Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Aleex71 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Où que tu sois, Tome 1 : Je t'entendrai Où que tu sois, Tome 1 : Je t'entendrai
Danielle Guisiano   
https://fantasybooksaddict.blogspot.com/2019/02/ou-que-tu-sois-tome-1-danielle-guisiano.html

J'avais déjà eu l'occasion de découvrir la plume de Danielle Guisiano avec Ombre vive publié chez Rebelle éditions. J'ai donc été ravie de la retrouver ! J'ai tout de suite été conquise par l'intrigue qu'elle nous propose à travers laquelle elle nous fait découvrir ses deux personnages principaux : Zoé et Angel. Celle-ci assiste à un accident de moto et décide de rester au chevet de la victime dans le coma, qu'elle surnomme Angel, faute d'identité.

J'ai apprécié l'alternance des points de vue car même si Angel est prisonnier de sa propre chair, son cerveau est toujours en état de marche. Il nous permet de découvrir son passé, ses pensées et même si au début, il a du mal à supporter la présence de Zoé, elle va rapidement lui devenir indispensable !
Au début, je dois reconnaître que celle-ci m'a semblé un peu gamine. J'avais beaucoup de mal à m'accrocher à elle et du coup, je comprenais Angel lorsqu'il la trouvait agaçante. Pourtant, au fur et à mesure que les pages défilaient, j'ai fini par m'accrocher à son personnage car on en vient à comprendre pourquoi elle se sent responsable d'Angel. De plus, elle n'a pas eu une vie facile jusqu'ici et ce n'est pas prêt de s'arranger pour elle... Cela la rend d'autant plus attachante !

Par ailleurs, ce roman de 250 pages est vraiment touchant, car même s'il est court, il ne fait pas l'impasse sur les sentiments qui s'en dégagent !
Finalement, pour moi, le seul bémol, c'est la seconde partie car après la sortie de coma d'Angel, tout se déroule très rapidement. En effet, les mois suivants ne sont développés que sur quelques pages et c'est vraiment dommage car sans m'en rendre compte, je me suis peu à peu détachée des personnages. J'étais contente de voir ce qui se passait pour eux mais sans plus...

Pour conclure, même si j'ai eu l'impression que ma lecture se déroulait en 2 temps, j'ai passé un bon moment, surtout avec la première partie que j'ai trouvé plus aboutie et terriblement touchante ! J'ai hâte que la suite sorte car la fin m'a laissé sur ma faim, si je puis dire lol.
Parier... Mais pas jouer ! : tome 4 Parier... Mais pas jouer ! : tome 4
Chrys Galia   
Autant j'ai aimé le premier tome ainsi que le deuxième bien qu'il tombe dans le drame total mais le 3 et 4 c'est la descente en chute libre. Je suis allé au bout car je n'aime pas les actes inachevés mais ça n'a pas été agréable, j'ai trouvé l'ensemble laborieux, quelque chose me dérange les personnages ou les enchaînements des événements. [spoiler][/spoiler]C'est comme une accumulation d'informations et la fin à double positionnement... bof ! Les réponses au problème façon 50 nuances de Grey réglé par l'argent, l'égocentrisme et naïveté de Callie, la platitude de Brad ... Sans moi :-(

par Lilypag
Speedgame Speedgame
Pascale Stephens   
Un Spin-off de la romance Speedway. Nous retrouvons Franz deux ans après la mort de Julio.

Zoé est envoyée par sa rédactrice en chef sur un reportage dans la catégorie sport, un sacré challenge pour elle sachant qu’elle connaît rien en sport et doit rejoindre Franz Kreuger chez lui en Autriche, vivre dans sa maison, tout en connaissant sa réputation.
Franz a toujours refusé les propositions d’articles depuis deux ans, depuis la mort de Julio. Après l’arrêt de la compétition pour Nathaniel et Clémence, Franz s’est lancé dans l’endurance. Ses sponsors l’obligent à faire cet article, il est bien décidé à faire fuir cette journaliste.

Zoé Valeroy est journaliste. Elle est déterminée à garder son poste de journaliste, et de tenir tête à ce coureur. Elle a du répondant, et un fort caractère, et pourtant elle est très effacée, calme et sage.
Franz Kreuger, trente-deux ans est pilote de moto en endurance. C’est un bad boy ayant pour réputation de n’avoir aucun respect pour les femmes. Il a perdu sa joie de vivre, il est devenu froid, excessif, blessé et complexe, voire narcissique et cynique mais caché derrière toutes ses couches il peut être doux et attentionné.

La narration est à la première personne du point de vue de Zoé et Franz. Le changement est annoncé.
L’intrigue est accaparante, et bien menée. Dès le début c’est un sacré bras de fer, tous deux à la hauteur de l’autre. Elle s’est jurée de ne jamais s’approcher de ce genre d’homme, et lui de s’attacher à aucune femme. Franz passe son temps entre alcool et sexe en repoussant tout à la seconde place. Il ne sait pas ce qu’il recherche, il est perdu.
La plume est sublime, c’est très facile à lire et fluide. L’humour est plaisant, la romance est belle et les rebondissements prenants et bien dosés. Le rythme est entraînant.
Les émotions sont sympathiques, parfois frustrantes et d’autres émouvantes. Il va l’asticoter, la faire sortir de ses gonds et la mettre en colère en intensifiant son attirance. Une fois ses défenses abaissées une complicité s’installe. Il a peur de l’abandon, son père, la mort de sa mère puis celle de Julio, il garde tout le monde à distance pour ne plus souffrir. Zoé est très calme face à Franz, peut-être trop. Les relations intimes sont bien décrites, c’est érotique, sensuelle et torride.
Les personnages secondaires sont peu présents, Jackie «la tornade» la collègue de Zoé et meilleure amie, le frère Manfred et Gus l’agent de Franz, ainsi que sa team, et bien sûr Clémence et Nathaniel avec la petite Juliette.

«Ne jamais dire jamais». Deux personnages que tout oppose à première vue, et pourtant si complémentaire. Une belle romance entre humour, émotion et frustration. Les rebondissements et péripéties s’enchaînent avec simplicité et légèreté. Une excellente lecture pour passer un moment de détente avec des personnages attachants et sympathiques. Ravie de retrouver la plume de Pascale Stephen !

https://meslivres-monplaisir.blogspot.com/2019/03/speedgame-pascale-stephens.html

par Matoline
Toxic Love, Tome 1 Toxic Love, Tome 1
M.J. Swan   
Un cocktail d'émotions détonant! Action, amour, drame, biker franchement on a tout de réunions pour en faire un premier tome parfait! J'ai adoré!!!
Maintenir j'ai juste envie de dire À QUAND LA SUITE!!!!!!!!!!!!

par EmelineAJ
Sentinelle, volume 1 Sentinelle, volume 1
Clémence Lucas   
J'ai adoré ma lecture. Merci pour cette merveilleuse histoire. Hâte de lire votre nouveau roman "Un nouveau départ".
Hell's Wings, Tome 1 : Hell's Wings Hell's Wings, Tome 1 : Hell's Wings
Lily Hana   
Un livre que j'ai moyennement apprécié. Je le trouve mal écrit, le scénario est bancale et les personnages ne nous paraissent pas réel tellement ils changent vite de personnalité. En effet, Shadow est père, il amène son fils dans le club, mais ce pauvre gamin ne doit être cité que 5 fois dans tous le livre... où est-il quand Shadow, Lexie, Nix et Zaia partent au parc d'attraction? Qui le garde? Au début du livre il est écrit qu'il compte demander à la nounou de venir, mais nulle part il n'est dit qu'elle accepte ni qu'elle garde l'enfant au club. Cet enfant va-t-il à l'école ou c'est les vacances scolaire? Dans certaines scène l'enfant apparaît plus pour un effet dramatique ou dénouer une situation plutôt que comme un personnage à part entière.
Bref, c'est pleins de petites erreurs comme ça qui me font dire que c'est peut-être le premier livre écrit et publié par Lily Hana, je trouve du coup que ça rend l'histoire bancale parce qu'on ne croit pas vraiment aux personnages principaux [spoiler] Qui tombent amoureux grâce à une chatbox d'un site porno? qui? A part eux... [/spoiler], leurs histoire d'amour s’enchaîne trop vite, je trouve que le cadre n'est pas assez prit en compte, dès fois on a juste l'impression qu'ils sont seuls, que Shadow ne fait rien de ses journées à part attendre Lexie et dès fois c'est exactement l'inverse...
Tous ça rend l'histoire peut vraisemblable, et pour un livre publié je trouve ça presque honteux. Autant dire directement que c’est un livre érotique et que l'histoire est à oublié car peu travaillé, on nous met juste des motard avec des fille ayant travailler dans du porno en toile de fond pour mettre un peu d'ambiance et c'est tout, rien de plus, rien de moins.

par ninon64
Strangers Strangers
Samantha Morgan   
Une histoire d’infidélité, d’attirance, de découverte de sentiments, une belle histoire d’amour malgré quelques détails gênants pour ma part. Les goûts et les couleurs divergent.

Depuis que son mari a obtenu un poste d’avocat dans un grand cabinet, June prépare les cartons, et va enfin emménager dans la nouvelle maison avec sa famille, Karl son mari et son fils Mattéo.
Pendant son trajet en train seule, June manque d’inspiration pour son prochain roman érotique, jusqu’à ce qu’un nouveau passager s’installe sur la banquette devant elle. Des regards, un effleurement, et la tentation de l’inconnu est trop grande.

June Walker, vingt-six ans écrit des romans sous anonymat et est institutrice à mi-temps. Depuis sa maternité, elle se sent changée, avant elle n’avait pas froid aux yeux. C'est une femme vivante, forte et passionnelle.
Nicolas, Nick Morgan, la trentaine est avocat associé dans un grand cabinet. Il suit des règles avec les femmes qu’il rencontre, aucunes ne dorment chez lui, il ne couche qu’une seule fois avec elles.

La narration est à la première personne, le point de vue est surtout de June, mais celui de Nick se glisse parfois, introduit par «Lui».
L’intrigue est plaisante, mais le roman m’a laissé songeuse. Un inconnu dans un train, un écart seulement une seule fois, June préfère garder le secret pour le bien de sa famille. Mais quelques semaines plus tard, Karl invite son associé Nick et son amie à manger. Et quelle surprise Nick est le bel inconnu !
La plume est très plaisante, c’est fluide et facile à lire. Quelques petites erreurs dans l’édition, le prénom Jenny se glisse à un moment, pour qui pour quoi, quelques mots placés au hasard dans une phrase n’ayant pas leur place, rien de bien méchant, pour le consommateur c'est gênant. Le rythme est agréable, les pages filent vite. La fin est un point négative pour ma part, la résolution de l’intrigue est vite passer à l’épilogue, pas d’explication, de dénouement, seulement un «deux ans plus tard». Elle nous laisse sur notre faim.
Les émotions sont très diversifiées. Après six ans de mariage, la routine d’un couple s’installe. Après son dérapage, June a honte, et pourtant elle serait prête à revivre la même chose, du plaisir et du désir avec Nick. La culpabilité face à l’infidélité est très bien décrite. La découverte de sentiments paraît réaliste et cohérent, seule la facilité de passer d’un partenaire à l’autre me laisse perplexe et un goût amer sur la possibilité d’un avenir, que ce soit par June ou Nick avec ses femmes rencontrées à la va-vite. Les scènes intimes sont très sensuelles, torrides et existantes.
Les personnages secondaires sont peu présents, certains prenant plus d’ampleur dans l’intrigue que d’autres, Brittany, Josy, Laetitia, Mélissa, Mindy et Maélis.


Une attirance passionnelle et irrésistible, le destin, une histoire d’amour plaisante et intense, une plume fluide, des émotions diverses et puissantes, un roman dérangeant mais addictif. Quelques petits détails m’ont gêné, sinon ce fût une lecture très plaisante et une belle plume.

https://meslivres-monplaisir.blogspot.com/2019/01/strangers-samantha-morgan.html

par Matoline
Bad, Tome 5 : Amour insaisissable Bad, Tome 5 : Amour insaisissable
Jay Crownover   
ans ce cinquième opus, nous allons faire la connaissance de Noe Lee, une jeune femme qui vit dans la rue pour fuir d’affreux monstres qui sont à sa poursuite.
En effet, le maire de The Point veut retrouver Noe pour cacher son petit secret. Il violait sa belle-fille, l’a mise enceinte, mais Noe a réussi à la sauver et à la cacher quelque part.
Noe sait qu’elle ne peut pas lutter longtemps contre le maire et ses sbires. Elle décide alors d’aller toquer à la porte de la seule personne qui peut la sauver : Snowden Stark.
Ce pirate de l’informatique qui vit dans l’ombre sait qu’il ne peut pas aider cette femme. S’il combat le maire, les démons de son passé vont ressurgir et il ne le souhaite pas. Alors il va faire la seule bonne chose pour lui : lui claquer la porte au nez.
Seulement, Noe Lee a disparu depuis plusieurs jours et Snowden va essayer de la retrouver, pour enlever cette culpabilité qui le pèse.

Un nouveau livre de Jay CROWNOVER ne se rate pas.
J’adore cet auteur qui a un univers bien particulier. Ses histoires sont addictives et intenses.

Ce récit commence en plein coeur du sujet, avec la rencontre entre Snowden et Noe, puis l’enlèvement de cette dernière.
Le décors est planté et il ne va pas être lumineux. Menaces et torture sont au programme, les hommes de l’ombre vont devoir entre en scène pour sauver la jeune femme. Elle est coriace, mais tout le monde a besoin d’aide un jour ou l’autre.
J’ai beaucoup apprécié ce début très explosif qui nous plonge avec force dans The Point. A chaque fois, j’avais oublié combien cette ville est sulfureuse et sombre. Même si elle est un refuge pour certains, elle est nocive pour d’autres. C’est un vrai personnage à part entière et je ne me lasserai jamais d’y retourner.

Le duo que forment Noe et Snowden est vraiment détonnant.
Ils sont physiquement à l’opposé l’un de l’autre, mais partagent beaucoup de choses. Un horrible passé, un engouement prononcé pour l’informatique et l’envie de rester dans l’ombre.
Tous les deux ont été marqués par leur passé, des marques qu’ils pensaient indélébiles, mais au contact de l’autre toutes leurs certitudes vont être bouleversées.
J’ai fondue devant l’évolution de ces deux personnages qui ont leurs doutes et leurs craintes.

L’intrigue concernant le maire et Noe n’est malheureusement pas sur le devant de la scène. J’avoue que parfois, on l’oublie. J’ai trouvé qu’elle n’était pas assez développée et que l’auteur se focalisait un peu trop sur la romance entre Noe et Snowden.

Par contre, j’ai trouvé que dans ce tome il y avait énormément de répétitions.
Tant dans les dialogues, que dans les pensées. Parfois nous avons des morceaux entiers qui sont écrits du point de vue de Snowden puis du point de Noe et vice-versa. Sans compter que j’ai eu l’impression de retrouver des mêmes phrases, des mêmes descriptions et des mêmes expressions déjà présentes dans les précédents tomes. Alors je me trompe peut-être, mais j’ai eu assez souvent cette impression de « déjà vu ».
Je ne me rappelle pas avoir trouvé les autres livres de Jay CROWNOVER autant répétitifs, mais dans celui-ci ça m’a sauté aux yeux. J’ai trouvé que cela alourdissait le récit et au bout d’un moment, j’ai vraiment été ennuyé par cela.

