Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Alteor : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le fils de Poséidon, Tome 1 : La marque Le fils de Poséidon, Tome 1 : La marque
Marie Magnenet   
Une lecture qui aura su me captiver du début à la fin, pleine de rebondissements et de moments inattendus. Je vous parlerais que de façon très brève de cette histoire, car rapidement il va se passer beaucoup de choses, de changements et de révélations. Un premier tome qui pose des bases solides à l’histoire avec des personnages intenses que l’on les aime ou non, certains d’entre eux se montreront beaucoup moins cruels ou sans cœur que nous le pensions et d’autres vont montrer leur vrai visage, remplie de haine et de violence.

Leuce qui au début n’est qu’une toute jeune fille, orpheline de mère, elle souffre du désintérêt que lui porte son père, elle est prête à tout pour attirer son attention et lui prouver sa valeur. Mais ce qu’elle s’apprête à faire n’est pas sans risque, elle risque gros mais le danger est plus grand pour celui qui l’accompagne. Achéron, son meilleur ami mettra tout en œuvre pour l’aider à pénétrer dans le temple de Poséidon. Il est un ami fidèle est très attaché à elle, une fois à l’intérieur ils se feront prendre. Après une course poursuite entre eux et les gardes ils se feront attraper. Leuce perdra le peu d’estime que son père lui portait et Achéron perdra la vie.

A partir de là nous faisons un bon dans le temps, Leuce a bien grandit elle est une femme, elle culpabilise toujours de la mort de son ami. Son père la tenant toujours à l’écart ne lui porte plus aucun intérêt, jusqu’à l’arrivée de Mélanos, un jeune homme qui prétend être fils de Poséidon. Il est charmant et se montre être de bonne compagnie, celui-ci pourra aussi permettre à Atlas de ne pas céder son trône à sa fille. Lui qui aurait tant voulu avoir un fils, il voit en Mélanos un successeur digne de ce nom. Entre Leuce et Mélanos le courant passera plutôt bien, il se montrera charmant et présent quand elle en aura besoin. Mais le jour de la fête de son anniversaire, Leuce va faire une découverte qui va chambouler sa vie et faire ressortir le pire de ceux en qui elle avait confiance.

J’ai vraiment aimé lire ce livre, l’environnement dans lequel tout se déroule est bien détaillé et on s’imagine très bien ce qui les entoure. J’ai apprécié aussi les personnages, leurs caractères et ceux qu’ils sont en trains de vivre. Ce tome se termine de façon très émouvante et j’ai très envie de voir ce que la suite nous réserve.

http://www.livresavie.com/le-fils-de-poseidon-le-tome-1-la-marque-de-marie-magnenet/#more-11660

