Livres
458 110
Membres
410 992

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Marlene2303 2017-07-12T18:55:30+02:00

Je pense à ce Lennon Hathaway, le père adoptif de ma fille. Que je ne connais pas encore. Que je vais devoir apprendre à ne pas détester. Pas trop vite. Pas juste parce qu’il est un homme. Et qu’il a pris ma place.

Et sa mère adoptive ? Qui est-elle ? Pourquoi la lettre ne la mentionne même pas ? Y a-t-il une femme dans la vie de ma petite fille ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Underworld 2017-07-10T02:40:34+02:00

L’insolent lève un bras robuste et pointe son doigt vers une destination approximative au bout de la plage.

J’ai du mal à regarder autre chose que son épaule puissante moulée sous son polo, sa manche qui s’arrête juste à la lisière d’un muscle tendu, la peau bronzée de son avant-bras.

– Vous êtes censée regarder au bout de mon doigt, me rappelle-t-il à l’ordre.

– Et vous étiez censé m’accompagner en repérage, rétorqué-je. Pas jouer les GPS.

Il me fixe un instant, passe la main dans ses cheveux en soupirant.

– J’ai un métier prenant. Un enfant à élever. Et beaucoup d’engagements à tenir. Je déteste le temps perdu.

– Pas autant que moi, murmuré-je pour moi-même en repensant à ces cinq dernières années loin de Willow.

– Je n’ai pas entendu.

– Je vous attends, moi ! répété-je en haussant la voix comme si je parlais à un vieillard sénile.

Le visage de Lennon affiche un parfait mélange d’agacement et d’amusement, puis il part devant, en levant au ciel ses yeux couleur nuage. Couleur océan. Couleur orage.

J’adore le provoquer. Il ne marche pas, il court. Et je le regarde faire… parce qu’il est d’une beauté incroyable, en courant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2019-01-27T23:16:17+01:00

[Vous êtes libre ce soir ?]

Je suis QUOI ? Ce soir… Ce soir de cette année ? Mais est-ce que c’est une heure pour proposer un rendez-vous ? Et le jour même ? Et quel genre de rendez-vous c’est, d’ailleurs ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2019-01-27T22:18:51+01:00

Je vérifie qu’aucune mèche brune ne s’échappe de mon faux casque roux en vrais cheveux. Et si c’était des poils d’autre chose ? De sanglier ? Du crin de cheval ? Des franges de tapis démêlées ? Qu’est-ce qui me garantit que j’ai affaire à de l’humain ? Et même si c’en est, qu’est-ce qui me dit que ce ne sont pas des poils d’ailleurs ? De jambes, de bras, de… Bon.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2019-01-27T22:04:04+01:00

le grincheux me fait visiter le premier étage sous les toits en trente secondes chrono et à peine vingt mots :

– Ici, c’est le salon avec kitchenette, la chambre est par là et au bout, la salle d’eau.

– Et pour les toilettes, vous avez un seau ? tenté-je de plaisanter.

– Je peux vous trouver ça. Mais sinon il y a des WC sur le palier.

– Ça ira très bien… dis-je en remballant mon ironie.

– Ne tirez pas la chasse la nuit, ça me réveille.

– C’est noté, ai-je répondu en retenant une nausée.

– Vous accédez à votre logement par l’escalier extérieur, voilà la clé. Je vis au rez-de-chaussée et je tiens à ma tranquillité. Des questions ?

– Peut-on devenir meilleurs amis ? marmonné-je dans ma barbe.

– Pardon ? Parlez plus fort, jeune fille. Ou ne parlez pas du tout, c’est encore plus simple.

– On va faire comme ça… acquiescé-je. Merci pour la visite.

– Le loyer est à déposer chaque semaine dans la boîte aux lettres. Pas de fête ni de cigarettes là-haut. Si vous cassez, vous remplacez. Si vous tombez du balcon, pas mon problème. Vous pouvez utiliser le vélo de ma femme qui est attaché derrière. Il vous servira plus à vous qu’à Dorothy dans sa tombe.

Ça y est, je l’aime...

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2019-01-27T22:38:13+01:00

– Vous avez dix minutes d’avance, me fait-il remarquer.

– Vous auriez préféré dix de retard ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2019-01-27T22:12:03+01:00

Elle ne doit pas être beaucoup plus âgée que moi et j’étais déjà en train de jalouser son mètre soixante-quinze (dont environ trois-quarts de jambe), son teint hâlé, ses jolis bras musclés et son aisance naturelle. Tout en sourire et en fraîcheur. Le genre de filles qui n’a pas de problèmes, jamais. Qui aime la vie et que tout le monde aime.

Et que je viens de décider de détester.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2019-01-27T22:01:13+01:00

Marcher pieds nus dans les dunes ne me procure aucun plaisir. Observer les baleines se reproduire et les phoques se rouler dans le sable me donne l’impression d’avoir soixante-dix ans et rien de mieux à faire que regarder un documentaire animalier. Je peux passer des heures à m’extasier sur une robe haute couture ou un simple ourlet bien fait, mais je ne comprends pas le cinéma que font les gens chaque fois qu’ils voient l’océan. Les falaises me collent le vertige et finissent par me donner envie de me jeter dans le vide.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode