Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Alexia-48 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Arkane, Tome 1 : La Désolation Arkane, Tome 1 : La Désolation
Pierre Bordage   
--- Arkane, la cité aux mille secrets ---

Je pense l’avoir déjà évoqué, mais ce sont les intrigues politiques qui me passionnent le plus, surtout lorsqu’elles sont classées en dark fantasy. J’ai toujours été captivée par ces ambiances oppressantes où les alliances se font et se défont au rythme des dissensions, la rébellion se construisant dans l’ombre.

Et c’est justement ce qu’offre Arkane, un diptyque qui repose sur la toute puissance de 7 familles… jusqu’à ce que l’une d’entre elles soit renversée (ou presque), créant ainsi un déséquilibre que les Dieux ne peuvent accepter.

Je dois dire que c’est cet aspect de l’histoire, en priorité, qui m’a convaincue d’acheter ce livre. Et contrairement aux avis mitigés que j’ai pu lire, j’ai passé un très bon moment dans les méandres d’Arkane…

--- Trois destins qui s’entrecroisent ---

Ce n’est un secret pour personne : j’aime quand l’histoire aborde plusieurs points de vue. Cela permet généralement d’enrichir le récit et, pour le lecteur, de faire des liens au fur et à mesure qu’il dévoile ses mystères.

Je dois avouer qu’Oziel et Noy m’intéressaient davantage que Renn, au début. La première parce qu’elle échappe de peu à un massacre et qu’elle se voit pourchassée de toutes parts, le second parce qu’il est à la fois ange et démon, idiot et intelligent. C’est le personnage qui m’a d’ailleurs paru le plus fouillé, Oziel souffrant malheureusement de quelques clichés, même s’ils sont justifiés.

Quant à Renn, son manque de courage, bien que légitime, m’a un peu fait grincer des dents au début, surtout face à la bravoure d’Orik, LE guerrier par excellence. Et oui, eux aussi sont brin stéréotypés…

--- Un rythme un poil trop linéaire ---

Pierre Bordage prend son temps pour mettre les choses en place et, si cela ne m’a jamais dérangée, je déplore un léger manque d’intensité dans l’action. Mon coeur ne s’est pas accéléré lorsqu’Oziel s’est retrouvée en danger, par exemple. Néanmoins, cela s’explique également par le point suivant…

--- D’heureux hasards en évènements (pas si) inattendus ---

Si ce premier tome avait tout pour me plaire – j’adore l’univers créé par l’auteur ! -, ce ne fut pas un coup de coeur en raison de petites faiblesses dans l’intrigue. En fait, on nous promet une lutte incroyable de la part de nos héros, et puis on se rend compte que la chance leur sourit un peu trop souvent. Certes, on pourrait penser que c’est le fruit d’interventions divines, et ça serait cohérent, mais… je n’adhère pas totalement à cette idée.

En bref, j’aurais souhaité que les protagonistes parviennent à se sortir de situations périlleuses par leurs propres moyens, plutôt que de bénéficier d’un coup de pouce à chaque fois. Cela mis à part, j’ai été complètement envoûtée par l’intrigue et attends donc le second tome avec impatience !
Le Cycle des Robots, Tome 4 : Face aux feux du soleil Le Cycle des Robots, Tome 4 : Face aux feux du soleil
Isaac Asimov   
De la série "Elijah Baley", "Face aux feux" du soleil est sans doute celui auquel j'ai le moins accroché... Que l'on ne s'y trompe pas : l'intrigue est bien construite, comme d'habitude, et le lecteur a plaisir à retrouver le détective terrien et son ami robot Daneel. Non, ce qui m'a dérangée dans ce livre, c'est plutôt l'univers solarien, la distance excessive qui s'y établit entre les êtres humains : cela nuit au charme de la rencontre, me semble-t-il... Le personnage de Gladia est de ce fait beaucoup plus intéressant dans "Les Robots de l'Aube".

Mais quoi qu'il en soit, tout fan de la série se doit d'avoir lu ce livre. Une évolution particulièrement fascinante de Solaria est proposée dans "Terre et Fondation".

Un plus pour la couverture de Caza... J'ai lu les autres bouquins de la série quand j'étais ado, mais celui-ci, j'ai hésité longtemps avant de l'acheter parce que j'avais peur de ce que penseraient les vendeurs !

par kaminari
Le Cycle des Robots, Tome 2 : Un défilé de robots Le Cycle des Robots, Tome 2 : Un défilé de robots
Isaac Asimov   
Après avoir lu Les robots, ce fut le plus naturellement du monde que je me suis plongé dans ce que l’on peut considérer comme étant plus ou moins sa suite naturelle, c'est-à-dire, Un défilé de robots. Comme dans le premier ci nommé, bien plus connu, celui-ci est un recueil de nouvelles (AL-76 perd la boussole, Victoire par inadvertance, Première Loi, Assemblons-nous, Satisfaction garantie, Risque, Lenny et Le Correcteur) mettant en scène des robots et tous les problèmes rencontrés avec ceux-ci, que cela soit dut a des contradictions liées aux trois lois de la robotique ou bien, en raison de la peur innée que ceux-ci provoquent chez bien des humains. Bref, le lecteur qui aura apprécié le premier tome, ne sera pas perdu et trouvera même un certain plaisir à replonger dans un univers connu, où il possède ses marques, ce qui peut être rassurant mais ne suffit pas forcement à faire de cette « suite » une œuvre aussi marquante que son prédécesseur. Car en fait, un problème non négligeable ce doit d’être souligné et porté à la connaissance de tous ceux qui n’auraient pas encore lu Un défilé de robots.

Ce qui faisait la grande force des Robots, en plus du sujet abordé cela va de soit, c’était que cet ensemble de nouvelles, écrites sur plusieurs années, avaient été liées pas Asimov dans un certain ordre chronologique, non pas de création, bien évidement, mais afin de créer une histoire complète des robots, des modèles les plus anciens a d’autres, de plus en plus évolués, et ce, jusqu'à que, visiblement, l’un deux ne devienne le Grand coordinateur de la fédération mondiale. En usant une interview du personnage principal du cycle, et accessoirement, l’un des préférés de l’auteur, la robopsychologue Susan Calvin, Asimov avait sut proposer une œuvre complète, avec un début et une fin, bien plus proche du roman que de la simple compilation de nouvelles. Or, le principal problème d’Un défilé de robots, justement, c’est que celui n’est qu’une compilation de nouvelles. Certes, une fois de plus, on retrouve les robots, la plus part du temps dans des histoires écrites sur le même principe que dans Les robots, mais aussi le docteur Calvin et l’US Robot, mais cette fois ci, dans le plus parfait désordre, sans lien entre elles ; l’on passe ainsi, au fil des pages, d’une nouvelle où l’on suit les péripéties amoureuses d’une femme à la maison désespérée et de son robot a tout faire, a d’autres, où ces mêmes robots sont tout bonnement encore interdits sur Terre. Et là, le bat blesse fortement puisque ce qui est bel et bien un véritable fouillis chronologique vient gâcher indéniablement le plaisir de la lecture, ce qui n’était pas le cas dans Les robots.

Pourtant, il serait injuste de nier les qualités des nouvelles proposées dans cet ouvrage car en toute sincérité, même si elles ne sont pas toutes d’égal qualité, un bon nombre d’entre elles sont du même acabit que celles que l’on avait put lire dans Les robots. Par exemple, un récit comme Lenny, où l’on voit jusqu’où peut aller l’amour que porte Suzan Calvin pour les robots est une petite merveille, et dans le sens contraire, c’est le jusqu’au boutisme de celle-ci, dans Risque, qui est mis en cause, tandis que dans Le correcteur, c’est un éminent chercheur qui est prêt a toutes les extrémités pour en finir avec les robots. Indéniablement, la qualité est au rendez vous, c’est un fait, mais, comme je l’ai souligné, le manque de lien entre les nouvelles et le désordre où celles-ci sont proposées, nuisent tout de même a la qualité finale de l’ensemble, ce qui est fort dommageable.

Finalement, Un défilé de robots n’est pas forcement nécessaire si vous n’êtes pas un inconditionnel d’Asimov, cependant, malgré les défauts que j’ai évoqué, et que l’on ne peut nier, la qualité est tout de même au rendez vous et cet ouvrage mérite le coup d’œil. Par contre, après coup, moi qui désirais me lancer tout de suite dans la lecture d’un autre recueil de nouvelles, Le robot qui rêvait, je pense que je vais m’en abstenir pour le moment et plutôt me lancer immédiatement dans La fin de l’éternité, qui promet davantage.
2666 2666
Roberto Bolaño   
Oups. J'ai commencé. Lu 100 pages. Puis abandonné. Mais quelque chose me dit que j'y reviendrai.

