Livres
540 223
Membres
570 524

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-17T14:30:21+01:00

Philippe Rey, p. 216

« [U]n sentiment complexe les relie brièvement, qu'elles identifient. Le traumatisme inexprimé que chacune a subi, les raisons qui font qu'elles sont là. C'est aussi subtil et significatif qu'un battement de cœur. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-16T23:18:53+01:00

Philippe Rey, p. 172

« La première fois qu'une tête fit son apparition dans une rue d'Acapulco, le choc fut immense. C'était la tête d'un garçon de vingt-deux ans, aux cheveux noirs frisés rasés sur les côtés et longs sur le dessus. Avec un petit anneau d'or à l'oreille droite. Les paupières enflées, la langue jaillissant de la bouche. On l'avait déposée sur le toit d'une cabine téléphonique publique située devant un Pizza Hut, juste à côté de la fontaine Diana Cazadora. Sur un bout de papier roulé en boule et coincé au coin des lèvres comme une cigarette on pouvait lire : “Me gusta hablar”. J'aime parler. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-15T15:28:44+01:00

Philippe Rey, p. 20

« Elle ne lui demande pas si ça va, parce que désormais la question semblera aussi pénible qu'absurde. Lydia s'efforce de chasser de son esprit les nombreux mots qui ne sortiront plus jamais de sa bouche — le soudain et monstrueux néant de mots qu'elle ne pourra plus jamais dire. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2020-12-15T15:24:09+01:00

Philippe Rey, p. 18

« Sans doute vaudrait-il mieux qu'il aille voit, qu'il contemple les éclaboussures étincelantes et colorées sur la robe blanche de Yénifer, Adrián allongé par terre les yeux ouverts sur le ciel, les cheveux gris d'Abuela, mêlés d'une substance qui ne devrait jamais exister hors de la boîte crânienne. Sans doute vaudrait-il mieux, vraiment, que Luca voie les débris encore tièdes de son père, la spatule tordue sous son poids, son sang qui continue de s'écouler sur le ciment du patio. Parce que rien de tout cela, si horrible que ce soit, n'est pire que les images qui naîtront à vos de son imagination. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode