Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Alexia-48 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Arkane, Tome 1 : La Désolation Arkane, Tome 1 : La Désolation
Pierre Bordage   
--- Arkane, la cité aux mille secrets ---

Je pense l’avoir déjà évoqué, mais ce sont les intrigues politiques qui me passionnent le plus, surtout lorsqu’elles sont classées en dark fantasy. J’ai toujours été captivée par ces ambiances oppressantes où les alliances se font et se défont au rythme des dissensions, la rébellion se construisant dans l’ombre.

Et c’est justement ce qu’offre Arkane, un diptyque qui repose sur la toute puissance de 7 familles… jusqu’à ce que l’une d’entre elles soit renversée (ou presque), créant ainsi un déséquilibre que les Dieux ne peuvent accepter.

Je dois dire que c’est cet aspect de l’histoire, en priorité, qui m’a convaincue d’acheter ce livre. Et contrairement aux avis mitigés que j’ai pu lire, j’ai passé un très bon moment dans les méandres d’Arkane…

--- Trois destins qui s’entrecroisent ---

Ce n’est un secret pour personne : j’aime quand l’histoire aborde plusieurs points de vue. Cela permet généralement d’enrichir le récit et, pour le lecteur, de faire des liens au fur et à mesure qu’il dévoile ses mystères.

Je dois avouer qu’Oziel et Noy m’intéressaient davantage que Renn, au début. La première parce qu’elle échappe de peu à un massacre et qu’elle se voit pourchassée de toutes parts, le second parce qu’il est à la fois ange et démon, idiot et intelligent. C’est le personnage qui m’a d’ailleurs paru le plus fouillé, Oziel souffrant malheureusement de quelques clichés, même s’ils sont justifiés.

Quant à Renn, son manque de courage, bien que légitime, m’a un peu fait grincer des dents au début, surtout face à la bravoure d’Orik, LE guerrier par excellence. Et oui, eux aussi sont brin stéréotypés…

--- Un rythme un poil trop linéaire ---

Pierre Bordage prend son temps pour mettre les choses en place et, si cela ne m’a jamais dérangée, je déplore un léger manque d’intensité dans l’action. Mon coeur ne s’est pas accéléré lorsqu’Oziel s’est retrouvée en danger, par exemple. Néanmoins, cela s’explique également par le point suivant…

--- D’heureux hasards en évènements (pas si) inattendus ---

Si ce premier tome avait tout pour me plaire – j’adore l’univers créé par l’auteur ! -, ce ne fut pas un coup de coeur en raison de petites faiblesses dans l’intrigue. En fait, on nous promet une lutte incroyable de la part de nos héros, et puis on se rend compte que la chance leur sourit un peu trop souvent. Certes, on pourrait penser que c’est le fruit d’interventions divines, et ça serait cohérent, mais… je n’adhère pas totalement à cette idée.

En bref, j’aurais souhaité que les protagonistes parviennent à se sortir de situations périlleuses par leurs propres moyens, plutôt que de bénéficier d’un coup de pouce à chaque fois. Cela mis à part, j’ai été complètement envoûtée par l’intrigue et attends donc le second tome avec impatience !
Le Cycle d'Ender, Tome 1 : La Stratégie Ender Le Cycle d'Ender, Tome 1 : La Stratégie Ender
Orson Scott Card   
Un (très) grand livre de science-fiction qui pourrait très bien devenir un très grand classique du genre. Oeuvre d'anticipation post-apocalyptique, ce premier tome d'une série retrace l'éducation très particulière que reçoivent les élus destinés à sauver l'humanité.
Une histoire interpellante où la "formation" de petits enfants-soldats est à la limite du soutenable tant l'innocence de ces derniers est mise à l'épreuve.
Grandiose !
Shikanoko, Tome 4 : L'Héritier de l'arc-en-ciel Shikanoko, Tome 4 : L'Héritier de l'arc-en-ciel
Lian Hearn   
La chronique du blog : https://la-choupaille-lit.blogspot.com/2019/02/shikanoko-tomes-3-et-4-fin-de-lian.html

