légion étrangère, mais même ici sa colère est toujours aussi présente et les problèmes nombreux. Il est transféré vers une unité composée uniquement de marginaux et d'agitateurs, des personnes comme lui. C'est à ce moment qu'il rencontre Jacky Valentine, son commandant.

La rencontre entre Chance et Jacky est un moment important dans l'histoire, parce qu'on découvre Jacky dans un espace confiné ce qui rend la scène encore plus intime. Ils sont enfermés et la seule chose qu'ils puissent faire c'est parler. Ce que Chance fini par faire, tandis que Jacky tente de réguler sa respiration... J'ai bien aimé cette scène et l'humour qu'elle dégage également. On n'est pas dans une scène chaotique avec des cris et des larmes. Juste de la sincérité et une petite touche d'humour pour alléger l'ensemble. Chance est un jeune homme attachant et sincère. Il est en colère, il se sent incompris et supporte difficilement la vie. Jacky est un homme respecté et ayant le cœur sur la main. Les trois gars, Bobby, Alexander et Jhonnie sont également attachants. Chacun à son histoire, certaines dures, d'autres un peu moins, mais elles sont en quelques sortes identiques, parce qu'ils ont tous souffert d'une façon terrible.

Chance est insupportable, mais sa relation avec Jacky s'installe doucement et on le sent doucement changer. On le voit évoluer de la bonne manière. On voit les liens entre les quatre garçons devenir plus sincère, plus aimable et surtout plus solide.

Charlie Cochet signe un premier tome bourré de colère d'une sincérité profonde. On découvre une vie de misère, une vie qu'ils doivent malheureusement traîner derrière eux, mais où ils ne sont plus seuls. Pas seulement une carte de deuxième chance, mais une carte vie. Parce que c'est ce que Jacky leur permet de faire. Vivre ! L'écriture est toujours aussi sensationnelle et captivante, fascinante même. On plonge dedans tête en avant pour n'en ressortir que plus tard.

Une vraie pépite ! Je n'ai qu'une attente, lire l'histoire de Jonathan.

par Linkward
Raiden (Dormeveille College t. 1) Raiden (Dormeveille College t. 1)
Enzo Daumier   
Si j’aime le paranormal, le surnaturel, les créatures étranges et imaginaires, c’est uniquement dans les films, les séries ! Dans les livres cela ne m’a jamais attirée … C’est même plus que cela, je les fuis :p (devrais-je dire à présent : je les fuyais ?) … Troisième livres que je tente dans ce registre, et là, j’accroche, un truc de malade !! Je devais tenter ce roman surtout après avoir découvert la plume de l’auteur avec sa première trilogie « Tendres baisers » (que j’ai adoré), il me restait à savoir, si j’allais apprécier ce nouvel univers créé de toute pièce ! Et oui, pour son nouveau roman, l’auteur nous embarque avec de nouveaux personnages, dans un univers paranormal, où les êtres surnaturels côtoient les humains, où les mystères règnent en maître ….
Dans « Raiden », nous faisons connaissance avec Louis, le protagoniste principal, un jeune homme téméraire, intrigué par les phénomènes étranges, attiré par les êtres surnaturels … Un jeune homme plein d’audace, qui n’a pas sa langue dans sa poche ! Au fil des pages, nous pénétrons dans un univers fait de mystères, nous découvrons les lieux où évolueront les personnages, et sans réticence la magie opère …
Dès les premières pages, l’auteur nous entraîne, nous happe, nous capte … Exit le côté « So British » de sa première trilogie, même si l’action principale se déroule à Oxford, dans ce premier opus, la plume de l’auteur est en totale adéquation avec la jeunesse des protagonistes, je l’ai trouvé fluide, pleine de fraîcheur, légère, magique et intrigante par moment … J’ai été subjugué par l’intrigue, par l’univers créé autour d’êtres imaginaires tels que les Rêveurs… A aucun moment pendant ma lecture, je ne me suis sentie perdue dans ce monde inconnu, car par un précédé ingénieux l’auteur nous distille des informations à chaque début de chapitre, donc, nous apprenons au fur et à mesure les tenants et aboutissants, qui feront en toile de fond, l’univers dans lequel Louis et ces acolytes devront évoluer …
Louis est étudiant au Collège de Dormeveille, mais sa soif de savoir et surtout sa curiosité sans limite, font pousser le directeur à le renvoyer et de ce fait, le contraindre à devoir se loger ailleurs …. Et c’est là que sa vie va changer, rien ne sera plus pareil quand il fera la connaissance de Raiden ! Raiden, ce personnage intriguant, envoutant avec un charme fou ! J’avoue que j’ai été subjugué par ce jeune homme à part …. Je n’en dirai pas plus pour ne rien dévoiler de l’intrigue principale, juste que l’histoire est drôlement bien menée et amenée, que j’ai été tenue en haleine de la première à la dernière page …. J’ai exploré les lieux avec Louis, j’ai eu peur avec et pour lui, j’ai ri de ses apartés cocasses … j’ai comme lui été très attirée par l’exotisme de Raiden, et quelque peu énervé par le comportement de son petit ami …
Voici un premier tome qui nous permet de nous familiariser en beauté avec cet univers étrange, qui nous met l’eau à la bouche, et qui ouvre subtilement les hostilités ! vivement la suite …
Je finirai avec ces citations :
« Je sens l’excitation monter en moi. L’aventure dont je rêve depuis que je suis arrivé à Oxford, qui sait si je ne suis pas en train de la vivre maintenant. »

« J’ai la sensation d’avoir appris beaucoup de choses, mais je suis encore plus confus que lorsque je suis entré dans son antre. Le mystère s’épaissit et, en son centre, se trouve ce bel étranger »

Ma note : 4,5/5
Ici et ailleurs, Tome 1 : Au milieu de nulle part Ici et ailleurs, Tome 1 : Au milieu de nulle part
Roan Parrish   
J'ai acheté ce livre sur un coup de tête lors d'une convention LGBT. La couverture m'a tout de suite attiré. Je la trouve particulièrement belle, surtout que j'aime beaucoup ces paysages de forêt de conifères enneigée. C'est, si je me souviens bien, ce qui m'a poussé à l'acheter en premier. J'ai mis un certain temps avant de le lire notamment parce que j'avais déjà une jolie PAL mais une fois le nez dedans, il n'a pas duré longtemps !

Au début, j'étais sceptique. Je ne suis pas très fan des récits au présent, qu'ils soient à la première ou à la troisième personne du singulier. C'est un point de vue subjectif évidemment. Alors, au début ça m'a un peu dérangé. Mais ce qui m'a le plus rendu incrédule, c'est la rapidité des deux personnages dans le premier chapitre à passer directement à quelque chose de plus concret. Plus tard pourquoi pas mais au début, je trouvais ça beaucoup trop rapide, sans réelles recherches. Mais au final, même si je trouve ça toujours un peu improbable, je me suis laissée porter par l'ambiance du roman et par l'attachement que j'ai développé pour les personnages.

Daniel est un protagoniste que j'ai trouvé plus attachant et intéressant que Rex au début. Mais seulement au début. J'ai cette fâcheuse tendance à adorer les personnages torturés et Daniel est ce que je recherchais. Mais en vérité, Rex n'est pas un modèle d'homme parfait et je me suis progressivement attachée à lui aussi.

J'ai pas mal apprécié l'aspect très académique qui est mis en avant par Daniel. Je m'y suis un peu retrouver et je me suis auto critiqué aussi. Oui, les gens de l'université peuvent avoir cet air suffisant, du genre : "j'ai fait de biens meilleures études que toi, évidemment que je sais, évidemment que je suis plus intelligent que toi." Je trouve ce concept très actuel. Venir de telle ou telle université influence vraiment la suite de votre vie et on peut effectivement être catalogué de cette façon. J'ai trouvé l'approche de ce sujet très intelligente et je suis même contente de la voir dans un tel roman. Je me suis moi-même posée des questions à ce sujet, savoir si j'étais vraiment du genre à juger les gens par rapport à ça. Sans mentir, la réponse est oui. Oui parce qu'on nous apprend à être comme ça et je m'en sens un peu honteuse. Je ne suis pas mécontente d'avoir eu ce déclic en lisant cette oeuvre, au contraire.

Une autre chose que j'ai beaucoup aimé c'est l'aspect mental de Daniel. C'est un personnage très torturé, qui se rend compte de certaine chose mais qui ne peut pas les modifier si facilement. Il est à la fois fort et fragile. Fort pour protéger sa fragilité justement. J'ai beaucoup apprécié ce côté "c'est beaucoup trop bien pour que ça m'arrive à moi. Il y a forcément quelque chose de mauvais derrière ça." J'ai aimé parce que je me surprends parfois à penser comme ça. En fait, je me suis identifiée au personnage un grand nombre de fois, d'où le fait que j'ai sans doute développé un attachement plus profond et plus rapide pour Daniel que pour Rex.

Ensuite, il y a toute cette partie sur la famille de Daniel. Au début, je me suis dit que c'était cliché. Mais parfois, quelques clichés ne font pas de mal, surtout quand les détails varient. En fait, ce sont même ces détails qui font être importants. Ici il y en avait quelques uns, notamment Colin et son agressivité. Mais pas juste des injures par-ci par-là. Une vraie agressivité qui ne fait que gonfler à chaque fois qu'on en apprend un peu plus sur la famille de Daniel. Ce qui est bien selon moi, c'est que je n'ai pas pressentit les premiers signes. Evidemment, quand ils sont devenus assez clairs à son sujet, je suis restée incrédule, attendant de savoir comme l'auteure allait s'en sortir avec ce nouveau cliché. Eh bien, selon moi, plutôt bien.

Pour en revenir un peu plus sur l'histoire en elle-même avec Rex, je dois dire que je trouvais au début que l'auteure insistait trop sur les odeurs de pin, de bois, et autre que portait Rex. Ensuite ça se calme et ça devient moins récurent, moins lourd à lire. On apprend doucement à connaître ce personnage assez énigmatique qui s'avère touchant, avec une réelle sensibilité et un coeur solide. Je continue de dire que le début va un peu trop vite entre eux au début, mais une chose que j'ai apprécié, et je le relève parce que justement, ça change de ce que j'ai déjà pu lire, mais j'ai aimé, par exemple, la scène où Rex doigte Daniel en l'embrassant contre un arbre et ne va pas jusqu'à le prendre, jusqu'au bout de l'acte sexuel. Comment expliquer ça... ? En fait, souvent (de ce que j'ai lu en tout cas), le schéma des scènes est le même : préliminaire avec régulièrement une fellation, une préparation, puis la pénétration. Ici, le fait qu'il le doigte juste pour les sensations m'a plu. J'ai trouvé que ça changeait, donc j'ai aimé. Juste toucher pour toucher, pour chauffer, pour faire plaisir à l'autre, et rien de plus. C'est cet aspect qui là qui m'a charmé, même si je ne nie pas qu'il y a beaucoup de scènes de sexe dans ce roman.

En parlant du sexe dans ce roman, j'ai beaucoup aimé le fait que, malgré la différence de taille, les deux personnages changent leur position, qu'ils n'aient pas un rôle fixe à chaque fois qu'ils couchent ensemble. Pourquoi l'un devrait forcément toujours être celui qui est pris, et l'autre celui qui prend ? On aurait parlé de Rex et Léo, je ne dis pas, la conception devient plus difficile, mais là ce n'est pas le cas et je trouve ça bien.

En parlant de Léo, je trouve ce personnage secondaire rudement attachant, et j'ai très très hâte que le tome 3 sorte en français ! Je l'affectionne vraiment. Je trouve qu'il s'intègre très bien à l'intrigue et qu'il ajoute une touche de couleur et de fraîcheur quand il apparaît. Sans parler du fait qu'il aide à l'amitié entre Will et Daniel, ce qui n'est pas rien. J'apprécie beaucoup Will aussi. Son jeu sournois avec Daniel m'a fait sourire et j'ai trouvé très plaisant de lire comme quoi ils étaient de force à peu près égale au combat.

Je dois dire que sur les derniers chapitres, j'ai pleuré. Pas le tout dernier, mais ceux où Daniel est carrément paumé ! J'ai adoré ! J'adore pleurer sur un livre parce que je trouve qu'un livre qui arrive à faire pleurer d'émotions est un livre où l'auteur à réussi à transmettre les sentiments de son personnage à ses lecteurs. J'ai été très touché. Vraiment. Pour moi, l'auteure a réussi sa mission, Daniel m'a arraché des larmes à plusieurs reprises. En fait, c'est à la fois chaotique pour Daniel mais très clair pour le lecteur et c'est ce qui est bien fait. Je ne vais pas trop en dire dessus pour ne pas spoiler mais sincèrement, ces derniers chapitres ont été intense !

En ce qui concerne la fin, je ne m'attendais pas trop à ce que ça se finisse ainsi. Je déteste les fins. Je déteste finir un livre et dire au-revoir à des personnages auxquels je me suis attachée. Je trouve ça dur, surtout quand j'ai adoré parce que je ne veux justement pas les quitter. Cependant, ici, j'ai beaucoup aimé la fin. Elle est plutôt ouverte et tous les problèmes ne sont pas résolus, laissant au lecteur le plaisir de s'imaginer la suite dans sa tête. Cependant, en venant ici pour laisser mon commentaire, j'ai vu qu'il y avait deux autres tomes (je l'ignorais jusque là) et j'ai bondit de joie en l'apprenant ! Surtout le tome 3 en réalité ! Même si je pense que pour le tome 2, les beaux paysages enneigés, le silence de la forêt et toutes les senteurs qui vont avec vont me manquer. J'avoue m'attendre à quelque chose de plus urbain alors que justement, ce tome-ci m'a charmé parce qu'il s'agit du Michigan (parler du Michigan et de Détroit m'a d'ailleurs inspiré une forte nostalgie que j'ai eu du mal à digérer au début, pour des raisons personnelles). Je ne sais pas réellement à quoi m'attendre donc je vais devoir attendre pour me prononcer à ce sujet.

L'écriture de l'auteure, ainsi que la traduction, m'ont, comme je l'ai déjà dit plus tôt, un peu gêné, notamment le temps. Je ne suis pas fan des récits au présent mais rapidement, ce malaise est passé pour m'intéresser beaucoup plus à l'histoire et au final, je n'y faisais plus du tout attention. J'étais plongée dedans et je trouve cette histoire très addictive. Il m'était parfois difficile de décrocher, surtout que les chapitres sont longs.

En outre, j'ai beaucoup aimé cette histoire et j'ai hâte de lire les tomes suivants !! Très émouvant !

par Kanon
De Coeur et de Sang De Coeur et de Sang
Rowan Speedwell   
Vous ne pouvez qu’apprécier cette romance magnifique, plus de 400 pages d’une fresque historique riche et passionnante qui s’écoule sur une trentaine d’années sous l’ère Napoléonienne. L’auteure a fait un travail remarquable sur le contexte historique en faisant des recherches minutieuses non seulement sur la situation politique à cette époque mais également sur la vision de la société sur l’homosexualité. Elle nous offre une histoire d’amour superbe avec deux magnifiques héros.

L’auteure Rowan Speedwell a construit son livre d’une façon étonnante, chaque partie correspondant à une période de la relation entre Tristan et Charles. C’est très judicieux nous permettant ainsi de voir non seulement la rencontre mais également la lente construction de cet amour inhabituel jusqu’à sa conclusion. La première partie à elle seule aurait suffit tellement elle est dense avec un prologue qui revient sur le moment clé du caractère de Tristan et nous permet de comprendre le long cheminement qui sera le sien pour exceptera cet amour. Tristan possède toutes les caractéristique d’un noble du XIXème siècle, il est beau, intelligent, riche, coureur de jupons mais personne ne semble s’apercevoir du désespoir qui se cache derrière ce masque. Par lassitude il accepte sans broncher le mariage arrangé que lui impose son père, sa rencontre avec Charlotte puis le frère de celle-ci Charles marqueront de bien des manières le jeune noble.

L’attraction entre Charles et Tristan est immédiate et très troublante pour le déjà dépressif et fragile Tristan surtout que l’homosexualité est pour lui une abomination et un péché. Lorsque son beau-frère le sauve cela marque le début de la relation entre les deux hommes au grand soulagement de Charlotte qui est soulagée qu’enfin son mari trouve le bonheur. Ce personnage féminin d’ailleurs va vous surprendre car c’est très inhabituelle dans la romance gay de trouver un tel rôle attribué à une femme. Ce n’est pas un personnage secondaire c’est à la fois la complice et le soutien des deux amants mais pas pour les raisons que vous pourriez croire.

La troisième partie se concentre sur la relation de Tristan et Charles et ce n’est pas la plus inintéressante, au contraire, au milieu d’un contexte historique pesant, nos deux amants vont amener leur relation à maturité. Comme dans tous ces livres, Rowan Speedwell utilisent les scènes de sexe à bon escient (à peine trois ou quatre au milieu de 400 pages) et c’est une bonne chose. Cette romance historique est vraiment une réussite tant au niveau des personnages que de l’histoire, de plus la traduction est absolument parfaite ce qui en soit n’a pas du être simple car l’auteur utilise habituellement un anglais littéraire.


par samba
Désirs défendus, Tome 1 : Sous couverture Désirs défendus, Tome 1 : Sous couverture
Hayley B. James   
Je voudrais avertir les lectrices que ce récit n'est pas une romance proprement dite, cette histoire est une superbe lecture uniquement à mon avis pour des lectrices comme moi expérimentées dans le MM. Vous ne trouverez pas de romantisme, pas de scènes tendres, c'est du sexe brut dans une grande partie du récit mais c'est une lecture prenante avec beaucoup de rebondissements inattendus, je l'ai lu d'une seule traite incapable de décrocher. L'auteure aborde un sujet dérangeant se servant d'une trame policière pour dénoncer l'esclavage sexuel de certains prostitués mâles transformés en animal de compagnie pour l'argent ou par la nécessité.

L'écriture est directe, presque froide, des phrases courtes donnent un rythme saccadé et accentue la noirceur déjà bien présente avec certaines scènes décrites. Mais l'intrigue est passionnante, un véritable jeu du chat et de la souris, bien menée, complexe avec de nombreux acteurs et vous ne savez jamais ce qui va se passer, les personnages sont fascinants surtout Demetrius et jusqu'au dernier chapitre je n'ai pas vraiment su s'il était du côté des gentils ou des méchants. Avec de nombreux acteurs et il y a eu des moments où Chaque situation créée par l'auteure vous plonge un peu plus dans le mystère de ce milieu si glauque, les méchants n'ont aucun état d'âme, seul l'argent que ramène cet esclavage d'êtres humains leur importe.

En lisant les premiers chapitres je me suis demandé comment l'auteure allait pouvoir introduire une histoire d'amour avec un tel contexte et de tels personnages. Ty/Gabriel, un flic qui joue le rôle d'un prostitué masculin en acceptant l'immersion complète dans ce rôle jusqu'à devenir lui-même un animal pour réussir sa mission; serait-il la même personne, le même flic après son infiltration ? Et Demetrius, grec charismatique, si secret toujours à la limite de la violence, changeant de personnalité en permanence, est-il vraiment le monstre qu'il semble être? Que ressent-il vraiment pour Ty est ce juste un jouet dont il se sert contre son pire ennemi ou dissimule-t-il des sentiments plus profonds?

Les scènes de sexe sont nombreuses, chaudes et sales, voire perverses parfois, mais rien n'est gratuit, l'interaction sexuelle entre Ty et Demetrius est telle que cela leur permet d'approfondir leur relation, ils se dévoilent d'une manière significative durant ces scènes intimes, sans quasiment un geste de tendresse ni de mots.
J'ai beaucoup apprécié cette histoire, plus un polar érotique qu'une romance traditionnelle. J'ai aimé ces deux héros atypiques, l'anxiété permanente qui courre tout le long du récit et j'ai adoré la fin incroyable concoctée par Hayley B.James.


par samba
Roxaige, Tome 1 : Trois-pattes Roxaige, Tome 1 : Trois-pattes
Emmanuelle Amadis   
https://wp.me/p5AuT9-3kJ

C'est mon deuxième roman d'Emmanuelle Amadis et je dois bien avouer que c'est à l'opposé de ce à quoi je m'attendais…

Avec une plume fluide, habile et plaisante l'auteur nous offre une intrigue bien originale à travers un décor atypique. J'avoue que cette perspective bien singulière des garous m'a agréablement surprise. Ce qui me plait chez Emmanuelle Amadis c'est qu'elle essaie d'innover tout en abordant divers thèmes bien réels de la vie tel que le rejet, la famille, la différence, la religion ou encore la sexualité. Et ce livre ne fait pas exception.

L'histoire suit celle de Mathieu. Un jeune humain qui a vu ses rêves brisés. À cause de douloureuse vérité et ne voulant pas vivre un enfer dans un futur proche, il a pris la décision fuir sa colonie et va rencontrer un garou qui va bouleverser sa vie de la meilleure façon qui soit.
Il va vite se rendre compte que ce que l'on a inculqué est complètement faux. Il va découvrir ce que cela fait d'aimer et être aimé pour ce qu'il est. Mais plus important encore, il va trouver une grande et magnifique famille qui sera d'un grand soutien même pendant les situations les plus critiques.

Au début de ma lecture, j'ai été attendrie par la vulnérabilité et la douleur de Mathieu. Mais par la suite ses éternelles incertitudes et son côté trop défaitiste m'ont quelque peu agacée. Mais au final, il a su se rattraper. Par contre j'ai eu plus d'affinité avec la communauté des garous même si j'aurai voulu qu'ils soient un peu plus vigoureux. Cependant l'image que nous dresse l'auteur à propos des humains est très proche de la réalité.

En bref, une romance paranormale SF unique dans son genre. La romance en elle-même m'a beaucoup plu. Cependant j'aurai voulu que le côté suspens soit un peu plus exploité et qu'il ait plus d'intensité. Mais j'ai tout de même apprécié ma lecture.
RAJuffern, Tome 1 : Taliane RAJuffern, Tome 1 : Taliane
Emmanuelle Amadis   
Taliane, est un Dionos - race souveraine de RAJuffern - travaille avec ses équipiers pour récupérer des corps. Son don de réparer les os le font traverser leur monde de long en large. Âgé de plusieurs siècles, Taliane est immortel - ou presque. Il est un Dionos agréable, qui ne connaît pas grand chose à la race humaine, mais va faire en sorte que le temps de Jaison à ses côtés lui soit le plus agréable possible. Son personnage est intéressant sur le fait qu'il ne ressemble pas forcément aux autres Dionos. Là où ils voient un simple en-cas ou jouet, Taliane voit d'abord un corps, un mâle perdu qui s'éveil au milieu d'un monde qu'il ne connaît pas.

Jaison est un humain avide de savoir. Il ne met pas longtemps à trouver ses marques, apprenant la langue Dionos jusqu'à surprendre Taliane lui-même d'une telle rapidité et facilité. La vie humaine de Jaison était un bazar total - et je reste courtoise pour le coup - mais sur RAJuffern, il nage presque en plein bonheur depuis que ses yeux ont croisés ceux de son ange, Taliane. C'est presque naturellement que tout va s'enclencher entre les deux mâles. Deux races différentes, qui lentement vont cohabiter.

L'intrigue se déroule essentiellement chez Taliane, de ce fait nous avons une impression de huit clos, bien que nous ayons des points de vues externes sur Taliane et Jaison. Nous découvrons lentement ce monde surprenant, leur mode de vie, leur fonctionnement etc... C'est un monde vaste et riche, intéressant et un mélange entre plusieurs créatures fantastiques modelées différemment. Ce que j'ai aimé, c'est qu'ils apprennent de l'un et l'autre. Le savoir est une chose qui se partage et c'est ce qui se passe dans ce premier tome. Ils échangent, discutent, apprennent. Bien que Taliane n'irait pas jusqu'à apprendre la langue humaine. Leur relation va naître tranquillement, avec le désir comme fil conducteur.

J'ai beaucoup aimé l'écriture d'Emmanuelle Amadis. Lente, prenante et efficace. Il est facile de plonger dans son univers pour en découvrir le maximum. Beaucoup d'informations surviennent. Parfois de longues descriptions ou de longs paragraphes, mais on se laisse happer avec facilité dans cet univers.

http://encredeslivres.blogspot.fr/2016/08/rajuffern-tome-01-emmanuelle-amadis.html

par Linkward
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3