Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Alpharys : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Wonder Wonder
R.J. Palacio   
http://wandering-world.skyrock.com/3127404127-Wonder.html

Ouaw. Ouaw. Ouaw ouaw ouaw. On a tous déjà lu un roman qui nous a bouleversé et ému au possible. Qui nous a renversé et nous a coupé le souffle. Qui a changé notre perception du monde. Et qui nous a ouvert les yeux. Wonder fait partie de ces ouvrages. Je ressors de ma lecture totalement déboussolé et plein d'étoiles dans les yeux. Ce livre, c'est une pépite. Un cocktail d'émotions intenses et puissantes, qui restera certainement longuement gravé dans ma mémoire. Ouaw. J'en arrive même au point où je regrette réellement d'avoir déjà refermer le livre, parce que je prends peu à peu conscience que j'ai quitté August et sa famille. Wonder est une vraie baffe. Et, étrangement, c'est une baffe qui fait du bien.
En fait, plus j'avance dans mon avis, et plus je réalise à quel point je me suis attaché à Auggie. Purée, ça faisait vraiment très longtemps que je n'avais pas noué un lien aussi fort avec un personnage fait d'encre et de papier. Et, je dois bien le reconnaître, ça m'avait manqué. August est... indescriptible. Né avec plusieurs malformations faciales et ayant subi vingt-sept opérations, c'est un jeune garçon très différent des enfants "normaux". Dès le départ, j'ai su que l'histoire allait me plaire. Rares sont les romans qui abordent des thèmes aussi sensibles que les handicapes et le regard des autres. Et, avec August, nous en voyons vraiment de toutes les couleurs. J'ai ri. Beaucoup, d'ailleurs. Il y a de nombreuses blagues qui vous attendent dans ce récit, ainsi qu'une pointe d'auto-dérision et d'ironie qui m'a beaucoup plu. Les échanges entre August et son père sont à pleurer de rire, et ils m'ont procuré énormément de plaisir. J'ai eu les larmes aux yeux. Souvent. Très souvent, même. Voyez-vous, Wonder nous fait vivre l'ascenseur émotionnel. On passe du rire aux larmes en quelques chapitres. On s'attache tellement à tous les protagonistes qu'il est juste impossible de ne pas vibrer, pleurer, rire, détester telle ou telle personne, être heureux ou totalement démunis avec eux. L'auteure a su offrir une telle humanité à tous les personnages que j'en suis encore scotché. Mais August est définitivement le protagoniste le plus touchant et le plus passionnant du roman. Haaaa, qu'est-ce que je l'aime ce "Auggie Doggie".
Le truc, voyez-vous, c'est que l'on comprend véritablement toutes ( mais vraiment TOUTES ) les personnes qui peuplent le récit. La famille d'August, leurs réactions, celles de ses amis et celles de ses ennemis. R.J. Palacio a réussi à tenir ce pari complètement dingue de décrire toute une palette d'émotions ultra sensibles à faire partager. En effet, le handicape bouleversant d'August ne laisse personne insensible. Dégoût, peur, pitié, amitié, nous voyageons au cœur de sentiments profonds et authentiques. Pendant toute ma lecture, je n'ai pas cessé de me demander comment je réagirais si je rencontrais August. Du coup, j'ai bien compris que toutes les émotions se valaient, et qu'on ne pouvait que comprendre les ressentis de tous les héros. L'auteure a su retranscrire à merveille l'horreur que vivent les personnes comme Auggie jour après jour, et je dois bien avouer que ma perception à ce sujet a énormément été modifiée. Surtout que nous ne découvrons réellement August qu'à la 120ème page, au moment où sa sœur, Via, nous le décrit. Avant, on s'imagine un peu comment il pourrait être, mais rien ne nous prépare à ce que l'on découvre. Sincèrement, je ressens encore un énorme pincement au cœur pour ce garçon tellement attendrissant et si adorable.
En parlant de sa sœur, d'ailleurs, je l'ai également adoré. Olivia est aussi extraordinaire que son petit-frère. Vivre avec une personne handicapée n'est pas facile, et on le comprend encore mieux grâce à ce merveilleux récit. Via éprouve de nombreuses choses, et, même si on sait pertinemment qu'elle aime August par-dessus tout, on la comprend sans aucune peine lorsqu'elle veut cacher son identité et sa maladie à son lycée, ou qu'elle déteste ses parents pour ne pas lui prêter assez d'attention. On comprend. On comprend, vraiment. Il y a une telle empathie qui se met en place avec tous les personnages que je suis certain qu'ils vont mettre énormément de temps à quitter mon esprit. On comprend également les parents d'August, leurs peines, leurs peurs, leurs envies. C'est renversant. Ouaw. Ouaw, ouaw, ouaw.
Wonder nous livre également de belles leçons de vie, et est une véritable ode à l'amour et à l'espoir. Même si Auggie va devoir faire face à de nombreux détracteurs et à des critiques acérées, sa famille et ses amis sont toujours là. L'amour est un thème récurrent dans ce livre. L'amour le plus pur du monde. L'amour le plus brillant et lumineux qui puisse exister. J'ai été époustouflé par les relations qu'entretiennent tous les membres de la famille de Auggie, ainsi que les liens qu'a tissé celui-ci avec ses camarades de classe. Il n'y a rien de plus fort que l'amour. Nous le comprenons grâce à August. On saisit également qu'il faut profiter de chaque instant, et que la vie vaut réellement la peine d'être vécue. Et qu'il faut, bien sûr, changer son point de vue et ses convictions sur les personnages malades ou handicapées. Sincèrement, Wonder m'a transformé. M'a changé. A modifier mes préjugés et mes idées pré-conçues. Et si, habituellement, je déteste le changement, il est, cette fois-ci, extrêmement bienvenu. Merci madame Palacio pour ce tremblement de terre sentimental.
Concernant l'écriture de l'auteure, elle colle merveilleusement bien au récit. A la fois enfantine mais pas trop, complètement maîtrisée et ultra poignante, aucun mot ne vous laissera indifférent(e). Chaque phrase est choisie à la perfection et colle magnifiquement bien aux thèmes abordés dans le roman. Il y a de nombreuses expressions "coup de poing" parsemées dans l'intrigue qui nous poussent à avancer encore et encore dans celle-ci, parce qu'on devient littéralement accros à toutes les palpitations que nous fait ressentir Wonder. De plus, les chapitres sont très très courts, et nous avons le droit à de nombreux points de vue qui rythment l'histoire avec brio. On ne s'ennuie jamais, et on ne veut absolument pas quitter August avant d'avoir lu le dernier mot de son aventure. La preuve, j'ai achevé Wonder en une journée.
En résumé, Wonder est une lecture indispensable, puissante et intense, à ne louper sous aucun prétexte. Nous rencontrons un héros terriblement attachant, qui me manque déjà atrocement. Son histoire est frappante et déchirante, et elle s'abat sur nous tel un tsunami gorgé d'espoir, de lumière et de douceur. Nos perspectives sont brisées et démolies, et on referme Wonder avec le sentiment d'avoir été dévasté. Et c'est magnifique. August est véritablement un être humain en or, qui nous permet de revoir nos positions sur les handicapés et les malades, ainsi que sur ce que NOUS leur faisons en les jugeant, en les critiquant ou en les évitant. Une déclaration d'amour dévastatrice à l'espoir et à l'amitié, aux luttes que certains et certaines mènent tous les jours pour survivre et exister, et un roman saisissant et brillant, qui devraient se retrouver entres les mains d'absolument tout le monde.

par Jordan
Déferlante Déferlante
Lily Haime   
Comme d'habitude avec cette auteure, ma lecture a été intense et bouleversante. Lily Haime a un don pour conter des histoires d'amour puissantes qui parlent directement au cœur. C'est un des très (très) rares auteurs où je vais acheter ses livres les yeux fermés.

J'ai adoré Lil, sa maturité, sa passion pour la mer et pour Aidan, son honnêteté et son courage et si j'ai eu plus de mal avec Aidan pendant une bonne partie du livre, ne comprenant jamais vraiment ses intentions et ses sentiments envers Lil, il m'a conquise et je suis totalement tombée sous son charme dans la 3ème partie, face à son abnégation et à la force de son amour.
Une 3ème partie, d'ailleurs, qui fait passer ce livre d'excellente lecture à coup de cœur.
Car, bien que j'ai adoré la totalité de ma lecture, les deux 1ères parties avaient comme un écho de ses précédents livres: une histoire YA, des personnages plus ou moins abîmés, un héro entouré d'une tribu soudée, des sentiments reniés dans un 1er temps....
Mais la 3ème partie est magistrale, superbe, d'une puissance à couper le souffle, et j'ai refermé le livre avec un petit pincement au cœur. Tout comme Mathias & Eden, Jamie & Alexandre, Lil & Aidan resteront gravés dans ma mémoire.

Animas, Tome 1 : L'Héritier Animas, Tome 1 : L'Héritier
C. R. Grey   
La vie sans amis, sans famille, sans qui que ce soit pour partager un moment génial, n'est pas facile. C'est pour cela que les hommes préfèrent prendre un animal de compagnie, qu'ils vivent seuls ou en famille. Ce dernier est souvent considérer comme le petit bébé, le chouchou, le petit trésor des uns et des autres. Et quand un lien fort se créé entre le proprio et l’animal, ce dernier prend souvent la défense de leurs maîtres adoré. Pourtant, certains êtres humain ne s'occupent pas d'eux correctement. Néanmoins, dans le monde de la littérature, les hommes et les bêtes cohabitent plus que parfaitement entre eux. Certains, sont même possédés par une bête et ont jusqu'à leurs caractéristiques animales. On les nomme les métamorphes. Les plus connu d'entre eux ne sont autre que les fameux loups garous, la plus grande légende urbaine. Mais il y en d'autre du genre. Comme les puma, les tigres, les chats, les rats, les corbeaux, etc. Et c'est parce que j'aime ces mecs sexy et macho que je me suis procurée cette petite pépite. Il faut dire qu'elle à tout pour plaire avec sa couverture magnifique. Mais quel ne fut mon étonnement quand je découvrit qu'en réalité ce n'étaient point des métamorphe mais des humains vivants en parfaite harmonie avec les animaux. Et qui plus est un enfant abandonné, qui n'a aucun animal à appelé et qui se sent seul au monde. Et pourtant … Sa vie est sur le point de changer.

Laissez moi vous conter l'histoire de Bailey Walker. Bailey Walker est un jeune garçon de douze ans, qui voit son rêve se réaliser lorsqu’il intègre la prestigieuse Académie Montclair. Il est loin, cependant, de ressembler aux autres élèves. Bailey est en effet le seul à ne pas avoir d’Animas, ce lien spécial qui unit un homme et un animal. Tout en cachant son secret, il essaie tant bien que mal de faire ses preuves à Montclair …

Pauvre enfant !!! Vous savez à qui il me fait penser ??? Au pauvre petit Harry Potter. Vous savez, celui qui a survécu face au sortilège de la mort envoyer par Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom en personne. Non pas que je n'aime pas l'histoire. Bien au contraire. J'ai les huit livres et les huit DVD. Ici on est tous des fana de ces beaux yeux verts mdr. Bref pour en revenir au roman, je vais vous parler un peu des personnages de cette histoire.

Bailey Walker est un jeune homme qui fut adopter par un animas lièvre et un animas Cheval, lorsqu'il n'était alors qu'un nourrisson. Il a été abandonné non loin des sinistres bois de l'Ombre. C'est un enfant intelligent, doux, agréable, mais capable de faire de conneries plus grosses que lui comme tout les autres mômes de son age. La seul différence aux autres jeunes, c'est qu'il n'a pas n’animas. C'est a dire un animal qui lui est lié. La dessus il est fort malheureux. Mais on sent dés le début qu'il est promis à un avenir totalement différent des autres enfants. Pourtant, au fils des pages et de l'histoire, on va aller de découvertes en découvertes, et se rendre compte qu'il est très particulier.

Hal Quindley est un animas Chauve-souris. Il faisait parti de la même école que Bailey. Malheureusement pour lui, à la différence du reste de sa famille qui sont des animas Chat, il est allé vivre avec son oncle. Mais fait enchanteur, il se retrouve à aller dans le même pensionnat que Bailey, et deviennent très vite des amis. Contrairement à son ami, il est tranquille et ne cherche pas à se faire remarquer. Mais c'est aussi un enfant intelligent et sur qui Bailey pourra compter.

Viviana Melore est une jolie femme avec malheureusement sur ses jolies lèvres une expression un peu trop cruelle. Cruelle dans son cœur, elle cherche depuis des années à faire en sorte que les animas obéissent au doigt et à l’œil des humain. C'est pour cela qu'elle a créer le partit Dominance qui veulent utiliser le lien homme/animal pour se servir des animas à des fins maléfiques, et donc contrôler l'animal sans ressentir sa souffrance. Car Viviana pense que le lien est en fait une faiblesse pour l'homme. Mais cette méchanceté gratuite est du au fait qu'elle fut vendue e tant qu'esclave après que le Chacal ait tué son père et qui n'était autre que le roi Melore.

Tremelo est l'un des professeur de Bailey. Ce dernier espère qu'il pourra l'aider à appeler son animas et devenir comme tout un chacun. Mais c'est un homme totalement détruit qu'il va trouver sur son chemin. Néanmoins, le professeur va prendre pitié du jeune homme et l'aider dans sa quête, sans se douter qu'en réalité, lui aussi va se mettre à changer. Car les révélations que le jeune Bailey va découvrir, va non seulement changer sa vie à tout jamais, mais aussi changer la sienne.

Sophia Roque ou Phi pour les intimes est une Animas Faucon. Quand tous découvre qu'elle débarque des Terres arides, c'est le choc assuré. La cause, aucun êtres vivants dans ces contrées n'ose venir vivre en ville. C'est une jeune fille téméraire, audacieuse, astucieuse et intelligente qui veut tout savoir, et tout réussir.

Mais je ne vais pas vous parler des autres personnages qui peuplent le récit, car en fait, même s »il y a d'autres, ce sont ceux là qu'il faut retenir. Et pour cause, vous le comprendrez dans la suite de la chronique que nous allons aborder, via le point roman. Avec notamment la plume de l'auteur, la romance et autres relations entre les personnages et bien entendu l'intrigue de l'histoire.

Tout d'abord parlons de l'écriture de C.R. Grey. La plume de cet auteur qui m'étais alors encore inconnu jusqu'à ce jour, est très aventurière, légère, intense, rythmée et émotionnelle. La légèreté du style se fait ressentir par la manière dont la lecture se fait avec fluidité. Les pages défilent rapidement, et à aucun moments on a envie de déposer son bouquin, tant l'histoire est prenante. Rythmée par les nombres actions, rebondissements, quiproquos, complots, retournements de situations, révélations en tout genre, l'histoire nous laisse aucun moment de répit pour nous permettre de reprendre notre souffle. L'intensité se fait ressentir à chaque coin de pages, et on ne cesse de se demander ce qui va se passer dans les prochaine seconde tant c'est addictif. Et puis les émotions sont aux stade où tout est tranquille pour faire un énorme bond. On rie, on pleur, on s’inquiète, on recherche, on a peur, on espère, on désespère. Bref l'aventure est à chaque pages, chaque action, chaque mot écrit. Par ailleurs on sens la magie dans l'air, voir même on y sens qu'il y a de l'amour, des questions et du tragique à travers le récit. Les personnages quand à eux ressemble à s'y méprendre à une histoire que l'on a déjà lu, mais qui sont attachant. Les descriptions quand à elles sont juste du Waouh. Elles sont belles, simples, mais magnifiques. Quand à l'univers mis en place, il est fort riche, bien travaillé, complexe sans l’être et très recherché. L'auteur n'a pas été avare des petits détails dans ce premier tome qui reste quand même une phase de découverte.

Ensuite, coté relations entre les personnages, vous avez compris, il n'y a pas de romance, mais de l'amitié, ou des relation élèves professeurs. Néanmoins, je vais vous parler de la relation avec une saga mondialement connu. Oui il me rappelle un peu A la croisée des monde lorsque Bailey va à le recherche des siens, ou plus simplement encore par ses aventures. Mais en réalité, Animas ressemble bien plus à Harry Potter. Pour commencer Bailey est orphelin, tout comme Harry. Il a une destiné différente de celles des autres et est différents des autres comme Harry. Et puis sans compter que le petit groupe d'amis était formé de deux garçons et une fille, tout comme dans ce bouquin. Il y a la bande des petits crétins autour du frère de Hal, comme avec la bande à Drago. Sans compter que Harry aimait se fourrer dans des situations plus que douteuses, ou encore le Poudlard express, et là encore on y découvre des similitudes avec les actions de Bailey ou encore le rigimobile. Mais là encore d'autres ressemblances viennent s'y ajuster. L'école est réputée et est située à coté d'une foret interdite. Le sport des animas où Bailey y excelle. Les mômes qui sortent la nuit pour enquêter, et qui sont comme par miracle intercepter par un bon prof qui les amène dans sa petite cabane ou plutôt comme l'est décrit dans le livre « petite remise de pierre nichée au milieu des arbres » et qui cache comme par enchantement des secrets au point d'aller dans une taverne pour y faire je ne sais quoi avec je ne sais qui. Bref, du Harry Potter tout craché. Mais chose la plus étonnante, c'est le nom de famille des héros d'Animas. Walker pour Bailey, Quindley pour Hal qui ressemble à s'y m'éprendre à Potter et Weasley, soit aux noms de famille d'Harry et de Ron dan la célèbre saga. Mais malgré toute cette symétrie, l'histoire est géniale.

Enfin l'intrigue du livre est tournée vers Bailey qui va tout faire pour appeler à lui un animal et ainsi devenir un être comme les autres. Pourtant, jamais il n'allait s'imaginer qu'il était déjà comme les autres ou presque. Mais que contrairement aux autres, non seulement son animas est en danger, mais qu'il va devoir servir de guide au véritable roi qui fait parti de son entourage sans le savoir. En fait, l'auteur a su mêler deux intrigues autour d'un fils conducteur et nous amener là où il avait envie. J'ai même penser que c'était notre jeune orphelin qui était le véritable roi. Et pourtant !!! Et pourtant !!! Rien, ni personnes n'auraient put me faire changer d'avis. Il faut dire que l'auteur à sut embrouiller les pistes. Néanmoins de ce coté, je trouve que l'intrigue est très bien travaillé, et très bien menée.

En conclusion, je n'ai pas été déçue pour un sous par ce roman. Même si c'est sa couverture qui m'a donner envie de le lire, et en pensant que c'était un livre sur les métamorphes, pas une seule fois je ne m'y suis ennuyer. Le lien entre l'homme et l'animal ressemble à s'y m'éprendre A la croisée des monde – Les royaumes du Nord. Mais en réalité il tient plus de la saga Harry Potter. Mais l'univers reste unique en lui-même et ce n'est pas du copié collé, ou plagiat de ces deux sagas. L'action n'y manque pas, les personnages attachants, la plume est magique. Animas est une véritable pépite, un premier tome introductif très agréable à lire livresque que je vous conseil vivement de lire tant l'histoire est belle, bien amenée et bien écrite. Et surtout il est fait pour tous les amoureux de magie, d'animaux, et d'aventures. Foncez le chercher moi j'attends impatiemment le deuxième tome qui ne tarde plus à sortir et dont j'ai hâte de lire le suite. Sur ce, bonne lecture à tous et à bientôt pour une nouvelle chronique.