par Natoche
Never Sky, Tome 1 Never Sky, Tome 1
Veronica Rossi   
WHAOU, WHAOU, WHAOU ? C'est assez expressif nan ? Ce livre est juste à coupé le souffle, parfait ! C'est un énorme coup de coeur !
Une dystopie pas comme les autres, un mélange de technologie et de vie sauvage, un mélange absolument délicieux d'ailleurs !
Never Sky est un livre ou dans l'histoire la Terre (on ne sait où exactement) est frappé par l'Ether, des tempêtes d'éclair bleu, depuis, des gens pour y échapper vivent dans des Capsules, d'autres dans la vie Sauvage, en formant des tribus.
Tout commence par un incendie, un sauvetage, un enlèvement, une accusation à tort et deux bannissement mais dans deux milieux différents. Deux personnes qui n'ont rien en commun et viennent de monde différent et qui pourtant vont devoir s'entraider pour finir leur quête : ils sont tout les deux à la recherche d'une personne qu'ils aiment. Commence alors une aventure fabuleuse, avec comme on pourrait dire, deux mondes ou plutôt deux espèces, mode de vie qui s'entrechoquent. Au fils des pages ont en apprend un peu plus sur La Capsule et sur la vie Sauvage et c'est totalement fascinant ! On apprend en même tant que nos deux héros à les connaître, on suit leur relation qui évolue de jours en jours, même si des fois quand ils font un pas en avant dans leur entente, le jour suivant ils en font deux en arrière. Puis ensuite, ce suit des nouvelles rencontres, de nouveaux sentiments, des combats, des évènements auxquels ont ne s'attend pas et tout sa écrit avec une plume merveilleuse. L'auteure à altéré les point de vue de Perry et Aria en fonction des chapitres mais en restant dans la narration externe, ce qui nous permet d'être proche de tout les personnages. Et elle manipule la narration externe avec brio car d'habitude quand il y a ce genre de narration, le lecteur sait des choses en avance mais l'auteure n'a rien laisser filé donc ont est vraiment surpris, surtout que ce sont pas des choses facile à deviner.
L'univers qui est sombre mais avec des éclats et le décor du livre sont fascinant, ont l'imagine sans mal et ont est tout de suite emporté, il n'y a aucune longueur, chaque passage est intéressant et apporte toujours quelque chose à l'histoire.
Concernant les personnages, Aria est une sédentaire, elle a 17 ans et quand elle est exclu dans "l'Usine de la Mort" puis quand elle rencontre Perry, ont apprend avec elle à connaître Perry et à s'habitué à son nouvelle environnement. C'est vraiment une héroïne parfaite, mature, avec un fort caractère mais tout en étant douce, curieuse, elle pose toujours un tas de questions, elle est réfléchie et ne se conduit jamais en gourde, elle pense vraiment comme une personne censé, et c'est très agréable. Sa l'a rend plus réel, plus humaine, malgré ses spécialités...
Peregrine appeler Perry quand à lui et tout aussi agréable, c'est un Sauvage, de 18 ans, chassé de sa tribu et il est près à tout pour retrouver la personne qu'il aime. Il est un Olfile et un Vigile (je ne vous dit pas ce que c'est, je vous laisse le découvrir en lisant le livre...) des dons qui se révèlent passionnant, surtout pour le lecteur. Le voir géré la situation avec Aria est vraiment superbe, on évolue en même temps que lui, on est spectateur de l'évolution de son jugement. Lui aussi est mature et réfléchie mais il est aussi courageux et surtout plein de ressource, il est un peu plus difficile à décrire que Aria.
Quant aux autres personnages : Talon, Lumina, Cinder, Marron, Vale et Roar, ceux sont aussi des personnages super, ils apportent un plus à l'histoire, ils aide l'histoire à ce construire, les relations. Roar est le personnage secondaire que j'ai le plus aimée.
En ce qui concerne l'histoire d'amour, elle est fascinante, merveilleuse, envoûtante. Elle se fait petit à petit, lentement mais surement. Un pure délice.
Et pour finir parlons de la fin, des dernières révélations, rempli de trahison, de souffrance, de compromis, de nouvelles rencontres et surtout d'une nouvelle quête... La dernière page, le dernier pasage est juste troublant et nous donne qu'une envie, découvrir la suite !
En résumé aller acheter Never Sky, de suite ! Sinon vous ratez un des meilleurs livre dystopique !
PS : Je veux lire le tome 2, now !

par Megane84
Kayla Marchal, tome 1 : L'exil Kayla Marchal, tome 1 : L'exil
Estelle Vagner   
C’est lorsque les Éditions du Chat Noir ont dévoilé la magnifique couverture, signée Alexandra V Bach, et le résumé du livre que j’ai complètement craqué pour celui-ci ! Et la mention à Cassandra O’Donnell (dont j’adore les romans) aura fait pencher d’autant plus la balance pour que je précommande le livre dès que possible.

Après lecture, je peux confirmer sans hésitation mon gros coup de cœur pour ce roman. Aussi bien pour la couverture que pour cette histoire absolument géniale. Pour tout vous dire, je n’ai pas mis longtemps à le lire tant il m’était impossible de quitter Kayla et les autres morphes. Je prendrai d’ailleurs plaisir à le relire au même dire que certaines autres de mes sagas chouchou qui trônent dans ma bibliothèque !

Trêve de blabla, parlons un peu de l’histoire ! Nous suivons l’histoire de Kayla, jeune morphe de 18 ans étant dans l’incapacité de se transformer en louve. Rejetée et persécutée par sa Meute, elle se fait exiler par son Alpha, son grand-père, qui lui fait comprendre qu’elle n’est pas assez pure pour rester avec eux. C’est lorsqu’elle s’arrête dans une ville voisine, pour prendre un verre, qu’elle tombe sur Ian, le fils Alpha de la meute locale. Il lui rappelle qu’elle doit se présenter auprès de son père si elle souhaite rester dans cette ville. Dès lors, elle essaye de se faire une place parmi eux afin d’en apprendre un peu plus sur sa mère qui est morte lorsqu’elle était encore très jeune. C’est à travers quelques rencontres qu’elle commence à apprendre la vérité sur elle, sur son passé et surtout qu’elle apprend à ses dépend que les apparences sont souvent trompeuses…

L’histoire et les légendes qui racontent l’apparition des premiers Morphes et Polymorphes sont assez originales pour sortir du lot et en faire un roman à part. L’auteure capte notre attention et l’on plonge dans un récit palpitant où les complots et les mystères s’accumulent au fil des pages.

