Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Althea : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Libération Libération
Patrick Ness   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2018/03/liberation.html

Libération est mon premier roman de Patrick Ness, un auteur assez populaire dont j'entend très souvent parler (d'ailleurs sa série Le Chaos en Marche est dans ma wish list et sortira au cinéma l'an prochain). Eh bien je dois dire que cette première découverte de l'auteur est plutôt une réussite. "Plutôt" car y'a quand même eu un mais à un moment donné...

Dans Libération nous suivons Adam, dix-sept ans, fils de pasteur et gay. Le jeune homme est tiraillé entre d'un côté des attentes parentales étriquées et de l'autre sa sexualité. Sa vie amoureuse est compliquée, il n'arrive pas à se donner à 100% dans sa nouvelle relation puisqu'il n'arrive pas à se détacher des sentiments qu'il éprouve pour son ex, et son boss le harcèle. Bref la vie d'Adam est au bord de l'implosion entre faux-semblants et négations et c'est lors de ce samedi que nous allons suivre dans le roman que les choses vont changer.

Au fil des heures de cette journée, Adam va se confronter à ses peurs, ses angoisses, pour trouver sa voie et sa place. Qu'il s'agisse de sa famille qui ne veut pas voir son homosexualité, du harcèlement sexuel dont il est victime au travail et qui va arriver à son point culminant, de ses relations amoureuses compliquées, et teintées des a priori de communautés religieuses très fermées, ou encore de son angoisse viscérale de la solitude, le jeune homme sera mis à l'épreuve sans concession tout au long de Libération.

L'auteur n'hésite pas à aborder des thèmes divers et variés qui sont universels et parleront à tous. Personnellement j'ai été très touchée par le conflit d'Adam vis à vis de sa foi et des idées très étroites qui lui ont été martelées par cette famille où la religion est au cœur de tout. Cette peur de ne pas être accepté, voir carrément rejeté, par sa propre famille est très puissante et particulièrement bien restituée par Patrick Ness. D'ailleurs je dois dire que l'ensemble des épreuves traversées par Adam sont particulièrement forte et bien servies par la plume de l'auteur. On ressent avec beaucoup d'émotion sa peur de ne pas être cru et de ne s'attirer qu'encore plus d'ennuis alors qu'il est confronté au harcèlement sexuel, dont on sait que beaucoup de victimes se taisent par honte et parfois par une culpabilité créer par l’agresseur lui-même. Ses hésitations et tâtonnements dans ses relations amoureuses parleront également à beaucoup, au-delà même des aspects rendus encore plus chaotiques par une homosexualité parfois peu assumée. Bref le parcours initiatique d'Adam est universel et la plume délicate de Patrick Ness ne fait que le sublimer.

Néanmoins, et on en vient au fameux "mais" que j'évoquais en début de chronique, il y a un autre aspect à ce roman qui n'a décidément pas fait mouche en ce qui me concerne. Le résumé l'évoque d'ailleurs, il y a une partie du roman consacré à l'esprit d'une jeune fille assassiné qui s'éveille en quête de vengeance. Si vous vous demandez quel est le rapport entre cet esprit et l'histoire d'Adam, je vous rassure, après avoir lu le roman la question demeure. En effet, le seul lien entre les deux est la thématique de la libération, l'esprit recherchant la paix après une fin traumatique, et c'est tout. Toute cette partie autour du fantôme prend la forme d'espèce d'interludes qui jalonnent l'histoire, coupant le rythme du récit principal, avec en plus un changement narratif assez déroutant et brouillon. J'ai cru comprendre que Patrick Ness aimait bien apporter des petits aspects paranormaux de ce genre dans ses romans, je ne sais pas si c'est autant décalé dans ses autres livres ceci dit, mais en tout cas dans Libération les pièces s'emboîtent mal et cela devient la vraie faiblesse d'un récit qui tenait jusqu'alors particulièrement bien la route.

Vous l'aurez compris, j'ai apprécié Libération pour l'histoire d'Adam. Pour ce garçon criant de vérité, pour son parcours plein de vivacité et réalité, pour ses questionnements et ses doutes. J'ai aussi été transportée par la manière dont Patrick Ness nous emmène dans son récit et par les choix auquel il confronte son héros. Par contre j'ai été beaucoup moins convaincue par le côté surnaturel de l'esprit qui vient entacher une partition jusqu'alors sans fausse note. Si je comprend que l'auteur ait voulu illustrer la thématique de la libération sous un autre jour, je déplore la manière en demi-teinte dont il a choisi de le faire. Reste que, malgré cela, Libération parle surtout d'Adam et vaut bien la peine d'être lu.

par Althea
Section 13, Tome 1 : Jack et le Bureau secret Section 13, Tome 1 : Jack et le Bureau secret
James R. Hannibal   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2018/01/section-13-tome-1-jack-et-le-bureau.html

En ce qui concerne les romans jeunesse c'est toujours un peu tout ou rien pour moi. Soit j'adore, soit je m'ennuie vite face à la simplicité de l'intrigue. Eh bien, par chance, on tombe bien ici puisque Jack et le bureau secret est définitivement dans la catégorie "tout" et j'ai énormément appréciée ma lecture.

Jack est de passage à Londres avec sa mère et sa petite sœur Sadie afin de trouver des informations sur la disparition de son père lors d'un voyage d'affaire. Alors que Jack est censé surveiller sa cadette et ne surtout pas sortir de l'hôtel, le jeune garçon se retrouve perdu dans Londres après que la petite fille se soit enfuie, persuadée d'avoir aperçu leur père. C'est là que Jack atterri au bureau des objets perdus où il rencontre Gwen et découvre la vérité sur son héritage. Il descend d'une lignée de Traqueurs et ne doit pas se trouver là, la treizième génération étant bannie. Pourtant il est le seul à pouvoir espérer trouver son père et nous allons être embarqués dans ses péripéties au travers de Londres à sa recherche.

J'ai beaucoup apprécié le personnage de Jack. Il est plutôt pragmatique, pose les bonnes questions, et cela nous permet de mieux appréhender ce nouvel univers à ses côtés. Car, il faut être honnête, il y a beaucoup d'informations à emmagasiner en très peu de temps et le risque d'être vite perdu n'est jamais loin. Néanmoins le personnage de Gwen qui est un vrai pilier pour Jack dans sa quête en est également un pour nous afin que nous puissions naviguer le récit sans trop de heurts.

De plus l'histoire est très rythmée et il y a peu de temps morts. Le roman se déroule sur très peu de temps, une seule petite journée, et tout s'enchaîne facilement. Clairement on a peu de temps pour s'ennuyer entre les pérégrinations des personnages et toutes les informations qui nous sont proposées, de ce fait on a du mal à reposer sa lecture avant de l'avoir terminée.

Ainsi ce premier tome de Section 13 est une réussite. L'auteur met en place un univers riche et plein de promesses si bien que arrivé au bout on a qu'une envie : lire la suite afin d'aller au-delà de cette introduction et découvrir tous les secrets cachés au-delà du bureau des objets trouvés.

par Althea
Mis à l'essai, Tome 1 : Le Sportif et l'Introvertie Mis à l'essai, Tome 1 : Le Sportif et l'Introvertie
L.H. Cosway    Penny Reid   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2018/05/mis-lessai-tome-1-le-sportif.html

Le Sportif et L'introvertie avait dès le début tous les éléments pour m'interpeller : deux personnages de milieux très différents, une héroïne introvertie, et une toile de fond tournée vers les médias et les réseaux sociaux. Et il y avait tout pour aussi me faire craindre des débordements avec un univers médiatique/réseaux sociaux idéalisé ou une héroïne éventuellement tournée au ridicule et à propos de laquelle les clichés s'accumuleraient... Bien heureusement ces débordements ne se produisirent et c'est vraiment une romance fort agréable qui nous est ici proposée par Penny Reid et L.H Cosway.

Tout d'abord j'ai beaucoup aimé le personnage d'Annie qui est loin des clichés habituels et est écrite avec beaucoup d'intelligence et de sensibilité par les auteures. Oui c'est une jeune femme très réservée, qui n'est pas du tout à l'aise au contact des autres... Mais c'est également une battante, une personne avec beaucoup de forces et d'atouts. Des forces et des atouts que plusieurs protagonistes du roman sont capables de voir et d'apprécier, qu'il s'agisse de personnages de son entourage professionnel ou de Ronan, et c'est agréable de voir cela.

Concernant Ronan, j'avoue que là y'a parfois eu certains accrochages entre lui et moi. Globalement c'est un personnage intéressant, avec de belles intentions et tout ça... Mais y'a des passages où honnêtement il m'a bien moins plu par son attitude proche, principalement à l'encontre d'Annie. Ultimement il n'essaie pas de la changer, l'accepte telle qu'elle est, mais sur les débuts de leurs interactions il se permet certains gestes/remarques qui m'ont paru assez déplacés. Heureusement y'a une certaine évolution chez ce personnage et surtout ce sont des points qui reviennent parfois sur le tapis pour être discutés ouvertement entre Annie et lui.

Globalement j'ai d'ailleurs trouvé que la relation qui se tissait entre Annie et Ronan était assez bien gérée et dosée par les auteures. Cela ne va pas trop vite mais on ne tourne pas pour autant cent années autour du pot, nous sommes dans le juste milieu afin que le roman soit rythmé et qu'on soit entraîné par les péripéties amoureuses de nos protagonistes. Ceci en sachant qu'il n'y a pas de surprises de fous dans l'histoire non plus et que grosso modo tout ce à quoi on peut s'attendre se produit à un moment ou un autre (mais on ne fait pas de bonne romance sans un minimum de codes du genre me direz vous).

Après, personnellement, j'ai beaucoup, beaucoup, apprécié tout l'univers professionnel d'Annie. Que ce soit son boulot dans les relations publiques ou son identité secrète "Une cyber espionne" sur son blog, les deux aspects sont hypers originaux et intéressants. Je déplore un peu qu'ils n'aient pas été un peu plus développés car j'aurais aimé vraiment plus en substance comme la jeune femme travaillait, même si bien sûr j'entend bien que cela n'a pas grand intérêt pour la romance en elle-même.

Ainsi j'ai passé un chouette moment à la lecture de Le Sportif & L'introvertie. Je ne connaissais pas du tout les plumes des auteures mais à mon avis elles doivent bien se marier car je n'ai senti aucun décalage à la lecture, même si on alterne les points de vue des deux héros, et le roman est vraiment homogène. Elles ont également une manière très intelligence de parler de confiance en soi, des réseaux, de la célébrité, ou encore de la thématique de l'abandon, et cela apporte une vraie substance supplémentaire à la romance. Je lirais avec plaisir les tomes compagnons à venir selon les personnages qu'ils proposeront de mettre en lumière (apparemment on est parti pour faire toute l'équipe de rugby de Ronan et je ne suis pas du tout contre cette idée ^^).

par Althea
54 minutes 54 minutes
Marieke Nijkamp   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2017/11/54-minutes.html

54 minutes est un roman choc sur un sujet poignant qui est malheureusement encore et toujours d'actualité : les tueries de masse en milieu scolaire. Je ne vais pas vous faire l'affront de vous dire pourquoi c'est un récit touchant et bouleversant en long, en large, et en travers. Toute personne étant capable d'un minimum d'empathie ne peut qu'être ébranlé face à une tragédie de cette ampleur. Bien sûr que la lecture de 54 minutes est dure, sûrement insupportable pour les plus sensibles, et que certains passages peuvent nous emmener au bord des larmes. Mais il y a aussi le reste, ce reste qui pour ma part est ce qui m'a empêchée d'être complètement embarquée dans cette histoire et a fait que 54 minutes n'a pas été un coup de cœur. Donc pour une fois, malgré la note très élevée que j'ai accordée à ce roman, je vais un peu plus appuyer et développer les éléments qui ont pêchés.

54 minutes s'articulent autour de 4 personnages bien précis durant cette bulle temporelle où l'horreur se produit. Claire, Tomas, Sylvia, et Autumn. 4 personnes qui ont toutes des liens avec Tyler, le tireur. Claire est l'ex petite amie de Tyler. Tomas a eu bien des différents avec le jeune homme. Sa sœur jumelle, Sylvia, est en couple avec Autumn. Autumn qui est elle la petite sœur de Tyler. Bref ce sont quatre personnages qui ont gravités autour de Tyler bien avant cet événement et qui se retrouvent donc bien malgré eux impliqué entre peur, regrets, colère, et culpabilité dans sa folie vengeresse.

Honnêtement à la base c'était une assez bonne idée que de se concentrer sur différents personnages, qui vivent chacun l'histoire différemment car ils ne se trouvent pas tous dans l'auditorium, et surtout sur des personnages qui connaissent bien le tireur. Néanmoins Marieke Nijkamp a choisi d'apporter un peu trop d'eau à son moulin et on ne passe pas loin de la noyade. En effet TOUT les personnages évoqués ont des vies compliquées, beaucoup de problèmes, des passées lourds, bref aucun cliché n'est oublié et cela crée une distance qui n'a pas lieu d'être. C'est beaucoup trop et à mon sens cela enlève un peu au sujet principal de l'histoire qui est cette tuerie. L'auteure propose une vision beaucoup trop manichéenne de la problématique, on est dans du tout noir ou tout blanc, alors que ce regard aurait mérité d'être beaucoup plus nuancé, développé, et surtout avec bien moins de sensationnalisme gratuit.

Personnellement, au final, le point de vue qui m'a réellement prise aux tripes c'est celui de Claire. Pas pour le personnage en tant que tel. Mais parce qu'elle nous offre un regard extérieur à l'auditorium. Elle nous offre le point de vue des proches qui attendent à l'extérieur, rongés par l'angoisse et l'impuissance.

Outre ses défauts et ses exagérations, 54 minutes est tout de même un roman qui vaut le coup d'être lu ne serait-ce que pour ce qu'il défend. Et aussi parce qu'il se lit ultra vite. Une fois commencé, on est pris au piège de l'histoire et personnellement je ne m’imaginais pas le reposer avant de l'avoir terminé. Néanmoins si cette thématique vous interpelle, je ne saurais que vous encourager à lire Hate List de Jennifer Brown qui évoque le sujet avec plus de pluralisme, et de profondeur, sans prendre de raccourcis, et surtout sans tomber dans l'exagération.

par Althea
7 lettres 7 lettres
Olivia Harvard   
http://altheainwonderland.blogspot.com/2018/08/7-lettres.html

Une petite précision avant de commencer à vous parler de 7 Lettres : l'auteure est australienne et l'histoire du roman se déroule donc en Australie. Gardez-le à l'esprit si vous comptez lire 7 Lettres, ça vous évitera bien des crampes au cerveau si, comme moi, vous tiquez en entendant parler de la remise des diplômes et de Noël dans le même mois (les années scolaires sont décalées chez nos amis australiens).

7 Lettres est un vrai jeu de piste qui nous entraîne aux côtés de son héros à la recherche de la vérité. Qui est responsable de la mort de Colton ? C'est cette question qui hantera Eliott au fil des pages et des lettres qu'il trouvera dans ses recherches. Le concept même de l'histoire est de ce fait automatiquement prenant et on se sent rapidement investis dans le récit.

Néanmoins je dois dire qu'il y a eu une petite déception en ce qui me concerne à cause du communiqué de presse qui était adressé aux partenaires Hachette et qui spoilait, par des comparaisons hasardeuses avec d'autres œuvres, carrément une grosse partie du dénouement. Heureusement que l'auteure nous réservait encore des surprises car le spoiler était tellement orienté que ça m'a un peu laissé en retrait de l'exaltation des recherches d'Eliott. J'avoue que j'ai l'habitude de me méfier des résumés et des chroniques (surtout sur Booktube où les gens veulent toujours faire des résumés de livres qui n'ont pas lu pour bien trop souvent répéter des spoilers qui ont malencontreusement vus sans s'en rendre compte), mais là je m'attendais pas à ce que ce soit le communiqué de presse qui lâche une partie de l'intrigue comme ça (fun fact -ou pas : j'ai revécu la même chose pas plus tard que le weekend dernier avec un autre éditeur, autant vous dire que j'étais encore une fois hyper blasée).

Quelque chose que par contre j'ai beaucoup apprécié, et qu'aucun spoiler n'aurait pu me gâcher, c'est l'absence de complications causées par les personnages. Ici avec Eliott on est pas face à un protagoniste qui fait 1 pas en avant pour ensuite en faire 2 en arrière, il n'a pas de réactions stupides qui compliqueraient sa quête pour rien, ou quoique ce soit du même acabit. Eliott est totalement conscient des enjeux après lesquels il court, il s'agit après tout de découvrir qui a fait du mal à son meilleur ami, et il n'a aucune hésitation dans sa recherche de la vérité. Cela rend donc le personnage encore plus attachant et l'histoire encore plus entraînante.

L'écriture de l'auteure est quant à elle simple mais terriblement efficace. Comme son héros elle ne s'encombre de fioritures et Olivia Harvard gère parfaitement son suspens et ses indices. Même en ayant été malgré moi aiguillée sur le dénouement, y'a beaucoup de moments où j'ai doutée et me suis posée beaucoup de questions sur les tenants et aboutissants de la disparition de Colton.

Ainsi j'ai énormément apprécié suivre le jeu de pistes qu'est 7 Lettres. L'histoire est passionnante, les personnages touchants, et le rythme du récit termine de nous captiver. Jusqu'au dernier moment ce thriller nous réserve bien des surprises et ce n'est clairement pas pour nous déplaire !

par Althea
The Wicked Deep : La Malédiction des Swan Sisters The Wicked Deep : La Malédiction des Swan Sisters
Shea Ernshaw   
http://altheainwonderland.blogspot.com/2019/04/the-wicked-deep-la-malediction-des-swan.html

Si vous appréciez les romans qui reposent en grande partie sur leur ambiance The Wicked Deep est clairement la lecture parfaite pour vous. Ce roman est proche du huit-clos tant l'atmosphère particulière de la petite ville maritime de Sparrow est figée hors du temps et apporte toute sa couleur à cette histoire de malédiction. On est plongé dès les premiers chapitres dans cet univers suffocant, voir malsain, et on se prend assez rapidement au jeu. On veut savoir qui les Swan Sisters ont choisi comme hôtes cette année et qui parmi les jeunes hommes présents en ville vont faire les frais de leur vengeance.

Le roman évolue entre action présente et flashbacks se déroulant à l'époque où les Swan Sisters ont couru à leur perte. Cela permet de mettre en perspective toute cette histoire de malédiction et d'offrir des bases à l'aspect fantastique du récit (aspect qui reste somme toute assez léger par ailleurs) sans lourdeurs ou longueurs.

Concernant les personnages ils sont sympathiques à suivre sans pour autant être plus marquants que cela. On apprécie suivre l'histoire naissante entre Penny et Bo, les relations que la jeune femme entretien avec certains autres habitants, etc. Néanmoins, à mon sens, le personnage le plus central de l'histoire reste la petite ville en apparence tranquille de Sparrow.

Bien sûr qui dit mystère dit dénouement et surprises. Pour ma part la surprise ne fut pas de la partie, malgré la promesse d'un twist final étonnant, puisque j'ai très rapidement deviné où l'auteure comptait nous embarquer. Il faut dire que des indices sont présents tout au long du récit, il suffit de prêter attention aux détails. Pour autant avoir deviné les intentions de l'auteure ne m'a pas complètement gâché la lecture, au contraire cela m'a permis de poser un œil avisé sur les événements qui se déroulaient au fil des pages.

Ainsi The Wicked Deep est un roman agréable à lire et qui nous embarque aisément dans l'ambiance si particulière et pleine de mystère de la petite ville de Sparrow. Entre mythes et réalités, on observe la malédiction des Swan Sisters s'abattre sur la tranquille petite ville côtière et les pages se tournent toute seule. Malgré tout j'aurais apprécié être un peu plus surprise par le dénouement, le final a beau tenir la route il aurait été exaltant qu'un petit grain de sable vienne enrayer les certitudes que trop d'indices disséminés dans le récit avaient solidifiées.

par Althea