Plus de chroniques sur mon site http://le-petit-univers-litteraire-de-miss-vampiress44.e-monsite.com/
Carry On Carry On
Rainbow Rowell   
Sans voix. Je suis sans voix. Rainbow m'a anéanti. Elle a pris mon petit cœur et l'a ruinée. Quelle expérience!
Ce livre! Ce livre ,mais mon dieu ! Quelle voyage ,je n'arrive pas a m'en remettre. Je veux plus de Simon ,plus de Baz et de Penny dans ma vie !
J'avais certaines attentes pour ce livre et je peux vous dire qu'elles ont toutes étaient dépassées! Ce bouquin si on le commence on ne pas s'arrêtais de lire avant de l'avoir fini ,et, pourtant je devais parfois m'arrêtais de lire parce que je ne voulais le finir trop vite et je que je devais remettre de l'ordre dans mes émotions .
C'est vrai qu'au début j'ai trouvée le livre très similaire à Harry Potter mais Rainbow nous apporte une histoire tout a fait différente et cependant tout autant magnifique !
Simon est juste adorable ,tout maladroit et mignon !
Penelope est le genre de fille que j'aime dans un bouquin :sur d'elle ,badass, courageuse, drôle ,bref géniale! J'ai adorée l'amitié entre Penny et Simon.
Baz est bgefbkjhg ! La dynamique entre lui est Simon était parfaite, et leur histoire d'amour est celle que je recherche dans une bonne LGBT.
Ce livre est aussi très touchant sur le point de vue maternel et m'a donner les larmes aux yeux.
On finit par un twist très surprenant que j'ai n'ai pas vu venir.
Le monde est magnifique, la fin est merveilleuse ,bref ces personnages vont me manquer...Dans le top 5 des mes favoris de 2015 !

par Forbidden
Terrienne Terrienne
Jean-Claude Mourlevat   
un livre magnifique.
une histoire à couper le souffle.
On retient sa respiration à chaque page qui tourne tandis que l’héroïne parcourt cet univers angoissant, ce monde si froid etrange et fascinant, où tant de choses anodines telles que respirer lui sont défendues.
On pleure aussi, comme souvent dans les ouvrages de Mourlevat, sur ceux qui n'ont pas eut la chance de s’échapper de Campagne et du monde qui l'entoure.

Une héroïne attachante, courageuse forte et fragile a la fois, des protagonistes inoubliables tels que Étienne Virgil et Bran l'hybride et bien d'autres encore...

Un livre qui vous tient en haleine, que je conseille vivement à tous.
"Vous ne respirerez plus jamais de la même manière"
conclusion étrange, mais on ne peu plus véridique...


par Mondaye
L'Étrange Voyage de Monsieur Daldry L'Étrange Voyage de Monsieur Daldry
Marc Levy   
Une histoire de recherche de son passé et d'une amitié qui se transforme en une belle histoire d'amour.
Le Clan Bennett, Tome 1 : Le Chant du loup Le Clan Bennett, Tome 1 : Le Chant du loup
T. J. Klune   
Un livre que j'ai lu :) et dont j'ai beaucoup aimé. très touchant et émouvant. Des personnages haut en couleur. Pas parfait, parce que cette notion ne devrait pas exister, car en elle-même, cette notion est subjective, admettre quelque chose de parfait, ce serait que tout le monde en est la même notion. Or, c'est impossible.
Il n'y a que des sentiments. Du plaisir. Si on ne peut convaincre d'aimer un livre alors que l'on déteste, on peut essayer pour ceux qui ne l'ont pas lu.
Je dirais que c'est un livre à lire :) Si l'écriture peut dérouter, elle reste très belle et empli d'émotions. Vers la centaine de pages, j'ai fait une pause, j'en avais marre. j'ai arrêté. Car j'ai pas réussi à me plonger pour ma part. C'était intéressant mais en même temps très... les personnages n'étaient qu'effleurés, j'avais cette impression.
Mais j'ai repris et j'ai aimé. Et rien que pour le flot d'émotions, chapeau. J'aime bien la manière de l'exprimer. Et très peu de scènes de sexes, par ailleurs pour ma part, ce n'est même pas nécessaire. Car tout est dit, sans.
Les personnages changent, évoluent, on voit tout un parcours, c'est à lire et à relire. C'est triste aussi.
[spoiler]Si je n'ai pas été ému par la mort de la mère, pourtant je trouve ça triste. Mais après c'est peut-être l'écriture, le moment, je sais pas, mais c'est à la mort de Thomas que je me suis senti triste pour les deux.Par ailleurs, je trouve un peu spécial que dans les pensées d'Ox, il se tourne vachement vers Thomas et presque pas vers sa mère. [/spoiler]

C'est une bonne lecture dans tous les cas, émouvante :) Il faut le lire pour les personnages car ils se découvrent après la centaine de pages, ils deviennent plus profonds. Par contre, peut-être que cela aurait été bien d'avoir le point de vue de l'autre protagoniste, du moins pendant l'épilogue au moins. Ça manque peut-être un peu.
En tout cas, l'utilisation du "je" est très bien utilisée.
Pour ce qui est du scénario, c'est vraiment bien fait, une histoire de vie, un vrai parcours, pour cela j'aime :) Les scènes d'actions sont bien réalisées. On voit au final que tout se recoupe à la fin et je suis en train de lire le début du tome 2, et on voit que tout se recoupe, et de voir où tout a commencé.

par Alpharys
THIRDS, Tome 6 : Choix et conséquences THIRDS, Tome 6 : Choix et conséquences
Charlie Cochet   
Génial : Ethan souffre de mutisme sélectif et d’anxiété sociale et le seul avec qui il converse naturellement est Calvin. Ils sont inséparables depuis qu’ils sont enfants et ont intégrer ensemble le THIRDS où ils travaillent dans la Destructive Delta comme binôme : Ethan est un tigre doré spécialiste en déminage et Calvin est un tireur d’élite humain. Depuis peu, leurs sentiments ont évolué et leur profonde amitié s’est transformée en véritable amour mais chacun doit apprendre à gérer ces changements… Pas de baisse de niveau dans cette série, encore une fois, un tome génial avec un couple attachant et l’ensemble de l’équipe présente mais c’est quoi cette fin ??? C’est inhumain de nous laisser comme ça ! Une chose est sûre c’est que l’attente sera longue. Vivement la suite.

par Folize
Moi, Simon, 16 ans, Homo sapiens Moi, Simon, 16 ans, Homo sapiens
Becky Albertalli   
Je suis admiratif face à ce livre : le pire c'est que je m'appelle Simon, j'ais quasi 16 ans et je vous laisse devinez la fin ... enfin bref je vais pas vous raconter ma vie mais sachez que ce livre, il me parle de manière bien concrète et que le message qu'il transmet et aussi fort que génialissime ! C'est quans même formidable que quelqu'un relève enfin la normalité de l'homosexualité !!! Je pense que ce livre mérite d'être lu autant qu'il mérite ma liste de diamant !!

par Simon34
Celle dont j'ai toujours rêvé Celle dont j'ai toujours rêvé
Meredith Russo   
Autant le dire tout de suite, je ne fais pas partie du lectorat visé.

Pour ce qui est de l'histoire d'amour, comme dans beaucoup de livres destinés aux adolescents, je l'ai trouvée complètement niaiseuse !
Pour ce qui est du sujet de la transexualité par contre, j'ai trouvé cela intéressant mais, je n'y connais rien. En effet, c'est un sujet peu abordé en règle générale.

Comment la transexualité est-elle vécue ? C'est là que l'ouvrage devient intéressant.
Après, l'auteur elle-même précise à la fin de l'ouvrage qu'elle a joué sur les clichés afin de le rendre plus accessible... C'est dommage

par dadotiste