Livres
547 785
Membres
585 213

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par hunter57 2020-09-26T08:15:46+02:00

- « Pas de mort sans vie » peut être que tes pouvoirs peuvent se nourrir d’autre chose que de la douleur.

- Ils n’ont pas besoin d’être nourris, grognai-je

- Non je veux dire : apaisés. Ils sont apaisés par la douleur, mais peut être que…

- Que quoi John ? m’impatientai-je.

- Qu’un autre sentiment qu’on dit aussi puissant que la mort pourrait les apaiser.

- Attends, tu parles d’amour, là ? hoquetai-je en reculant.

- Exactement.

- C’est interdit par l’Enclave, tu me l’as gravé dans le crâne. Et maintenant tu me demandes de me trouver un petit copain ?

Il attrapa de nouveau ma main et m’attira à lui.

- Non, plus qu’un copain. Un amant, un partenaire, un homme pour partager ta vie. Et ça me fait peur, Ambre, parce que crois bien que je suis en train de tomber amoureux de toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par poche 2018-06-12T21:00:25+02:00

CHAPITRE 1 :

Déjà longtemps avant sa mort je suspectais que la Directrice avait été une véritable peste et ses quatre cents années de vie en tant que vampire n'avait pas dû arranger les choses, mais ce n'était que mon opinion. Déjà une heure que j'attendais dans son immense bureau à plafond en clef de voûte où chaque mot résonnait. Comme à chacune de mes visites mon regard vadrouilla dans la pièce richement décorée. À ma gauche s'étendait du sol au plafond une immense bibliothèque en bois sombre, les ouvrages qu'elle contenait avaient l'air tous aussi vieux que la Directrice Adham. Je reportais mon regard en face de moi, la tapisserie suspendu derrière le bureau me laissait toujours perplexe, dessus un chevalier Templier y était brodé, sa cape et sa tunique blanche estampillées d'une croix rouge, volant au vent. La main posé sur le pommeau de son épée dans son fourreau, il semblait attendre quelque chose, ou bien quelqu'un. J'avais échaffaudé toute sorte de théorie fumeuse concernant ce chevalier, mais ma préféré était qu'il attendait sa belle qui n'était d'autre que Veronica Adham, notre Directrice. Revenant de croisade, l'homme pieux avait apprit que son aimée avait été mordu par le démon, et voulant sauver son âme il l'avait pourchassé ne laissant d'autre choix à sa belle que de le fuir. Alors celle-ci avait commandé à un artisan une tapisserie représentant l'homme qu'elle aimait pour le garder à jamais à ses côtés. J'étais partagée entre le rire et le soupire romantique. Peut être qu'un jour je poserai la question. De chaque côté de la tapisserie deux immenses fenêtres en ogive laissaient filtrer la lumière blafarde de la lune rendant ma peau d'albâtre encore plus blanche. Enfin à ma droite une porte en verre donnait sur le minuscule espace de travail de la secrétaire de jour, une petite bonne femme jouflue et exécrable qui à cette heure devait ronfler sous sa couette. Je n'étais pas spécialement pressée de voir la Directrice car présence signifiait encore des embrouilles pour moi. Dans mon dos la présence de deux Gardiens en faction de part et d'autre de la porte de sortie n'arrangeait pas mon sentiment de malaise, le froid surnaturel qui se dégageait de l'un d'eux me mettait les nerfs en pelote. Je me tortillais sur mon siège pour les apercevoir. Mikhail, celui de droite, un jeune homme aux cheveux chocolats qui partaient dans tout les sens, aux yeux verts et au visage espiègle, m'adressa un sourire en coin. Tout l'été nous nous étions entrainés ensemble et avions lié une amitié qui avait changé nos rapports Gardien-Novice. Mikhail était l'un de mes professeurs ici à l'Académie de France, il était arrivé deux ans auparavant et notre faible différence d'âge avait fait que nous nous étions tout de suite entendu. Comme moi, il était d'un naturel rieur contrairement au stoïcisme habituel des Gardiens. je jetais un coup d'oeil à sa gauche pour apercevoir son coéquipier, grand, brun, les cheveux noués sur la nuque, ses muscles délicatement cicelés dans son costume noir de Gardien. Sa prestance dangereuse hérissa les poils de ma nuque et accélèra mon coeur, il ne me regarda pas, continuant de fixer droit devant lui. Observait-il la tapisserie? Se posaitil les mêmes questions que moi concernant le chevalier? Ou tout simplement m'ignorait-il?

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode