Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de aleexx2103 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Et si c'était vrai... Et si c'était vrai...
Marc Levy   
Mon tout premier Marc Levy ... que dire ? Ce livre, qui se lit avec une fludité hors du commun, a tous les points positifs qu'un roman peut avoir : amour, mystère, enquête, secret, amitié ... Un mélange qui vous met l'eau à la bouche, dès les premières pages, et qui nous tient en haleine jusqu'aux dernières.

par myra44
Central Park Central Park
Guillaume Musso   
Du grand Guillaume Musso!!!
Mes préférés de lui sont " L'appel de l'ange", "Parce que je t'aime", & " La fille de papier"...
Central Park est un triller sur un fond de romantisme! L'histoire est très bien ficelé, comme chacun de ses romans d'ailleurs, afin de nous faire tourner les pages, sans que l'on s'en rende compte!
Je croyais avoir deviné la fin, et me suis dit pr une fois j'ai trouvé, et bien non, le dénouement final nous laisse sans voix, et encore une fois, on ne le voit pas venir!!!
Si vous avez aimez L'appel de l'ange, vous allez adorer celui-ci!
Je le recommande vivement!

par mamour04
7 ans après... 7 ans après...
Guillaume Musso   
Moi qui suis une grande fan de Musso ayant adoré ses précédents livres et bien là j'ai été un peu déçus tout de même ...
La fin pour moi trop rapide et puis il me manque un petit quelque chose que je n'ai pas retrouvé dommage...
Mais sa ne m’empêcheras pas de continuer à acheter ses livres...
Je suis fan ..
Frozen, Tome 1 Frozen, Tome 1
Melissa De La Cruz    Michael Johnston   
Je suis vraiment dubitative. Autant le résumé de l'histoire et le début me paraissaient prometteurs et assez originaux, autant le scénario se détériore de plus en plus au fil des pages, et passe finalement de "dystopie" à "trip sous LSD". Et je ne plaisante même pas.

L'écriture, déjà, est assez moyenne : on ne ressent absolument pas les émotions des personnages, certaines scènes passent super rapidement tandis que d'autres traînent comme pas possible, il y a des tas de transitions mal faites, d'ellipse pas du tout annoncées, de vieux suspenses auxquels personne n'est dupe et de "ohlala retournement de situation" qu'on voit tous venir à 3 kilomètres. L'histoire d'amour est cramée page 2 (allez, peut-être page 3) et elle est bidon, les personnages sont soit très gentils, soit des salauds sans cœur, et Nat... Mais alors Nat... elle nous fait quoi, pendant les derniers chapitres ?

Déjà, il y a un abus de majuscules, parce que FAIRE PARLER SES PERSONNAGES COMME CA c'est pas hyper crédible, et ensuite... whoa. C'est quoi cette fin ? Cette "destiné" totalement WTF que l'héroïne se découvre ? Bref, ça partait bien, mais ça finit dans les cactus. On peut s'en passer.
La Passe-miroir, Livre 2 : Les Disparus du Clairdelune La Passe-miroir, Livre 2 : Les Disparus du Clairdelune
Christelle Dabos   
Les livres de Christelle Dabos méritent plus que le Diamant.
Que dire de ce livre à part que je regrette de l'avoir refermer aussi vite, que j'attend la suite avec impatience et que je vais très certainement me relire ces deux tomes de nombreuses fois d'ici la sortit du prochain, comment ne pas parcourir cet univers incroyable encore et encore et dire qu'on va avoir le droit à deux autres perles de ce genre (peut être plus).
Il se passe tellement de chose pour notre chère Ophélie dans ce tome, impossible d'en faire un résumé ou de dire ce que j'ai préféré (en même temps j'ai tout aimé donc...).
Gros coup de cœur pour Thorn.

Le troisième est en cours de rédaction et même si je suis impatiente, Christelle peut et doit prendre son temps, mais son imagination est tellement magique qu'on ne risque pas d'être déçu.
La Passe-miroir, Livre 3 : La Mémoire de Babel La Passe-miroir, Livre 3 : La Mémoire de Babel
Christelle Dabos   
Que d’émotions en refermant ce troisième tome.

Quand je claironne que La Passe-Miroir est mon nouveau Harry Potter, je n’exagère pas. C’est une histoire doudou, dans laquelle je me plongerai au même titre que dans HP en cas de coup de blues.

Le principal défaut de ce tome ? Le même que les autres : PAS ASSEZ ! Comment fait Christelle Dabos pour pondre des pavés de 500 pages trépidantes d’action dont on sort avec une impression de trop peu ?!
Ici, c’est particulièrement accentué par le fait qu’Ophélie est loin d’autres personnages importants : [spoiler]Bérénilde, Victoire, Archibald, Renard, Gaëlle et bien entendu la superbe Victoire qui m’a totalement charmée. Personnages qu’on ne voit que le temps de quelques chapitres beaucoup trop courts à mon goût…[/spoiler] De ce côté-là, c’est une petite déception.
Le personnage de Victoire est très prometteur ! C’était intéressant de voir le monde par ses yeux, j’ai hâte de la revoir !
Ca aurait pu être sympa également que le grand-oncle joue un rôle plus large, un peu comme Roseline.

Concernant l’intrigue, j’ai été ravie de constater quelques précisions bienvenues, accompagnées d’éclaircissements qui épaississent encore un peu plus le mystère comme Madame Dabos sait si bien les distiller. [spoiler]Un monde bien réel imaginé par une romancière, Eulalie Dilleux… une jolie mise en abîme ![/spoiler]
J’ai été un peu déçue de la méthode employée par Ophélie pour en savoir plus : adopter une nouvelle identité (procédé déjà utilisé avec Mime) et attendre de gravir les échelons. Pour un troisième tome, je trouve ça dommage de devoir recourir à de tels artifices.
Les nouveaux personnages rencontrés sur Babel ne m’ont pas plus charmée que cela, excepté Ambroise, Blasius et le Sans-Peur. Au passage, bravo à Christelle d’avoir intégré à l’histoire une personne handicapée et une personne homosexuelle, c’est assez rare (notamment en littérature jeunesse !) pour le souligner.

On pourrait croire que je trouve plus de défauts que de qualités à ce tome. Ce n’est pas le cas ! C’est simplement plus facile de mettre le doigt sur quelques défauts objectifs que sur les raisons qui font de ce roman un véritable page-turner avec une intrigue qui gagne en profondeur de tome en tome.

Le couple Ophélie/Thorn fonctionne sur les mêmes rouages qui en font un duo hors clichés ; ils évoluent peu à peu au plus grand plaisir de la fleur bleue qui sommeille au fond du lecteur. Une question demeure : quel est le problème de Thorn dans ce tome avec le désinfectant ?? Je suis tout ouïe si quelqu’un a compris ^^’

C’est une saga intelligente qui n’a de cesse de surprendre son lecteur et de lui faire se poser des questions à chaque nouvel indice, chaque révélation.

Dans ce tome précisément, Christelle Dabos dépeint sans équivoque une société dystopique où la censure et le contrôle de soi pour la cité est la règle. Pour une fois, on voit clairement comment une telle société se met en place et on sait que nos héros vont tout faire pour empêcher que ce modèle s’étende à d’autres arches. C’est un aspect que j’apprécie énormément dans cette série.

Maintenant il n’y a plus qu’à attendre le dernier tome. Je l’attendrai patiemment, mais avec de grandes expectatives !!
La Passe-miroir, Livre 4 : La Tempête des échos La Passe-miroir, Livre 4 : La Tempête des échos
Christelle Dabos   
Je viens de finir ce quatrième tome. Je viens de terminer la saga de La Passe-Miroir.
Très clairement, un sentiment domine, mais j’y viendrai plus tard.

