Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Althea : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Jamais plus Jamais plus
Colleen Hoover   
Ok, vous êtes prêts ? Oubliez tous les livres que vous avez pu lire de Colleen Hoover. Oubliez toutes les romances, tous les personnages qu'elle a créé. Plongez dans ce livre à l'aveugle. Ne lisez pas d'extraits. Si vous pouvez l'éviter, ne lisez pas le synopsis non plus. À vrai dire arrêtez tout de suite de lire ma critique et foncez en librairie acheter ce livre.
Il va vous détruire. Il va vous reconstruire. Il va vous changer comme peu de livre en sont capables. Il va vous pousser à vous questionner sur ce que vous pensez réellement, vous incitez à revoir vos points de vu. Il va vous offrir du recul sur des situations qui vous paraissaient inéchangeables. Il va vous donner envie d'hurler et de pleurer. Il va faire battre votre coeur à toute allure. Il va tout simplement vous donner l'impression d'être dans la peau de Lily, de partager ses joies, ses doutes, ses peurs, ses peines, ses amours. Son humanité. Lily n'est pas votre héroïne que vous rencontrez dans la plupart des livres, celle qui a réponse à tout et qui fait les bons choix aux bons moments. Lily c'est vous. Vous n'êtes plus spectateur, vous êtes acteur. Vous êtes les défauts du personnage, et vous êtes ses forces. Vous êtes les choix qu'elle fait. Vous allez en comprendre certains et en rejeter d'autres. Vous êtes embarquer dans cette quête de vérité car ce n'est plus Lily qui cherche a découvrir cette vérité mais c'est vous aussi. Et vous voulez la connaître peut-être encore plus que Lily. Voilà ce qui fait la force de ce livre. Vous tirez autant de leçons de ce livre que les personnages eux même, peut-être même encore plus. Tellement d'émotions, tellement... Si vous n'êtes pas affectés ne serait-ce qu'un minimum par les mots et l'histoire de ce livre, alors vous n'êtes pas humain.
Je ne saurais le répéter, et je ne suis pas la seule à le dire, évitez les spoilers à tout prix. Rien que connaître le sujet du livre vous gâchera l'aventure, et ce livre mérite d'être respecté à sa juste valeur. Personne ne peut avoir la même réaction face à ce livre, et il est indispensable qu'il soit seulement découvert par vos propres yeux pour que vous en compreniez la profondeur. Ayez confiance en lui. Ayez confiance en Colleen Hoover, je vous promets que vous ne serez pas déçu. C'est une magnifique histoire comme on en voit peu. Je n'ai jamais lu une dédicace aussi intense, poignante et émouvante que celle que nous offre Colleen à la fin. Bravo madame pour ce chef d'œuvre.
Bad swimmers, tome 1 : Le lac des cieux Bad swimmers, tome 1 : Le lac des cieux
Geoffrey Bidaut   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2015/03/bad-swimmers-tome-1-le-lac-des-cieux.html

Si je suis souvent la première à me plaindre de la prévisibilité des enquêtes dans les romans, en profitant pour me la péter un peu en me prenant pour la réincarnation de Sherlock Holmes (mon ego n'a pas de limites), je peux vous dire que Bad Swimmers m'a vraiment remise à ma place. Parce que si il y a bien un roman qui a su me tenir en haleine jusqu'à la toute fin en me retournant le cerveau dans tous les sens, c'est bien celui-ci ! Et vous voulez une autre confidence ? J'ai adoré ça !

Dans Le Lac des Cieux nous suivons plusieurs adolescents qui se deviennent malgré eux les pièces maîtresses d'une sordide série de meurtres affreusement glauque. Et c'est d'ailleurs là que réside la première force du récit. Car en effet, malgré les nombreux personnages fort différents les uns des autres, on arrive extrêmement bien à suivre et on ne se sent jamais perdu plus que de raison. L'auteur gère avec une maîtrise exemplaire ses différents protagonistes et leurs places dans l'intrigue principale. On a tout d'abord un trio de base composé de Mel, l'adolescente mal dans sa peau, Marc, son meilleur ami intello sur les bords, et leur pote Tim, le jeune sportif bien sous tout rapport qui fait craquer la gent féminine. Puis au fil de pages viennent se greffer à ce noyau, Deb, la peste de l'école qui se prend pour une pseudo journaliste, Gin, la petite nouvelle, et son demi-frère Ort, délinquant notoire. Bref quand je vous disais que la palette de personnages était fort variée, je ne mentais pas. Au fil des pages et des retournements de situation on va observer les liens qui se lient et se délient entre tout ce beau monde au point que finalement c'est le groupe dans son entièreté qui devient le personnage principal de ce thriller. Pour le coup si il n'y a pas de phénomène d'identification marqué, ou de protagoniste qui se dégage du lot pour qu'on s'y attache vraiment, cela ne devient donc jamais un problème.

Mais bien sur la plus grande force de Bad Swimmers, là où tout le génie du roman réside, c'est bien cette trame principale qui nous entraîne dans ses montagnes russes en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Personnellement dès le premier chapitre je me suis demandé quel pouvait être le lien entre ce qui s'y déroule et l'intrigue promise entre ces adolescents sur la quatrième couverture, et je n'ai pas réussi à me sortir cela de la tête tout au long des pages. D'ailleurs je ne vais même pas vous parler des dizaines de théories plus farfelues les unes que les autres qui ont pu naître dans mon esprit au long de ces 466 pages sinon cette chronique ne finira certainement jamais. (Et vous me prendrez également pour une dingue en vu des théories folles que mon esprit malade est capable de me conjurer, mais c'est un détail.) Mais, sincèrement, je ne sais pas quoi vous dire sur l'intrigue imaginée par Geoffrey Bidaut, à part peut-être vous dire quelle est magistrale ! Et cette fin... cette fin !

Je défie quiconque de découvrir le dénouement du récit et de dire "je le savais" sans être un ignoble menteur ! C'est pensé avec tellement de finesse et d'intelligence qu'on ne peut que se laisser prendre au piège et être admiratif de la façon dont l'auteur nous a trimbalé tout au long des péripéties de ses personnages. Chapeau !

Ainsi Bad Swimmers : Le Lac des Cieux a été pour moi une superbe découverte qui a su me retourner l'esprit dans les règles de l'art ! Tout, de l'intrigue, aux personnages, et au style d'écriture simple et entraînant de l'auteur, a fait son petit effet pour qu'une fois ma lecture terminée je n'ai plus qu'une envie : recommencer ma lecture du début pour tout analyser de nouveau une fois le fin mot de l'histoire connu. Bref voici un thriller choc qui vaut réellement d'être plus lu et connu et que je ne peux que vous conseiller. Vous aurez peut-être besoin de soutien psychologique après cette sublime torture mais ça vaut clairement le coup !

par Althea
Avant toi Avant toi
Jojo Moyes   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2013/07/avant-toi.html

Je n'ai vu QUE des avis positifs, et quand je dis positifs je pourrais carrément dire dithyrambiques, sur ce roman. Le fait est que ce livre est réellement à la hauteur des louanges dont il fait l'objet. Parce que Avant Toi c'est un livre donc vous ne ressortirez pas indemnes.

Les personnages principaux, Lou et Will, sont très charismatiques et attachants. J'ai dès le début eu beaucoup de tendresse pour Lou qui est coincée dans une vie qui ne lui convient pas. Sauf que ça, elle ne veut pas se l'avouer car elle se sent redevable envers son entourage. Elle fait donc passer le bonheur de ses parents, de sa sœur, de son neveu, et de son exécrable petit copain, avant le sien. Puis elle rencontre Will, et cette rencontre va tout changer et lui permettre de se révéler. Cependant c'est bien Will et sa situation qui font de cette romance ce qu'elle est. En effet le jeune homme est devenu tétraplégique à la suite d'un accident de la circulation. Il vit dans un combat constant contre son corps et surtout contre sa situation qu'il a bien du mal à accepter, lui qui était le golden boy par excellence auquel tout souriait. La rencontre entre ces deux individus fait donc des étincelles qui perdurent bien tout le bouquin. D'ailleurs le plus beau succès de Jojo Moyes avec ce roman est de nous offrir une histoire d'amour qui dépasse le handicap. En effet, l'handicap du jeune homme ne le défini à aucun moment et tout ce qu'on voit nous, petits lecteurs cachés derrière notre livre, c'est la découverte et les liens qui se créent entre deux individus. Pas une valide et un "invalide" (et que je déteste ce terme !). C'est tout simplement l'histoire et les sentiments de deux personnes aux antipodes qui s’apprivoisent et apprennent énormément l'un de l'autre.

