Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de AixdenProjext : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Première partie Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Première partie
Patrick Rothfuss   
Ce découpage était certe malheureux mais nécéssaire, vu le gros pavé que nous avait pondu Rothfuss...
Et au final ce tome des Chroniques du Tueur-de-Roi (personnellement, j'appellerais toujours cette saga "le Nom du Vent" tant ce titre est accrocheur) se lit tout seul, d'un pure régal de bout en bout !
Et... ça m'a fait un bien immense ! Ce livre m'a rappelé pourquoi j'aime désespérément lire ! Pourquoi est-ce que j'aime lire ? Pour ce sentiment qui tord les tripes, pour cette écriture qui nourrit l'âme aussi bien que l’appétit vorace de la connaissance et la profonde fascination pour l'histoire qui se construit.
Ce tome était un bonheur, un enchantement hors du temps. Pendant la semaine qu'a durée ma lecture, ma vie n'avait qu'un seul sens : rentrer au plus vite chez moi, et reprendra ma lecture. Rothfuss fait parti de ces auteurs qui arrivent à me faire tellement aimer son écriture que je me surprends à reprendre ma lecture un chapitre avant celui où je m'étais arrêté, juste pour le plaisir de me replonger dans l'ambiance de son récit.
La Peur du Sage est de ces récits doux, terriblement bien menés, dont tout l'intérêt réside en l'envoutement qu'il déploie : ce tome manque un peu d'action (la faut au découpage) mais les tableaux qu'il dépeint, l'ambiance qu'il installe, tout ceci relève d'un long charme bienveillant et puissamment révélateur de son talent. La Peur du Sage n'est pas faite pour se lire vite, au contraire : elle se déguste, avec toute la patience et la délicatesse que requière ce genre de chose. Une longue étreinte, face à face avec l'écriture et ses histoires entre magie et vérités.
C'est beau, il y a là tout ce que j'aime dans l'écriture, tout ce que je voudrais un jour créer : l'harmonie presque parfaite, un récit passionnant sans jamais être racoleur, et une sensibilité profonde doté d'un sens précis de la mesure.
Ma plus belle et saisissante lecture de ce début d'année, assurément pour un bout de temps (jusqu'à ce que j'entame la seconde partie de cette Peur du Sage ? Sans doute)
La Compagnie noire, Tome 12 : Soldats de pierre (I) La Compagnie noire, Tome 12 : Soldats de pierre (I)
Glen Cook   
Ce 12e tome démarre après un saut de puce dans le temps de quatre ans.
Mais, évidemment, notre compagnie préférée n’a pas chômé une seule seconde pendant cette période…
Soumise à la poigne de fer de son capitaine, Roupille n’a plus à prouver ses talents de meneuse d’hommes et ne tolère aucun relâchement !
Nous avions quitté tout ce petit monde à peine arrivé sur un nouveau territoire, et nous le retrouvons au taquet, à l’aube d’une nouvelle reconquête, fort de nouveaux alliés ombreux terrifiants et d’un jeune sorcier plus que prometteur.
On prend conscience un peu tristement que la saga arrive bientôt à sa fin et que les pions se placent sur l’échiquier pour nous préparer à un grand affrontement final !
Qu’est-ce que Glen Cook est en train de nous mijoter ? Quel avenir prépare-t-il à cette Compagnie que nous avons accompagnée si vaillamment durant les périlleuses décennies qu’elle a traversées ?
Faudra-t-il recruter de nouveaux annalistes pour connaître la suite des pérégrinations de ces mercenaires hors du commun !
À moins que le dernier tome ne nous réserve de plus grandes surprises encore et ne mette un point final à leurs aventures ?
Il n’y a qu’une solution pour vite le savoir, sauter à pieds joints sur celui-ci pour connaître enfin la destinée qui leur est réservée ;-)

