Livres
475 172
Membres
452 474

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-C'est pas vrai ! ragea Tullah. On peut pas repartir !

Ma louve grogna de plus belle. C'est ce qu'on va voir.

Venais-je de parler tout haut? Je la repoussai de nouveau.

Je devais me concentrer.

-Mets bien ta ceinture, Tullah. Van, Claude, calez-vous au pied de la banquette et restez-y.

-Qu'est-ce que ...? commença mon apprentie.

Trop tard. La louve revint à la charge, je la sentis s'insinuer dans mon esprit. J'allais leur montrer à qui ils avaient affaire.

Le regard aiguisé. Les lèvres retroussées.

J'enfonçai l'accélérateur et la voiture s'élança dans un nuage de poussière. A quatre-vingt mètres de là, le second SUV pila en se mettant de coté. Ils étaient convaincus de pouvoir nous empêcher de passer avec ça; ce n’étaient donc pas des Nagas.

Des hommes armés en gilet tactique surgirent du véhicule. L'un d'eux tenait un mégaphone. Comme s'il lui suffisait de me demander gentiment de m’arrêter. Imbécile.

Je tirai par la fenêtre avec mon Mk23 pour voir leur réaction. Ils se baissèrent aussitôt. Aucun doute, ce n'étaient pas des Nagas. Je rengainai mon pistolet en éclatant de rire.

Plus que quarante mètres et nous nous rapprochions à vive allure. Pied au plancher, pneus et moteur rugissant, je fonçais droit sur leur voiture. Les types s'en écartèrent précipitamment en se piétinant les uns les autres.

Je martelai le volant du poing. Plus vite! Plus vite!

-C'est ça! Courrez, bande, de laches! vociférai-je.

-Patronne? cria Tullah. Patronne , qu'est-ce que....?

-On l'appelle pas la Rodéo pour rien.

D'un coup de volant, je tournai la Jeep vers la pente.Comme Claude l'avait appris à ses dépens, la côte était glissante, recouverte de terre meuble mais, en dessous, se cachait de la bonne roche solide. Le moteur grogna tandis que les pneus mordaient le sol.

La Rodéo atteignit le verger à une vitesse ahurissante. Un chemin fendait les terrasses au milieu. En nous y engageant nous mettions les arbres entre nos poursuivants et nous.

Le 4x4 se cabra comme un mustang sur la piste cahoteuse, mais ne faillit pas un seul instant. Au bout du verger, le chemin s’arrêtait, cédant la place à un flanc de roche nue.

-Que font-ils?demandai-je d'une voix forte pour couvrir le bruit du moteur.

-Il y en a qui tirent, répondit Tullah, la voix hachée par les secousses. Mais pas tous. Ils n'ont pas l'air d'accord. Les SUV n'ont pas bougé.

-Ils ne savent pas s'il doivent nous capturer ou nous tuer, compris-je. (Bande d'amateurs!) Au bout du compte, ils ne feront ni l'un ni l'autre.

A cette distance, ils ne pouvaient plus nous toucher.

Le nez de la voiture partit vers la gauche tandis que les pneus patinaient sur la pierre lisse. le véhicule entier chancela et se pencha, le versant de mon coté prenant l'air d'un pic.

Des hurlements montaient de la banquette arrière. Tullah retint une exclamation et s'agrippa à la poignée de maintien. Je m’esclaffai de nouveau.

Génial!

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode