Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Alderaan : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Phobos, Tome 4 : Horizons Phobos, Tome 4 : Horizons
Victor Dixen   
Un dernier tome réussi.

Le précédent volume m'avait un peu déçue en empruntant une voie plus classique, plus proche de ce qu'on voit dans beaucoup de YA. Du coup, plusieurs questions avaient été laissées sans réponse, et comme par hasard celles qui m'intéressaient le plus xD (pour ne citer qu'elles : la maladie de Kelly et la mystérieuse créature de Mars, si du moins elle existe...)

Par chance, cette suite offre des explications amplement satisfaisantes aux mystères jusque là non élucidés -certes, certains révélations m'ont d'abord laissée très perplexe comme le [spoiler]retour de Kenji[/spoiler], mais ça, c'était avant que Victor Dixen ne développe sa pensée, toujours de manière logique et cohérente.
Mieux encore, on en apprend plus sur le passé de quelques ex-pionnières de Mars et surtout sur Léonor. [spoiler]J'ai juste trouvé un peu dommage que ce qu'on apprend sur elle soit un peu atténué par la suite, mais bon, c'était nécessaire pour la fin...[/spoiler]
D'ailleurs, à son propos, j'ai encore moins réussi à m'attacher à elle que dans les tomes précédents. Même si les autres pionniers apparaissent de manière amplement satisfaisante (même ceux de la 2e saison de Genesis, ce que j'ai beaucoup apprécié), j'ai trouvé qu'elle était trop souvent mise en avant, que Victor Dixen appuyait trop sur son rôle d'héroïne vers laquelle tout le monde ne cesse pas de se tourner ; et ça, ça a fini par me taper sur le système. Mais ce n'est que mon avis personnel...

Pour autant, il ne faut pas croire que tout est rose dans ce tome. Certes, Léonor a des alliés indéfectibles, mais on voit aussi dans cette suite que rien n'est acquis et qu'au contraire, l'opinion de tous ces Terriens ex-télespectateurs de Genesis peut être très versatile. On l'observe grâce à une innovation de Victor Dixen, à savoir les chaînes de quelques ex-pionniers de Mars de la 1ère saison et que je nommerai pas pour garder la surprise. À la fin de chacun de ces chapitres-vidéos, on a généralement droit aux commentaires des internautes. J'ai trouvé que c'était une idée excellente et très bien trouvée, non seulement pour le rendu visuel, mais aussi parce qu'ils jouent un certain rôle dans l'histoire et donnent l'impression au lecteur de vivre en temps réel ce qui se passe.

J'en arrive maintenant à la fin (du livre mais aussi de mon commentaire). Je pense que je continuerai encore longtemps à y réfléchir et à espérer une suite qui ne viendra certainement pas, même sous la forme d'une misérable nouvelle -je pense que Victor Dixen a été assez clair là-dessus dans ses remerciements, malheureusement, mais on peut rêver. Elle est logique en un sens, bien trouvée. Elle arrive brusquement mais sans vraiment paraître précipitée -vu qu'on ne coupe en plein dans l'action, ça doit jouer. En fait, à mes yeux, je pense qu'on n'aurait pas pu faire mieux -je pense que n'importe quelle autre fin m'aurait inévitablement déçue si elle avait été plus définitive.

En bref, une bonne conclusion. Des retournements de situation qui ne cessent pas de se succéder, tout comme des explications/révélations dont aucune (miraculeusement) ne m'a déçue sauf une, peu de temps morts ; bref, pas un coup de coeur (à cause de Léonor, sans doute, et des dialogues qui m'ont paru irréels pour certains...), mais certainement un coup de maître de la part de l'auteur : rarement un dernier tome ne m'a laissée aussi satisfaite. Enfin, dernier... j'espère que non.

par Isallya
La Tresse La Tresse
Laetitia Colombani   
J'avais tellement entendu parler de La tresse, surtout de façon positive, mais je ne sais pas, je n'étais pas intéressée plus que ça par ce roman. C'est vraiment par hasard que je me le suis procuré, en allant faire un tour à Emmaüs et je remercie la personne qui en a fait un don car peut-être que je ne l'aurais jamais lu sans ça et je serai passée à côté de cette perle!

Nous suivons trois femmes/filles de générations différentes, de pays et de continents différents, de cultures différentes. Smita en Inde, qui rêve d'une meilleure vie pour sa fille Lalita. Giulia en Sicile qui essaie de maintenir l'entreprise familiale. Sarah au Canada qui tombe gravement malade. Nous avons donc trois points de vue différents. Elles n'ont aucun lien, dans un monde fait d'injustices, de tabous, de cruauté sur bien des aspects. Elles ne mènent pas les mêmes vies mais leurs vies vont changer à jamais!

J'avoue que c'est l'histoire de Smita et Lalita qui m'a le plus touchée, non pas que celles des deux autres n'étaient pas touchantes, loin de là, c'est impossible de rester insensible mais c'est surtout pour les terribles facettes de l'Inde que je ne connaissais absolument pas! Les trois histoires sont touchantes, celle de Giulia un peu moins mais elle fait le lien/le pont entre celle de Smita et celle de Sarah.

Le message de ce roman est fort, important. Il faut se battre, il faut vivre. Ce roman parle d'inégalité, de discrimination, de racisme, de crimes, de maladie mais aussi d'amour, d'espoir, de lutte, de survie. Pourquoi ce titre? Pourquoi la "tresse"? Tout prend forme vers la fin du de l'histoire. Tout n'est qu'émotions et réflexions. L'écriture est fluide et juste. Il n'y a pas de dialogue mais ce n'est aucunement gênant.

C'est un coup de cœur! Je ne l'avais pas vu venir! Je me disais que ça n'allait être qu'une bonne lecture, peut-être sans plus mais quelle claque! Je suis ressortie complètement bouleversée de ma lecture, à fleur de peau. Les larmes ont coulé. Il y a des histoires qui marquent à vie et La tresse va en faire partie, je pense! A lire absolument!

par MaMt
Péplum Péplum
Amélie Nothomb   
Encore une fois, je suis tombée sous le charme de la plume d'Amélie Nothomb. Qui sinon elle aurait l'idée d'écrire un tel roman ? J'aime... J'ai eu l'impression de me replonger dans les dialogues enflammés d'hygiène de l'assassin, même si j'ai moins aimé. L'histoire de l'hibiscus m'a vraiment fait rire... Ah cette Amélie Nothomb, si on de l'avait pas il faudrait l'inventer.

par MFHPT
Phobos, tome 3 Phobos, tome 3
Victor Dixen   
Sublime ! C'était Waouh ! Oh my god, c'était WAAHOUUH !!!
Je ne vais pas en faire un tas car vous l'aurez compris ce dernier opus est juste WAOUH :p Étant donné les éloges des autres commentaires, je suis rassurée de ne suis pas être la seule à être retournée ;)
Les petites bombes en fin de chapitre m'ont tué un petit peu plus chaque fois, j'ai même dû m’arrêter de lire quand [spoiler]Serena s'est fait tiré dessus pour réaliser et ne pas m'emballer et spoiler tout le monde autour de moi (j'étais dans le bus vous comprenez qu'il faut garder son self-control pour ne pas être vu comme une dingue .... ) [/spoiler]
Bref, j'ai AD-OR-E !! et pis [spoiler]Marcus sooooooo sad *grosses larmes de crocodiles* (je n'étais plus dans le bus heureusement, vous imaginez bien )[/spoiler]
Je m'adresse donc à toi qui lit ceci et je te dis "Vas toute suite lire c'te livre et n'attends pas Noël ou alors trouves la cachette du paquet ;)"
W

par Wanheda
Les Contes interdits : Peter Pan Les Contes interdits : Peter Pan
Simon Rousseau   
Ce roman est une véritable BOMBE !!! C’est définitivement l’un des romans dans mon top 10 voir même TOP 5 de l’année jusqu’à maintenant. Ce livre m’a obsédé de la première lettre jusqu’à la toute dernière… J’ai ressenti une véritable frustration lorsque j’ai refermé ce dernier, la boule au ventre. Je vous écris ces premières lignes à chaud. Seulement quelques minutes après avoir mis fin à cette aventure des plus étranges. Cœur sensible s’abstenir ! Ce roman est loin d’être pour tous les lecteurs. Nous sommes loin, bien loin de l’histoire de Wendy et Peter Pan qui nous envoyait dans les bras de Morphée. Au contraire, ce conte vous hantera, il vous fera faire des cauchemars, mais surtout, vos valeurs et vos émotions seront mises à rude épreuve. Ça, c’est certain.

Le premier point qui a retenu mon intérêt pour ce dernier une fois ma lecture débutée est sans contredit, la région dans laquelle se déroule l’histoire. C’est MA ville ! Québec City… Et encore mieux, beaucoup de scènes se déroulent à moins de 1km de chez moi. Alors, imaginez l’impact que les détails géographiques ont pu avoir sur mon imagination et les images qui y sont nées de celle-ci, suite à la lecture des mots de Rousseau ! Ce fut une vraie bombe. Dès cet instant, je savais que ce roman serait plus qu’un coup de cœur. Pas seulement, parce qu’il se déroulait chez moi, mais parce que je savais qu’il me ferait voyager dans des coins sombres… Que tout mon être et mon âme seraient mis à rude épreuve. Et ce fut définitivement le cas !

Que dire des personnages ? OMG… Ce sont de véritables psychopathes ! Sérieusement, malgré tout, j’ai ressenti à un moment ou l’autre de la compassion et de l’empathie pour chacun d’eux. C’est étrange que des personnages si sombres, si malades et tellement à l’opposé de moi et de mes valeurs aient réussi à me soutirer de telles émotions. Je suis passée d’un extrême à l’autre grâce à la plume de l’auteur. Qui d’ailleurs a un véritable talent pour écrire des scènes d’horreur. Il a ce quelque chose, dont je suis incapable de définir, dans son écriture qui fait qu’on y croit réellement. Tout nous semble réel. C’est fou l’effet que son roman a eu sur moi. Plusieurs d’entre vous m’ont souvent entendu louanger la plume d’Yvan Godbout qui est selon moi, un maître dans ce genre littéraire. Et bien Rousseau rejoint sans hésitation ce dernier dans mon TOP 3 des auteurs d’horreur jusqu’à maintenant.

Dès qu’il parle d’un personnage, on imagine sans difficulté celui de notre enfance. Et POUF ! Deux secondes après, c’est la fée Clochette hideuse, tortionnaire et machiavélique qui ressurgit sans avertissement dans notre tête. Chaque personnage à sa place. Les références sont justes et nous faisons facilement le lien entre celui de Barrie et de Rousseau. Sauf que ces derniers sont vraiment trash et dark contrairement à ceux de notre enfance. Les scènes sont tellement tabou, poignantes et véritablement macabres par moment, que certains auront un goût amer en bouche. Mais croyez-moi, malgré tout, vous serez addict à ce dernier ! Fini la belle Wendy, le Peter Pan qu’on rêvait tous d’embrasser en cachette, la fée clochette toute mignonne et le Capitaine Crochet sadique. Oh non… Ici, vous trouverez une Wendy débrouillarde, une fée Clochette digne de la rue Ste-Catherine, un Peter Pan des plus sadiques qui soi et un Capitaine Hook détruit.

Honnêtement, aucun mot ne sera à la hauteur de mon ressenti pour ce dernier. Je suis passée de l’émerveillement au plus pur des dégoûts en une fraction de seconde, et ce, tout au long du roman. Il est intense, c’est certain ! Mais ignorer ce dernier serait une erreur monumentale. Oui, il est dur. Oui, il tuera surement quelques souvenirs au passage. Mais il vous laissera avec une foule d’émotions contradictoires qui ne peuvent qu’être transmises que par une main de maître ! Surveillez ce jeune auteur québécois !

Ah oui, j’oubliais tellement que je suis emballée par ma lecture, que Peter Pan a été lu en lecture commune avec ma belle Laura du blogue Escapade Féérique… Je suis certaine que sa lecture ne fut pas aussi féérique que le conte original 


Source : https://frogzine.weebly.com/chroniqueslitteraires/les-contes-interdits-peter-pan

par Froggy
6h22 Place 108 6h22 Place 108
Clémence Albérie   
Gros coup de cœur pour cet Ebook !
Je l’ai terminé il y a plusieurs jours déjà et pourtant j’en suis encore toute retournée. Il faut dire qu’il m’a fait passer par un nombre incalculable d’émotions…
Mais commençons par le commencement. Je vous préviens tout de suite, ce roman est un véritable page-turner, une fois que vous vous êtes lancés, c’est impossible de le lâcher !
En ce qui me concerne je l’ai lu en un temps record, et vu le plaisir que j’ai pris à le lire, je ne regrette pas du tout mes heures de sommeils. A vrai dire, j’ai même envie de le relire là.
Enfin bref, il est temps de vous expliquer pourquoi je suis si emballée que ça par ce livre, mais par où commencer ? Si je devais vous décrire tout ce que j’ai aimé dans ce roman je devrais vous le réécrire entièrement tant je l’ai trouvé parfait.
Le style d'écriture ? Très agréable, fluide avec des descriptions courtes et précises.
L'histoire ? Très bien construite, mais aussi originale puisqu’au début, il s’agit d’un huis-clos dans un train.
Les personnages ? Ils sont intéressants et si réalistes que j'ai l'impression qu'on pourrait les croiser dans la rue. Ils ont chacun leurs caractères, leurs styles de vie... et on sent réellement les liens qui existent entre eux. Que ce soit de l’amitié, de l’amour romantique ou de l’amour familial, tout est si bien représenté qu’on n’a aucun mal à y croire.
Clémence Albérie réussit à rendre ses personnages réels, c'est comme s'ils prenaient vie entre ces pages. Les dialogues et la répartie fracassante en sont la preuve !
Et il en va de même pour les personnages secondaires. (Mention spéciale pour Lola, ma chouchoute à moi, l'amour de ma vie, la déesse de mon coeur, ma future épouse. Hum, pardon je m'égare.)
Je les ai tous adorés. Enfin presque, il y en a certains que j'ai surtout adoré détester... et ceux qui ont lu ce livre sauront des quels je veux parler.
Et puis il y a l'humour aussi ! Toujours présent, capable d'alléger les moments les plus sombres... j'ai ri du début à la fin, au point d'en lâcher quelques larmes parfois.