par Lupa
La Compagnie noire, Tome 13 : Soldats de pierre (II) La Compagnie noire, Tome 13 : Soldats de pierre (II)
Glen Cook   
Suite et "fin" de la série. Oui, on pourrait estimer que c'est une fin, même si d'autres tomes sont à venir. En tout cas ici, pas de cliffanger.
Tome toujours aussi bon, du moins que le précédent ; Toubib rend l'aventure plus vivante et parfois marrante par son cynisme, même si comme lui on a tendance à la nostalgie et la conscience qu'il n'en reste plus beaucoup, à la fin... Comme il dirait, les soldats vivent...
Ce titre d'ailleurs, bon sang. Pourquoi appeler ça "Soldats de pierre" en français ? Alors que "Les soldats vivent" a beaucoup plus de sens dans l'esprit de Toubib ; c'est la couleur de ce dernier tome, l'émotion, l'ambiance transmise.
Bref, très bonne fin donc, j'ai beaucoup aimé. Et principalement parce que ce n'est pas une fin.
Ah, encore une fois, la version française... des fautes de frappes, des tirets au milieu des mots sans raison aucune, des espaces entre les mots qui sont tout simplement absents... -__-
Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent
Patrick Rothfuss   
Pas d'univers baroque ici, pour ce qu'on peut en lire pour le moment au moins. Il semble assez fouillé mais également très classique, ce qui évite l'exercice parfois périlleux de longues expositions.
A part quelques particularités et traits de couleur locale distillés ici et là le récit se concentre donc sur le vécu et l'environnement immédiat du personnage principal laissant le reste dans un arrière-plan qu'on peut supposer relativement générique, ou qui sera détaillé au besoin le moment venu.

Le personnage de Kvothe aurait pu être difficilement supportable (surdoué, maniant presque par hasard quoique pas sans danger à 12 ans un sortilège que la plupart mettent des années à maîtriser...). Mais il lui reste heureusement assez de défauts et traits de caractère plus ou moins louables pour le rendre plus vivant, le fourrer dans les ennuis et entretenir le suspense.

La trame générale du scénario et les péripéties traversées sont aussi classiques, mais tout cela est très bien écrit et mené, avec parfois un subtil clin d'oeil ou décalage humoristique par rapport à ce qu'aurait pu être la scène, entre ce qui s'est réellement passé et ce que la rumeur en a fait.
J'ai adoré l'épisode du dragon 8)

par Aude
Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Deuxième partie Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Deuxième partie
Patrick Rothfuss   
J'ai juste adoré ce livre, est encore, c'est un euphémisme. J'ai tout aimé, tout du début à la fin ( un peu comme les deux autres avant lui ). J'ai tellement hâte de lire la suite !
Les Archives de Roshar, Tome 1 : La Voie des rois (I) Les Archives de Roshar, Tome 1 : La Voie des rois (I)
Brandon Sanderson   
A la lecture du chapitre d'introduction, ma première réaction fut : "Uh, un remake de star-wars version fantasy?"
Force et simili sabres lasers, dans quoi suis-je tombé?

Cependant, au fil de la lecture, on découvre un monde très bien construit et dans lequel on a envie de se plonger.
J'ai trouvé quelques aspects originaux, notamment l'équivalent de la "magie" et sa place dans le monde :
elle est parfaitement intégrée et crée par exemple les matières premières.
Le livre est très prenant et les perspectives intéressantes, les deux parties du premier tome ont été dévorées!

Un petit point "négatif" mineur (car il en faut bien un), on sent que ce premier tome sert à la mise en place du décor :
il y a quelques creux dans l'histoire, et plusieurs personnages ne faisant pas partie de l'action ont des chapitres entiers
centrés sur eux, sans qu'on les revoie par la suite.

J'ai beaucoup d'attente pour la suite et je la guette avec impatience!

par Ecyth
Les Archives de Roshar, Tome 2 : La Voie des rois (II) Les Archives de Roshar, Tome 2 : La Voie des rois (II)
Brandon Sanderson   
En fait j'étais à la fois super enthousiaste à l'idée de commencer cette série et en même temps sacrément anxieuse. Et si je n’accrochais pas? Et si j'étais déçue. C'est toujours ça le problème avec moi en fait, je n'aime pas lire les livres que j'attend le plus, ça m'a fait ça avec la fin de la roue du temps, ça a beau être ma série préférée, j'ai trop peur de la finir, d'être déçue et ça me bloque, je préfère presque en garder un super souvenir mais pas complet que de prendre le risque de ne pas aimer la fin.
Mais heureusement je peux souffler, ouf, je n'ai pas été déçue, pas du tout même....
Bon, pour les fana d'histoires qui se décantent vite et se lancent vite, ce livre n'est pas pour eux. Ici on prend le temps de faire arriver les choses, on suis des personnage dont on a aucune idée de leur intérêt pour l'intrigue principale, enfin pour l'instant c'est juste des personnages qui évoluent dans un univers qui semble aller de mal en pis. Après je n'ai pas trouvé ça lent, chaque personnage à son histoire qui évolue, il leur arrive plein d'histoires, on apprend leur passé, etc .. donc le livre ne m'a absolument pas paru lent, il se passe plein d’événements qui font évoluer leur situation,
Je ne vais pas faire de résumé, je ne pense pas que ça soit nécessaire, par contre je peux vous donner un avant gout du monde: Un monde tout de pierre, ou soufflent des tempêtes énormes qui détruisent tout sur leur passage, ou les plantes et les animaux ont tous des carapaces et se recroquevillent dedans au premier souffle de vent ou quand un animal (ou un humain) s’approchent d'eux. Un monde ou les villes sont construites dans des failles, ou contre des falaises pour couper le vent et se protéger, ou l’injure ma plus courante est "bourrasque" et ou les hommes ont beaucoup plus de noms pour décrire la pierre que nous.
Dans les points forts de ce livre je citerais donc: Les personnages. Certes on en suis peu finalement pour un livre de cette taille, trois principaux c'est tout, auxquels s'ajoutent des autres qu'on suis moins fréquemment. Et je les trouve bien réussi. Kaladin est un esclave et il oscille entre vouloir aider et y mettre tout son cœur et des phases de déprime ou il est prêt à se suicider parce que tout ce qu'il tente échoue et que le destin s'acharne contre lui. Dalinar lui est prince, mais un prince vieillissant qui commence à perdre la tête sans savoir quoi faire pour garder son influence, il essaye, mais échoue. Et Shallan l'érudite, elle est désespérée car si elle échoue sa famille est perdue. Bref ce ne sont pas vraiment des chefs de file ni des jeunes premiers, bon ils sont toujours "bons", ce n'est pas de la dark fantasy, mais pas flamboyants quoi. Et la Malice est génial!!
Second point fort de ce livre : Le monde : et pas que la terre sous leur pied, je parle de l'histoire, de l'intégration de légendes, d’événements que l'homme n'aurais jamais du oublier mais que la succession de catastrophe a rendu possible. Il y a de la matière la, mais je ne vous en dit pas plus sinon je spoilerais.
Autre point fort : Le système de magie. Très intriguant, il n'es vraiment dévoilé qu'a la fin du volume donc je ne vais pas vous en dire plus.
Dernier point à signaler que j'ai apprécier : les dialogues. C'est un point important dans la vie d'un livre je trouve, le moyen de rendre les dialogue réalistes et vivants, et la c'est très réussi ! C'est bien dosé et on se prend à anticiper le plaisir des conversations de Shallan et celles de Malice !

Et bien sur, la fin, ouverte et qui nous montre toute notre ignorance et tout ce qu'il nous reste à découvrir !

par lianne80
Les Archives de Roshar, Tome 3 : Le Livre des Radieux (I) Les Archives de Roshar, Tome 3 : Le Livre des Radieux (I)
Brandon Sanderson   
Deuxième tome lu un peu en avance par rapport à la majorité... car lu en anglais.

Donc ce petit fait mérite mon premier point: je ne recommande pas ce livre à des personnes dont l'anglais balbutie. Il faut un niveau solide, du moins si on veut pouvoir apprécier à sa juste valeur. Mais bon le bilinguisme parfait n'est pas non plus requis pour autant.

Ensuite... et bien en un mot comme en mille, je veux dévorer la suite.
D'abord parce que la fin du roman nous laisse... non pas au bord du précipice mais au milieu de la chute libre, sans savoir ce qu'il va y avoir en dessous.

Ensuite parce que de la fantasy de cette qualité forcément ça attise et l’appétit et la gourmandise. (ou devrais-je dire la gourmetise? )

Donc niveau ... personnage.
Si le premier tome suivait Kalodin, et nous plongeait dans les profondeurs de son passé pour comprendre l'Homme qu'il est devenu (avec un majuscule car on peut voir la complexité et l'humanité du personnage) ce second tome se penche sur Shallan. Shallan qui nous avait laissé sur cette stupéfiante déclaration à la fin du deuxième tome. [spoiler]"J'ai tué mon père"[/spoiler] On explore donc le pourquoi de cet acte, ainsi que son comment.. et on sera surpris bien au-delà de que l'on aurait pu imaginer.
Ce tome m'a grandement s´duite aussi pour la place accordée à ce personnage. Dont l'histoire est remarquablement cruelle. [spoiler]Surtout la vérité au sujet de la mort de sa mère, que non seulement elle ai tué son père - qui certe était en train de détruire sa famille- mais que de plus ce soit lui qui l'ai protégée de la vérité pendant toutes ces années et prit le blâme à son compte. Pour Shallant la culpabilité de son acte est d'autant pus lourde à porter... [/spoiler]

Et puis j'ai beaucoup apprécié aussi l'introduction de Pattern. Avec ses "delicious lies" et ses tentatives d'interpréter les formes d'humour et les "façons de parler".

Shallan est non seulement importante de part le retour dans son passé mais aussi par la "maturité" qu'elle gagne.

Kalodin va également évoluer au cours de ce tome, en terme d'acceptation de ce qu'il est réellement, mais c'est à mon sens Shallan qui va vraiment "changer", et se livrer à des jeux dangereux ou dans un futur proche elle pourrait bien se bruler les ailes. Le résumé parle de "trouver le mensonge qu'elle doit devenir". C'est en partie vrai... et en partie opposer de ce qui se passe réellement. Car elle est une "tisseuse de lumière " (Lightweaver) et les tisseurs de lumières ne prononcent pas d'idéal contrairement à d'autre ordre, mais affirme leur allégeance par l'acceptation de vérité à leur sujet. La première on s'en souviendra était assez énorme, la seconde... est dévastatrice. Pas étonnant qu'elle soit une âme brisée.

Car c'est un autre fait que l'on apprend, ou plutôt un des autres faits, au sujet des chevaliers, qui son tous des "âme brisées". Du moins c'est ce que laisse entendre et le résumé anglais, et Syl dans un de ses dialogues obscurs avec Kalodin. Pour Kalodin et Shallan, il n'y a plus de mystère... mais reste à découvrir pourquoi Dalinar est une âme brisée. (ce qui est si j'ai bien compris, prévu pour le tome 3)
On découvre aussi la vérité au sujet de la nature des "lames d'éclats?" (shards) vérité qui nous est d'abord suggérée à demi mot avant d'être véritablement établie. Et du rôle des sprens dans l'histoire. Là encore plusieurs vérités fracassantes... et inquiétantes.
Et toujours à ce niveau... et bien après deux éventuelles résurgences des anciens ordres (Kalodin comme Windrunner (chevaucheur de vent? ), Shallan comme Lightweaver) assez explicites dans le tome précédent, d'autres vont également faire leur apparition donc alerte... [spoiler] Dalinar... ça m'a surpris sans me surprendre. Disons que cela semblait logique... a postériori. Jasnah... et bien disons que là c'était clairement établi, mais son petit plongeon dans l'eau me l'avait fait considérée comme sortie de l'échiquier. Renarin par contre était une sacrée surprise, de même Szeth qui me semblait plutôt un antagoniste. Pour Lift évidement vu que le personnage sort de dessous les pierres nul n'aurait pu le prévoir :)[/spoiler]
Bref tout les ordres n'ont pas encore pointé leur nez... donc peut-être quelques surprises supplémentaires son à prévoir à ce niveau.
A noter que le résumé (en anglais) est tout de même un peu un spoiler sur certains points.

En plus du parcours de Shallan, on suit tout de même encore les autres personnages des tomes précédents.
Kalodin n'a pas non plus la belle vie. Et c'est assez intéressant de suivre ses hésitations entre honneur et vengeance... même si la majeure partie du temps j'avais envie de lui taper la tête contre un mur... il me faisait terriblement penser à ce passage ou Shallan essaye de convaincre un morceau de bois de prendre un feu et celui ci répète en boucle "i am a stick". Donc Kalodin est aussi têtu que ce fichu morceau de bois dans ses mauvaises décisions qu'il sait mauvaises... ce qui n'est pas à son avantage.

Et bien sûr Dalinar est bien présent, même si moins que dans le tome précédent, toujours à la poursuite de cet idéal qu'il n'est pas sûr de saisir.


