Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Alexis-41 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Trilogie martienne La Trilogie martienne
Kim Stanley Robinson   
LA NUIT DU FESTIVAL
Mars était vide avant notre arrivée. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne s’y était jamais rien passé. La planète avait connu des accrétions, des fusions, des tourbillons qui s’étaient refroidis, pour laisser une surface marquée par d’immenses cicatrices géologiques : cratères, canyons, volcans. Mais tout cela était survenu dans l’inconscient minéral, sans être observé, sans témoins — sauf nous, qui avions tout vu depuis la planète d’à côté, et seulement durant le tout dernier instant de sa longue histoire. Nous sommes la seule conscience que
Mars ait jamais possédée.
A présent, chacun connaît l’histoire de Mars dans la culture
humaine : comment, au cours de la préhistoire, durant des générations, elle était l’un des astres les plus lumineux du ciel, à cause de sa rougeur et des fluctuations de son intensité, et de la façon qu’elle avait de ralentir sa course entre les étoiles et, parfois, de l’inverser.
Elle semblait lancer un message. Il n’est peut-être donc pas surprenant que les noms les plus anciens que les hommes lui aient donnés pèsent particulièrement sur la langue — Nirgal, Mangala, Auqakuh, Harmakhis — ils sonnent comme s’ils étaient plus anciens encore que les langages dont ils sont issus, comme des mots fossiles venus de l’ère glaciaire et de plus loin encore. Oui, durant des milliers d’années, Mars eut un pouvoir sacré dans les affaires humaines, et sa couleur rendait ce pouvoir encore plus redoutable, puisqu’il représentait le sang, la colère, la guerre, et le cœur. Et puis, les premiers télescopes nous permirent de l’observer de plus près, de mieux voir ce petit disque orangé, avec ses pôles si blancs, et ses taches sombres qui s’agrandissaient ou se rétrécissaient
au rythme des saisons. Les progrès techniques ne nous apportèrent jamais rien de plus, mais ces images captées par la Terre fournirent suffisamment de flous à Lowell pour lui inspirer un conte, un conte que nous connaissons tous : celui d’un monde agonisant, avec ses habitants héroïques, luttant désespérément pour creuser des canaux afin de stopper l’invasion des déserts.
Contre l'exploitation animale Contre l'exploitation animale
André-Joseph Bouglione   
Dans sa préface, Roger Lahana indique que dans de nombreux pays, les cirques avec animaux sont déjà interdits et que ce n’est pas encore le cas pour la France…

André-Joseph et Sandrine Bouglione ont très longtemps fait partie des personnes du Cirque qui ont travaillé et fait travailler les animaux, notamment les fauves et les éléphants. Un beau jour de mai 2017, ils ont annoncé qu’ils renonçaient à « utiliser », moi j’aurais dit « exploiter », car là est le terme juste, des animaux : « Pour nous, c’est d’abord une démarche citoyenne (…). Le cirque traditionnel, ce n’est pas uniquement les tigres, les lions et les éléphants. Les clowns, les acrobates, les jongleurs et les autres artistes représentent tout de même une partie importante de nos spectacles. Il ne faut pas avoir peur de se réinventer. »
Cette décision a été, de l’aveu des Bouglione, longuement mûrie avant de la faire connaître. Accueillons-la avec satisfaction et soulagement, même si on l’aurait souhaitée plus tôt. Mais ne tapons pas sur ceux qui ont pris une sage décision d’autant que l’exploitation des animaux, en vue de divertir les humains, ne se limite pas au Cirque mais aux corridas, aux courses de taureaux, aux delphinariums, aux combats de coqs, aux parcs zoologiques… il serait temps que tout cela cesse. Moi, je rêve d’un cirque où les animaux exploiteraient les humains qui ne les respecteraient pas…

Ce livre est constitué de 11 chapitres et quelque annexes, chapitres assez courts qui présentent les Bouglione, décrivent leur parcours, racontent brièvement les origines de la création du cirque, son évolution, sa grandeur et sa décadence, la mauvaise réputation des gens du cirque en France, dénoncent l’incompétence de certains dresseurs, la maltraitance des animaux due à « l’ignorance, l’incompétence, la stupidité ». Sont abordés aussi les thèmes de la concurrence et de la dévalorisation du cirque à cause des petits cirques et des dérives dans la profession dans un chapitre intitulé « Les eaux troubles du cirque », de même que la scolarisation des enfants du cirque.
André-Joseph Bouglione souhaite une évolution du cirque, un cirque sans animaux, seule solution pour mettre fin à leur exploitation par l’homme.

