Livres
443 394
Membres
378 899

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Elle jouissait d'une grande popularité auprès de ses employés pour la seule raison que c'était une bande d'êtres faibles et inconsistants, qui auréolaient de légendes quiconque leur inspirait de la crainte. On décrivait Agatha comme une "originale", et, comme tous les originaux qui n'hésitent pas à dire le fond de leur pensée, elle n'avait pas de vrais amis.

Afficher en entier

Voyez-vous ça ! Habiter à Londres et se plaindre de la fumée de tabac !

s’émerveilla-t-elle intérieurement.

Afficher en entier

Durant toutes les années ou elle avait vécu à Londres, elle n'était jamais, jusque récemment, retournée dans les Cosswolds, préférant garder le rêve intact. Et voilà qu'elle avait fait l'acquisition du cottage idéal dans le village de Carsely.

Afficher en entier

Steve posa sa fourchette et la regarda une fois de plus avec gravité."alors tu l'as tué."

Roy hurlait de rire. Il donna des coups de pied en l'air, tomba sur sa chaise et se roula sur la moquette en se tenant les côtes. Les autres convives l'observèrent, arborant ces sourires polis et figés avec lesquels les anglais accueillent les comportement inquiétants.

Afficher en entier

Elle avait essayé d'aller au pub, le Red Lion, un établissement rustique à l'atmosphère joyeuse et au patron jovial. Les gens du coin l'avaient accueillie, comme toujours, avec cette singulière sorte d'amabilité qui n'allait jamais plus loin. Agatha aurait su affronter une malveillance soupçonneuse, mais pas cet accueil enjoué qui la maintenait à l'écart. Non qu'elle ait jamais su comment se faire des amis, mais les gens du village avaient une façon imperceptible, découvrit-elle, de repousser les nouveaux venus. Ils ne les rejetaient pas. En surface, il les accueillaient. Pourtant, elle savait que sa présence ne faisait pas une ride sur la surface lisse de la vie villageoise. Personne ne l'invita à prendre le thé. Personne ne montra la moindre curiosité à son égard. Le pasteur ne lui rendit même pas visite. Dans un roman d'Agatha Christie, elle aurait non seulement reçu la visite du pasteur, mais aussi de quelque colonel à la retraite et de son épouse. Tandis que là, toute conversation se limitait à " 'jour ", " 'soir ", et quelques mots sur la météo.

Afficher en entier

Ah , Londres ! Et l’odeur de Londres !

Infecte, songeait Agatha, assiste dans la salle de restaurant de l’hôtel Haynes. Elle alluma une cigarette et fixa d’un air lugubre le flot de voitures sillonnant péniblement Mayfair.

L’homme installé à la table derrière elle toussa, s’étrangla, agita son journal avec colère. Elle lança un regard à sa cigarette et poussa un soupir. Puis elle fit signe au garçon. « Changez cet homme de table, celui qui est derrière moi. Il m’importune. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode