Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ali_26 : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Chroniques de Zombieland, Tome 1 : Alice au pays des zombies Chroniques de Zombieland, Tome 1 : Alice au pays des zombies
Gena Showalter   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2013/04/alice-au-pays-des-zombies-1.html

Si je ne suis pas particulièrement fan de zombies, j'aime beaucoup Alice au Pays des Merveilles et c'est ce qui m'a inévitablement attirée vers cette lecture. Cependant, malgré que j'ai vraiment beaucoup apprécié ce roman, il faut bien souligner que son rapport avec Alice au Pays des Merveilles est tout simplement inexistant en dehors de son titre et du prénom de son héroïne. Ne partez donc pas dans cette aventure en vous attendant à tomber sur une réécriture ou une adaptation d'Alice, car vous risquez alors d'être déçus.

La première chose à dire sur Alice au Pays des Zombies, c'est que c'est un vrai "page-turner". Il est tout bonnement impossible de le reposer une fois commencé car nous sommes totalement embarqués dans l'histoire, et ce dès les premiers chapitres. De plus, malgré que ce soit un premier tome avec tous les défauts que cela comporte, on s'ennuie très rarement et l'auteure fait un très bon travail pour ce qui est de captiver notre intérêt.

Ce très bon travail concerne surtout les personnages qui sont très attachants et originaux. L’héroïne, Alice, est un personnage auquel il est très facile de s'identifier. Elle est forte, déterminée, sait rester drôle et fraîche malgré les épreuves qu'elle traverse, et sa voix narrative est très accrocheuse. Une héroïne intéressante et attachante est toujours une bonne pierre apportée à l'édifice, mais sans un personnage masculin charismatique pour donner de solides fondations on peut vite se mettre à tourner en rond. N'ayez crainte, l'auteure a pensé à tout et nous offre un parfait contre-balancement à l’héroïne avec le personnage de Cole, un bad boy tout simplement WAOUH ! Tout comme Alice, je suis totalement tombée sous le charme du jeune home dès sa première apparition et ce sans trop savoir pourquoi... Cole est un personnage possédant énormément de charisme dans le roman, et Gena Showalter sait décidément faire transparaître ce charisme au-delà des pages pour qu'il aille cueillir le lecteur. Et le moins que l'on puisse dire c'est qu'on se laisse cueillir avec plaisir ! Les personnages secondaires viennent ensuite terminer d'achever ce travail et sont tous intrigants et attachants dans leurs genres respectifs. Mes petits coups de cœur iront aux deux meilleurs amis des héros, Kat et Frosty, que j'ai tout simplement adorés (surtout Kat) et aux grands-parents d'Alice qui apportent une jolie dose d'humour là où les figures parentales sont souvent oubliés dans ce genre d'ouvrages.

Le second point positif pour moi, réside dans l'originalité de ces zombies. Ici vous ne rencontrerez pas les morts-vivants avides de cerveaux habituels, que les fans de zombies soient dont prévenus ! Ces zombies-là ne peuvent pas être vus par tous et ne peuvent être combattus que dans le monde des esprits, ce que j'ai trouvé très original et rafraîchissant. Ces "nouveaux zombies" sont bien amenés et développés dans l'histoire ce qui en fait donc un vrai point fort et met ce livre à part des autres livres traitants de ces créatures.

Ensuite si je dois trouver des défauts à cette lecture, ça serait surtout dans le fait que ce premier tome est très clairement un tome d'introduction. Alice apprend ce que sont les zombies, comment les combattre, qui sont les méchants et après quoi sont-ils, etc... Bref rien de bien innovant et différent d'autres débuts de nouvelles séries. De plus la plupart des clichés du genre Young Adult sont abordés d'une façon ou d'un autre au fil de ce tome, bien qu'il faut préciser que l'auteur les gère plutôt brillamment et évite de tomber dans les pièges classiques qui peuvent vite rendre un roman de ce genre imbuvable.

En résumé une lecture a laquelle j'ai beaucoup accrochée, principalement grâce aux personnages avec lesquels j'ai passé un très bon moment. Si vous cherchez un bon livre Young Adult qui ne se targue pas révolutionner le genre, je vous le conseille grandement. En tout cas de mon côté j'ai très hâte d'être en Septembre pour la sortie anglaise du tome 2 : Through the Zombie Glass.

par Althea
Divergente raconté par Quatre édition augmentée Divergente raconté par Quatre édition augmentée
Veronica Roth   
Après voir lu la saga Divergente, j’avais aussi lu la première version sortie de ce roman. De nouveau, j’ai replongé ici dans cet univers particulier où ce sont les factions qui régissent le monde. Et, encore une fois, je suis tombée amoureuse de Quatre, de ses forces comme de ses faiblesses et j’ai relu avec plaisir les passages de sa vie que j’avais découvert l’année dernière.

Je vais donc surtout m’attarder sur les bonus de cette version augmentée. Ceux-ci présentent tout d’abord un entretien avec l’auteur qui s’intéresse à l’univers comme aux personnages et à la conception de ces deux derniers, ce qui nous permet de comprendre la manière dont a fonctionné Veronica Roth pour créer son récit. On y apprend autant sur l’auteur que sur sa manière d’écrire et sur son univers, ce qu’elle a essayé de faire à travers lui et ce qu’elle pense y avoir inclus. C’est une partie intéressante pour les lecteurs qui permet de comprendre certains choix, d’autant plus dans le reste des bonus puisque nous nous intéressons ensuite aux origines du roman qui est passé de la voix de Quatre à celle de Tris.