Je voudrais commencer par saluer l’incroyable imagination de Christelle Dabos. Depuis le tome 1, on connaît son talent pour créer un univers riche et foisonnant, surprenant à de nombreux égards. Depuis le tome 3, on comprend que l’intrigue se déploie comme rarement dans un roman de fantasy. Cette saga m’a déstabilisée, car elle repose sur des ressorts totalement différents de ceux des autres romans fantasy, d’aventure. Tout était imprévisible. Ce tome 4 nous donne enfin les réponses à nos questions et, comme je m’en doutais, je n’ai pas encore tout compris à 100% à ces histoires d’échos, d’Autre et d’inversements.
Ce que je sais, c’est que ce tome, comme les précédents, m’a totalement immergée dans son univers et je suis ravie de ma lecture.

Mais tout de même, le sentiment prédominant, c’est la frustration. Certains passages m’ont bouleversée mais j’aurais voulu une autre fin (et je suis certaine que je ne suis absolument pas la seule…). [spoiler]J’aurais voulu une belle fin pour Thorn et Ophélie, enfin ! Avec un Thorn réparé et en paix, ils auraient pu être enfin heureux et libres…[/spoiler] Une fin pas forcément en apothéose, mais une fin plus glorieuse en tout cas ! Aussi, comme pour le tome 3, je suis frustrée de ne pas avoir plus vu des personnages importants [spoiler](Bérénice, Archibald, Victoire, la tante Roseline… Je les aimais tellement dans les deux premiers tomes que je suis déçue de leur peu de présence dans les deux derniers !)[/spoiler]

Je suis consciente que ce sentiment de frustration, c’est la preuve que le talent de Christelle fonctionne. Je sais aussi que l’intrigue est résolue et que c’est le principal. Mais je ne peux pas m’empêcher d’être un peu triste pour tous ces personnages, un peu délaissés au profit de l’Histoire.

Je vais sans doute cogiter encore un peu à propos de toute cette intrigue que Christelle Dabos a mis en place, Dilleux, l’Autre, les échos, l’Envers. Je vais aussi m’imaginer la suite de l’histoire avec cette nouvelle donne. Cela ne me dérange pas que la fin soit ouverte : la saga de La Passe-Miroir pourra ainsi continuer dans l’imagination de chacun.e d’entre nous…
Showstealer Showstealer
Hayley Barker   
Ben, Hoshiko, Greta et Jack sont en fuite depuis qu'ils ont détruit le Cirque de Silvio Sabatini. Lorsqu'ils sont finalement rattrapés, Ben se sacrifie afin de les sauver. Retombé entre les mains de Vivian Baine, sa redoutable mère, il est livré en pâture au nouveau Cirque de l'horreur, qui va bientôt rouvrir.
Alors que Ben tente de tenir bon, Hoshiko et le reste du groupe se retrouvent aux prises avec Kadir, le chef autoproclamé du Ghetto, un quartier violent et misérable où survivent les Bâtards et où eux-mêmes ont trouvé refuge. Car si Kadir s'oppose à Vivian Baines, il est prêt à tout, y compris au pire, pour arriver ses fins. Désormais seule, Hoshiko sait que pour sauver Ben, elle devra retourner au Cirque et le libérer elle-même. Ou mourir avec lui.

par Aur31
Showstopper Showstopper
Hayley Barker   
Je publie des chroniques littéraires sur lavisqteam.fr et celle de ce roman est présente au lien suivant : http://www.lavisqteam.fr/?p=45748

J'ai mis la note de : 16/20

Mon avis : Les dystopies continuent d'éblouir pour cette fin d'année, avec des sorties toujours plus étonnantes les unes que les autres, sur des thèmes variés, mais qui restent, pour beaucoup, dans des lignes scénaristiques peu innovantes, qui ne surprendront pas les habitués du genre. Show Stopper fait partie de ces titres dystopiques, d'abord plutôt écrits pour des adolescents, même si les adultes y trouveront également leur compte. le thème du Cirque, qui fait son entrée dès la couverture dorée et rouge, happe le lecteur qui découvre un univers fascinant, auréolé d'une atmosphère magique et mystique. Mais aussi terrifiante.
Show Stopper constitue effectivement une lecture qui nécessite de la prudence quant aux esprits sensibles, étant donné les scènes violentes et le goût du sang, de la mort qui plane au-dessus de tout le roman. Ces passages durs et froids apportent une part de réalisme inattendue, qui se marie parfaitement avec les tragédies décrites dans le récit. Cela marque le lecteur.
Les messages du roman prennent alors toute leur importance, leur dimension politico-sociale se voit exacerbée ; le lecteur souhaite ardemment que le système change, avec la même émotion contenue des personnages principaux. Devant les horreurs auxquelles on assiste, le lecteur empathique a du mal à lâcher le roman, surtout une fois arrivé aux dernières cent pages, qui accélèrent l'aventure et posent un suspense dramatique. Nos héros s'en sortiront-ils ? Parviendront-ils à vivre la vie qu'ils méritent ? Réchapperont-ils au triste avenir auquel ils semblent destinés ? Show Stopper sait jouer avec nos émotions, désamorçant certaines situations, quand il en laisse couler d'autres pour accentuer l'horreur de passages clés.
La course-poursuite finale est séduisante. Ni trop courte, ni trop longue, elle est bien rythmée et permet à d'autres personnages secondaires d'avoir un rôle plus important. Alors que nos héros essaient d'échapper à leurs poursuivants, ils traversent des parties du Cirque que le roman n'avait pas montrées auparavant. Alternant entre la magie du spectacle, l'ignominie des numéros proposés et le caractère stressant de la poursuite, le lecteur ne sait plus où donner de la tête. Les images qui défilent dans son esprit, à la fois poétiques et glauques, perturbent et fascinent à la fois. Show Stopper joue sur plusieurs tableaux et cela fonctionne très bien, mélangeant la magie et l'horreur dès que cela est possible.
La lecture est fluide, rapide, sur un rythme des plus agréables, avec deux narrateurs attachants que l'on suit avec plaisir, et dont les voix s'alternent constamment. Les chapitres courts permettent une accélération de l'intrigue évidente, même si l'on se perd parfois, ne sachant plus qui nous parle.
Ben, diminutif de Benedict, est un jeune homme qui est naît parmi les Purs, la caste privilégiée de ce monde futuriste, au progrès social déclinant. Il vit avec des idées qu'il ne prend pas le temps d'analyser, ou qu'il ne cherche pas à comprendre. Sa vie riche lui procure tout ce dont il rêve. D'un caractère à première vue plutôt passif, Ben évolue de manière étonnante dans ce roman, troquant son masque « mignon » pour un déguisement plus coriace, qui gagne en crédibilité avec le temps. le lecteur attentif ne peut rester insensible face à la douceur infinie qui ne cesse de se dégager de ce personnage, qui n'a jamais connu que les bons côtés de la vie. Pur aussi bien au nom de la loi que dans son coeur, Ben porte des idéaux de justice certes un peu simplistes, mais rafraîchissants dans un univers à ce point sombre et décadent.
De l'autre côté, Hoshiko reste plus terre à terre, même si la jeune femme espère que sa situation s'arrangera. Née Bâtarde, de la caste négligée par la société, elle réalise des prouesses sur son trapèze depuis son plus jeune âge, notamment à cause d'entraînements intensifs et d'un moral d'acier, et risque sa vie à chaque représentation, pour un patron de Cirque imbu de lui-même. On l'imagine voltigeant, sans aucune protection, et avec toute la grâce que ses gestes induisent. Elevée à la dure, elle ne supporte pas les Purs qui restent tous des vermines à ses yeux. Sa rencontre avec Ben va tout changer. Comment un Pur pourrait-il s'inquiéter pour sa vie ? Comment croire à ce qu'un Pur soit finalement différent des autres de sa caste ? Comment croire au fait qu'il déteste la violence, alors que ses comparses espèrent à chacun de ses numéros qu'elle meure de manière spectaculaire ?
Silvio, le patron du Cirque, est un personnage secondaire à la psychologie intéressante, qui espère se faire accepter par les Purs parce qu'il sait comment les divertir, tout comme le sont les figures de Greta et Amina, deux jeunes artistes de talent, encore innocente pour l'une, et bien plus abîmée pour l'autre. Chacun aura son utilité et un message à passer. Tous les autres personnages demeurent bien écrits, utiles à l'histoire et restent dans les esprits longtemps après la fin.
Les personnages sont charismatiques à souhait, forts, notamment en ce qui concerne les Bâtards qui luttent constamment pour leur vie. Les autres Purs sont des caricatures d'eux-mêmes, que l'on méprise dès les premiers instants passés avec eux. le coeur du lecteur balance peu et se range rapidement du côté des Bâtards. Ce côté manichéen est dommage dans un univers aussi complexe qui aurait mérité plus de nuances. Ben aide à ce que celle-ci s'installe, mais il porte le fardeau seul.
La situation décrite par l'auteure a tout d'un futur probable, où les migrants seraient accusés de tous les maux de la population, et laissés à l'écart. Ce constat triste donne à la lecture une dimension particulière, qui amène le lecteur à se poser de nombreuses questions.
L'histoire d'amour que l'on devine se construit de manière étonnante, non sur des mots mais grâce à des émotions, des sensations. Les personnages n'ont pas besoin de communiquer pour comprendre qu'ils sont liés, qu'ils se ressemblent et qu'ils veulent se battre contre les mêmes choses. Cette manière de faire atypique pourra déplaire à des lecteurs à la logique rationnelle. Cependant, cela marque bien le fait que le roman souhaite jouer sur les émotions, celles des lecteurs comme celles des personnages.
Le scénario n'étonne pas vraiment, on se laisse tout de même emporté dans cet univers grâce à la magie du Cirque, des personnages attachants, un suspense bien calculé, des scènes à la fois terrifiantes et fascinantes, et une atmosphère originale.
Show Stopper est un début de dystopie qui annonce une suite, voire une trilogie qui cherchera à combattre le système établi, une conclusion classique du genre. Il est à espérer que l'histoire soit plus innovante à l'avenir, car la magie du Cirque ne marchera sans doute pas une seconde fois.

par Lildrille
Les Chroniques de Riverdale, Tome 1 Les Chroniques de Riverdale, Tome 1
Joe Eisma    Roberto Aguirre-Sacasa   
http://www.gamesofbooks.com/2018/06/18/les-chroniques-de-riverdale-1-roberto-aguirre-sacasa/

En tant que fan de la série télévisée Riverdale, dès que cette BD/comic a été annoncée, je savais qu’il faudrait absolument que je la lise !

Je me suis donc plongée dans cette lecture que j’ai dévorée très rapidement !

Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série, on va suivre les aventures d’une bande de jeunes vivants à Riverdale composée entre autres de Archie, Betty, Veronica, Jughead et Cheryl.

Les chapitres sont assez courts et vont chacun être une mini-histoire à eux tout seuls et les illustrateurs sont différents pour chaque chapitre ce qui permet des coups de crayons variés !

Certains des chapitres reprennent des scènes existantes dans la série, les autres sont des petits ajouts qui nous permettent d’en découvrir un peu plus sur les personnages.

En tout cas, je ne regrette absolument pas cette lecture et je pense lire à sa sortie le spin-off Riverdale présente Archie qui paraîtra le mois prochain ! ♥