Quant à la fin, elle n’est pas surprenante.
L’histoire se termine un peu facilement à mon goût, sans difficulté ni surprise. J’ai vraiment eu l’impression pendant une grande partie de ma lecture que l’auteur a choisi des chemins plus faciles pour arriver à la conclusion. Il y avait moins de suspens, moins « d’horreurs », même si cette histoire n’est pas tendre non plus.

Par contre, j’ai vraiment hâte d’avoir le prochain opus entre les mains, récit qui se focalisera sur un couple que je suis impatiente de découvrir !


En conclusion, « Bad, tome 5 : Amour insaisissable » ne m’a pas tellement convaincue. Jay CROWNOVER est un auteur que j’adore et cette série est l’une de mes favorites. Cependant, l’intrigue est ici trop simple à résoudre, il manque ce suspens et cette ambiance noire si caractéristiques à cette série. Il y a également beaucoup de répétitions qui m’ont dérangée.
Bref, j’ai été plutôt surprise d’être aussi peu charmée par cette lecture, alors que tous les éléments étaient là pour me faire aimer cette nouvelle histoire.

( https://lectrice-lambda.blogspot.com/2019/03/bad-tome-5-amour-insaisissable-jay.html )
Room Hate Room Hate
Penelope Ward   
Hummm ok. La raison la plus nulle pour détester quelqu'un, en faite c'est elle qui devrait lui en vouloir mais c'est lui. Anciens amis d'enfance, ils se sont séparés. Ils se revoient dix ans plus tard lorsqu'ils héritent tous les deux de la maison de la grand mère d'Amélia. Justin n'était qu'un voisin, un jeune garçon que sa grand mère avait pris sous son aile, son meilleur ami. On imagine bien qu'il s'agit d'un amour d'enfance contrarié.

Si Amélia est vite attachante, lui c'est un vrai connard et une fois qu'on en connait la raison, mon dieu qu'on a envie de le taper. Plus stupide tu meurs. La romance est pas ouffissime, il n'y a pas de triangle amoureux a proprement parlé mais l'auteur n'a pas vraiment développé et justifié cette situation. Lui arrive en couple, elle seule. L'attirance est toujours là depuis des années, la colère et l'amertume sont un cocktail qu'il faut savoir dosé et bien utilisé. Il n'y a pas d'infidélité, je rassure celles qui sont comme moi qui n'aiment pas en lire. J'aurai aimé qu'elle travaille sur les sentiments de culpabilités, sur la fin d'une histoire, sur le renouveau... j'ai trouvé que ça manquait de fluidité de ce côté-là.

La deuxième partie a su m'étonné et a change de ce qu'on lit en new adulte, c'était mignon et quand on me connait, on serait étonné :D Par contre, les scènes de sexe sont vulgaire, pas d'alchimie, je me suis cru sur un vieux porno avec des dialogues à la con. Heureusement, il y en a peu ! Ça ne m'a pas empêchée de le lire vite (en une soirée), d'apprécier la fin de ma lecture car Justin a fini par être touchant.

par LLyza
Et tu embrasseras mes larmes. Et tu embrasseras mes larmes.
Fleur Hana   
Pour la petite histoire, j'avais depuis très longtemps envie de lire « Les bottes rouges », qui est la première version de « Et tu embrasseras mes larmes ». J'ai d'ailleurs réussi à me le trouver en occasion, je ne pouvais pas passer à côté de cette chance d'avoir un collector dans ma bibliothèque.

Je suis toutes les parutions de Fleur Hana, c'est un rendez-vous que je ne raterais pour rien au monde, « Et tu embrasseras mes larmes » n'a pas fait exception. Ce nouveau roman, c'est une véritable ode à la vie, à l'amour et à la reconstruction de soi.

Fleur Hana y traite la difficulté de faire son deuil, les failles que cela creuse dans nos fondations si fragiles après la perte d'un être aimé. C'est une romance particulièrement touchante, mais c'est bien plus que cela. Ce serait tellement réducteur de n'y voir là qu'une histoire d'amour.