Impossible pour moi d'apprécier ces deux derniers tomes. Je me suis arraché les cheveux lors de ma lecture à force de tenter de m'y retrouver dans la montagne de noms, ai déploré la narration froide, impersonnelle et distante de l'autrice et ai été très déçue par la conclusion du récit, tout à fait attendue. Amateurs de Fantasy nippone cherchez ailleurs qu'ici un récit dans lequel vous immerger corps et âme, vous seriez refroidis.
Salvation, Tome 1 : Les portes de la délivrance Salvation, Tome 1 : Les portes de la délivrance
Peter F. Hamilton   
Début fort prometteur d'une nouvelle trilogie de space opera dont M.Hamilton est un virtuose.
J'ai hâte de lire la suite
Le Dernier Magicien, Tome 1 : L'ars Arcana Le Dernier Magicien, Tome 1 : L'ars Arcana
Lisa Maxwell   
http://www.my-bo0ks.com/2018/09/le-dernier-magicien-tome-1-l-ars-arcana-lisa-maxwell.html

Le Dernier Magicien est sans doute le livre de la rentrée qui fait le plus parler de lui. Il faut dire que les éditions Casterman ont mis le paquet pour cette sortie tant attendue. Pour ma part, il ne m'a pas fallu plus de quelques secondes pour savoir que je voulais découvrir cette histoire. Pourtant une fois dans ma PAL, j'ai attendu le bon moment pour me plonger enfin dedans.

Le Dernier Magicien est un roman fantasy young adult, pourtant, celui-ci est vraiment dense et à l'univers riche. J'ai étalé ma lecture sur plusieurs soirée pour pouvoir pleinement l'apprécier.

Pour la petite histoire, nous suivons une petite bande de magiciens qui se cachent du monde qui les entoure. La magie est considérée comme mauvaise et l'Ordre en place est bien décidé à ce que cela le reste avec notamment sa Barrière. Esta, notre héroïne a une affinité assez particulière qui lui permet de ralentir le temps et même d'aller dans le passé. Elle a été élevé par le professeur afin de récupérer un livre du passé qui permettrait de libérer la magie. Mais lorsque l'on joue avec le passé, l'avenir peut en être totalement perturbé. Une mission a haut risque qui ne laissera personne au hasard.

Dès le début de ma lecture, j'ai su que j'allais apprécier ma lecture. Il faut dire que le style de l'auteure, Lisa Maxwell est efficace et très addictif. Je me suis de suite attachée à Esta, qui n'a pas sa langue dans sa poche et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Une héroïne à l'image de ses aînées bad-ass et un peu tête brûlée.

Côté personnage secondaire, je préfère ne pas en dire trop pour que vous gardiez le mystère intacte, mais sachez que les apparences sont trompeuses et qu'il faut se méfier de l'eau qui dort. J'ai particulièrement apprécier Harte, dont le mystère reste complet pendant de nombreux chapitres. J'ai notamment aimé la relation Esta/Harte qui n'est que piques et réparties à mourir de rire. Un duo surprenant et attachant.

L'univers du Dernier Magicien est vraiment bien construit. J'ai adoré les multiples affinités de nos personnages et leur particularité. Chaque chose à un intérêt bien précis dans l'histoire et rien n'est laissé au hasard. L'auteure nous plonge avec beaucoup d'imagination dans ces époques et les descriptions sont vraiment parfaites pour s'immerger dans le passé. D'ailleurs, ces petits bonds dans le temps peuvent dérouter au début, mais croyez-moi, après, vous allez vous y faire sans problème.

Je me suis vraiment laissée emporté par l'histoire et la mission d'Esta. A tel point que lorsque je suis arrivée à la dernière partie je n'avais plus envie de quitter les personnages. C'est assez marrant car après plus de 630 pages, on pourrait s'attendre à ce que quelques longueurs nous aient ternies ce premier tome, mais pas du tout. On ne s'ennuie pas une seconde et le suspense est à son comble.

Pour tout vous dire, la fin de ce premier tome du Dernier Magicien m'a tenu en haleine comme jamais. Je tournais les pages en ayant peur que ce soit la dernière. Et bien sur, le moment fatidique de la dernière phrase est arrivé. Je n'ai qu'une chose à dire, mais où est le second tome, que je puisse me jeter dessus !

En conclusion, vous l'aurez compris, j'ai adoré Le Dernier Magicien. Un premier tome qui mêle à la perfection magie, amour, suspense, amitié et complot. Je me suis laissée happée par l'histoire et les personnages. Si vous aimez les romans de magie, foncez, vous ne le regretterez pas !

par Carole94P
Le Terminateur Le Terminateur
Laurence Suhner   
Le Terminateur est un recueil de nouvelles assez spécial. Pour être franche dès le début, je n'ai pas vraiment accroché.
Pourtant, c'est un livre très intéressant. Il mélange des nouvelles de science-fiction avancée où l'Homme colonise de nouvelles planètes à d'autres récits à l'ambiance lovecraftienne se déroulant au XIXème siècle.
Et alors que la terraformation, le planet opera et la technologie future m'intéressent habituellement plus que l'horreur fantastique, ce sont les nouvelles qui n'appartiennent pas à la science-fiction qui m'ont le plus plu. J'ai trouvé leurs personnages plus attachants et colorés, leur ambiance bien plus tangible et leurs mystères plus fascinants. Concernant les nouvelles de SF à proprement parler, je n'ai pas ressenti grand-chose. Je ne sais pas si ce sont les personnages, froids et lisses, ou les intrigues, assez incompréhensibles pour qui n'est pas familier de l'oeuvre de l'auteur (à mon avis), mais quelque chose m'a perdue. Peut-être que c'était voulu : après tout, le sentiment d'étranger, d'inconnu, est un des thèmes de ce recueil.
Voulu ou pas, ça ne m'a pas plu.
Peut-être aussi que c'était trop cérébral pour moi : certaines notions évoquées par les personnages ou l'auteur relèvent d'un niveau de physique que je n'ai jamais approché, étant une littéraire.
Bref, c'est un livre assez intéressant et inhabituel, qui je pense peut vraiment plaire. Quant à moi, je n'ai pas pu en apprécier la qualité réelle puisqu'il ne m'a pas parlé.