En bref, cet ebook est formidable et Clémence Albérie est une auteure à suivre de près.
Et si vous hésitez encore, sachez que le premier chapitre est disponible gratuitement sur le site de la maison d’édition, Reines de Cœur.


par Kyuura2b
Zazie dans le métro Zazie dans le métro
Raymond Queneau   
C'est du grand n'importe quoi du début à la fin , ça m'a fait beaucoup rire , même si c'est un peu vulgaire pour rien en fait. en revanche je ne vois pas du tout l'intêret que peut avoir ce bouquin qu'on étudie en Terminale Litteraire cette année , j'espére que la prof saura nous expliquer...
Wonder Woman Rebirth, tome 1 : Année un Wonder Woman Rebirth, tome 1 : Année un
Nicola Scott    Greg Rucka   
C’est l’un des Rebirth que je vais suivre, je n’ai pas été déçue de ce comics, c’est une très bonne interprétation de Wonder une femme qui arrive dans le monde moderne et découvre un monde dont elle ignore quasiment tout. La relation entre elle et Steve Trevor est développée sans pour autant prendre de la place dans la trame scénaristique. Nicola Scott et Grec Rucka une très bonne association d’artistes, chacun dans leur domaine respectif. Je vous conseille ce premier tome pour découvrir ou redécouvrir l’Amazone mais aussi passer un très bon moment.

mon avis complet sur mon blog: https://lacavernedebatsi.wordpress.com/2017/07/04/mon-avis-sur-wonder-woman-rebirth-tome-1/
Green Lantern, Tome 1 : Sinestro Green Lantern, Tome 1 : Sinestro
Geoff Johns    Doug Mahnke   
Très bon tome et qui est accessible pour les nouveaux lecteurs se qui n'est pas toujours le cas avec Green Lantern.
Le Matin de Neverworld Le Matin de Neverworld
Marisha Pessl   
https://aliceneverland.com/2019/09/04/le-matin-de-neverworld-marisha-pessl/

Le résumé de ce livre ne m’avait pas vraiment attirée. Jusqu’à ce que j’en lise la dernière phrase. Cette ligne, apportant une touche de SF, m’a immédiatement conquise, et j’étais curieuse de voir comment l’auteure allait développer cet aspect-là du roman.

On découvre donc une bande d’amis qui se retrouve après un an de séparation. Une séparation suite à la mort du sixième membre de leur groupe, Jim, qui s’est suicidé un an auparavant, dans des circonstances assez étranges. Mais, tandis qu’ils rentrent après une soirée assez arrosée, leur vie bascule. Ils se retrouvent alors piégés dans le Neverworld.

Je me suis régalée dans la première partie de l’histoire. Cette découverte du Neverworld, cette touche fantastique m’a vraiment enchantée et j’étais très intriguée par la construction de cet univers. Chacun des cinq personnages va alors passer par plusieurs étapes, comme le déni, l’exacerbation de leur comportement, et bien plus encore. Comme si le Neverworld révélait le pire de ce qu’ils étaient.

Pour autant, je reste assez mitigée. Car la seconde partie m’a beaucoup moins séduite que la première. Nous basculons alors dans une sorte de thriller/policier, dans un Neverworld pas si rassurant tandis que notre bande d’amis cherche à découvrir ce qui est réellement arrivé à Jim. Un genre qui prend le pas sur l’aspect fantastique du roman. Et, vous me connaissez, je ne suis pas vraiment fan du genre policier…

Beaucoup de questions, et des réponses parfois quelques peu maladroites. Moi qui m’attendais à être surprise sur ce que j’allais lire, j’ai finalement découvert une histoire proche de celles de E. Lockhart (Nous les menteurs, Trouble vérité). Du coup, j’avais déjà deviné la fin du roman, et j’aurais aimé un peu plus de surprise sur ce point.

Au final, Le matin de Neverworld reste un roman original même si quelque peu assez prévisible. J’ai beaucoup aimé la présentation du Neverworld, cette sorte de purgatoire que vont découvrir nos cinq amis. Mais j’ai été bien moins séduite par la seconde partie du roman qui bascule dans un genre dont je ne suis pas friande. Pour autant, cela reste tout de même une bonne lecture.

par Kesciana
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3