Je dois dire que pour certaines révélations, je ne m’y attendais vraiment pas ! L’auteure réussit à distiller les informations aux comptes gouttes tout en cachant formidablement bien le jeu de ses personnages. Même si je me doutais de quelque chose pour au moins l’un d’entre eux !

D’ailleurs, un autre personnage m’a laissé perplexe durant tout le roman : Jeremiah. Encore maintenant, après avoir refermé le livre, je ne sais vraiment pas quoi penser de cet homme à femme et j’ai dû mal à saisir son rôle dans cette histoire. On sait peu de chose sur lui, malgré quelques détails par-ci par-là et la révélation de la fin m’a enfoncé encore plus dans ma perplexité. Je ne doute pas qu’on en saura plus le prochain tome mais c’est assez frustrant de rester dans le flou !

En bref, c’est un très bon coup de cœur pour ce premier tome plein d’originalité et de rebondissements où l’on ne s’ennuie pas une seule seconde. On tourne les pages cherchant à déceler le vrai du faux en se rendant compte qu’on fait totalement fausse route. Et si vous n’êtes pas convaincue par l’histoire, à n’en pas douter, vous serez charmer par les mâles qui entourent notre jeune morphe et qui feront danser vos hormones.

http://bookandcie.weebly.com/9753-chroniques/kayla-marchal-tome-1

par Cassije
Les Étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige Les Étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige
Sophie Jomain   
je viens de le finir et je l'ai trouvé tout bonnement fantastique ! un merveilleux roman qui nous transporte dans une histoire d'amour comme on voudrait en lire plus souvent. je vous le recommande vraiment, il vaut le coup
Les Enchanteurs, Tome 2 ½ : Sublimes lunes Les Enchanteurs, Tome 2 ½ : Sublimes lunes
Kami Garcia    Margaret Stohl   
SURTOUT ne lisez pas cette nouvelle si vous n'avez pas finis 17 lunes.. Je viens de me spoiler toute la fin de 17 lunes, justement! Oh la la.
Bref, j'ai bien aimé, on voit autre chose que Lena et Ethan, c'est un peu une bouffé d'air.

par prissou79
Rebelle du désert, Tome 1 Rebelle du désert, Tome 1
Alwyn Hamilton   
«Hundreds of prayer cloths were tied around rocks and stakes all the way up the mountain, but God had failed here.»

J'ai aimé ce livre dès la première page et une fois lancée dans ma lecture, il m'a été impossible de m'arrêter tellement cette lecture fut addictive. Quelques heures de pur délice.

Rebel of the Sands est une surprise pour moi. J'étais intéressée par ce roman mais je savais à peine de quoi il parlait et je n'étais même pas sûre que l'histoire me plairait.
Pourtant rapidement ça a été comme une évidence. Et je me suis retrouvée complètement en admiration face à tout ce que représente ce roman. Il n'y a pas un seul aspect de tout ça que je n'ai pas aimé.

Déjà, la plume de Alwyn Hamilton est très agréable à lire. Elle est fluide et l'auteure nous a offert un récit assez visuel, bien détaillé... Elle a une plume qui nous pousse à toujours aller plus loin.

J'ai adoré l'univers de Rebel of the Sands. Je ne saurais pas l'expliquer mais il est vraiment complet et je l'ai tout bêtement adoré.
En plus de cela, les légendes, les croyances et même les histoires sur le Prince Rebelle m'ont énormément plu !

Quant à l'histoire, c'est celle d'Amani une fille du désert qui désire depuis toujours de quitter Dustwalk la ville dans laquelle elle a grandi. Quand elle trouve enfin l'occasion de fuir Dustwalk, elle le fait en compagnie de Jin qui est un fugitif recherché pour trahison.

J'ai beaucoup aimé l'histoire en elle-même. Alwyn Hamilton a très bien su la mener et la développer. Elle n'a rien fait trop vite et elle nous a même réservé quelques bonnes surprises ! [spoiler]Comme le fait que Jin soit un prince, le frère du Prince Rebelle Ahmed ou que Amani soit une demdji - la fille d'une mortelle et d'un djinn.[/spoiler]

J'ai beaucoup aimé les personnages. Et comme pour tout le reste de Rebel of the Sands, je les ai aimé dès le début. Par la suite, très rapidement, je me suis retrouvée à m'attacher à eux alors que parfois il me faut plus qu'une cinquantaine de pages pour m'attacher à un seul personnage.

