Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de alapage : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Au cœur du Yamato, Tome 5 : Yamabuki Au cœur du Yamato, Tome 5 : Yamabuki
Aki Shimazaki   
Yamabuki est le roman qui clos la série « au cœur du yamato » : cinq courts romans (une centaine de pages) découpés en bref chapitres, de lecture aisée. Les romans sont indépendants, et chacun se consacre à un personnage que l’on retrouve, de façon anecdotique, dans les autres.

Yamabuki est le seul roman contemporain de l’ensemble. Nous y retrouvons Tsuyoshi Toda, qui était le héros du second volume, Zakuro, dans les années 70. Mais ici, c’est sa femme, Aïko, qui a la parole, et cela se passe de nos jours.

Aïko, épouse dévouée qui a accompagné son mari pendant cinquante-six années de vie commune, plus d’un demi-siècle au service de la compagnie Goshima, au service, en fait, de la nation japonaise, d’un pays en ruine qui a su non seulement se relever, mais se reconstruire, dut-il pour cela compter comme quantité négligeable le bien-être émotionnel de nombre de ses habitants.

Une année de la vie d’Aïko s’écoule, découpée en chapitres où elle se rappelle de son premier mariage raté, où elle fut poussée vers le divorce à cause de sa stérilité. De là le titre de l’ouvrage, Yamabuki étant la corète du Japon, aussi connue des jardiniers sous le nom de Kerria, « une belle fleur, mais qui ne donne pas de fruits », comme s’est plu à le souligner la première belle famille de Aïko. Nous découvrons comment elle a pu, avec le concours d’une maitresse en cérémonie du thé, reconstruire sa vie.

Au fil des pages, nous voyageons du Japon contemporain à celui de l’immédiat après guerre, nous assistons au coup de foudre délicieusement romantique d’Aïko et de son mari ; à leurs voyages, à l’élévation de leur niveau de vie, mais nous voyons aussi transparaître les difficultés des générations actuelles qui, malgré l’incroyable transformation du pays, restent les mêmes. Nous sommes ainsi les témoins des interrogations communes de Aïko et de sa petite fille, Zakuro, qui va entamer sa vie de femme mariée.

L’incertitude d’être aimée, la difficulté de connaitre vraiment celui ou celle que l’on aime ; thèmes qui parcourent toute la pentalogie, trouvent ici une conclusion aussi triste qu’inévitable, aussi belle que cette vielle chanson qui a plus d’un siècle, et se chantait au piano, le Gondola no uta, qui revient souvent dans ce roman : « La vie est brève, tombez amoureuses, jeunes filles, avant que le carmin de vos lèvres ne passe, que les flots de la passion ne s’apaisent, demain, il ne sera plus temps… »

On regrette, en refermant le livre, d’avoir terminé notre voyage au coeur du yamato, et l’on se surprend à se demander si l’on ne devrait pas, maintenant que l’on connait mieux toutes les facettes des protagonistes, relire les quatre autres volumes…

Yamabuki est un roman aussi simple que touchant, facile à lire, mais surtout, par l’appel à nos sentiments, profondément humain.
La mort d'une princesse La mort d'une princesse
India Desjardins   
https://aliceneverland.com/2017/05/13/la-mort-dune-princesse-india-desjardins/

J’ai toujours beaucoup entendu parler d’India Desjardins, l’auteure du Journal d’Aurélie Laflamme. Mais, trouvant cette série un peu trop jeunesse, je n’ai jamais osé me lancer. J’ai donc profité de la parution de son nouveau roman, plus adulte, pour enfin découvrir cette auteure…

On fait ici la connaissance de Sarah alors que sa vie a tout du conte de fée. Mais, après une énième déception amoureuse, elle se renferme complètement et ne se focalise plus que sur sa vie professionnelle. Trahie par l’homme qu’elle aimait, elle a ainsi renoncé à l’amour. C’est donc une Sarah avec une vision assez cynique sur l’amour – et sur la vie plus généralement – que l’on retrouve des années plus tard.

Peut-être que parfois on rêve si fort que nos illusions prennent le dessus sur la réalité.

Cette histoire est un immense cri de réalisme sur une génération qui se retrouve quelque peu désabusée. Certes, Sarah ne croit plus en l’amour, mais cela ne l’empêche pas de profiter de la vie comme elle l’entend. Avec un ton mordant mais bourré d’humour, India Desjardins nous fait énormément réfléchir.

Je m’attendais à quelque chose de très introspectif et, pourtant, j’ai été surprise de rire à de nombreuses reprises. Car c’est drôle, Sarah ne s’apitoie pas sur son sort, elle se relève, fière et conquérante, et prend la vie comme elle vient. Une vraie leçon de vie qui fait du bien et que l’on savoure à sa juste valeur.

J’ai passé un bon moment avec ce livre d’une très belle justesse. Impossible de ne pas se reconnaitre par moment dans les choix et les pensées de Sarah. Chaque femme a été une Sarah à un période ou à une autre de sa vie. Je me suis retrouvée des années en arrière et j’ai pu apprécié le chemin parcouru jusque là. Une très jolie lecture, une écriture très délicate pour cette histoire drôle, intelligente et surprenante !

par Kesciana
Le soleil est pour toi Le soleil est pour toi
Jandy Nelson   
Pour moi, ce livre, c'est juste une bombe. Et encore, ce n'est pas lui rendre toute sa superbe.

J'avais lu Le Ciel est partout, et j'ai retrouvé dans Le Soleil est pour toi ce qui m'avait enchanté dans le premier roman de Jandy Nelson, mais j'ai peut-être encore plus aimé celui-ci. La façon dont l'auteure manie les mots me subjugue, ses personnages me rendent dingue, et refermer le livre de temps à autre est à la fois une nécessité (pour ne pas mourir foudroyée par l'émotion) et un déchirement (impossible d'abandonner NoahetJude à leur sort)

Les personnages. Sans doute est-ce le gros point fort du livre. A moins que ce ne soit l'écriture, ou l'humour, ou l'histoire. Oui, mon avis n'est pas parfaitement tranché là-dessus.
Noah, tout d'abord. Incontestablement mon préféré. Parce que j'ai ressenti ses dessins plus que je ne les ais vus, que moi aussi je voudrais avoir le sang qui brille, et que je suis bien contente de ne pas être un cheval (comme ça, ça peut paraitre dénué de sens, mais lisez-le!). Je suis irrémédiablement folle de ce personnage. C'est bien dommage qu'il soit de l'autre bord, et imaginaire, en plus. Il est étrange à souhait, et même si j'ai eu envie de le fracasser contre les murs assez souvent (comme tous les personnages de ce livre, je crois), je l'aime de toutes mes forces.
Jude est merveilleuse aussi. Avec ses fantômes et sa bible étrange, ses superstitions par centaines et son hypocondrie de charmante cinglée. Elle aussi, j'ai parfois eu envie de lui mettre une gifle. Mais c'est tant mieux. Les personnages de ce livre sont tellement humaines, tellement rongés de colère et de jalousie qu'ils font des erreurs à la limite du pardonnable, qu'on a envie de les secouer dans tous les sens, et ça les rend encore plus beau.
Je ne parlerais même pas d'Oscar et encore moins de Brian, qui sont géniaux aussi, à leur manière décalée. Je ne m'étalerais pas non plus sur Benjamin, Granny, Guillermo et Dianna, parce que je n'en finirais jamais, mais j'ai aimé et détesté chaque personnages une paire de fois. Ils valent tous le détour. Mille fois le détour.

Il y a dans la façon d'écrire de Jandy Nelson tellement d'émotions que ça m'a coupé le souffle à plusieurs reprises. J'ai été NoahetJude. J'ai été en colère avec eux, j'ai été triste avec eux, j'ai compris chacun de leur faux pas, je les ai détestés et adorés, je me suis complétement perdue sous le soleil de la Californie, en oubliant un peu de revenir chez moi.
J'ai tellement de choses à dire. Pas assez de mots.

L'histoire est géniale, terriblement humaine. La fin est parfaite, sans doute un peu trop, mais j'étais tellement accrochée aux jumeaux que je n'arrive pas à en vouloir à ce dénouement un peu idyllique.
Il y a eu peu de livres pour me secouer autant que celui-là, je dois dire. Je doute de m'en remettre très vite. Pour vous dire, je me suis réveillée au milieu de la nuit, obsédée par ce qui allait se passer, et je me suis remise à lire pendant trois heures, quitte à abandonner pour ça l'idée d'être concentrée en cours le lendemain.
Je vais m'arrêter là, parce que de toute façon, je n'arriverai pas à rendre ce que j'ai ressenti. Ne passez pas à côté de ce livre, vraiment.

PS: La couverture, le résumé et le titre rendent un effet un peu (plus que ça) mièvre qui ne reflète pas le contenu, de mon point de vue du moins, ne vous arrêtez pas à ça.

par Rid-kaat
Minuit ! : 12 histoires d'amour à Noël Minuit ! : 12 histoires d'amour à Noël
David Levithan    Holly Black    Laini Taylor    Kelly Link    Rainbow Rowell    Stephanie Perkins    Gayle Forman    Myra McEntire    Jenny Han    Matt De la Penña    Ally Carter    Kiersten White   
Je me suis régalée en lisant ce recueil de nouvelles avec beaucoup d'auteurs que j'aime beaucoup et d'autres que j'ai découvert et qui ont une très bonne plume. Qui plus est, l'objet livre en lui-même est magnifique.

J'ai quand même eu un coup de cœur pour la nouvelle écrite par Stephanie Perkins.

Et j'ai trouvé celle de Jenny Han tout simplement magique !

Bien entendu, les autres nouvelles sont superbes, comme vous l'aurez sûrement déjà compris. Même si la nouvelle de Kelly Link est celle que j'ai le moins aimé.

En quelques mots, ces nouvelles sont : merveilleuses, légères et magiques.

Elles mettent facilement dans l'ambiance des fêtes de fin d'année. Et c'est un pur plaisir d'y découvrir des petites histoires d'amour qui nous détendent avec succès ! :)

par Sheo
Au cœur du Yamato, Tome 4 : Tsukushi Au cœur du Yamato, Tome 4 : Tsukushi
Aki Shimazaki   
Tsukushi (tige de prêle) est un roman qui fait partie d’une pentalogie constituant la série « au cœur du yamato ». Ce sont de courts romans (une centaine de pages) découpés en chapitres de quelques pages, rendant la lecture aisée. Les cinq romans sont indépendants, et chacun se consacre à un personnage que l’on retrouve, de façon anecdotique, dans les autres.
Ce roman concerne Yuko, femme d’un banquier richissime qu’elle a épousé par obligation familiale et professionnelle, sacrifiant ses sentiments pour son véritable amour de jeunesse, Aoki, dont l’histoire constituait le premier volume de la série.
Ce roman se situe une douzaine d’années après son mariage, et s’achève en 1995. Yuko s’est progressivement attachée à son mari, homme séduisant, courtois, irréprochable et qui a endossé avec joie la paternité d’une enfant, Mitsuba, dont il sait très bien ne pas être le père. Ce couple à présent uni et heureux donne une fête pour le douzième anniversaire de leur fille. À cette occasion, Yuko va avoir besoin d’allumettes, et en trouve dans la table de chevet de son mari une boite, joliment décorée de deux tiges de prêles. Le genre de boites que l’on donne en cadeau dans les bars. Ce grain de sable va faire dérailler la belle mécanique de ce couple et révéler à Yuko la face cachée de son mari, éclairant d’un jour nouveau son mariage, la sollicitude de sa belle famille et, par la même occasion, les évènements racontés dans le premier volume de la collection (qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu).
Je trouve que ce roman est, avec Mitsuba, le premier, le plus réussi de la série. On y suit, sur quelques mois, les réflexions d’une femme sur sa vie, où se mêlent le quotidien le plus banal et des réflexions qui vont l’amener à briser le beau miroir de son apparente réussite.
Les lecteurs de Mishima retrouveront parfois une trame narrative qu’ils connaissent, ce dernier n’est d’ailleurs pas absent de ce volume.
L’écriture, toute en phrases simples, au présent, nous immerge dans le vécu, dans l’intimité de Yuko. On se prend d’affection pour la jeune femme, et pour tous ces personnages dont les vies sont ballottées au grès des évènements historiques, ou insignifiants, qui orientent leurs destins. On croise dans Tsukushi les personnages, vieillis et rapidement entrevus, des autres romans.
Signalons enfin que, pour ceux qui ont lu Mitsuba, la fin est particulièrement poignante.
Attention toutefois : j’ai commencé ce livre une nuit, je l’ai terminé le lendemain, remettant à plus tard d’autres projets. Lisez-le en ayant un peu de temps, car il vous happera !
Rêver Rêver
Franck Thilliez   
J'ai encore adoré ce thilliez. Dans ce livre, l'auteur nous plonge dans les méandres du cerveau humain pour essayer de comprendre le sommeil. Tout au long du récit, on ne sait jamais quand Abigaël rêve ou quand c'est la réalité. Même si une partie de l'intrigue m'a parue vite évidente, je l'ai lu avec plaisir pour voir si mon interprétation était juste et au final je ne suis pas tombée bien loin. De plus la construction du récit peut désarçonner un peu car il n’arrête pas de faire des allers retour entre le présent et divers passé.
Et pour les fans de Walking dead, une des scènes du livre est la réplique d'une scène de la série quand ils sont au Terminus.

par kymmy38
La Tour Sombre, L'intégrale 1 La Tour Sombre, L'intégrale 1
Stephen King   
Je rejoins tous les autres avis , une oeuvre colossale , du très grand Stephen King , un livre que j'ai lu et relu avec toujours autant de plaisir! Un Ka-Tet attachant dans un monde en pleine décomposition où ils devront affronter de nombreux adversaires , faire des choix douloureux avec un seul but : la Tour Sombre , Graal ultime paraissant tellement inaccessible mais qu'ils doivent trouver pour sauver tous les mondes. Stephen King utilise de façons détournées d'autres œuvres littéraires : Harry Potter , le magicien d'Oz ( Ote et ses petites bottines rouges trop choux!!) ....Et toujours le même Ennemi récurrent : Flagg , l'homme en noir! Se permettant même une astucieuse mise en abîme lorsque les héros doivent le sauver lui-même pour continuer d'exister! Et cette fin immuablement frustrante! Mais spoiler!
Comment se débarrasser d'un vampire amoureux, Tome 1 Comment se débarrasser d'un vampire amoureux, Tome 1
Beth Fantaskey   
Beaucoup pourraient se dire : Encore une histoire de vampires !
Eh oui, il s'agit effectivement d'une histoire de vampires mais que j'ai trouvée vraiment magique. L'émotion est au rendez-vous et Lucius tantôt saracastique, humain et tendre est mon personnage coup de coeur.
Je le recommande vivement !

par emy27
La Reine soleil La Reine soleil
Christian Jacq   
Akhesenpaathen ou Akhesa pour les intimes.

Une femme forte ! surtout pour l'époque... une femme qui donne l'exemple.
Un livre d'une écriture exemplaire, et d'un suspense prenant et envoûtant

par Gayana
Damnés, HS : Amours damnées Damnés, HS : Amours damnées
Lauren Kate   
http://wandering-world.skyrock.com/3070870853-Fallen-In-Love.html

