Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de alexander_glenn : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
La Religieuse La Religieuse
Denis Diderot   
J'ai dû le lire pour l'université, et franchement, je l'ai trouvé époustouflant. Comme déjà dit précédemment, l'auteur a eu l'audace d'ouvrir les yeux de ses contemporains quant à la vie des couvents, à une époque où ils n'en étaient pas encore conscients puisque les institutions religieuses étaient si inhérentes à leur quotidien. Ceci dit, il ne faut pas tout prendre au premier degré. L'oeuvre est tout de même fortement romancée, les personnages assez invraisemblables surtout au niveau de leur psychologie.
Le Dernier Héritier des loups, Tome 1 Le Dernier Héritier des loups, Tome 1
Nathdawn   
Je dois dire que ce livre m'a laissé très perplexe.
Pendant une bonne partie de ma lecture, je me suis demandée si j'aimais ou si je n'aimais pas, je vous avouerais que je n'ai pas vraiment réussi à me départager sur cet avis.

Je dirais donc que j'ai bien aimé le début, bof au milieu et bien aimé la fin.

Mais beaucoup trop de choses m'ont dérangé pour que j'ai totalement aimé cette lecture.
Déjà beaucoup trop de similitudes avec Twilight, je pense que l'auteur avait du se faire la saga avant d'écrire et inconsciemment son cerveau s'en est servi :p
Théo est une Bella, pauvre petit humain au milieu des méchants buveurs de sang, qui peuvent le blesser sans le vouloir et donc avec qui il ne peut pas coucher. Rien ne l'effraie dans le fait qu'ils se nourissent de sang et qu'ils soient des monstres. Il est aussi partagé entre Jacob et Edward, euh je veux dire Alex et Mercucio. En bref vous l'aurez compris beaucoup trop de ressemblances.

Le deuxième truc qui m'a dérangé, c'est que, je veux bien que chaque auteur créé ses propres légendes, mais sans rire des loups garou buveurs de sang et tueur d'humain, qui ne se nourissent que de sang ???? pourquoi ne pas en avoir fait des vampires, là je ne comprends pas ??? Peut être que la ressemblance avec Twilight aurait encore plus été importante ???

Et enfin et surtout cette notion sexuelle, de tout le monde couche avec tout le monde, devant tout le monde, je ne comprends pas. Certes les loups garou sont tactiles etc mais faut pas pousser, je te parle et hop en même temps je te fou la main dans le caleçon pour te masturber alors que la discussion est sérieuse et qu'il est censé être fou amoureux d'un autre ???
Et puis alors pour le chasser faire ça avec la mère, ça a été le summum !!!!

Pour conclure, je dirais que ce roman est super bizarre mais que je suis restée accrochée, ne sachant pas trop pourquoi et que je l'ai lu d'une traite jusqu'à presque 3h du matin et que là il me tarde de me mettre au tome 2 pour savoir la suite.
En espérant un tome moins bizarre.

Je lui donnerais tout de même la note de 3 / 5 <3 pour m'avoir autant captivée malgré tous ses défauts.
Devils and Realist, Tome 1 Devils and Realist, Tome 1
Utako Yukihiro   
Un manga pas trop mal mettant en scene les enfers et sa hierarchie. Je trouve que l'histoire se tient mais je reprocherais peut etre un manque de clarté dans les images de certains combats.
Bref, une impression global positive qui peut tout de meme s'améliorer. A voir pour le tome 2!
Le faire ou mourir Le faire ou mourir
Claire-Lise Marguier   
Je suis tombée par hasard sur ce livre et le résumé m'a tout de suite attirée. Bien que je ne sois pas particulièrement adepte des histoires de gothique ou de scarification ce lire à su me captiver par sa profondeur et l'émotion qu'il dégage.

Très court, il se lit vite et très bien. Pour son premier livre, l'auteur à fait très fort. L'histoire est racontée par Dam, un adolescent de seize ans, mal dans sa peau, d'où le style d'écriture très particulier. En effet, le texte est "raconté" par le narrateur. On à l'impression que Dam parle à quelqu'un, qu'il lui raconte l'histoire, d'où l'absence de ponctuation et de la typographie qui indique un dialogue, car il n'y en a pas à proprement parlé.
Si c'est déstabilistant au départ, on finit par s'y habituer et cela ne dérange aucunement dans la lecture.

Ce qui m'a le plus touché dans ce livre, c'est la manière dont Dam décrit ses sentiments et ce qu'il ressent. Ignoré et incomprit par sa famille, il nous fait par de sa sollitude, de son mal-être et de sa souffrance d'une façon incroyable. De part la justesse et la simplicité de ses mots, il nous fait ressentir ses émotions comme si nous étions à sa place.
C'est poignant et parfois douloureux. Dam ne retient pas ses mots et son langue parfois cru ne fait qu'accentuer son désir de prouver qu'il existe et qu'il vaut autant que les autres.
On arrive à s'imaginer à sa place lorsqu'il doit supporter les remarques de son père, un être haïssable, bourré de préjugés, intolérent et étroit d'esprit. Sans parler de sa peste de soeur et de sa mère absente et effacée.

Cependant, je dois avouer que j'ai été très déconcertée par la fin du livre. En effet, l'auteur semble nous laisser le choix entre deux fins alternatives. Mais en réalité, il est difficile de savoir quels étaient ses desseins et s'il s'agit réellement d'une fin alternative ou d'une "projection" de ce qu'aurait pu être l'avenir de Dam. Il n'y a rien dans le texte qui nous laisse à penser à l'une ou l'autre des possibilités.
Du coup, pour ma part, je le vois plutôt comme la second solution et d'un point de vue personnel, j'aurai d'ailleurs plutôt tendance à choisir la seconde !

Ce livre est vraiment une très belle découverte et un coup de coeur, un des meilleurs livres que j'ai lu depuis longtemps !

par Fantasyae
Seraph of the End : Glenn Ichinose, la catastrophe de ses 16 ans, Tome 2 Seraph of the End : Glenn Ichinose, la catastrophe de ses 16 ans, Tome 2
Takaya Kagami   
Une très bonne suite qui nous montre ici comment le groupe d'intervention de Glenn s'est formé, la première rencontre entre Kureto et Glenn et enfin, les capacités des armes démoniaques à cette époque.
Bien que court comme le 1er tome, on ne s'ennuie pas et j'espère que la suite nous en apprendra toujours d'avantages sur l'avant apocalypse.

par Nocturis
Seraph of the End : Glenn Ichinose, la catastrophe de ses 16 ans, Tome 1 Seraph of the End : Glenn Ichinose, la catastrophe de ses 16 ans, Tome 1
Takaya Kagami    Yamato Yamamoto   
Un très bon 1er tome qui commence très vite et très fort !
Glenn est ici un lycéen obligé de courbé l'échine face aux Hiiragi et accepte de subir les brimades de ses camarades tout en se faisant passer pour un faible. On retrouve Shinya, Mito et les autres du groupe d'intervention de Glenn et on découvre petit à petit comment ils sont devenus aussi soudés.
Le virus qui extermine les humains dans le manga n'est pas oublié non plus et on apprendra comment et pourquoi cela s'est produit dans la suite...
Je lirais la suite avec plaisir, découvrir l'avant "Seraph of the end" apporte un plus au manga.

par Nocturis
Le Père Goriot Le Père Goriot
Honoré De Balzac   
Bon, je suis partie sur un mauvais appriorit mais j'avais tord. Excepté le fait que ce roman soit un peu long au début du récit et qu'il ne soit pas très très facile à lire, je l'ai trouvé réellement bien. L'histoire, en elle même, est très intéressante. J'aime la façon dont Balzac nous explique la vie de Goriot et de Eugène, car il explique en réalité deux personnes contraires : d'un côté la vieillesse, la connaissance, l'expérience, la fin et de l'autre la jeunesse, l'ignorance, l'innocence, la découverte, le commencement.
Un classique très intéressant et rempli de philosophies humaines.

par myra44
Manon Lescaut Manon Lescaut
Antoine-François Prévost   
Comme beaucoup de personnes, je suis souvent réticente à lire les livres proposés par nos chers professeurs de français … Mais contre toute attente, j'ai adoré celui là ! Je me souviens même l'avoir relu deux ou trois fois !

Le chevalier Des Grieux est un simple jeune homme de 17 ans, vertueux et innocent. Sa rencontre avec Manon ne peut être résumée que par cette phrase :

« Elle me parut si charmante que moi, qui n’avais jamais pensé à la différence des sexes, ni regardé une fille avec un peu d’attention, moi, dis-je, dont tout le monde admirait la sagesse et la retenue, je me trouvai enflammé tout d’un coup jusqu’au transport. »

La suite de l'histoire est alors celle d'un amour fou, vue au travers des yeux de Des Grieux. Ce dernier brûle littéralement, et cette passion ne faiblit pas à un seul moment du récit. C'est ce qui me touche à chaque fois que je relis ce roman : l'amour enflammé qui unit Des Grieux à Manon ; cet amour extrême ; fait oublier tous les principes de morale et de vertu au héros. Une seule chose compte : vivre avec Manon, heureux et amoureux, quels que soient les obstacles. Le personnage se donne entièrement, sans concessions, sans limites, oublieux de lui même, et c'est cet absolu qui me fascine. Qui n'a jamais désiré vivre une passion d'une telle intensité ? Ce roman m'a vendu du rêve. Tout simplement.

Cependant, l'amour qu'éprouve le héros ne le rend pas aveugle aux défauts de Manon. Sa bien-aimée est d'une insouciance touchante, adorable, mais qui va causer leur perte, et les emmener coup sur coup au devant d'ennuis. Au fil des épreuves que ces deux personnages traversent, le lecteur les voit évoluer : on constate d'abord les changements qui s'opèrent au sein du chevalier Des Grieux, l'amour le faisant transgresser petit à petit toutes les lois de l'honneur et de la vertu. Parallèlement, Manon mène une trajectoire ascendante en apprenant la fidélité.

D'un côté, les actes des amoureux semblent totalement débridés, et d'un autre côté … le « Ciel » est constamment interpellé, et mis au centre de beaucoup des questions. Plusieurs personnages secondaires (le père de Des Grieux et son ami Tiberge notamment) sont des ambassadeurs incontestés de la vertu, et font à plusieurs reprise des discours enflammés sur les bienfaits de la religions et de la morale.

L'opposition entre l'amour et l'honneur est un pivot central du roman. Il est d'ailleurs parfois étouffant, et certains passages sont un peu lourds à lire. Je pense que c'est ce qui peut principalement rebuter. Un autre point négatif du roman, est la répétition du scénario : les personnages principaux basculent de nombreuses fois de la richesse et du bonheur à la pauvreté et au désespoir. Au bout d'un moment, le livre commence à devenir un peu long à cause de ce manque d'originalité, les péripéties se ressemblent souvent.

Quant à l'écriture, je l'ai trouvée fluide et agréable, malgré son côté soutenu. La chose qui m'a principalement marquée est le fait que l'histoire se déroule très rapidement : les évènements s'enchaînent assez vite, et l'auteur ne nous raconte que les moments qui ont un rapport direct avec l'histoire. A aucun moment le lecteur n'assiste à un dialogue banal entre Des Grieux et Manon. Chaque passage narré a forcément son rôle à jouer pour la suite de l'histoire. Malgré cela, le roman est riche de détails et de précisions, notamment concernant les émotions ressenties par le héros.

Ce livre est excellent, et me marque toujours par son intensité. J'aimerais vous le conseiller, mais j'ai conscience que l'histoire est un peu particulière, et que si elle m'a beaucoup touchée elle ne peut pas avoir cet effet sur tout le monde !

par Grenette
Boys Don't Cry Boys Don't Cry
Malorie Blackman   
C'est un livre magnifique avec une histoire attachante.
Le personnage principal qui est à la fois un fils, un père et un frère,nous fait vivre des moments très émouvants, étant donné qu'il a du mal a montrer ses sentiments. A la fin on en a plus que ce qu'il nous en faut. Le livre n'est pas tant basé sur le fait qu'il soit père à 17ans mais plutôt sur une famille un peu "éclatée" qui apprend à redevenir soudée.
On ne s'ennuie jamais et le seul reproche que l'on puisse lui faire est le fait qu'il soit trop court. (:
Proxima du centaure Proxima du centaure
Claire Castillon   
Cela faisait très longtemps que j'avais envie de lire Claire Castillon et c’est donc finalement en littérature jeunesse que je l’ai découverte.

Je m'attendais à un petit conte tout mignon sur les rapports amoureux à l'adolescence, mais il faut en fait prendre le résumé au pied de la lettre : le narrateur est tombé du 5ème étage et nous raconte son histoire depuis un lit d'hôpital. Oups.

Comme Wilco a une façon assez optimiste de voir la vie, ce livre n'est presque pas triste. Il ressemble à une fable moderne, avec ses exagérations (les parents : profs doux dingues et touchants) et ses sourires émus (la sœur prête à tout et le copain un peu perdu).
Parfois, le narrateur s'aventure au-delà de son lit d'hôpital. Cela fait tout drôle, car on ne sait pas s'il nous raconte la réalité ou s'il l'imagine ou si nous sommes à la frontière entre les deux ? Au début cela m'embêtait de ne pas savoir, mais à la fin j'ai réalisé que ça n'avait pas d'importance : nous sommes transportés, comme dans un rêve, dans les espoirs et les possibles de ce petit garçon si proche de la mort.
C’est lors d'une rencontre avec Claire Castillon que j’ai réalisé que tout l’enjeu était là, que dans son lit d’hôpital, Wilco était à la fois proche et loin de tout…

La plume de l'auteure est très poétique dans ce roman, parfois à la limite du lourd, mais certains passages font mouche et sont vraiment très chouettes à lire.

C'est au final un roman assez touchant sur l'adolescence, qui évoque de nombreux sujets sans forcément les approfondir, ce qui le rend assez léger malgré la gravité de son thème.