L'écriture de l'auteure est également pour beaucoup dans la réussite de ce roman. En effet, malgré le sujet très difficile, on ne tombe jamais dans le pathos. Au contraire, moi qui avait peur de tomber sur une lecture lourde et déprimante, je me suis surprise à rire plusieurs fois. Il y a des situations assez cocasses et beaucoup de sarcasme et d'humour de la part de nos héros. C'est donc mené d'une main de maître par Jojo Moyes, avec beaucoup de simplicité et de pudeur. On ne penche jamais dans le voyeurisme ou la curiosité morbide. Celle-ci a donc su éviter tous les pièges inhérents au thème, contribuant ainsi au succès de cette lecture.

Et puis il y a la fin. Oh, cette fin ! Parce que, même si il y a des moments d'émotions qui sillonnent le récit, c'est bien cette fin qui opère un vrai raz-de-marré sur nos émotions. On fini pas par verser deux petites larmes là, oh que non ! C'est le gros torrent de larmes inarrêtable à la Nos Etoiles Contraires donc je vous parle ! Les larmes qui vous obligent à vous arrêter toutes les trois lignes car vous n'arrivez même plus à voir les mots. Ah non, croyez-moi quand je vous dis que ce livre termine dans une vraie apothéose d'émotions !

Pour conclure Avant Toi est une vraie lecture coup de poing, magnifiquement écrite, et qui ne peut laisser indifférent. J'ai été séduite par les personnages et par la simplicité et la sincérité de Jojo Moyes. Je n'ai plus qu'une envie maintenant : découvrir ses autres ouvrages !

par Althea
Grisha, Tome 1 : Les Orphelins du royaume Grisha, Tome 1 : Les Orphelins du royaume
Leigh Bardugo   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/05/the-grisha-tome-1-shadow-and-bone.html

Ma plus grande peur résidait sur le monde crée par Leigh Bardugo dans lequel j'avais peur de me perdre. S'il est vrai que j'ai un peu tâtonné au début, principalement à cause d'un vocabulaire imaginaire très présent, je m'y suis vite faite. Après tout il n'y a pas plus de difficultés et de choses à intégrer que dans un roman comme Le Labyrinthe, une dystopie au monde différent et au vocabulaire marqué. De plus, Leigh Bardugo devait avoir anticipé mes peurs puisque le roman possède un petit récapitulatif de la hiérarchie des Grisha, ces êtres magiques qui sont au centre du roman, mais également une jolie carte qui aide à se resituer dans l'univers. (Cependant il me semble que, sans surprise, la carte n'est pas présente dans l'édition française mais que vous pouvez la consulter sur le site de l'auteure.)

Bien sûr tout bon livre se doit d'avoir une héroïne du tonnerre, qu'il s'agisse d'un roman fantasy ou contemporain c'est toujours primordial. Or l’héroïne de Shadow and Bone, Alina, fait définitivement parti du haut du panier. C'est une jeune femme qui à la base n'a rien de remarquable. Orpheline, frêle, elle est une apprentie cartographe moyenne et a tendance à ne jamais réellement se démarquer. Sauf que lorsque son régiment travers le Fold, un brouillard sombre qui scinde le pays, et se fait attaquer par des Volcras, les bêtes ailées affreuses qui y vivent, son pouvoir se révèle. Malgré qu'elle ait été déclarée comme normale lors de l'examen pratiqué chez tous les enfants du pays, Alina est une Grisha. Une Grisha spéciale. Celle qui pourrait être la solution aux problèmes que pose le Fold. Et j'ai beaucoup apprécié la façon dont la jeune femme gérait ce nouveau statut qui lui tombe sur la tête. On ressent sa réticence à accepter qu'elle puisse être quelque chose d'exceptionnel, elle qui s'est toujours fondue dans la masse et a l'habitude d'être insignifiante. Elle est très touchante dans ses doutes et ses faiblesses, mais également dans la force qu'elle gagne au fil du récit et de l'apprentissage qu'elle fait d'elle-même.

Côté protagonistes masculins, deux se démarquent des autres et ont une certaine importance tout au long de l'histoire. Le premier c'est Mal, le meilleur ami d'enfance d'Alina. J'ai eu énormément de mal avec ce personnage qui représente exactement ce que je déteste chez un héro de Young Adult. Je suis tellement fatiguée des meilleurs amis de l’héroïne qui ne la regardent pas deux fois avant de finalement se rouler par terre dès qu'elles deviennent plus attirantes ou plus puissantes. C'est une attitude que je trouve extrêmement vaine et superficielle. Du fait Mal est passé dans ma liste noire très rapidement et je crois qu'entre lui et moi ce ne sera jamais le grand amour. Il est ce personnage du roman qui me met en pétard et envers qui l’attitude de l’héroïne me laisse coite. Le second personnage, à l'opposé du précédent, n'est autre que le Darkling, chef des Grisha. Je dois être faible et futile, comme Mal, mais je suis folle du Darkling. J'ai adoré ce personnage ambigu, sombre et fascinant, qui ne manque pas de nous laisser interrogateurs. On évoque souvent dans le roman le magnétisme de son personnage sur les autres, notamment sur les Grisha représentantes de la gent féminine, et c'est tout à fait remarquable de constater à quel point son magnétisme transpire au delà des pages. Le Darkling est à mon sens le personnage le mieux construit de l'univers, tout en facettes et nuances, et ce qui est certain c'est qu'il ne laissera personne indifférent !

Le monde mis en place dans Shadow and Bone est tout aussi riche et divers que ses personnages. Inspiré par la Russie du XIXème siècle, ce sont des paysages enchanteurs et un royaume bien installé que Leigh Bardugo nous offre dans ce premier roman. Le concept des Grisha, ces magiciens au service du royaume évoluant dans une hiérarchie dictée par leurs dons, est également fort et appliqué. J'ai été rassurée de voir qu'on intégrait très rapidement les subtilités de cet univers unique, puisque c'est ce qui m'inquiétait, et même le vocabulaire inventé par l'auteure finit par être retenu sans que l'on ne s'en rende compte. Le tout est bien sûr servit par une fluidité évidente dans l'écriture et le récit. Il y a beaucoup de rythme dans ce roman, les moments de réflexions plus posés sont insérés de manière très naturelle, et on ne s'ennuie jamais tout au long des près de 400 pages que dure cette histoire.

Shadow and Bone est un roman fascinant et captivant. Les personnages sont envoûtants, le monde original, et l'ensemble ensorcelant. Ce premier roman est une belle réussite et un coup de cœur comme on aimerait en avoir plus souvent. J'ai hâte de retrouver Alina, le Darkling, le Royaume de Ravka, les personnages secondaires, et même Mal, dans la suite Siege and Storm !

par Althea
Maybe, tome 1 : Maybe Someday Maybe, tome 1 : Maybe Someday
Colleen Hoover   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/04/maybe-someday.html

J'adore les romans de Colleen Hoover, et je pense même d'ailleurs pouvoir dire qu'elle est mon auteure favorite. J'ai adoré la trilogie Slammed, je suis tombée amoureuse de Hopeless (ainsi que de son roman compagnon Losing Hope), et j'attend encore le jour où je serais déçue par un de ses romans. Est-ce que ce jour serait arrivé avec Maybe Someday ? ... Oh que non ! Si vous preniez toute l'adoration que j'ai eu pour Slammed, que vous l'ajoutiez à mon coup de cœur pour Hopeless, et que vous multipliez tout cela par 10, vous atteindriez peut-être l'énorme coup de cœur qu'à été ce roman ! Parce que Maybe Someday c'est une lecture coup de poing et une somptueuse aventure.

Le jour de ses 22 ans, Sydney découvre que son petit ami Hunter la trompe avec sa meilleure amie et colocataire Lori. La jeune femme se retrouve alors à la rue et ne trouve d'aide qu'auprès de Ridge qui n'était jusqu'alors que "le musicien du balcon d'en face". Une étrange amitié s'était liée entre eux alors que le jeune homme jouait de la guitare sur son balcon aux moments où Sydney étudiait sur le sien, s'imaginant ses propres paroles aux mélodies. Face au désarroi de la jeune femme Ridge lui propose de rester dans la chambre habituellement occupée par son frère, alors en tournée avec son groupe Sounds of Cedar, mais en échange il a une petite condition. Puisqu'il est en plein syndrome de la page blanche et que les mélodies ont l'air de tant inspirer Sydney, elle devra accepter de l'aider à écrire les prochaines chansons du groupe...

Une relation entre amitié, attirance palpable, et amour de la musique va se lier entre les deux jeunes gens. Au fil des paroles qu'ils vont écrire pour Sounds of Cedar, ils vont se découvrir et s’apprivoiser sans les habituelles barrières qui sont érigées entre les gens. Forcément, en s'ouvrant cœur et âme dans leurs textes et mélodies, il y a peu de place pour de vrais non-dits... Cependant Ridge a une petite amie, Maggie, et Sydney lutte vraiment pour surmonter la trahison de son ex. Il y a donc bien des obstacles qui se dressent sur le chemin de leur relation que j'ai pourtant adorée. J'ai adoré son évolution, sa douceur, son tragique.

J'ai également adoré Sydney que ce soit dans ses doutes ou ses peurs. La façon dont elle se bat pour surpasser son sentiment de trahison et son attirance naissance pour Ridge ne peuvent que nous parler. C'est un personnage qu'il est très facile d'apprécier et de supporter. On vit toute l'histoire à ses côtés, avec elle, et ses émotions deviennent très souvent les notre. Toutefois au delà de Sydney, j'ai surtout adoré Ridge. Je crois même que je suis un peu amoureuse de lui... et encore "un peu" est un euphémisme.

Il m'est compliqué de réellement trop parler de son personnage sans vous révéler un point fondamental du récit. En effet, Ridge a une particularité qu'il est dur de ne pas évoquer lorsqu'on parle de lui, mais sur laquelle je me refuse de spoiler. Si ce n'est pas un gros secret, et que c'est révélé assez rapidement dans le récit, je ne voudrais gâcher le plaisir de personne et je pense que c'est toujours mieux de garder les petites surprises pour la lecture. Je dirais simplement que c'est une particularité qui forge réellement son personnage et a été un de ces petits plus magique qui est porteur d'énormément de force.

Le fait est qu'au delà des personnages le truc qui fait de Colleen Hoover une auteure si spéciale, c'est qu'elle nous fait tout ressentir avec beaucoup d'intensité. On se prend les personnages et l'histoire en pleine poire, et c'est encore plus flagrant dans Maybe Someday. Ce roman il ne se lit pas, il se vit tout simplement. On est embarqué dans les vies de nos héros et on partage toutes leurs joies et leurs peines comme si elles étaient les notre. Si Ridge a une manière très forte et pure de ressentir la musique dans le roman, c'est avec autant d'intensité et de pureté qu'on ressent ce récit !

Pour tout vous dire, l'immersion est si complète que pour la première fois je n'ai pas réussi à me projeter en avance dans l'histoire. Je ne savais tout bonnement pas qu'elle était la meilleure issue pour ces personnages, ni celle que l'auteure risquait de privilégier. Après tout est-ce qu'une fin heureuse c'est forcément quand les personnages finissent ensemble ? Est-ce que parfois la meilleure fin, la plus satisfaisante, ça ne serait pas autre chose ? Comptez sur Maybe Someday pour remettre toutes vos certitudes à zéro !

