Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Alouise : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
The Young Elites, Tome 2 : La Société de la Rose The Young Elites, Tome 2 : La Société de la Rose
Marie Lu   
Après la mort d'Enzo, Teren , contre l'assentiment de sa Reine, décide de persécuter tous les Malfettos du royaume de Kenettra. De son côté, Raffael emmène les Dagues se réfugier dans le royaume de Baldain, près de la Reine Maeve, leur alliée. Ensemble, ils projettent de ressusciter Enzo et d'attaquer le royaume de Kenettra pour renverser Guillietta sans savoir qu'Adelina, dans le Royaume de la Nuit, envisage elle aussi de recruter une armée pour se venger de la reine et prendre sa place... Dans ce climat de vengeance et de lutte de pouvoirs, les amis d'hier deviennent les ennemis d'aujourd'hui et tous les coups sont permis.

Dès le début de ce tome, l'auteure nous plonge dans l'action et la stratégie.
Si Adelina choisit d'essayer de conquérir le soutien d'Elites légendaires pour constituer son armée, Raffael, lui, s'appuie sur ses anciens alliés. Et tandis que la jeune fille se lance dans une quête où elle devra faire étalage de ses dons pour parvenir à ses fins, le consort accepte de vendre son âme à la Reine Maeve afin de rétablir ses rêves : placer Enzo sur le trône de Kenettra, tout en sachant que ce dernier, revenu du royaume des morts, ne sera plus qu'un pantin aux pouvoirs immenses. Dans un troisième temps, à Kenettra, Teren, bafoué par sa Reine à laquelle il n'obéit plus, ronge ses sombres pensées. Et la vengeance devient le leitmotiv de tous nos personnages pendant que la jalousie alimente les rancœurs...

Dans ce tome, on retrouve Adelina telle que nous l'avions laissée : isolée, marginalisée, assaillie par un pouvoir grandissant qu'elle peine à contrôler et qui la conduit peu à peu vers la folie.
Raffael, quant à lui, sort de son rôle de recruteur pour devenir ce "mendiant" prêt à tout pour rétablir son rêve, désormais inaccessible, de voir Enzo monter sur le trône. Dans son combat, il n'hésite pas à sacrifier son Roi, son Amour, pour contrer les projets de Teren et d'Adelina. Au cours de sa quête, il confie au lecteur son enfance, son parcours ainsi que ses faiblesses. Nous comprenons mieux ses choix , emprunts de jalousie et nous le découvrons sous un jour plus manipulateur, presque intriguant.
Teren perd ici de sa superbe. Destitué par sa Reine de ses fonctions de Grand Inquisiteur, il s'enferme dans son "racisme" à l'égard des Malfettos avant de virer de bord pour soutenir la cause d'Adelina par pure vengeance à l'encontre de la Reine.
Hormis ces trois grands héros, La Société de la Rose nous permet de mieux faire connaissance avec d'autres personnages, comme Lucent, Maeve ou Violetta.
Nous rencontrons également Magiano, cet imitateur un peu voleur qui tente d'épauler Adelina, et de Sergio, le faiseur de pluie rejeté par les Dagues.

Avec La Société de la Rose, Marie Lu choisit d'appuyer son roman sur la vengeance et la jalousie en utilisant les faiblesses de ces trois grands héros pour faire basculer l'histoire dans une ambiance sombre et machiavélique où la morale recule à chaque instant.
Le défaut majeur de ce livre est qu'il ne se passe pas grand chose dans ce volet pourtant conséquent... Et les seules actions conduites sont trop prévisibles...
Alors pourquoi ai-je tout de même adhéré à ce récit ? Pour son style simple mais indéniablement bien travaillé. Pour la profondeur psychologique des personnages aussi. Est-ce cependant suffisant pour continuer l'aventure ?
Seul le troisième et dernier tome me permettra de répondre à cette question. Une chose est sûre, j'attends de lui qu'il me transporte dans une bataille finale extraordinaire pour propulser cette œuvre vers le suspense qui lui manque.