par Natiguane
H2G2, Tome 1 : Le Guide du voyageur galactique H2G2, Tome 1 : Le Guide du voyageur galactique
Douglas Adams   
Il est inutile de rechercher un quelconque double sens à ce roman, son objet étant uniquement le délire, l’humour décalé et le surréalisme façon Monty Python. On y apprend par exemple que l’objet essentiel pour le routard galactique est la serviette de bain, que la Terre était dirigée par les souris, et que la réponse à la question fondamentale de la Vie, de l’Univers et du Reste est quarante-deux, mais qu’il reste à déterminer la question elle-même…
Dès lors il y a deux possibilités pour tout lecteur de ce roman. Soit il est totalement hermétique à ce type d’humour et il s’ennuiera profondément, soit il y adhère complètement et passera un excellent moment.
Neuromantique, tome 1 : Neuromancien Neuromantique, tome 1 : Neuromancien
William Gibson   
Avalanche de prix pour ce premier roman : Hugo, Nebula, Philip K. Dick... cela surprendra peut-être le lecteur qui découvre Neuromancien au XXIe siècle : les concepts audacieux et novateurs de 1983 sont presque devenus des pont-aux-ânes de la science-fiction, vulgarisés par la littérature, le cinéma, et tout simplement les faits réels avec l'essor des autoroutes de l'information (n'êtes-vous pas connecté au réseau, vous qui me lisez ?).
Première manifestation et emblème du courant cyberpunk, Neuromancien est pour les nombreux nostalgiques des années-chrome une pépite de diamant à déguster sans modération, en accompagnement d'un bon vieil album de Billy Idol.
La Trilogie de Mars, tome 1 : Mars la Rouge La Trilogie de Mars, tome 1 : Mars la Rouge
Kim Stanley Robinson   
Coté style d'écriture, je suis partagée, car il y a du très bon, comme de l'assez moyen. Certains regretteront surement les descriptions longues et assez techniques de ce livre, que ce soit sur des éléments scientifiques, politiques ou philosophiques... Mais, à mon sens, c'est justement ça qui fait que c'est un bon livre de SF. Revenons à la définition même de ce genre : il ne suffit pas de balancer trois hommes verts dans l'intrigue pour faire un récit de science-fiction ! Encore faut-il savoir justifier ce qui fait qu'on se trouve dans un environnement différent du nôtre. C'est sur ces explications que tout se joue, si elles ne sont pas crédibles, on restera sur le bord du chemin et on se sentira jamais embarqué dans le voyage.
Sur ce point, je n'ai vraiment strictement rien à reprocher à l'auteur. Il s'efforce à chaque page à rendre ce qu'il raconte crédible. Je n'ai pas les connaissances scientifiques pour dire si tout ça est bien correcte (je ne sais même pas s'il est techniquement possible de savoir si c'est correcte), mais on s'en fout ! Ça sonne correcte, et ça suffit pour que l'histoire fonctionne. Il y a un coté hyper minutieux dans ce livre, on se dit que l'auteur a vraiment pensé à tout dans les moindres détails. On sent que c'est un livre qui a nécessité une grande phase de préparation, pour emmagasiner un certain nombre d'informations diverses et variées, les comprendre et savoir les réutiliser pour les mettre au service de cette intrigue. C'est le genre de livres qui présentent un projet tellement pharaonique qu'ils me fascinent totalement.
Mais paradoxalement, si les descriptions techniques sont très minutieuses et détaillées, les descriptions plus classiques (physiques des personnages, l'environnement dans lesquels ils évoluent, etc...) m'ont elles semblé assez laborieuses. Dans les premières parties du livre, ça va, on fait réellement cet effort de description. On nous donne pas mal d'info sur l'urbanisme d'une des villes de Mars, puis on décrit avec précision les premières impressions sur Mars. Jusqu'ici tout va bien. Sauf que dans la seconde moitié du livre, ce genre de descriptions devient quasiment inexistant. On ne cesse de nous dire que la planète a évoluée depuis l'arrivé des humains, mais on nous explique pas comment ! On dit que les personnages vont dans telle ville, mais j'ai pas la moindre idée d'à quoi ressemble cette ville ni d'où elle se situe sur Mars. Et les informations sur les personnages se limitent au fait qu'ils ont les cheveux blancs. J'ai par conséquent trouvé l'immersion assez difficile. J'ai trouvé ça sans âme, et j'arrivais tout simplement pas à visualiser les différentes scènes du livre dans ma tête.
Ce que je vais dire est peut-être méchant, mais c'est ce que je pense : j'ai eu l'impression de lire un livre ecrit par un scientifique, certes hyper calé dans son domaine de compétence, mais qui n'a pas la moindre idée de comment on ecrit un roman... (Ce qui est très bizarre puisqu'à en croire la page Wikipédia anglophone de l'auteur, il a un doctorat de littérature mais n'a jamais étudié les sciences, ironie quand tu nous tiens)

Coté histoire, pas emballée non plus. Si l'univers du livre est fascinant, l'intrigue, elle, ne l'est pas.
On a tout d'abord une longue mise en place de l'histoire, avec le voyage vers Mars, l'arrivé sur place, les premières actions visant à s'organiser,... Si cette phase est nécessaire et somme toute agréable à lire (je crois même que c'est ce que j'ai préféré dans le livre), elle ne présente, disons le clairement, aucun enjeux particuliers. A ce stade, on ne sait pas du tout dans quel sens l'intrigue du livre va partir.
A peu près au tiers/à la moitié du livre, on commence à introduire une intrigue. A savoir des conflits sur la politique à mener, qui aboutissent notamment à des sabotages. La résolution de l'intrigue prend un peu des airs de polar. Mais si l'auteur est indéniablement doué en SF, le thriller ne m'a par contre pas du tout l'air d'être son domaine. L'enquête est vraiment basique de chez basique, il y a absolument aucun suspense sur le coupable, on connait l'issue de l'histoire dès le départ car elle est annoncé dans le 1er chapitre. Bref : j'ai trouvé ça très fade !
Puis surtout, la résolution de cette espèce d'intrigue policière ne coïncide pas avec la fin du livre, ce que je trouve un peu beaucoup déroutant. On a le sentiment qu'on a plus rien à dire, mais le livre continue quand même. Et comme j'ai pas compris pourquoi ça continuait, j'ai pas réussi à m'intéresser à la suite du livre, sauf sur la fin, qui redynamise l'ensemble grâce à plusieurs actions d'ampleurs. Enfin, si ces actions sont appréciables, elles arrivent peut-être un peu tard, parce qu'on a largement eu le temps de s'ennuyer avant.

Je signale aussi deux autres petits défauts.
De 1 : le livre est découpé en plusieurs parties. Chaque partie se concentre sur un personnage différent. Et du coup j'ai pas réussi à identifier un héros, un personnage principal, ou tout simplement à m'attacher aux personnages, c'est dommage. [spoiler]Après je comprends aussi l'idée, ça permet de voir différent point de vu. Sauf que bon, comme j'ai pour ainsi dire aucune empathie pour les personnages, aucun n'a réussi à me "convaincre" que son projet pour Mars est le bon. On nous amorce également une intrigue sur plusieurs décennies et générations. Je suis pas naïve, les personnages présent dans ce premier livre sont probablement destinés à mourir dans les livres suivants, certains sont même déjà morts, et à laisser la place à leurs enfants et/ou aux nouveaux arrivants sur Mars. Du coup, ouais, ça peut avoir un sens de pas avoir de héros clairement définit, plutôt que d'en avoir un et de s'en séparer en cours de route. La suite le dira.[/spoiler]
De 2, comme toujours avec les livres d'anticipations, même si on situe l'intrigue "dans le futur", on parle surtout du moment où le livre est ecrit. Exemple connu : "1984" d'Orwell ne parle pas du tout de l'année 1984, mais du monde d'après seconde guerre mondiale. Bah "Mars la rouge" débute peut-être en 2026, mais nous sommes pourtant en pleine Guerre Froide ! On a une opposition permanente entre les Américains/les Russes/le Tiers-Monde, se soldant le plus souvent par des clichés assez énormes aussi bien sur un camp que sur l'autre. C'est un peu dommage que le livre ait si mal vieillit sur ce point.

Pour résumer, je suis pas forcément hyper emballée, je m'attendais à mieux vu la bonne réputation de cette saga. Mais dans l'ensemble, je pense que ça reste malgré tout un bon livre de science-fiction, du fait de ses descriptions techniques et de sa documentation. Je suis pas encore certaine que je lirais la suite, parce que je suis pas particulièrement impatiente de savoir comment tout ça va continuer. Après j'ai pas non plus passé un mauvais moment de lecture, et si je vois "Mars la verte" passer dans une librairie, il y a quand même des chances que je me laisse tenter.
Rama, Tome 1 : Rendez-vous avec Rama Rama, Tome 1 : Rendez-vous avec Rama
Arthur Charles Clarke   
Dès le départ, le livre est saisissant par sa créativité et son atmosphère. Celle-ci se faisant de plus en plus oppressante, étouffante et mystérieuse. Mais le plus beau reste la découverte de ce "navire" venu d'un autre temps. Votre curiosité et votre imagination feront le nécessaire !
  • aller en page :
  • 1
  • 2