En conclusion, Maybe Someday est encore un petit bijou qui nous est offert par Colleen Hoover. Cette auteure a un réel talent pour créer des personnages et histoires captivants et mémorables. J'ai rarement lu des romans qui m'ont autant fait vibrer que les siens, et ce dernier en date atteint réellement une magnifique apogée. A lire absolument !

par Althea
Les Âmes vagabondes Les Âmes vagabondes
Stephenie Meyer   
Les premières pages sont un peu longues, disons qu'on entre pas dans le vif de l'histoire directement et qu'il faut attendre un soixantaine de pages pour y être vraiment plongée. Par contre une fois que vous y êtes, vous allez avoir du mal à reposer ce bouquin. Le style d'écriture est plutôt intéressant (et meilleur que pour Twilight), l'histoire très prenante, le monde crée bien mené et les personnages attachants ou intrigants. Ajoutez à ça une belle histoire d'amour inattendue et vous détenez un livre qui mérite vraiment d'être lu.

par Althea
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
Si je devais décrire The Fault in Our Stars en seulement quelques mots, je dirais simplement que ce livre est un vrai petit bijou. La plume de John Green est vraiment sublime et il nous offre en plus une histoire qui est de celles dont on ne sort pas indemne. Les personnages de Hazel et Augustus sont juste magiques et au fil des pages on a vraiment l'impression de ne faire qu'un avec eux puisqu'on ressent toutes leurs émotions avec une force bouleversante et qu'ils sont immanquablement parmi les personnages les plus attachants (et drôle) que j'ai pu croiser. Une lecture à ne pas rater qui se démarque des autres romans traitant du même sujet.
Bonne nouvelle pour ceux qui ne parlent pas anglais, l'auteur a indiqué sur son blog qu'une traduction française était prévue. Il ne vous reste plus qu'à prendre votre mal en patience, mais ce roman en vaut vraiment la peine.

par Althea
The Edge of Never, tome 1 : Loin de tout The Edge of Never, tome 1 : Loin de tout
J.A. Redmerski   
Lorsque j'ai repéré ce livre, j'ai su que je ne pourrais pas attendre une eventuelle sortie en français, c'est pourquoi je me suis lancée dans la VO sans hésitation et j'ai bien fait. Ce livre est une pure merveille, qui m'a fait passé du rire aux larmes.

J'ai adoré le duo Camryn/ Andrew, ils sont juste parfaits ensembles, ils se rapprochent lentement, se découvrent tout en douceur, ils ne veulent/peuvent ni l'un ni l'autre s'attacher à une autre personne, et pourtant, c'est plus fort qu'eux.

Le style de Mme Redmerski est juste superbe, je n'ai pas vu les pages défiler, je voulais toujours en savoir plus, connaitre le dénouement... et cette fin ! Je ne peux pas dire que se soit une véritable surprise, mais je ne voulais pas que se soit vrai, je ne voulais pas qu'après tout ce qu’ils avait vécu, leur histoire se termine comme ça.

Finalement, à peine avais-je finis ma lecture, je relisais deja les passages qui m'avaient marqués ^^

En bref : J'ai adoré <3




par Mezaya
Hunger Games, Tome 2 : L'Embrasement Hunger Games, Tome 2 : L'Embrasement
Suzanne Collins   
Je n'aurais jamais cru que ce deuxième tome serait tout aussi excellent que le premier... pourtant c'est le cas! Je l'ai littéralement dévoré en quelques heures seulement tellement il est bon! Katniss est toujours fidèle à elle même, les Hungers Games sont toujours aussi excitants et Peeta et Gale sont toujours aussi amoureux et incroyables.. ce qui ne fait que mêler Katniss encore plus! Lisez vraiment cette suite si vous avez aimé le premier roman, car vous ne serez nullement déçus. Vivement la suite! Bonne lecture! ;)

par Pamie
Le Dernier Jardin, Tome 1 : Éphémère Le Dernier Jardin, Tome 1 : Éphémère
Lauren DeStefano   
Wither fait parti de ce genre de livres qui vous restent encore collés à la peau même une fois les pages refermées. Lauren DeStefano décrit ici un monde et des personnages qui ne peuvent nous laisser insensibles et nous capturent l'esprit de la première à la dernière page. L'histoire est donc très captivante et je sais que j'ai passé mon Vendredi à la dévorer sans pouvoir m'arrêter. Il y a même une certaine fascination malsaine en un sens à suivre la vie dans cette prison dorée qu'est la résidence des Ashby car tout semble tellement réel en un sens. On vit dans une société où on voit les scientifiques sans cesse repousser les limites, sans cesse manipuler l'ADN, si bien qu'il n'est pas très dur de se dire que peut-être un jour nous en arriveront au même point que dans ce roman.

Une de mes peurs lorsque j'ai commencé ma lecture était de tomber dans l'archétype de la dystopie avec ces codes de la société totalitaire et oppressante que l'on retrouve dans quasiment tous les romans du genre. Ici cependant l’héroïne, Rhine, se retrouve prise au piège dans une cage dorée où très clairement le but premier est de l'y garder en provoquant chez elle un syndrome de Stockholm plutôt qu'en la persécutant. Et la sensation de syndrome de Stockholm est très bien gérée par DeStefano, au point de dépasser les pages du roman pour venir nous toucher nous lecteurs. On est prisonnier de son récit, et surtout on s'attache à des personnages (surtout un en particulier) auquel on n'aurait jamais pensé pouvoir au début de l'histoire.

C'est là une seconde vraie force du récit. L'auteur est très douée pour décrire les sentiments de ses personnages avec beaucoup de subtilité et déclencher de l'empathie chez le lecteur. Rhine est très attachante et malgré le fait que l'on ressente ses sentiments avec beaucoup de force puisque l'on suit l'histoire de ses yeux, l'auteur arrive à paradoxalement garder une certaine neutralité sur l'environnement. Les deux "sœurs-épouses", Jenna et Cecily, ne laissent pas non plus indifférent et captivent et intriguent tout au long de l'histoire. Jenna, dix-huit ans, semble désintéressée et blasée de leur condition alors que Cecily, à peine treize ans, s'en réjouit et prend beaucoup de place avec plaisir. Via les yeux de Rhine et la plume délicate de l'auteur on voit les travers, les qualités et surtout les faiblesses de chaque personnage, ce qui rend difficile l'indifférence. Le seul personnage qui m'a laissée plutôt indifférente est Gabriel cependant, je n'ai rien ressenti de spécial à son sujet, ni même réellement la force du lien qu'il crée avec Rhine. C'est un personnage que j'ai trouvé un peu fade, et tout au long des passages où il est tenu éloigné de Rhine j'ai presque réussi à oublier son existence. A l'inverse, si il y a bien un personnage qui ne peut PAS laisser indifférent c'est le jeune époux, Linden. Typiquement c'est le personnage dont j'avais décidé par avance de détester les moindres faits et gestes avant même qu'il n'ait eu l'occasion d'ouvrir la bouche, je ne me doutais vraiment pas de ce qui m'attendait. Car si il y a un personnage qui m'a touchée avec intensité c'est bien Linden. On se fait plein d'idées préconçues à son sujet basée rien que sur cette histoire assez glauque de polygamie et de filles volées dont une n'a que treize ans, et il faut bien avouer que malgré tout ça en reste toujours autant sordide. Cependant il y a chez Linden une naïveté et une douceur, un certain tragique voir une certaine pureté même, qu'on ne retrouve chez aucun autre personnage. C'est comme si l'auteur nous tendait un grand piège, bien voyant, dans lequel on tombe la tête la première et avec le sourire en plus. Un régal.

Lauren DeStefano manie donc ses personnages, leur histoire et leur univers, avec beaucoup de délicatesse et de sensibilité qui font de Wither une lecture à ne surtout pas laisser passer. Si il y a un livre à lire en cette rentrée, c'est très certainement celui-ci.

par Althea