C’est un livre qui se lit très vite et qui nous entraîne dans les coulisses d'un milieu mal connu. J’ai beaucoup aimé, en début de chaque chapitre la citation d’une personnalité du monde de la musique, du cinéma, de la littérature, de la politique...
J’ai acheté ce livre pour la noble cause défendue par les Bouglione et toutes les communes françaises qui ont voté un arrêté interdisant les cirques avec animaux. Espérons que la France prenne, elle aussi, une sage décision...

par SuperNova
Le Vagabond des étoiles Le Vagabond des étoiles
Jack London   
J'ai été bluffée par ce livre. Toute ces histoires réunis dans un seul et unique livre, toute ces histoires étroitement liées. La plume de Jack London est formidable, c'est comme si l'on entrait dans un rêve fabuleux qui vire de tant à autres au cauchemar ou à la belle vie.

par myosotis
Antispéciste Antispéciste
Aymeric Caron   
Mon intérêt pour ce livre a d’abord commencé avec le débat, que je considère de haut niveau entre d’Aymeric Caron et Yann Moix dans l’émission de Laurent Ruquier, « On n’est pas couché ». Je n’apprécie pas vraiment les deux hommes mais pour autant, leur débat m’avait littéralement passionné. Je n’ai pas pu résisté : je devais lire ce livre. C’est un excellent ouvrage. J’ai appris plein de choses. L’auteur a su être très pédagogique, ce qui permet d’avoir un angle neuf, intelligent mais néanmoins ambitieux sur le sujet.A l’évidence, il est possible d’adapter notre comportement mais j’aurai aimé qu’il ne prenne pas un air moralisateur, un rien agaçant. Il n’a pas échappé, non plus, à une certaine démagogie. Mais merci à Aymeric Caron d’avoir élevé le débat. Mention spéciale pour la 4ème de couverture.


par fabie67
Vivant Vivant
Aymeric Caron   
Un livre assez atypique que je ne serais pas allée chercher de moi même, il m'a été offert et je dois avouer que j'étais plutôt dubitative quant à son contenu.
À la place d'un discours quelque peu ennuyant sur l'Homme et le Vivant j'ai découvert un livre abordant des thèmes qui me touchent particulièrement et posant des questions qui me semblent essentielles.
Le thème de l'environnement est récurrent de même que celui de la protection des animaux quels qu'ils soient, et du rôle que ces différents élément de nos vies pourraient jouer dans le futur. Je suis particulièrement inquiète face au changement climatique et aux IA, j'ai peur de ce que nous pourrions devenir si nous avions la possibilité de devenir a-mortels (je ne comprend pas que l'on puisse vouloir rester éternellement, je le vois comme une envie de souffrance perpétuelle, de ses proches et du monde qui nous entoure). En bref j'ai peur du futur, de ce moment où l'on va dépasser le point de non retour concernant l'état de la planète et des espèces y résidant.

Ce livre offre une vision possible des événements, je n'y adhère pas forcément, mais je trouve intéressant de voir dans la tête de quelqu'un d'autre ne serait-ce que par le biais d'un livre.

J'ai adoré la pièce de théâtre "Nina et les viandales", la situation semble tellement absurde et pourtant bien réelle malheureusement...

Curieux, intéressant si ce n'est que quelques peu pessimiste, j'ose avoir un minimum d'espoir pour l'avenir, pour ce monde dans lequel je vais vivre, je suis donc un peu en désaccord avec le ton alarmiste, ce n'est pas encore la catastrophe on a encore le temps d'agir, ce qu'il faut c'est changer. Maintenant.
La Route La Route
Cormac McCarthy   
Bouleversante histoire post-apocalyptique, où surgit l'amour entre un père et son fils, où tous les humains sont à la fois des victimes et les responsables du monde dans lequel ils vivent (un monde en perdition). Un road movie (en caddie) initiatique composé de peintures de désolation désertique, de paysages réduits en cendres par un cataclysme.
Les souvenirs de l'homme font leurs apparitions au fil des pages et nous permettent de comprendre l'entêtement à vivre dans ces prairies où l'herbe ne poussera plus jamais, avec son fils (né après la catastrophe).
Une étrange histoire existentielle sur la manière de contrarier la vérité de la déchéance, les atrocités du cannibalisme, les dernières limites de l' « homme » et son « petit » (aucuns noms). Nous devenons les voyeurs macabres de leur relation.
Les lectures doivent être différentes selon que l'on soit optimiste ou non sur le devenir de l'humanité. Un bon ouvrage en résumé.
Une pluie sans fin Une pluie sans fin
Michael Farris Smith   
- Maman, les p'tits bateau qui vont sur l'eau ont t'.........
- Ah non tu vas pas te mettre à chanter !!! Tu vois pas qu'il pleut des cordes depuis si longtemps qu'on ne se souvient plus du soleil !!!
- Mais j'étais d'humeur guillerette moi !!
- Et puis quoi encore !! Où est-ce que tu as vu qu'on pouvait s'amuser et être gaie.
- Oui. C'est vrai. Promis, je ne recommencerais plus ..
- Allez tais toi et rame !!! Et plus vite que ça !

448 pages de flotte, de tempêtes, de froid et de grisaille. Eh bien moi j'ai ramé pour lire ce bouquin. J'ai besoin d'espoir, de lumière.. Je marche à la pile solaire, et là pour le coup, je n'avais que très peu de source d'énergie. Au final, j'ai mis beaucoup plus de temps pour le lire que prévu ! Un bon point pour le rapport dépense / temps passé me direz vous !! Il est plus rentable que mes autres achats :p

Une ambiance lourde donc vous disais-je. La météo est partie en cacahuète sur tout un territoire Américain. Un climat rude où les tornades détruisent tout. Il n'y a plus d’abri pour protéger homme, femme et enfant. Même le gouvernement s'est désengagé de ce problème ! Il s'en lave les mains.
Un torrent ininterrompu charriait sa conviction, tandis que les muscles de sa nuque se crispaient, que ses mains et ses bras ondulaient – car il tordait le serpent telle une serviette mouillée – ,que le besoin de tuer devenait impérieux, qu’il demandait la force et le châtiment de ceux qui doutaient de la voie, ma voie, Ta voie, Seigneur, si électrisé par sa puissance et son pouvoir qu’il ne vit pas la femme se précipiter sur lui et n’eut pas le temps d’échapper à l’emportement de la prière : déjà, il gisait sur le dos, bras et jambes plaqués à terre, son propre revolver contre ses lèvres, baiser-morsure d’une maîtresse ardente. Le serpent s’était enfui.
C'est tout simplement devenu la loi du plus fort. C'est ce que va comprendre notre héro qui a des allures d'homme des cavernes version apocalyptique. Il va être dépouillé de ses biens, de ses souvenirs et laissé pour mort. Bravant les éléments, il part à la recherche de quelques objets qu'on lui a voler (car apparemment lui est matérialiste !!)

L'auteur nous donne une vision bien dramatique d'un monde qui s'étiole. La nature humaine reprend des droits de sauvage. Les animaux deviennent dangereux et incontrôlable.
Je regrette que l'auteur est pris autant de temps pour relater son histoire, c'est long ! Beaucoup trop long ! Cela manque de dynamisme. Les flashbacks de la vie "d'avant" sont aussi un peu trop nombreux à mon goût.
Il faut attendre la bonne moitié du roman pour que les choses commencent à bouger, c'est dommage.

Cela dit si vous êtes patient et êtes un fervent admirateur des sujets d’atmosphères de fin du monde, alors ce roman est pour vous...
http://lesciblesdunelectriceavisee.blogspot.com/2015/10/une-pluie-sans-fin-michael-farris-smith.html

par stoufnie
Le Cycle d'Ender, Tome 1 : La Stratégie Ender Le Cycle d'Ender, Tome 1 : La Stratégie Ender
Orson Scott Card   
Un (très) grand livre de science-fiction qui pourrait très bien devenir un très grand classique du genre. Oeuvre d'anticipation post-apocalyptique, ce premier tome d'une série retrace l'éducation très particulière que reçoivent les élus destinés à sauver l'humanité.
Une histoire interpellante où la "formation" de petits enfants-soldats est à la limite du soutenable tant l'innocence de ces derniers est mise à l'épreuve.
Grandiose !
Le Cycle de Dune, Tome 1 : Dune Le Cycle de Dune, Tome 1 : Dune
Frank Herbert   
Que dire, sinon que Dune est à la SF ce que Le Seigneur des Anneaux est à la Fantasy. Un imaginaire riche (cela pourra en perturber certain(e)s) et une intrigue qui peut paraître classique, entre trahisons et complots, mais qui alimente le fabuleux monde de Franck herbert.
À découvrir ou à redécouvrir.
Côté adaptation cinématographique, comme je regrette que le projet d'Ajejandro Jodorowsky n'ait jamais abouti. Fan des illustrations de Chris Foss.

par Lektor75
Le Meilleur des mondes Le Meilleur des mondes
Aldous Huxley   
un livre troublant, à la fois futuriste, mais ô combien réaliste. J'ai adoré le livre, et l'avertissement que l'auteur nous lance, un peu à la Big Brother. L'auteur dépeint un monde vide d'émotion réelle, un peu automatique, un endroit ou le malheur n'existe pas... ni même le bonheur, au fond. Le roman peut semblait très futuristes et fort extrémistes aux yeux de plusieurs, mais au fond... qui sais si ce n'est pas tranquillement le chemin que la société est déjà en train d'emprunter, malgré tout.

par myastas
  • aller en page :
  • 1
  • 2