Déjà, j'ai beaucoup aimé Amani. Elle est très talentueuse avec un pistolet entre les mains. Et puis, elle a un petit côté badass que j'aime beaucoup.

Jin est super. Il a du charme et il est très attachant.

Les personnages secondaires sont supers, eux aussi. Je les aime beaucoup et je n'ai eu aucun mal à m'attacher à Ahmed, Shazad, Maz, Izz, Hala, Delila... [spoiler]La mort de Bahi était tellement surprenante et rapide que je suis restée sur le cul pendant quelques secondes. Et ça m'a rendue triste parce que mine de rien je l'adorais déjà ![/spoiler]

Côté romance, je suis très satisfaite de ce que j'ai pu découvrir dans ce premier tome. Même si c'est clair dès le départ, la romance n’empiète pas non plus sur le reste de l'histoire, l'auteure garde son objectif.
En plus, j'ai trouvé que Alwyn Hamilton y mettait de l'émotion et qu'il y avait vraiment quelque chose entre Jin et Amani, ce n'était pas plat et juste une romance pour dire en coller une dans le récit. :)

J'ai toujours un peu peur que les fins des livres soient bâclées pour dire mettre un point final à ce tome et passer à autre chose. Mais bien heureusement, l'auteure n'a pas précipiter sa fin et l'a fait dans les règles de l'art.
C'est pour quoi elle m'a énormément plu. Elle nous fait clairement comprendre que ce n'est que le début et elle promet une suite vraiment intéressante.

En conclusion, c'est un travail complet qu'a rendu Alwyn Hamilton avec Rebel of the Sands. Avec un univers, une intrigue et des personnages extraordinaires dont je suis fan depuis la première page.
Je lirais le second tome avec grand plaisir et maintenant, je l'attends avec impatience.
[spoiler]Une nouvelle aube! Un nouveau désert![/spoiler]

«I believe money and guns get you a lot further in a war than magic these days.»

par Sheo
Bane Seed, Tome 1 : Guerre ou paix ? Bane Seed, Tome 1 : Guerre ou paix ?
Fanny André   
Il y a deux ans j'avais découvert la nouvelle Le Choix de la Banshee publiée chez Laska, elle me paraissait prometteuse et donnait furieusement envie d'en avoir plus. Il y avait un truc : le potentiel avec le duo Bane et Dorian, le bestiaire et le folko nordique. Quant est-il alors de cette version roman ? Je voulais tellement adorer car ça avait été une jolie découverte et la couverture de Miesis, j'en suis dingue, mais ce premier tome me laisse grincheuse.

Forcément je suis déçue de me retrouver avec cette histoire remaniée de Leprauchauns et de Brownies car il s'agissait déjà de ça dans la nouvelle, j'aurais aimé quelque chose de nouveau, un préquel en faite. Pour ceux qui débarquent, cette histoire aura le mérite de proposer un folko qui change de d'habitude. Donc point de vampires, de métamorphes, dites bonjour au Banshee, au Incube, au Fae et Etres de petites tailles. Si vous n'avez pas l'habitude du genre, prenez d'autres romans avant, le surnat' est vite balayé. La hiérarchie des Banshee est vraiment sympa et mérite pour la suite de la saga un approfondissement, c'est malin d'utiliser les différentes traditions.

Bane est une misandre de première, ce côté revêche et amer lui donne un air horripilant. Oui, vous ne rêvez pas, je suis en désamour alors que c'est le genre de nana qui aurait pu être badass et féministe comme j'aime mais pas dans ces extrêmes là. En face Dorian est agréable, quelle patience et pour un Incube, il n'est absolument pas lourd ou obsédé comme on pourrait s'y attendre. Leurs échanges m'ont épuisée, Bane fait de chaque réplique un combat, elle est tout le temps en colère contre lui sans aucune raison valable. Elle a une haute estime d'elle même ce qui fait que je n'ai pas pu l'apprécier. J'espère que pour les prochains tomes, cette attitude se craquèlera pour qu'elle puisse devenir plus touchante et moins antipathique. Elle est parfaite en rôle de méchante ou de garce sans coeur si c'est le but de l'auteur mais dur de ne pas grincer des dents à chaque remarques désobligeantes envers les mecs ou envers Dorian. Je ne suis pas la dernière à dire qu'ils sont tous les mêmes mais là trop c'est trop !