Veronica Roth explique donc ses choix pas à pas et dévoile aussi les brouillons de Divergente, nous permettant de constater par nous-même l’évolution de la série et nous donnant le droit par la même occasion de lire le texte à ses touts débuts. J’ai particulièrement apprécié l’évolution de Caleb qui a droit à tout une partie centrée sur lui et sur les origines de son personnage. Pour moi qui trouve régulièrement que mes personnages n’en font qu’à leur tête, je suis toujours soulagée lorsqu’un auteur dit la même chose ! Et constater l’évolution de Caleb remet en question des personnages qui ne devaient être que des faire-valoir mais qui gagnent en intensité car l’intrigue l’exige, sans que l’auteur l’ai parfois vu venir. L’avant/après de ce passage m’a vraiment beaucoup plu !

L’avant-dernière partie est une analyse psychologique de la façon dont notre cerveau évalue la peur, dans la saga Divergente en particulier, réalisée par un docteur en psychologie. Très intéressante au niveau des connaissances qu’elle apporte, cette étude met en valeur la manière dont la peur s’inscrit en nous et les activités à réaliser pour essayer de la combattre.

Quant à la fin, elle nous présente Nathalie Prior et j’ai adoré ces passages nous permettant de mieux comprendre cette adolescente que nous ne rencontrons que devenue femme et mère. Une plongée dans le « avant » Divergente que j’ai trouvé passionnante.

Un petit mot aussi sur cette couverture que je trouve magnifique ! Et sur la petite surprise sur le rabat❤

par Rinne
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Tara Duncan, Tome 1 : Les Sortceliers Tara Duncan, Tome 1 : Les Sortceliers
Sophie Audouin-Mamikonian   
La dodécalogie de TARA DUNCAN restera sans aucun doute un de mes meilleurs souvenir de lecture j'attends avec impatience le tome 8 !
Pour tout ceux qui ne l'ont pas encore lu je vous conseil de vous ruer chez votre libraire !
Tara Duncan reste un livre qu'il vaut mieux éviter de lire en publique car il provoque larmes et crise de rire toutes les deux lignes ! L'élément le plus merveilleux du roman est -je pense- Sophie Audouin Mamikonian l'extraordinaire talentueuse et pleine d'humour auteur de ce chef d'œuvre !
Bien qu'on ai souvent envie de lui arracher la tête étant donné la manière (et le suspense fou) dont elle termine chaque Tara Duncan !
Un livre à lire pour tout les fous du suspense et fous tout cours car il faut s'accrocher avec des nom comme "Chemnashaovirodaintrachivu" et les nuits blanches passé à lire le livre en étant totalement incapable de le lâcher, comme si la vie des héros en dépendait !
Fière d'être Taraddicte !

par Edenz
Tara Duncan, Tome 2 : Le Livre interdit Tara Duncan, Tome 2 : Le Livre interdit
Sophie Audouin-Mamikonian   
Ce tome est tout aussi FANTASTIQUE que le premier. Plein de rebondissements et palpitant,c'est une saga GENIALE!! La fin m'a trop donné envie de lire la suite.

par Careena
Tara Duncan, Tome 3 : Le Sceptre maudit Tara Duncan, Tome 3 : Le Sceptre maudit
Sophie Audouin-Mamikonian   
Pour moi, voici le tome le plus réussi, l'auteure a su nous emmener sans son univers et a nous en rendre accrocs!
Tara Duncan, Tome 4 : Le Dragon renégat Tara Duncan, Tome 4 : Le Dragon renégat
Sophie Audouin-Mamikonian   
Ce livre est le mieux rodée au niveau de l'histoire, l'auteure nous emmène en Angleterre, où les informations sur Stonehenge sont tout à fait réelles et cherchées!
Tara Duncan, Tome 5 : Le Continent interdit Tara Duncan, Tome 5 : Le Continent interdit
Sophie Audouin-Mamikonian   
Il faut pas être décourager par le nombre, parfois, les meilleur saga sont celle qui ont le plus de tome, et puis si vraiment tu est découragé par le nombre, tu peut toujours t'arréter, mais essayer ne coute rien :)
Personnellement, je trouve ces bouqins vraiment agréable a lire, et pour tout dire, j'ai du mal a m'arréter le soir !
Tara Duncan, Tome 6 : Dans le piège de Magister Tara Duncan, Tome 6 : Dans le piège de Magister
Sophie Audouin-Mamikonian   
Non ça va, Tara Duncan est quand même assez différente de Harry Potter. On dit que c'est sa petite soeur parce qu'elle a beaucoup de succès et que le livre parle de magie mais ce n'est pas la même chose. Dans Tara Duncan, il y a beaucoup plus d'humour et d'action que dans HP. Les personnages sont également très attachants.
Pour conclure, Tara Duncan ressemble un peu à HP à cause des thèmes abordés et car Magister rappelle un peu Voldemort mais on ne peut pas dire que c'est copié collé.
Je conseille cette série aux ados. On passe un bon moment à la lire.
Tara Duncan, Tome 7 : L'Invasion fantôme Tara Duncan, Tome 7 : L'Invasion fantôme
Sophie Audouin-Mamikonian   
Rahhh! J'en ai marre que sophie audouin mamikonian termine ses livre avec autant de suspens!

  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4