A suivre...

par Brodi
Le cycle d'Ender : Préludes Le cycle d'Ender : Préludes
Orson Scott Card   
J'ai lu ce livre sans lire le reste de la série, alors j'ai surement du passer à côté de plein de choses. En tout cas c'est un livre intéressant, qui se lit et se retrouve vite absorbant.
Le Meilleur des mondes Le Meilleur des mondes
Aldous Huxley   
un livre troublant, à la fois futuriste, mais ô combien réaliste. J'ai adoré le livre, et l'avertissement que l'auteur nous lance, un peu à la Big Brother. L'auteur dépeint un monde vide d'émotion réelle, un peu automatique, un endroit ou le malheur n'existe pas... ni même le bonheur, au fond. Le roman peut semblait très futuristes et fort extrémistes aux yeux de plusieurs, mais au fond... qui sais si ce n'est pas tranquillement le chemin que la société est déjà en train d'emprunter, malgré tout.

par myastas
Le Cycle d'Ender, Tome 6 : Ender : L'Exil Le Cycle d'Ender, Tome 6 : Ender : L'Exil
Orson Scott Card   
Encore un très bon roman qui complète bien La Stratégie Ender. L'histoire (ou plutôt les histoires, comme dans chaque tome de cette saga) est très prenante, et les personnages sont extrêmement bien développés.

Un conseil à quelqu'un qui se perdrait dans tous ces tomes. Si vous voulez lire tous les tomes de l'"Enderverse", il faudrait les lire dans cet ordre:

- La Stratégie Ender
- La cycle de l'ombre (La Stratégie de l'Ombre, l'Ombre de l'Hégémon, Les Marionnettes de l'Ombre, L'Ombre du Géant, Les Rejetons de l'Ombre)
- Ender, l'exil
- La Voix des Morts
- Xénocide
- Les Enfants de l'Esprit

Sinon, vous risquez de vous spoiler sans le vouloir! Si vous avez des questions sur cet ordre, ou sur quelque chose concernant cette saga, n'hésitez pas à me contacter sur mon mur, je serais plus qu'heureuse de vous aider!
1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre 1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre
Haruki Murakami   
Je me suis encore laissée envoûter par ce deuxième tome, dans lequel les liens entre les deux univers de 1984 et 1Q84 se dévoilent peu à peu. Le rythme est lent mais l'intrigue progresse de façon continue et inéluctable, comme les deux protagonistes vers leur destin. Je reconnais qu'il n'est pas toujours facile de suivre un enchainement logique et rationnel à l'histoire, mais cet univers est tellement singulier , poétique , plein de métaphores , que le lecteur s'y trouve happé, captivé par l'histoire de ces personnages hors normes et tellement attachants.
Le Cycle d'Ender, Tome 3 : Xénocide Le Cycle d'Ender, Tome 3 : Xénocide
Orson Scott Card   
Une enfant hors normes.
Elle va vite devenir tout aussi énigmatique et essentielle au même titre que Ender l'était à l'époque du massacre des insectes. Son rôle au sein de la communauté des élus des dieux, habitants de la Voie, sera capital pour faire pour le retour ou non la flotte.

Pour la vie ou la mort.
La particularité de ces habitants est d'être d'une intelligence hors du commun et d'avoir le don de pouvoir parler et entendre les dieux, ce qui leur procure une sagesse que peu de peuples peuvent s'enorgueillir de posséder. Ils sont les mieux placés pour juger des hauts faits du congrès stellaire, et le cas de Lusitania ne peut être donc que de leur ressort.
Malheureusement, Fei Tzu doit effectuer toutes les recherches nécessaires pour être en mesure de trancher la question.
Or, le temps imparti est compté.
C'est donc tout le drame de ce roman, toutes les tensions vont être concentrées sur ce petit bout de femme aux troubles obsessionnels compulsifs qui la poussent entre autres à compter les lignes du bois et à se laver les mains. Le sort d'humains, de races étrangères, d'une planète est entre ses mains. Sauf que ses recherches vont l'entraîner à découvrir un autre secret plus personnel concernant son peuple...
Le Cycle d'Ender, Tome 1 : La Stratégie Ender Le Cycle d'Ender, Tome 1 : La Stratégie Ender
Orson Scott Card   
Un (très) grand livre de science-fiction qui pourrait très bien devenir un très grand classique du genre. Oeuvre d'anticipation post-apocalyptique, ce premier tome d'une série retrace l'éducation très particulière que reçoivent les élus destinés à sauver l'humanité.
Une histoire interpellante où la "formation" de petits enfants-soldats est à la limite du soutenable tant l'innocence de ces derniers est mise à l'épreuve.
Grandiose !