J'aurais aimé savoir pourquoi Dorian est assigné à cette tâche, connaitre ou avoir des débuts d'indices sur son monde à lui, ses origines, etc. L'intrigue est tirée par les cheveux, à la base pour une nouvelle c'était gentillet, ici en roman je n'ai clairement pas adhéré. Le dénouement est une blague, cette fin décrédibilise l'univers, les personnages. Est-ce qu'on a à faire à un urban fantasy ou à une parodie ? Trop de clins d'oeil tue le clin d'oeil, il y en a beaucoup beaucoup trop. Et au delà, de faire des références pop à tout va, le fait de toujours expliquer d'où ça vient finit par donner l'impression que le lecteur est débile. Autant faire des easter eggs, ceux qui comprennent Demi-Lune, Chemin de Traverse... n'ont pas obligatoirement besoin de confirmation, pour les autres si ça passent au dessus, c'est tant mieux vu le nombre.

Alors que des termes comme Korriganes, Brownies, Kelpies mériterait plus de détails c'est le comble de l'incompréhension. On passe un temps infini sur les coups à boire, les explications sur la culture télévisuelles mais rien sur ce qui fait un roman UF. La mythologie. Beaucoup de créatures mais peu d'explications, il vaut mieux alors avoir l'habitude de lire de l'UF ou de bien connaitre ses mythologies sinon c'est vite confus et brouillon. Autant j'ai adoré la nouvelle, autant ce premier tome souffre de défauts de construction et d'un personnage féminin imbuvable. Certes Dorian, essaye de nous faire croire qu'il ne s'agirait que d'une carapace mais à aucun moment, vraiment rien de rien, on y a vu des fissures. Le défi sera alors de lui redorer son image et ce n'est pas forcément en les faisant coucher ensemble que ça fera d'elle quelqu'un de plus touchant.

par LLyza
Panthera, Tome 1 : Les Yeux Panthera, Tome 1 : Les Yeux
Aude Vidal-Lessard   
Très bon livre qui promet une saga très intéressante et passionnante. J'ai adoré les personnages et le fait que tout ne soit pas résolu en un livre. Beaucoup de mystère entoure Shay et son histoire, et il n'est toujours pas levé à la fin !
C'est tellement addictif que je vais m'empresser de lire la suite !

par plumanna
Nesos Atlas : L'Empire perdu des Rois, Episode 1 Nesos Atlas : L'Empire perdu des Rois, Episode 1
Céline Mancellon   
Céline Mancellon dans le genre Fantasy c'est une valeur sûre. Ou personnellement c'est mon sentiment. Pourquoi ? Parce que chaque histoire avec sa touche de fantasy ou fantastique deviens une véritable merveille. Et ce premier tome est juste un amuse-bouche dès plus délicieux.

C'est un début de série qui nous offre un univers original. Personnellement, je ne connais rien au sujet traité ou du moins seulement les grandes lignes, de ce fait je découvre en même temps que Leïos. Les explications sont nombreuses, cependant nous ne sommes pas débordées par celles-ci. Elles arrivent avec le temps, juste des fragments par-ci, par-là afin de ne pas nous noyer dans un surplus d'informations. Nos deux héros sont attachants. Leïos et Bias sont opposés, que ce soit sur Terre ou dans leur monde. Ils le sont également au niveau de leur caractère, comportement et leur seconde nature que je ne vais pas révéler pour vous incitez à la découvrir. Leur relation est distante, froide, mais chaleureuse et intrigante. Elle donne envie, mais ils ne peuvent pas. La tentation est là, ils sont séduits mais c'est impossible. Dès le départ, nous sommes enveloppés dans l'histoire et sans le réaliser nous arrivons à la fin de ce premier tome et... On ne qu'une chose : la suite !

Céline Mancellon nous offre un début excellent, avec une histoire qui nous captive du début à la fin, le tout avec une plume fabuleuse. Un plaisir total !

par Linkward
Brute Brute
Kim Fielding   
Attention, coup de cœur assuré !
Il était une fois dans un royaume lointain, un orphelin fils d'un voleur et d'une putain, méprisé, maltraité et battu, qui devint aussi grand et vilain qu'un ogre. Il ne fut plus battu, mais toujours méprisé, on l'appela Brute et on le traita comme une bête de somme, sans âme et sans émotion. Au point que Brute lui-même finit presque par y croire, renonçant à essayer de faire comprendre qu'il était un être humain, renonçant à espérer. Il était une fois un très beau jeune homme appelé Gray, charmeur et un peu vaniteux, qui tomba amoureux d'un joli prince, mais en fut séparé. Par arrogance, il fit un marché avec les Dieux, par orgueil blessé, il commit une erreur, et il en paya le terrible prix. Enchaîné depuis des années dans une geôle, négligé, affamé, aveuglé, parfois battu, ses nuits sont agitées de cauchemars, dérisoire et terrible cadeau des Dieux. Lui aussi a renoncé à l'espoir, et oublié qu'il était humain, bien que la folie n'ait pas voulu de lui. Et puis, il y a le Prince. Ce Prince joli et sympathique, un peu frivole mais sincère, qui n'a rien pu ou rien osé faire pour son ami tombé si bas, qui ne sait pas où est sa place en ce royaume. Ce Prince maladroit qui manque se tuer dans le village de Brute, et dont le géant va sauver la vie, risquant la sienne et perdant un membre dans l'aventure. Mais gagnant en récompense un emploi: gardien de ce mystérieux prisonnier. Et c'est ainsi que tout bascule, pour la Brute et le Prisonnier. Brute est vêtu de neuf, nourri, logé et bien payé, et pour la première fois de sa vie, accepté. Par les gardes avec qui il s'entraîne, par Aly l'adorable cuisinière, par Warin l'adolescent effronté. Il s'épanouit, s'autorise de nouveau à rêver, il apprend à lire... Et laisse parler toute la sensibilité, la compassion, la tendresse et l'humanité qu'il a en lui, et qu'il n' a jamais pu exprimer, envers son prisonnier, ce terrible sorcier que l'on dit traître à la couronne, mais que lui ne voit que comme un homme endurant de terribles souffrances. Un petit geste en amène un autre. Un peu d'eau fraiche, un surplus de nourriture, une couverture chaude. Quelques paroles, et puis bercer ce corps tremblant lors de ses terribles rêves, lui fredonner des berceuses pour l'apaiser, le laver, le toucher... Sans le savoir, sans même y penser, Brute est encore en train de sauver une vie, celle de Gray, de le rattraper dans son interminable et mortelle chute, de le ramener vers l'humanité, de le ressusciter à l'état d'homme. Il n'y a plus de Brute et de Prisonnier, mais deux hommes qui deviennent amis, puis amants, deux hommes qui s'aiment et trouvent un équilibre. Tout pourrait être bien ainsi. Être aussi heureux que possible aussi longtemps que possible, c'était plus que ce que Brute n'avait jamais osé espérer, mais malgré tout, ce n'est plus assez. Délivrer Gray de ses chaînes, celles scellées par les hommes comme celles mises par les Dieux , il y songe, même s'il sait qu'il y aura un prix à payer, dont le moindre n'est pas de trahir la confiance du prince, abandonner ses nouveaux amis et renoncer à une vie paisible où il est accepté. Mais comme le dit Gray à Brute « tu es un géant parce que le corps ordinaire d'un homme aurait été trop petit pour ce que tu es ».

Impossible de ne pas succomber à la beauté de ce conte de fée. Qui comme tous les vrais contes, ne se contente pas de nous narrer une belle histoire de géant, de prince et de prisonnier, une véritable aventure et une sublime histoire d'amour, mais nous parle de nous. Nos vies, nos erreurs, nos blessures. Ce qu'est être un monstre et ce qu'est un héros. Comment le regard des autres nous façonne, peut nous mutiler, ou nous faire redevenir humain; Ce que l'amour nous apporte. C'est aussi un rappel, que chaque action a une conséquence, que chaque bienfait se paye, que toute chose a un prix dans la vie. Brute, c'est tout cela à la fois, sans aucune pesanteur ni moralisme, tout en légèreté, en tendresse et en chaleur humaine. L'auteur aurait pu nous faire sangloter, user des tombereaux de mouchoirs en nous racontant la vie d'Aric et de Gray. Ce n'est pas son choix. C'est tout en délicatesse que les émotions nous traversent, tristesse, joie, compassion, soulagement, amusement, inquiétude, et c'est presque sans s'en rendre compte que l'on se retrouve par moment de la buée dans la yeux. La romance est superbe, qui prend son temps pour se développer, l'histoire magnifiquement menée, sans ralentissement, sans baisse de rythme, jusqu'au mot FIN. Les personnages sont inoubliables, Brute en tête, mais Gray également. Sans oublier le prince par qui tout arrive, et se termine. Un roman sublime, à lire absolument !


par Lena06