Fallen In Love est une vraie bouffée d'air frais, un petit plaisir à découvrir aussi vite que possible si vous lisez en VO et que vous aimez la saga Fallen ( Damnés ) de Lauren Kate. Ce petit recueil de quatre histoires d'amour qui finissent plus ou moins bien nous permet de souffler complètement entre deux lectures. Quel bonheur !
Nous retrouvons dans chaque histoire les personnages que nous connaissons déjà, à savoir pour la première partie Miles et Shelby, pour la seconde Roland, pour la troisième Arriane, et pour la dernière Daniel et Luce. En commençant ce livre, je me suis rendu compte qu'ils m'avaient tous énormément manqué ! En les retrouvant, j'ai éprouvé un grand sentiment de satisfaction. Ils sont toujours aussi adorables, eux-mêmes, attachants... C'est comme voir à nouveau des amis de longue date !
Les différentes histoires qui nous sont exposées sont vraiment très, très, belles. Celle de Miles et Shelby est juste... Ouaw ! Une magnifique romance que tout le monde rêve de vivre ! Leur lien est presque tangible, bien qu'eux deux l'ignorent. Ils sont d'excellents amis, et ils vont très vite s'apercevoir qu'ils veulent aller plus loin dans leur relation. On suit donc dans les cinquante pages de cette première partie du roman la création de leur romance. C'est mignon comme tout ! J'ai adoré !
La seconde partie se concentre sur Roland. Ici, nous avons le droit à énormément de descriptions, car il fait cavalier seul. Son histoire est beaucoup moins joyeuse. Il ressasse sans cesse son passé et ses souvenirs pour se remémorer son amour perdu. Ce récit est très touchant, très mélancolique. On en apprend beaucoup plus sur Roland, chose vraiment géniale. On lui découvre une nouvelle facette, écorchée vive, perdue, qu'il tente de cacher en temps normal. Une très belle histoire également, à la fois poignante et gorgée d'espoir pour l'avenir.
Nous arrivons ensuite à l'histoire brûlante et passionnée d'Arriane. Haaaa Arriane ! Je l'aimais déjà beaucoup, mais là je me suis mis à l'adorer ! Sa romance avec Tess est saisissante. En effet, comme son âme-sœur est un démon et qu'elle est un ange, leur idylle n'aurait jamais dû voir le jour. Sauf que cela a été le cas. Et qu'elles vont toutes deux devoir faire un choix. Le Bien ou le Mal. Dieu ou Lucifer. Cette troisième partie de Fallen In Love est aussi bien la plus enflammée que la plus douloureuse. Arriane révèle un côté d'elle-même que l'on entrapercevait seulement avec Fallen, et qui se dévoile plus ici. Sa romance va la mener à changer. Jusqu'au plus profond de son être. Une histoire sensationnelle et merveilleuse !
La dernière partie est basée sur la Saint Valentin de Luce et Daniel. La seule qu'ils aient jamais vécu. C'est très certainement mon histoire préférée. Rien qu'en retrouvant nos deux tourtereaux j'étais charmé, mais en lisant ce récit, j'ai été captivé. L'ambiance est estivale, il y a de la musique, des rires, de la joie... Bref, un cadre parfait pour un jour qui l'est tout autant. Daniel et Luce vont enfin avoir droit à un moment de répit. Les instants qu'ils passent ensemble sont puissants et poignants. L'air semble vibrer autour de nous. Leur passion est presque palpable. Du bonheur à l'état pur !
Ces quatre histoires sont magnifiques à découvrir, tout comme le cadre dans lequel elles ont lieu. En effet, nous sommes propulsés au Moyen-Âge, un univers encore inexploré pour moi dans les romans YA. J'ai adoré ! Cette époque est totalement en accord avec le recueil, et j'ai été fasciné par ce nouveau monde. On sent bien que ce livre est là pour nous détendre : le bonheur est omniprésent, tout le monde est joyeux, on s'aime, on s'embrasse... Bref, on passe de très agréables moments avec Fallen In Love.
Mais ce n'est pas tout ! L'amour qui se dégage de ce très beau livre est juste... Magique ! C'est surtout de là que me viens cette impression de "bouffée d'air frais". Il n'y a pas d'action, juste de la passion à couper le souffle. Si vous êtes un(e) grand(e) romantique, vous serez conquis(e), c'est sûr. Chaque histoire est vraiment superbe. On ne se prend pas du tout la tête, c'est doux, c'est léger, c'est gorgé d'amour. Un petit bijou pour les accros de ce sentiment.
En bref, Fallen In Love est un merveilleux petit recueil, que je conseille vivement aux lecteurs de la saga Fallen. Les protagonistes sont éblouissants, on nage dans un océan de sensations paisibles et agréables, on parvient à totalement se laisser aller en savourant chaque mot. Deux cent une pages d'ivresse et d'exaltation brutes que tout le monde doit découvrir.

par Jordan