Angélique et Valentin sont deux êtres qui ont traversés des épreuves similaires mais à des périodes différentes de leurs vies respectives. Ils doivent tous les deux vivre avec le poids du manque, Angie est en phase de deuil quand Valentin a déjà une expérience plus ancienne de la perte d'un être cher. Angie est comme anesthésiée, pourtant elle voudrait pouvoir pleurer, évacuer toute cette douleur qu'elle ne peut contrôler. Valentin lui se sent incapable d'aimer, il sait qu'aimer une personne c'est prendre le risque de la perdre, et plus jamais il ne veut ressentir ce manque... Mais ensemble, ils pourront peut-être se faire du bien, qui sait ?

Ce roman est arrivé à point nommé, j'avais prévu de vous en parler pour sa sortie, ce que je n'avais pas prévu c'est d'être hospitalisée cette semaine, j'ai donc lu ce merveilleux roman dans mon lit d’hôpital, attention je ne cherche pas à faire pleurer dans les chaumières, je le mentionne car cela a accentué toutes les émotions que j'ai ressenti durant ma lecture.

Il faut savoir que le thème principal du roman est le deuil, et le deuil j'en ai une expérience concrète, je me suis identifiée aux deux personnages car j'ai éprouvé toutes les émotions d'Angie qui vit un deuil récent, mais je me suis reconnue aussi en Valentin. J'ai perdu mon père il y a maintenant dix ans, et pourtant je dirai que je suis loin d'avoir fait mon deuil, comme le dit si bien Valentin... on apprend à vivre avec, la douleur s'estompe avec le temps, mais les souvenirs restent.

Ce roman a eu une saveur particulière car le thème est très touchant, parce qu'il m'a touché de très près. Mais « Et tu embrasseras mes larmes » c'est surtout une merveilleuse histoire de reconstruction, la rencontre de deux âmes écorchées par la vie. Angie et Valentin ont su se frayer un chemin dans mon cœur, j'ai puisé dans leurs forces et leurs faiblesses tout au long de ma lecture. Si vous connaissez Fleur Hana, vous devez savoir qu'elle excelle dans l'écriture d'histoires qui mêlent habilement fiction et réalité. L'intensité des émotions de ce roman est saisissante, j'ai eu le cœur serré, les larmes aux yeux à plusieurs reprises mais j'ai aussi sentie l'espoir à chaque page. Le processus de deuil est très bien représenté, Angie passe par différents stades qu'elle ne sait pas gérer, elle se prend tout de plein fouet et c'est normal, ça la déstabilise, ça la pousse à faire des choses irréfléchies pour essayer de faire taire la douleur. J'ai trouvé la psychologie des personnages extrêmement fine, Fleur Hana ne se départit jamais de son style piquant et elle met encore en avant une femme indépendante et forte qui passe par une période difficile dont on ne ressort pas indemne. Fleur Hana a réussi à retranscrire des émotions vraies et légitimes. Nos héros sont pleins de doutes, ils sont imparfaits et réalistes. Ils sont ancrés dans leur convictions, leurs peurs les dominent quelque peu, quoi de plus naturels vous me direz...

Angie est une jeune femme qui va vous toucher, alors pour les lecteurs qui n'ont jamais connus le deuil, vous n'allez peut-être pas comprendre toutes ses réactions, à commencer par la culpabilité. Quand on perd un être cher, la culpabilité n'est pas toujours présente dans la phase de deuil, tout dépend des circonstances du décès. Pour ma part, mon histoire m'a fait ressentir beaucoup de culpabilité quand j'ai perdu mon père. Etre confronté à l'histoire d'Angie m'a secouée, véritablement, cela a forcément eu un écho en moi car ce qu'elle vit, je l'ai vécu. Et c'est pour cela que je suis à même de vous dire que Fleur Hana a fait un travail exceptionnel sur la psychologie de ses deux héros. Elle ne cherche jamais à façonner ses personnages de manière à ce qu'ils soient parfaits, sérieux des gens parfaits ça existe ? Je ne crois pas non, Angie et Valentin sont « humains ». Je me suis énormément attachée à eux.

L'intrigue mêle deuil, reconstruction et romance. Il y a un véritable cheminement dans tous les aspects de l'histoire, on se sent vite proche de tous les personnages, les amis de nos héros sont excellents, ils apportent énormément de soutien dans la vie d'Angie et Valentin. Ils ont un véritable rôle à jouer, ils ne sont pas spectateurs, ils sont acteurs de cette tranche de vie qu'ils partagent tous ensemble. La notion d'amitié est bien représentée, et je l'ai trouvé crédible. Les amis sont là dans la joie comme dans la douleur, ils n'hésitent pas à secouer nos héros. Le scénario est addictif, je me suis tout de suite sentie à ma place dans l'histoire, j'ai compris les convictions de chacun et j'ai aimé le dénouement que Fleur Hana nous a offert.

Le récit est émouvant, déchirant et ô combien touchant. Vous allez me dire, mais mon dieu ce n'est pas trop dramatique quand même ? Et c'est là que je vous réponds, non, bien sûr que non ! Il y a un équilibre qui se fait entre le fond dramatique et la personnalité haute en couleur de nos personnages. Fleur Hana a toujours le chic pour mettre une bonne dose d'humour dans ses romans. Les personnages sont plein d'autodérision, ils ont des personnalités atypiques et un peu borderline par moment, et c'est tout ce que j'adore. Je peux vous dire que j'ai versé des larmes, j'ai eu des fous rires et j'ai aussi eu un peu chaud par moment, parce que mon dieu mais ce roman s'avère très sexy par moment. En même temps, Valentin est un beau spécimen, vous voyez le genre, un peu bad boy, tatoué mais assez mystérieux, je ne l'ai pas trouvé cliché du tout, il est à part, on le découvre aux côtés d'Angie mais aussi dans le passé. J'ai A-DO-RE le clin d’œil pour d'autres personnages d'une autre série de Fleur Hana, franchement c'était génial !

L'écriture de « Et tu embrasseras mes larmes » mélange subtilité, tact, émotions, humour et psychologie. La plume de Fleur Hana distille énormément de sentiments, c'était vif et incisif, drôle et décomplexé comme à son habitude. Elle arrive à donner une identité différente à chacun de ses romans. C'est une histoire qui parlera forcément à tous les lecteurs, sans parler de la romance qui est addictive au possible, qui m'a fait soupirer, grincer des dents, transpirer et enfin... rougir de plaisir. L'histoire d'amour est la cerise sur le gâteau dans ce récit profondément humain. Nos personnages sont sans cesse en train de se remettre en question, ils apprennent de leurs erreurs et essayent d'aller de l'avant tout simplement.

En bref, ce roman est un vrai coup de cœur. Il a fait battre mon cœur, il m'a fait penser à mon père partit bien trop tôt... J'ai été touchée par les personnages qui sont vrais et sincères, ils ne travestissent jamais leurs émotions pour être quelqu'un d'autre. Fleur Hana nous offre une romance touchante, vibrante et intemporelle. Comme toujours, l'écriture est moderne, pétillante et sexy mais elle se démarque par les émotions qu'elle distille. J'espère que vous aurez envie de vous plonger dans l'histoire d'Angie et Valentin. Vous devez lire ce roman, et pourquoi pas venir débattre ici des thèmes, des personnages et du travail de Fleur Hana.

Cette chronique était un peu plus personnelle, plus longue aussi et je comprendrais que vous n'ayez pas forcément tout lu, mais il est de ces romans qui vous marquent plus que d'autres, qui vous rappellent que la vie est ce qu'elle est et qu'il faut vivre avec. Ce roman est plein d'espoir, et avec le recul je ne garde que les beaux souvenirs de mon papa même si je souffre toujours autant du manque.