Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Alice-53 : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
La Métamorphose La Métamorphose
Franz Kafka   
La grande solitude d'un homme son désarroi, ce drame humain ou ce personnage est confiné étouffé par les malheurs de la vie.
Sa transformation nous plonge il est vrai dans un univers fantastique mais c'est un roman sur la vie, ses angoisses, ou notre "héros" est délaissé par sa famille, impossible pour lui de retourner au travail, incapable de communiquer il sombre seul abandonné!!!
Un livre terrifiant de justesse sur la grande peur des hommes : l'abandon!

par rachl
Les Chroniques de la Faucheuse Les Chroniques de la Faucheuse
Mickaël Druart   
Ma chronique : https://labouquinerieimaginaire.wordpress.com/2017/11/05/les-chroniques-de-la-faucheuse-par-michael-druart

Il y a tellement de personnages que c'est compliqué de tous les présenter. Aussi j'ai eu de mal a tous différencier, je m'excuse, mais quand ils sont cachés sous leur cape de faucheuse, ils se ressemblent tous :- P
La faucheuse : ce n'est pas une seule et même personne. A vrai dire, cela semble logique, à moins d'avoir les super-pouvoirs du Père Noël, il ne pourrait en être autrement. Au cours de cette histoire on va suivre le parcourt de plusieurs Faucheuse, apprentis Faucheurs, stagiaire chez les faucheuses, Josiane la secrétaire, Émilie (mon personnage préféré ! ) ou encore la Grande faucheuse... Chacune possède un rapport différent avec son métier. Certaines prennent un malin plaisir à ôter des vies, d'autres le voient comme une corvée… Parfois c'est amusant, parfois touchant. Tout dépend des circonstances du décès et du « rapport » qu'a le mort avec son décès. Dans tous les cas chaque mission nous livre un petit message.
Ce recueil de nouvelle présente des chroniques qui est généralement sont indépendantes les unes aux autres. Elles traitent toutes de sujets divers. L'auteur, à travers ces personnages, provoque des émotions que l'on n'aura pas pensées pour imaginer envers de telles choses. C'est aborder de manière humoristique et sensible. Il m'est arrivé de ne pas savoir quel sentiment éprouver. Certains des textes sont très amusants et d'autres totalement poétiques ! C'est original et décalé. Je pense que l'auteur doit avoir une imagination débordante, une très grande culture et une grande sagesse pour oser dire de telles choses.
J'ai beaucoup aimé le nombre incalculable de « grands sujets » qui ont été évoqué à travers les nouveaux. Chaque chronique est différente de la précédente et encore plus de la suivante. C'est très intéressant. Les points de vue sur la vie et la mort sont très nombreux. Par exemple je peux lire une chronique A, qui me ferait rire de bon coeur et dix minutes plus tard, lire une chronique B qui me donnera les larmes aux yeux. Car oui évidemment la mort est un sujet sensible mais elle est ici, traitée dans tous les sens. le seul petit bémol de cette lecture, c'est qu'avec autant de personnages on finit par s'y perdre un peu. Ce fut une très belle découverte, même si certaines nouvelles ne m'ont pas atteint, ce lire offre tout un tas d'émotions et offre de nombreuses réflexions sur ce qui nous hante tant : la mort.
La grande aventure - L'intégrale, Tome 3 La grande aventure - L'intégrale, Tome 3
Satochi Mato    Hidenori Kusaka   
J'ai peut-être été un peu déstabilisée vis à vis des jeux vidéo et de l'anime que je connaissais déjà car j'avoue, je me suis demandée pourquoi la moitié des champions étaient dans la Team Rocket... Ou pourquoi Mewtwo en fait il est un peu nul et se fait capturer par Pikachu... Ou comment ça se fait que les attaques électriques aient un effet sur les types sol...

Enfin mis à part ça le scénario est globalement bon. Les combats sont bien faits et bien ficelés, ce qui n'a pas dû être évident avec Pokemon. Bon, des fois c'est un peu tiré par les cheveux, mais on pardonne parce que ben, c'est Pokemon.

Le seul point qui m'a vraiment embêtée c'est la gestion du temps. Trop d'ellipses, trop longues, pas expliquées, pas marquées. La fin du Tome 1 c'est quasiment la fin du jeu ! J'aurai bien aimé voir l'endurcissement de Rouge moi... Et à l'inverse, il y a des passages qui sont vraiment longs et détaillés (un peu trop à la fin même). Bref, la gestion du temps, ce n'est pas le point fort de ce manga.

J'ai tout de même bien aimé vivre ces péripéties dans ce qui reste mon monde fantastique préféré. Les personnages sont bien écrits (et pas débiles comme dans l'anime) et le ton qui est employé est plus mature que dans le reste de la licence. Et ça ne lui fait pas de mal.

par Kallyx
James et la grosse pêche James et la grosse pêche
Roald Dahl   
Un roman emprunt de poésie et de magie ! James Henry Trotter va vivre une aventure fabuleuse, le sauvant ainsi de son triste sort d'esclave chez ses tantes, affreuses et méchantes.
Un jour, par enchantement, une grosse pêche pousse et tombe d'un arbre, emmenant James et ses compagnons par delà les océans, dans une aventure insolite !
Superman : Red Son Superman : Red Son
Mark Millar    Dave Johnson    Kilian Plunkett   
http://lesmotspourrever.com/

Le vaisseau de Kal-El ne s’est pas écrasé au Kansas mais en URSS, si bien que Clark a grandi dans un environnement communiste qui déplore l’impérialisme américain. Le jour où il se sent prêt, il fait part de ses capacités spéciales à Staline, qui décide alors de le présenter au reste du monde comme étant son nouveau protecteur et sa nouvelle arme. Superman devient malgré lui un symbole à la fois adulé et redouté, le communisme personnifié. Inquiets, les États-Unis donnent carte blanche au génie Lex Luthor afin de trouver un moyen de contrer Superman s’il décide un jour de s’en prendre à eux.

Je ne l’ai jamais caché, entre Superman et moi c’est pas franchement une grande histoire d’amour. Mais le voir transposer en URSS m’intriguait énormément, donc je me suis laissé tenter. Red Son a, il faut bien l’avouer une idée de départ vraiment intéressante. Après tout, pourquoi est-ce que les super héros officieraient toujours aux USA ? Les autres pays aussi ont droit à leurs capes, que diable ! Ok le coup du gentil qui devient méchant a déjà été fait dans d’autres domaines, mais la littérature n’est-elle pas un éternel recommencement ?

Superman dévoile au monde l’étendu de ses capacités sans pour autant faire le mal. Il ne cherche pas à attaquer ou à affaiblir les Etats-Unis, juste à leur montrer ce dont il est capable et ce qu’ils risquent si jamais ils tentent de s’en prendre à son pays d’adoption. Superman inspire la peur au citoyen lambda et c’est, du moins en ce qui me concerne, la première fois que je lis ce genre de réaction vis-à-vis de ce héros. Ici les gens (y compris ses compatriotes) redoutent la moindre de ses capacités. Ils n’osent pas critiquer le gouvernement de peur que Superman ne les entende, tout comme ils osent à peine traverser en dehors des clous de peur qu’il ne les voit. Superman n’est pas omniscient, il ne peut pas surveiller constamment le moindre recoin de la Terre mais ses pouvoirs sont suffisamment inquiétants pour faire trembler la population.

Red Son est une lecture vraiment intéressante. La question centrale est à mon sens celle-ci : peut-on faire le bonheur des gens malgré eux ? Superman rêve d’un monde où la race humaine ne connaîtra plus aucun accident, aucune maladie, aucun danger. Certes il y parvient sur la durée, mais à quel prix ? Il leur vole leur libre-arbitre, leur droit à la réflexion simplement parce qu’il veut les protéger. Rares sont ceux qui s’y opposent mais il y en a, comme les États-Unis, qui ont refusé un partenariat avec l’URSS quand le reste de la planète bleue a dit oui. D’autres anonymes tentent de lutter mais finissent lobotomisés (pardon, « reprogrammés ») par Superman. Pendant ce temps Lex Luthor s’enfonce dans sa folie en tentant de trouver un adversaire qui soit à la mesure de son ennemi soviétique (et crée des trucs plutôt flippant) pendant que le gouvernement américain perd l’autorité qu’il avait sur son peuple. Le pays sombre lentement mais est libre de ses choix tandis que le reste du monde prospère mais a perdu sa liberté. Superman pense indéniablement faire le bien et ne voit pas les torts qu’il cause. Mais d’autres, comme Batman, en ont parfaitement conscience et tentent de s’opposer à lui. Honnêtement je ne m’attendais pas à voir surgir Batman au milieu de cette histoire. Lui aussi est devenu soviétique (là j’avoue ne pas avoir compris pourquoi Millar ne l’a pas laissé américain … Une question de proximité géographique, probablement) et tente de libérer son pays de la coupe de Superman. Batman n’est pas le seul autre héros que l’on croisera au fil de cette lecture. Wonder Woman sera également présente, même si elle fait pas mal de figuration au début. Ses sentiments pour Superman l’aveuglent et la poussent à faire un acte dont elle ne ressortira pas indemne. Je n’ai guère d’affection pour cette héroïne mais la voir s’enfoncer dans le déni, la voir se sacrifier pour un homme qui ne la regarde même pas ne peut pas me laisser indifférente.

Puisqu’on en est à parler sentiments, c’est un point plutôt négatif pour ce comic. Je m’explique : même si c’est lui qui raconte l’histoire, on nous présente depuis le début un Superman en retrait émotionnellement, presque froid, tactique, concentré sur son idéal. Je ne suis pas parvenue à m’attacher à lui pendant une bonne partie de ma lecture parce qu’il ne dégage aucune émotion. Il fait ce qu’il a à faire, point. Il y a certes une petite étincelle lorsqu’il rencontre Loïs Lane pour la première fois mais elle est déjà mariée à un autre homme, donc Superman l’oublie très rapidement parce que Superman ne touche pas aux femmes des autres, bla bla bla. Superman laisse échapper quelques sentiments lors du grand final mais c’est bien peu, sur toutes ces années qu’il a passé à « protéger » la race humaine. Ce Superman manquerait presque de profondeur tant il est dévoué uniquement à cette utopie qu’il s’est mis en tête.

Et que dire de ce grand final ? Wouh, c’est à vous retourner le cerveau ! Quand on pense aux implications, au fait que Lex Luthor et Superman sont peut-être plus liés qu’on ne le pense, que Superman n’est peut-être pas si extraterrestre que ça, … C’est une idée complètement dingue mais Merlin qu’elle est bien trouvée !

Au final la seule chose qui m’ait réellement dérangée dans cette lecture vraiment passionnante, c’est qu’une fois de plus les communistes sont les méchants et les étasuniens sont les gentils (alors que Lex Luthor est franchement dérangé et passablement psychotique). Quand Superman est du côté des USA il est parfait, mais il devient étrangement totalitaire quand on le met du côté soviétique. Par contre, comment se fait-il qu’il s’appelle toujours Superman ? Je vois mal l’URSS affubler son héros d’un nom bien américain. Mais je chipote, comme toujours ;)
Mon amie Gabrielle Mon amie Gabrielle
Cordélia   
Militant pour la cause féministe et LGBT+, Cordélia signe ici son premier roman auto-édité abordant avec justesse des thématiques LGBT+ comme la transidentité, la transition, l'homosexualité, la transphobie... mais aussi les violences conjugales, l'adolescence et le passage à l'âge adulte, le questionnement de soi... Le sujet est maîtrisé et Cordélia nous livre un récit qui se veut pédagogue et instructif sur des thèmes aujourd'hui encore souvent méconnus et qui méritent pourtant qu'on s'y intéresse pour les découvrir ou mieux les comprendre.

On suit l'histoire d’amitié entre Gabrielle, une femme transgenre, et de son ami Salah, de leurs 17 ans à leurs 27 ans. On va les voir grandir et évoluer, suivre leurs doutes, leurs remises en question, leurs erreurs, les voir s'épanouir... Ce sont des personnages intéressants, imparfaits mais qui par conséquent sont humains : ils sont parfois maladroits, idiots, exaspérants... comme nous en somme.

Il y a deux modes de narration qui alternent à chaque chapitre : nous suivons d'abord le point de vue de Salah pour ensuite lire le journal intime de Gabrielle. L'histoire est parfois un peu trop prévisible, et la narration pourrait être plus fluide, plus "agréable" mais cela reste plaisant à lire et le texte arrive à être pédagogue sans être trop lourd.

C'est un livre qui pousse à la réflexion, la tolérance... On y découvre la transidentité et ses conséquences sur le quotidien, on y découvre un récit sur la tolérance et optimiste quand même, bien que tout ne soit pas joyeux. Je le recommande pour ceux qui s'intéresse aux problématiques LGBT+, à la transidentité, ou tout simplement ceux qui voudraient une histoire tranche de vie avec des personnages plus variés que ce qui se fait d'ordinaire.

par Midine
Harry Potter, Tome 7 : Harry Potter et les Reliques de la mort Harry Potter, Tome 7 : Harry Potter et les Reliques de la mort
Joanne Kathleen Rowling   
Je ne compte pas le nombre de fois où j'ai pleuré dans ce roman mais à la fin je ne me séparais plus de ma boite de Kleenex ! L'histoire se finit en apothéose malgré un épilogue un peu décevant à mon goût (non pas décevant mais peut être un peu trop rapide ! on reste sur notre faim !) Bref un bon moment de lecture comme j'en ai rarement eu !

par Istehar
Scrappy Little Nobody Scrappy Little Nobody
Anna Kendrick   
Bon. Disons-le d'emblée, je ne suis pas une amoureuse des biographies.
Mais je suis complètement admirative et passionnée par Anna Kendrick, alors je me disais que ça allait passer.
Et c'est très bien passé.
Anna Kendrick a ce sens de l'humour un peu acerbe, un peu cynique, un peu sarcastique qui m'a fait me tordre de rire du début à la fin. Avec beaucoup de dérision, elle raconte ses (més)aventures, depuis sa plus tendre enfance et ses spectacles à Broadway à son dernier jour de tournage sur une super-production en 5 films qu'on ne nommera pas. Ou encore l'expérience unique de travailler avec Zac Efron, ou d'un premier tapis rouge.
On plonge dans le monde du show-bizz, à travers le regard de celle qui se considère elle-même comme une "scrappy little Nobody". Et comme bizarre, ce qu'elle répète plusieurs fois tout au long de l'autobiographie.
Autre aspect qui m'a beaucoup plu, c'est que le livre n'est pas organisé chronologiquement - loin de là. Anna Kendrick aborde sa vie par thème - les garçons, Broadway, etc. - navigant constamment entre son enfance dans une petite ville du nord des Etats Unis, et ses succès plus récents à LA, sans oublier son emménagement dans cette ville unique, passant par les gens qui ont traversé sa vie, dans le désordre, mais pas vraiment.
Pour s'attaquer au genre biographique/autobiographique, je ne pourrai recommander mieux! J'ai ri du début à la fin et me suis reconnue dans ses remarques, et me suis sentie moins seule après avoir fini le livre. Je recommande!
Harry Potter, Tome 2 : Harry Potter et la Chambre des secrets Harry Potter, Tome 2 : Harry Potter et la Chambre des secrets
Joanne Kathleen Rowling   
J.K contrairement à d'autres écrivains n'a pas chuté dans son 2e tome... au contraire il est même voir meilleur. J'ai particulièrement aimé la fin du roman avec Tom Jedusor et Harry Potter.

par Roxye
Les Mondes d'Ewilan, Tome 1 : La Forêt des Captifs Les Mondes d'Ewilan, Tome 1 : La Forêt des Captifs
Pierre Bottero   
ce tome est mon préféré de toute la quete d'Ewilan. Pourquoi? Parce que Ewilan souffre(je suis pas une sadique, enfin un peu mais c'est pas le problème), je pense qu'elle sait au moin maintenant ce que veut dire "souffrir". Autant physiquement que mentalement. Ce tome est beaucoup plus profond.

Aussi pour aller dans quelque chose de beuacoup léger, j'aime bien lire la description de la tête des perssones normales quand on leur dit que leurs monde bien rangé et qu'ils ont toujours connus est en faîte jumeau avec un autre monde qui lui est un mystère même pour les habitants, peuplés de créatures et de magies incroyables. et dans ce tome ça arrive deux fois!