Passons à un autre point interessant... la fin du tome précédent nous laissait sur le fait que les Parsh seraient les Voidbringer. Que le lecteur se rassure, cela n'est pas oublié dans ce tome. Et de manière toute auss interessante, un des "points de vue" importants du roman est celui d'Eshonai qui est un parsh. Ce qui nous permet de comprendre la positions des parshendi, ainsi que... la manipulation beaucoup plus complexe des événements par d'autres entités que l'on perçoit aussi du points de vue des Shallan etc. Bref quelqu'un manipule les pions et ses buts ne sont pas clairs.
En plus de la position on en apprend aussi beaucoup sur leur "mode de fonctionnement" et sur leurs origines.
Et leur point de vue sur les Alethis.

Car oui, tout nos personnages ne sont pas dans la tête des uns des autres... et donc les quiproquos sont de mises, les incompréhensions et les tensions en découlant.

Enfin un point qui me plait et la présence de Wit (Malicieux? ) dont j'avais crains la disparition. certes il demeure insaisissable et en bordure des événements... mais on sent son importance et on peut espérer qu'il aura son rôle à jouer aussi.



Donc pour synthétiser tout ça... un tome très très dense et riche, avec une qualité toujours au rendez-vous.
le seul reproche est le nombre de question que ledit tome soulèvent alors même qu'il en répond à d'autres.
Et la fringale terrible pour le tome suivant.

par Mondaye
Les Archives de Roshar, Tome 4 : Le Livre des Radieux (II) Les Archives de Roshar, Tome 4 : Le Livre des Radieux (II)
Brandon Sanderson   
Brandon sanderson est, pour moi, le maître de la fantasy et cette série est une oeuvre magistrale, oui je sais, je parais un brin exaltée, mais je m'en fiche, j'ai littéralement adoré ce tome !
Le premier tome est une immersion dans cet univers, le deuxième et troisième vraiment intéressants mais ce quatrième est un pur régal.
Que dire du travail effectué de l'auteur pour créer un monde pareil, ces décors, ces animaux et cette magie si étonnants , ces personnages aux caractères travaillés avec leurs faiblesses et leurs forces que ce soit ceux que l'on aime ou que l'on craint, sans parler du mystère qui nous tourne autour sans que l'on puisse l'attraper.
J'ai été prise d'une frénésie de lecture à partir du passage ou kaladin et shallan se retrouvent isolé, leurs joutes orale étaient un pur délice pour mes zygomatiques, puis tout s'enchaîne à une vitesse qui ne nous était pas familière jusqu'à maintenant, l'on passe d'une scène à l'autre en se disant " Mais que c'est bon ".
Un petit coup de coeur pour la nouvelle arrivée, lift qui avec sa gouaille m'a beaucoup plu et les questions qui tournent en boucle dans ma tête, mais qui est malice ? Le sang des spectres ? Ect..
Pas mal de réponses toutefois sur la fin.
Au faite , vous ai je dis que j'avais adoré ??
La Compagnie noire, Tome 11 : L'eau dort (II) La Compagnie noire, Tome 11 : L'eau dort (II)
Glen Cook   
Bon, là, c’est sûr, notre Compagnie Noire dernière mouture, n’a pas le temps de s’endormir sur ses lauriers !
Il va falloir assurer un max. pour ne pas se faire rattraper par sa plus coriace et intrépide ennemie, ouvrir la porte d’ombre sans encombre, traverser la plaine scintillante et atteindre le but qu’elle s’est fixée depuis tant d’années.
Il faut dire qu’elle a le chic pour se trouver des challenges de taille à relever, et celui-là, question taille, on peut dire qu’il est maousse !
Mais l’obstination ne lui fait pas défaut, au contraire... Elle reste et restera toujours fidèle à ses principes de fraternité, quoi qu’il arrive, elle n’abandonnera jamais ses frères, et c’est aussi pour cela qu’on l’aime autant.
Heureusement qu’elle a longuement préparé sa mission, et qu’elle a su s’entourer d’éléments supplémentaires grâce à quelques petits kidnappings bien pensés. Notamment un témoin de la première heure, qui va devoir s’affranchir de sa traîtrise passée, sans pour autant s’abstenir, réputation oblige, de quelques demandes en mariage improvisées.
Ce onzième tome est un vrai tournant dans l’histoire de la compagnie, ou peut-être tout simplement un nouveau départ, puisqu’elle va enfin obtenir des réponses, mais aussi comprendre le passé et bien évidemment préparer l’avenir.
Un avenir qui, dans la perspective de ces nouvelles révélations, promet encore de savoureuses pages à lire !

par Lupa
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3