Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ambigat : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Le cycle d'Elric, tome 1 : Elric des Dragons Le cycle d'Elric, tome 1 : Elric des Dragons
Michael Moorcock   
Certains de vos avis sont un peu drôles quand même.

Déjà, ce livre est le premier tome d'une longue série (ah et c'est trop rapide ?). Et le premier livre est surtout une présentation du personnage principal, de son fonctionnement de pensées.
Donc forcément, s'il y a un peu d'action à la fin ça risque de donner cette impression.
Je sais pas, je dis ça, je dis rien...

En tout cas l'histoire est du genre bien traditionnelle dans le style et la plume incroyablement précise et claire dans le choix des mots. Avec quelques passages aux éclaircies et aux noirceurs poétiques.
Le cycle d'Elric Le cycle d'Elric
Michael Moorcock   
Enfin fini ce long cycle. Long, car j'ai lu cette intégrale, qui malgré tout est un bon pavé de 1200 pages en petite taille de police. ça doit être plus facile de lire les tomes séparément.

Ce cycle de Fantasy donc suit l'histoire d'Elric de Melniboné. Un personnage sombre qui, au fil de l'histoire, va se tourner vers le côté obscur auquel il a toujours appartenu, étant d'une race soumise (ou dévouée, selon les points de vue) au Chaos. L'écriture de Moorcock est très belle, poétique, élégante, surtout à partir du second tome, mais la narration est particulière et ne suit parfois pas une fluidité aussi logique et rigoureuse qu'on le souhaiterait. Le premier tome, par exemple, est beaucoup moins détaillé, plus romancé et vite expédié. Deux des tomes du cycle ; la Forteresse de la Perle et La Revanche de la Rose, ont été écrit bien après les autres tomes, et donc ont un style différents aussi. L'histoire générale ne suit pas particulièrement une intrigue principale, et si les histoires se suivent parfois sur deux ou trois tomes, on passe vite à autre chose.
Une chose que j'apprécie néanmoins chez Moorcock, c'est l'intégration de son univers dans un univers supra-ordonné ; le cycle du Multivers, qui réuni les récits des autres incarnation du Champion Eternel ; Hawkmoon et Erekosë. Ces personnes apparaissent à certaines moments, et on sent qu'il y a derrière le cycle d'Elric quelque chose de plus grand.
En général donc, j'ai moyennement apprécié ce cycle, car l'écriture comme j'ai dit est particulière et pas toujours aisée à soutenir un long moment. Les personnages sont pas tellement approfondis, et même Elric dont on connait au bout du compte les peurs et motivations, n'est pas extraordinaire. Moorcock prend parfois des libertés avec sa psychologie, et le manque de logique (ou anachronismes par rapport à son état d'esprit) m'a plusieurs fois heurté. Néanmoins je pense que ça reste un ouvrage de référence de fantasy, notamment pour le thème des épées maléfiques et jumelles, plusieurs fois repris dans la littératures et ailleurs.
(Pour des détails, j'ai aussi critique chaque tome.)
Elric - Intégrale, tome 1 Elric - Intégrale, tome 1
Michael Moorcock   
Ce héros, on me l'a présenté comme un classique de la fantasy et j'ai testé sans savoir à quoi m'attendre. Au final, après la première intégrale, je reste mitigée dans mon avis, pas complétement déçue, mais je m'attendais à plus, à mieux, à autre chose. De plus, ces livres sont des romans antérieurs au cycle principal d'Elric ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_d%27Elric )

Essentiellement, le point qui m'a le plus interpellée est le manque flagrant de cohérence entre les différents récits et livres. Dans le premier, nous avons quelque chose de très prometteur, de presque classique désormais : Elric, dernier empereur de sa lignée, régnant sur un monde déliquescent en pleine décadence. Il lutte pour son trône, pactise avec un démon supérieur et se pâme d'amour pour sa concubine. La magie et les plans dimensionnels sont présents mais en tant que composants du récit, à dose faible. Il y a des enjeux politiques et l'ébauche d'un peuple ambitieux et qui fût conquérant de tous les peuples. Bref, on en redemande avec l'envie de voir cet environnement évoluer. Ensuite, ça se gâte.

Car non, nous ne verrons pas Melniboné dans les deux livres suivants. Elric, prit d'une ambition d'être l'empereur du changement pour son peuple, laisse son royaume en plan et du jour au lendemain quitte tout pour voir le monde, faisant fis de ses obligations; car comme tout un chacun le sait, c'est tout à fait facile pour un empereur de dire "je me casse, je reviens dans 1 année, d'ici là soyez sage".Or c'est là l'intro du second livre et ce n'est pas un spoil que de le dire. Ce livre et le suivant sont donc complétement différent du précèdent et tout les récits qui viennent vont se placer essentiellement hors de la réalité de son monde, dans d'autres plans, mêlant allégrement onirisme, fantastique complet, songes et destinée; ce que l'auteur nomme : multivers (pour multiples univers, et il faudra bien garder ça en tête). Elric va donc vivre des aventures sur beaucoup de plans, rarement le sien, avec plein d'heureuses coincidences qui tombe vachement trop bien à mon goût.

Je n'en dirais pas plus sur les histoires, mais, si elles ne sont pas mauvaises en soit quoique parfois totalement dénuée de tout sens logique, c'est surtout cette brisure entre Melniboné, son empereur, et par la suite Elric le vagabond aventurier qui pour moi est une grande source de déception de par la brisure nette de genre. C'est souvent répété tout le long des histoires, ce voyage initiatique n'est que le commencement et fait partie du grand destin inévitable de notre empereur mais, malgré ces indices fortement disséminés, il n'en reste pas moins que chaque récit est complétement neuf à chaque fois sans reprendre aucun éléments précèdent et c'est, finalement, assez désagréable.

Quant à l'écriture, c'est un goût personnel mais j'aime bien. Il y a un gros côté rétro avec de longue digressions, des monologues intérieurs, des descriptions à rallonge, des personnages qui s’expriment par énigmes, c'est lent, c'est presque contemplatif plus que dans l'action, même les scènes de combat sont évoquées plutôt que racontées avec force détails. Et pourtant, les événements se succèdent rapidement sans toujours de phase intermédiaire, tout n'est - de loin pas - expliqué. Bien sûr, si on aime une écriture simple, rapide et directe, il vaudra mieux passer son chemin. Mais si on apprécie les "vieux" auteurs qui prennent leur temps avec souvent des tournures de phrases alambiquées, pas de soucis.

Pour finir en résumé, Elric est un ancien livre (1972 pour le premier livre de cette intégrale), avec un style caractéristique d'époque, un scénario qui s'éparpille sans cohérence réelle et qui est plutôt une suite d'aventures uniques (en cela, voyez plutôt ces histoires comme des grosses nouvelles que comme un cycle réel destiné à se suivre). Bref, à lire comme classique en oubliant un peu tout ce qu'on a pu lire depuis pour mieux apprécier, je pense. A l'heure où j’écris, je ne suis pas certaine de vouloir continuer dans ma lecture d'Elric, mais pas mécontente d'avoir lu ce livre non plus, quoique restant sur ma faim.


(En aparté et concernant la critique parlant de fantasy pour macho/pour mecs.
Même actuellement, un livre avec de vraie héroïnes, ce n'est de loin pas si fréquent et cela l'était encore moins dans les années 60. Ceci étant et n'empêche en rien, il faut lire le second tome "la Forteresse de la Perle", pour trouver, et oui, une femme forte dans la voleuse de songe Oone qui n'a en rien à pâlir à Elric, bien au contraire car elle est dans cette histoire bien plus à son aise que notre héros qui en est presque réduit au second plan.
Après c'est clair, nous sommes dans un monde violent voir malsain à la base avec les Melnibonéen, dans un écrit qui n'est pas aux standards moderne de féminisme, ce n'est pas DU TOUT une configuration gentillette, malgré son héros faiblard limite pleurnichard par moments, pas l'archétype du mec viril :))
Destination univers Destination univers
Alfred Elton Van Vogt   
Un recueil de nouvelles assez inégales, mais on a plaisir à retrouver l'imagination de van vogt. Certaines de ces nouvelles auraient méritées un bouquin à part entière! Le monstre, la quête...à lire en tout cas si vous aimez cet auteur ou la SF de la belle époque.

La ruche d'Hellstrom La ruche d'Hellstrom
Frank Herbert   
L'Agence a décidé d'intervenir dans le "Projet 40" du Docteur Hellstrom. Ses agents découvrent donc la Ruche. Qui fait peur. Qui fascine. Ces êtres hautement spécialisés, qui forment une organisation "parfaite", sans heurt, toute entière dévouée à la communauté, sont-ils encore humains? Dans un monde où le sacrifice au bien commun n'est plus au goût du jour, peut-on les accepter... leur permettre de vivre... Certes, les choix du professeur Hellstrom font froid dans le dos; mais l'humanité "ordinaire" doit-elle tuer la Ruche? Peut-elle seulement se le permettre...
Franck Herbert nous fait entrer dans cette Ruche qui devrait nous horrifier, et pour laquelle on ne peut s'empêcher de trembler.

par Paraffine
Les Enfants de Ji, L'intégrale 2 Les Enfants de Ji, L'intégrale 2
Pierre Grimbert   
J'ai presque pleuré en plein milieu de ma librairie quand j'ai découvert la suite du "Secret de Ji".
Retrouver ces personnages que j'avais tant aimés et en découvrir de nouveaux ? Quel plaisir !

Certains diront que le cheminement suivi par les enfants est une répétition de la saga précédente. En ce qui me concerne, j'ai adoré voir la génération suivante dans les pas des anciens. Un vrai bonheur.

par Jiro-Reru
Les enfants de Ji, tome 2 : La veuve barbare Les enfants de Ji, tome 2 : La veuve barbare
Pierre Grimbert   
La fin de ce second volume des enfants de Ji est saisisante. Jamais, nos personnages se retrouvent dans une situation bien délicate... l'ambiance du livre est de plus en plus sombre

par magdave
Les enfants de Ji, tome 1 : Le testament oublié Les enfants de Ji, tome 1 : Le testament oublié
Pierre Grimbert   
Si vous avez aimé le secret de Ji, alors n'ayez aucune hésitation.Mais il faut vraiment commencer par le secret de ji avant de lire les enfants de ji.

par magdave
Les enfants de Ji, tome 3 : La voix des aînés Les enfants de Ji, tome 3 : La voix des aînés
Pierre Grimbert   
Nos personnages vont suivre les pas de leurs ainés pour avoir des réponses à leur question... cette suite est palpitante, j'ai hate de lire le 4ème tome

par magdave
Les enfants de Ji, tome 4 : Le patriarche Les enfants de Ji, tome 4 : Le patriarche
Pierre Grimbert   
ce tome 4 amène une dimension plus psychologique sur les relations entre les personnages
toujours aussi palpitant

par magdave