Livres
558 448
Membres
606 900

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Tu sous-estimes les loups, Poppy, ce n’est pas une simple balle qui va arrêter un lycan furieux.

Je souris.

— Et toi, tu sous-estimes les chasseurs, Teller.

Je lui tendis mon arme, il s’en empara, méfiant, avant de l’observer de plus près.

— Un Glock 43 ?

Je ricanai.

— Un Glock 43 un peu spécial, le chargeur est rempli de balles en argent, toutes mes balles sont en argent, ou presque. Les loups ne sont pas les seules créatures à craindre ce métal.

Afficher en entier

-Tu peux parler Rebecca, mais c'est dur d'être crédible quand on est pire qu'un joueur de rugby.

Les garçons dans le salon froncèrent les sourcils, ils ne comprenaient visiblement pas ma blague.

-Joueur de rugby ? répéta la blonde.

-Ben ouais, tout le monde t'est rentré dedans, lâchais-je.

Afficher en entier

— C'est qui ce type ? me questionna l'adolescent.

— Un ami, enfin, si on veut, soufflai-je, pensive.

— Je te connaissais pas comme ça Pop.

— Je ne suis pas comme ça, Rett, c'est juste que de temps en temps, une fille a besoin de sortir de sa zone de confort.

— Pour baiser ?

Je faillis m'étouffer en entendant sa question. Les gosses grandissaient trop vite.

— Aussi ouais.

— Tant qu'il est gentil.

— Je ne sais pas si gentil est le terme le plus approprié qui soit pour le décrire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MaevaCerise 2018-08-21T17:53:56+02:00

D’après Ryan, j’étais asociale, un ours des cavernes qui aimait rester chez lui et hiberner dès que l’occasion se présentait. Il n’avait pas tout à fait tort, mais je n’étais pas asociale, j’étais une nana surbookée, c’est pour cette raison que j’aimais me reposer dès que j’avais un jour de congé. Déjà que j’en avais peu ! Était-ce si mal ? Non. Pas de mon point de vue en tout cas. Certes, je n’aimais pas sortir et j’évitais le plus possible les rencontres inutiles, mais ça ne faisait pas de moi une personne asociale, ça faisait plutôt de moi une fille méfiante. Et ça m’était utile, autant dans mon travail que dans ma vie personnelle. Ainsi, j’évitais les problèmes et les conflits. Je me battais tellement souvent, que quand je pouvais y échapper, je sautais sur l’occasion. Mon comportement n’était donc pas antisocial, il était préventif. C’était différent, non ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Beeboo 2019-04-17T09:46:21+02:00

Il serra les dents, un muscle tressauta sur sa mâchoire carrée, il attrapa sa tasse de café sur la table basse. Celle-ci était à l’effigie des Baratheon{4}, « Nôtre est la fureur » était inscrit à l’arrière du mug, je bloquai sur la devise de la célèbre famille une seconde, avant de reporter mon attention sur le loup. Il prit une profonde inspiration et avala une gorgée de café fumant.

— C’était un solitaire, pas de famille, pas d’attache. Il traînait comme un fantôme dans les rues de Rogers, c’est ton grand-père qui en a informé Nick, et c’est pour ça qu’il s’est rendu au bar le soir de ta rencontre avec lui.

Je fronçai les sourcils, il ne m’en avait pas parlé. Il fallait dire que je ne l’avais pas fait non plus. Je n’avais posé aucune question au sujet de la visite de Nick ce soir-là au bar, j’avais préféré ne pas montrer mon intérêt pour lui, je ne voulais pas que mon grand-père sache que l’arrivée de ce bel Écossais m’avait rendue toute chose.

— Nick a décidé de le recueillir, les loups solitaires ne sont pas en sécurité, c’est mal vu, tu sais.

Je hochai la tête, son Alpha m’en avait déjà parlé.

— Il était réticent au début. Faire confiance à un Alpha et à une meute en général, c’est compliqué, surtout pour un lycan qui n’a pas d’attache et qui est aussi jeune que l’était Steven. Mais bon, Nick est extrêmement dominant, on ne peut que se trouver attiré par sa force incroyablement attractive.

Oui, je peux très facilement le comprendre…

Afficher en entier
Extrait ajouté par Beeboo 2019-04-17T09:45:31+02:00

Sans dire un mot, l’Alpha retira son bras de ma taille, je faillis le regretter, mais sa paume se posa sur mes reins, je me redressai instantanément à ce simple contact. Quelle agréable sensation.

C’est en pressant ses doigts dans le bas de mon dos que le lycan m’intima d’entrer dans l’immeuble désaffecté. Je m’exécutai sans rechigner, surtout pour échapper à l’atmosphère pesante qui s’était installée dans la rue.

— Hector paiera pour le mal qu’il a fait à Poppy, si qui que ce soit la touche, sache que je le tuerais. Je compte sur toi pour faire passer le message, Devon.

La voix grave et rauque du loup était aussi tranchante qu’une lame de rasoir. Il mettait en garde quiconque voudrait s’en prendre à moi, il le mettait en garde par la même occasion. Cette démonstration de force aurait pu être flatteuse, mais je n’étais pas de cet avis. J’étais une grande fille, je pouvais me débrouiller seule. Ici, j’avais la déplaisante impression d’être réduite à une petite fille fragile incapable de se défendre par ses propres moyens. De nos jours, les femmes savaient se défendre sans l’aide dite indispensable du prince charmant sur son cheval blanc. Je détestais être sous-estimée, je fronçai les sourcils en faisant un pas en avant

Afficher en entier
Extrait ajouté par Beeboo 2019-04-17T09:44:46+02:00

Le roux me coula un regard en coin, esquissant une moue grognonne. Il n’aimait visiblement pas les remerciements.

— Pourquoi Hector et toi êtes vous en conflit ? lui demandai-je pour changer de sujet.

Nick inspira profondément en se concentrant de nouveau sur le chemin qu’il suivait.

— Disons que nos méthodes sont différentes. Hector est un enfoiré antipathique qui prend son pied en faisant le mal autour de lui. Nous avons eu plusieurs altercations au cours des dernières années, nous ne nous sommes jamais appréciés.

— Au point de s’attaquer à un membre de ta meute ? insinuai-je en pensant à Steven.

Il secoua la tête.

— Je te l’ai déjà dit, je ne pense pas qu’il ait quelque chose à voir avec la mort de Steven. Il n’aurait pas été assez stupide pour s’en prendre à l’un de mes loups, au risque que je le retrouve et lui fasse la peau.

— Oui, mais imaginons une seconde que ce soit possible, insistai-je. Cela pourrait expliquer qu’il veuille s’en prendre à moi. Il sait que je travaille pour toi, enfin, que je t’aide à retrouver le responsable de la mort de ton loup. Ne voulant pas être démasqué, il pourrait chercher à me stopper dans mes recherches.

Afficher en entier

— Tu sais, nous les loups, on a la capacité de savoir si la personne en face de nous nous ment ou pas. Je sais que tu me mens Poppy.

J'arquais un sourcil, et déglutis difficilement.

— Je ne vois pas de quoi tu parles Teller.

Un demi-sourire étira ses lèvres pleines, lui donnant un air encore plus sexy. Je ne pensais pas que c'était possible.

— Encore un mensonge.

Afficher en entier
Extrait ajouté par fadabook 2018-11-07T08:09:11+01:00

" -Si cela avait été la cas, j'aurais brisé les os de l'homme qui aurait osé te toucher, et je l'aurais réduit en miettes. Parceque que tu es mienne, et que je suis égoïste. Je n'aurais pas supporté de te voir heureuse dans les bras d'un autre. Par chance, tu es là aujourd'hui, et je n'ai pas l'intention de faire traîner les choses plus longtemps. Tu deviendras ma compagne Poppy, c'est qu'une question de temps "

Afficher en entier
Extrait ajouté par Morgane6603 2018-10-09T20:43:11+02:00

-- La plupart des misogynes qui pensent ainsi ont ou ont eu de gros problèmes affectifs dans leur enfance, notamment à cause de leur mère. Serait-ce ton cas ? raillai-je en penchant la tête sur le côté pour mieux l'observer.

L'intéressé gronda méchamment en faisant un pas en avant alors que l'inconnu aux cheveux courts pouffa de rire.

-- Salope, grogna-t-il.

-- Je crois que tu manques sévèrement d'affection, observai-je, moqueuse, ce qui ne fit qu'accentuer sa colère.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode