Livres
494 888
Membres
493 575

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Elle jouissait d'une grande popularité auprès de ses employés pour la seule raison que c'était une bande d'êtres faibles et inconsistants, qui auréolaient de légendes quiconque leur inspirait de la crainte. On décrivait Agatha comme une "originale", et, comme tous les originaux qui n'hésitent pas à dire le fond de leur pensée, elle n'avait pas de vrais amis.

Afficher en entier

Elle avait essayé d'aller au pub, le Red Lion, un établissement rustique à l'atmosphère joyeuse et au patron jovial. Les gens du coin l'avaient accueillie, comme toujours, avec cette singulière sorte d'amabilité qui n'allait jamais plus loin. Agatha aurait su affronter une malveillance soupçonneuse, mais pas cet accueil enjoué qui la maintenait à l'écart. Non qu'elle ait jamais su comment se faire des amis, mais les gens du village avaient une façon imperceptible, découvrit-elle, de repousser les nouveaux venus. Ils ne les rejetaient pas. En surface, il les accueillaient. Pourtant, elle savait que sa présence ne faisait pas une ride sur la surface lisse de la vie villageoise. Personne ne l'invita à prendre le thé. Personne ne montra la moindre curiosité à son égard. Le pasteur ne lui rendit même pas visite. Dans un roman d'Agatha Christie, elle aurait non seulement reçu la visite du pasteur, mais aussi de quelque colonel à la retraite et de son épouse. Tandis que là, toute conversation se limitait à " 'jour ", " 'soir ", et quelques mots sur la météo.

Afficher en entier

« Ladite Mrs. Mason, grosse femme en robe de nylon violette et chaussures blanches grandes comme des péniches, embrassa l’auditoire du regard. « Comme vous le savez, mesdames, les personnes âgées de notre village n’ont guère l’occasion de sortir. Je demande à toutes celles d’entre vous qui possèdent une voiture de se porter volontaires pour les emmener en excursion quand elles le pourront. Je vais vous lire la liste de nos personnes âgées, manifestez-vous si vous pouvez dégager un peu de temps libre.  »

Afficher en entier

On décrivait Agatha comme une « originale », et, comme tous les originaux qui n’hésitent pas à dire le fond de leur pensée, elle n’avait pas de vrais amis. Son travail lui avait tenu lieu de vie sociale. Alors qu’elle se levait pour rejoindre la fête, un petit nuage assombrit temporairement l’horizon habituellement dégagé de son esprit. Devant elle s’étendaient des jours et des jours vides : pas de travail du matin au soir, pas d’agitation, pas de bruit. Comment allait-elle le supporter ? Chassant cette pensée, elle franchit le Rubicon et se rendit dans le hall pour faire ses adieux. « La voilà ! hurla Roy, l’un de ses assistants. J’ai préparé un cocktail spécial au champagne, Aggie. Un truc qui déchire. » Agatha accepta un verre. Sa secrétaire, Lulu, lui remit un paquet emballé dans du papier cadeau, puis tous les autres employés se massèrent autour d’elle avec leurs offrandes. Une boule se formait dans la gorge d’Agatha. Une petite voix insistante répétait à n’en plus finir dans sa tête : « Qu’est-ce que tu as fait ? Mais qu’est-ce que tu as fait ? » Lulu lui offrit un flacon de parfum, et Roy, sans grande surprise, une culotte fendue ; puis il y eut un livre sur le jardinage, un vase, et ainsi de suite. « Un discours, un discours ! cria Roy. – Merci à tous, fit-elle d’un ton bourru. Je ne pars pas pour la Chine, vous savez. Vous pourrez tous venir me voir.

Afficher en entier

– Et qui est l’heureuse élue ? – Je ne l’ai pas encore trouvée. Mais une gentille fille discrète fera l’affaire. Ce n’est pas ça qui manque. Quelqu’un qui fera la cuisine et repassera mes chemises. » Décidément, pensa Agatha avec irritation, au fond de tout homme efféminé battait le cœur d’un sale macho. Oh oui, il allait trouver une fille bonasse, docile, pas trop jolie, pour ne pas se sentir inférieur. Elle serait censée apprendre comment organiser de petits dîners, et ne pas se plaindre si son mari ne rentrait que le week-end. Ils se mettraient tous les deux au golf. Roy allait peu à peu s’enrober et se guinder. Tout ça, elle l’avait déjà vu.

Afficher en entier

D'immenses guirlandes de glycine festonnaient les portes des cottages, les fleurs d'aubépine tombaient en pluies neigeuses sur le bord des routes, la pierre dorée des maisons flamboyait sous la chaleur du soleil ; Londres paraissait très, très loin.

A Chipping Campden, oubliant sa résolution de perdre du poids, elle mangea une tourte au boeuf et aux rognons dans l'atmosphère douillette et patinée par les ans du Eight Bells, avant d'aller flâner dans la grand-rue du village, entre ses trottoirs de verdure et ses maisons ocre, avec leurs pignons, leurs hautes cheminées, leurs portes voûtées, leurs frontons, leurs colonnes, leurs fenêtres à meneaux ou à guillotine et leurs grosses marches en pierre. Malgré les inévitables groupes de touristes, il régnait dans ce village une atmosphère sereine, pleine de réserve. (...) La vie pouvait être facile.

Afficher en entier

Ce courage, conclut-elle, illustre bien la qualité des hommes qui composent les forces de police de notre pays.

Afficher en entier

« Mrs. Raisin ! » Elle fit volte-face. Les yeux marron bridés de l’agent Wong étaient au même niveau que les siens. N’était-il pas trop petit pour faire partie de la police ? se demanda-t-elle de façon absurde. « Mrs. Raisin, reprit Wong avec douceur, à mon humble avis, vous n’avez jamais confectionné une quiche ni un gâteau de votre vie. Vos livres de cuisine n’avaient manifestement jamais été ouverts jusqu’à aujourd’hui. Certains de vos ustensiles portaient encore l’étiquette avec le prix dessus. Alors si vous commenciez par le commencement ? Vous n’avez pas besoin de mentir du moment que vous êtes innocente.

– Est-ce que ça va remonter jusqu’au tribunal ? » demanda-t-elle d’un air malheureux, craignant que le comité des fêtes du village ne la poursuive en justice pour avoir introduit illégalement une quiche de la Quicherie dans son concours.

Wilkes répondit d’une voix lourde de menaces : « Seulement si nous le jugeons nécessaire. »

Afficher en entier

- Enfin, qui était ce juge, et de quoi est-il mort ?

- Mr Cummings-Browne. Ciguë aquatique.

- La sciatique aiguë ? Qu'est ce que c'est que ça ? Une maladie des campagnes, un truc comme la polyarthrite ou je ne sais quoi encore ?

Afficher en entier

Malheureusement, alors qu'elle quittait la fête de Mai en compagnie de Roy et de Steve, elle tomba nez à nez avec Mrs. Barry, qui se planta face à elle, les yeux flamboyants de colère.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode