Livres
458 633
Membres
412 285

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— J’ai envie de fonder une famille Poppy, m’annonça le loup, et je me languis de te voir porter nos enfants.

— Tu es en train de me proposer de faire un bébé ? le questionnai-je en souriant.

— Pourquoi pas ? J’en ai envie, et je suis sûr que toi aussi. Et puis, je suis certain que tu feras une mère formidable.

— J’en ai envie, lui assurai-je, je n’aurais jamais cru dire ça un jour, mais j’ai vraiment envie de voir grandir notre famille. Ceci dit, je ne suis pas très sûre d’être à la hauteur.

— Moi non plus, m’avoua-t-il, mais nous sommes ensemble, et nous avons plusieurs fois prouvé que nous étions capables de faire face à toutes les situations, à tous les challenges. Pourquoi pas celui-là ?

Ne sachant quoi répondre à ça, je me contentai de hocher la tête et de tirer sur le col de mon mari pour l’attirer à moi. Je collai mon front contre le sien et inspirai profondément pour emplir mes narines de son odeur si masculine et réconfortante. Il avait raison, ensemble nous pouvions tout affronter, et il ferait un père fabuleux, je n’en doutais pas un instant. Alors pourquoi pas ? Qu’est-ce qui nous retenait ?

— Je t’aime, Red, murmurai-je une nouvelle fois, au cas où il ne l’avait pas compris.

— Je t’aime encore plus, Poppy Teller, même si tu vas finir par me rendre dingue.

Cette fois, je ne pus m’empêcher de rire ouvertement. Je l’embrassai et caressai sa nuque tendrement en plongeant mon regard dans le sien.

— J’espère que tu as un bon psy Nick, parce que je n’ai pas fini de t’en faire voir de toutes les couleurs. Ça ne fait que commencer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par fraisiC 2019-03-15T18:37:08+01:00

“Lorsque Sam nous ouvrit et qu’il vit le sang étalé sur mon visage, le sourire qu’il arborait le quitta instantanément. Ça ne s’arrangea pas quand il découvrit le vampire aux yeux révulsés et l’humain en pleine crise d’hyperventilation, couvert d’un liquide poisseux partiellement séché.

— Surprise ! lançai-je en écartant les bras. Je t’ai ramené un cadeau !

Le Gamma écarquilla les yeux, abasourdi. Je le poussai pour m’engouffrer dans l’appartement, et invitai Ryan à faire de même avant d’aider le loup à tirer le corps à l’intérieur.

— Putain, c’est quoi ce bordel ? s’écria le lycan. Et c’est qui lui ? ajouta-t-il en désignant Ryan d’un “geste du menton. Qu’est-ce qui s’est passé ?

— Bonne question Watson, répondis-je en m’affalant sur le canapé du petit salon dans lequel nous débouchâmes. Lui, c’est Ryan Wallace, lui, repris-je en montrant le vampire du doigt, j’en sais strictement rien. Mais il nous a attaqué quand la ruelle qui longeait le Donald’s Coffee.

— Il est mort ? s’enquit Sam en poussant l’individu inconscient du bout du pied.

— Non, son cœur bat encore, affirmai-je. Il doit être évanoui.

— Un vampire, ça peut s’évanouir ? demanda Ryan en s’asseyant à mes côtés.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par fraisiC 2019-03-15T09:30:17+01:00

“Alors que je marchais droit devant moi, en regardant mes pieds, le menton rentré dans mon écharpe tricotée-main, je percutai un individu de plein fouet, si bien que je faillis en tomber à la renverse. Heureusement, je parvins à me stabiliser et relevai la tête pour m’excuser.

— Je suis désolée, lançai-je avant de me figer sur place.

— Non c’est mo…

L’homme qui me faisait face, et que je connaissais bien, eut un mouvement de recul. Il m’observa, les yeux écarquillés, étonné de me trouver sur sa route.

— Poppy ? lança Ryan Wallace avec surprise. Qu’est-ce que tu fais ici ?”

“J’étais bloquée. Paralysée en voyant mon ami, dont je n’avais pas de nouvelles depuis ce qui me semblait être des siècles. Et c’était en quelque sorte le cas, puisque je ne l’avais pas revu depuis l’enquête qui m’avait opposée à Hector Miller. Et depuis, j’avais vécu mille et une aventures. L’émotion que je ressentis à cet instant fut si grande, que tout ce que je pus faire, ce fut me jeter dans ses bras pour le serrer contre moi. De grosses larmes emplirent mes yeux, une boule se matérialisa dans ma gorge, un nœud qui m’empêcha de prononcer le moindre mot au risque de me faire exploser en sanglots.

J’avais vraiment cru ne jamais le revoir.”

Excerpt From

Alpha Tome 5 - Le pacte de sang

Gwen Wood

This material may be protected by copyright.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Beeboo 2019-04-25T20:11:30+02:00

— Il ne supportait pas l’autorité, et cela malgré l’éducation que lui avaient offerte Astor et Edward. Je ne sais pas ce qu’il est devenu, mais notre roi n’a jamais réussi à le retrouver. Et je suppose qu’il doit prendre du bon temps en vidant de leur sang des petites vierges naïves et amoureuses des bouquins comme Twilight.

Je pouffai. C’était fort probable en effet.

— Je vois. Mais tu t’en es bien sorti ! m’exclamai-je en lui donnant un petit coup dans l’épaule, qu’il ne sentit même pas.

— Ça, on peut le dire effectivement. Nous sommes arrivés.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Beeboo 2019-04-25T20:10:50+02:00

Assise sur le capot de ma Mustang, je soupirai, chose que je n’arrêtais pas de faire depuis quelque temps. Je me sentais si faible que c’en était particulièrement désagréable. J’avais froid, mal au crâne, et je n’avais qu’une envie, dormir recroquevillée sous ma couette, avec pour nounours un Nick Teller brûlant. Cet homme était un vrai radiateur ! Cependant, le pauvre bougre serait impuissant face à la lourdeur de mes membres et face à ma perte massive d’énergie. J’allais devoir trouver une solution pour ça moi-même. Des vitamines peut-être ? Arlene me répétait tout le temps qu’il n’y avait rien de mieux quand l’hiver était là.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-17T12:33:35+02:00

« Or, quel meilleur moyen pour déstabiliser un Alpha qu’en s’en prenant à ce qu’il avait de plus cher : sa meute, ses loups ? »

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-17T12:32:55+02:00

« Droit comme un piquet, il avait le col relevé et affichait une expression hautaine qui me laissait croire que le bâton qu’il avait dans le derrière était plus long que le tronc d’un palmier. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par LipsandcoEditions 2019-04-17T12:31:24+02:00

« Mais là, couchée sur le carrelage blanc et noir de notre salle de bain, le cœur tambourinant contre ma poitrine et les muscles raidis au point qu’il m’était impossible de me relever, je compris que je n’allais plus pouvoir lui cacher mon état longtemps.

Je n’avais aucune idée de ce qui était en train de m’arriver, mais ça ne sentait pas bon. Vraiment pas bon. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode