Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de AMIRIMI : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Katiba Katiba
Jean-Christophe Rufin   
j'ai eu du mal à le lire, bien que jean chrisophe Rufin soit un bon écrivain à mon goût et que le sujet traité dans ce livre- le terrorisme au Magrheb- j'ai trouvé qu'il était trop long et que les rebondissements manquaient de réalisme.

.Je l'ai terminé avec beaucoup de mal en plus la fin n'a rien de spectaculaire. En bref ce n'est pas à travers ce livre que je conseillerai de découvrir JC Rufin

par valy
Les grandes affaires criminelles pour les Nuls Les grandes affaires criminelles pour les Nuls
Jacques Pradel   
Jacques Pradel nous convie à un étonnant voyage à la rencontre des criminels les plus endurcis et imaginatifs de tous les temps. En véritable spécialiste du crime, il nous raconte les crimes "légendaires", sans oublier le premier crime de l'Humanité dont la scène de crime nous est parvenue 3.000 ans après les faits conservée dans la glace! De l’Antiquité à nos jours, les plus grandes affaires criminelles (de Martin Guerre à Jeanne d'Arc en passant par Galilée, l'affaire Callas, celle des poisons, etc.) nous sont exposées avec précision et passion. Sans oublier la saga de la police scientifique, de la Chine impériale à l'affaire Grégory, les femmes tueuses, les enfants tueurs, le phénomène des serial killers... Bref un voyage palpitant et vivant au cœur des grandes affaires criminelles en compagnie d'un guide exceptionnel et érudit.Jacques Pradel, journaliste, homme de radio et de télévision, est aujourd'hui l'un des animateurs vedettes de RTL, où il anime chaque jour de la semaine l'émission "L'heure du crime" (14h-15h), suivie par des milliers d'auditeurs

source: fnac
Arrête ton cinéma ! Arrête ton cinéma !
Nicole De Buron   
Le livre porte sur un sujet qui m'intéressais beaucoup, l'envers de la télévision. Le livre est drôle comme chaque livre de Nicole de Buron!
Le Boot Camp Programme minceur Le Boot Camp Programme minceur
Valérie Orsoni   
Plus qu'un régime, un mode de vie !
La motivation, c'est le nerf d'un régime. La reprise du poids perdu, c'est le plus grand risque. Et c'est ce qui est au centre de l'approche du régime Bootcamp, dont la validité est vérifiée par une équipe de médecins.
La méthode est basée sur 3 phases distinctes : DETOX, ATTAQUE, EQUILIBRE ainsi qu'une routine pour booster la perte de poids, «BOOSTER », en cas de petite rechute. Les deux premières phases vous aideront à perdre du poids, et la dernière vous assurera de ne jamais le reprendre. Un vrai coach de régime au ton hyper-mobilisateur. Pour la première fois de votre vie, vous allez aimer votre régime. Et ça tombe bien, car ce sera le dernier !

par pol_a
Métronome : L'histoire de France au rythme du métro parisien Métronome : L'histoire de France au rythme du métro parisien
Lorànt Deutsch   
Dans la préface du livre, Lorànt Deutsch annonce qu’il va raconter « l’Histoire [...] encore vivante sur les lieux où jadis elle se déroula ». Premier souci : aucune source et aucune bibliographie ne sont disponibles.

Et le « Métronome » comporte des erreurs : « au moins une dizaine » selon William Blanc. Parmi elle, il est par exemple écrit dans le « Métronome illustré » :

« Quand Childéric s’envola pour le paradis des guerriers germains, son fils Clovis acheva [le Louvre]. »

William Blanc corrige :

« Le Louvre aurait été construit par le père de Clovis, alors qu’il l’a été par Philippe Auguste, sept siècles plus tard, en 1190. »

Mais pour le site Histoire pour Tous et J.Perrin, les coquilles sont une chose, avancer des faits sans « étayer », en est une autre :

« Lorànt Deutsch affirme mais ne livre aucune vision critique. Par exemple, sa théorie comme quoi Jeanne d’Arc serait la demi-sœur du roi Charles VII [...]. Avancer des hypothèses, c’est le b.a.-ba de tout livre d’histoire. Mais on ne peut pas se contenter de lancer un pavé dans la mare en quelques mots, sans rien justifier, et passer ensuite au paragraphe suivant. »

Exemples des épisodes 1 et 2 de la série

Prenons pour exemple le prolongement télévisuel du « Métronome », soit l’adaptation de l’ouvrage par France 5, réalisée par Fabrice Hourlier. Concentrons nous sur les deux premiers épisodes, qui durent environ cinquante minutes chacun.

Des rois, chefs et saints omniprésents

Au-delà des lutéciennes « qui faisaient leur shopping » au forum et des raccourcis chronologiques soudain entre le VIe et le XIVe puis le VIIe et le XIIe, Lorànt Deutsch a une particularité : il ne parle pratiquement que des saints, des empereurs, des chefs, des rois. Et les encense.

Ce sont eux, et seulement eux, qui font l’histoire. De Saint Denis « notre saint » à Martin de Tours, « un homme généreux qui se consacra aux pauvres », en passant par Sainte Geneviève qui, avec son « charisme, sa foi chrétienne, son autorité et sa richesse, lui permettent de prendre la haute main sur le destin de Paris », on ne compte plus les hommes d’Eglise.

Omissions historiques et légendes au présent de vérité générale

Dès lors que Lorànt Deutsch parle de sanctuaires, d’abbayes ou d’églises, une musique dramatique est utilisée. Le vocabulaire de l’écrivain est parfois exagéré lorsqu’il s’agit de décrire ces lieux avec objectivité : « grandeur de notre patrimoine » ; « symbolique » ; « émouvant » ; etc.

Et tout est fait pour glorifier, en oubliant certains passages de l’histoire, ou en ommettant d’employer le conditionnel :

en 885, Paris est assiégé par les Vikings. Et selon Lorànt Deutsch, dans l’épisode 2, c’est le comte de Paris d’alors, Eudes de France, « véritable héros », qui a permis de les faire partir. Il oublie de préciser que le roi Charles III le Gros a dû payer un tribut aux Vikings pour qu’ils déguerpissent, comme le précise Christophe Naudin.
Les miracles ? Ils existent ! Martin de Tours sauve un lépreux et l’évêque Saint Marcel tue une bête mystérieuse. Lorànt Deutsch raconte aussi l’histoire du serrurier Biscornet à Notre-Dame qui signe un pacte avec le diable. Tout cela est raconté au présent, sans aucune précision ou mise en garde.
Les révolutionnaires, ces horribles « persécuteurs »

Enfin, avec Lorànt Deutsch, il ne fait pas bon être révolutionnaire et défier l’ordre, la monarchie ou la royauté. Car avant même que la révolution ne soit évoquée par l’écrivain, les acteurs en prennent pour leur grade.

L’écrivain parle, dans un premier temps, de « fureur révolutionnaire » ; « fureur populaire » et des « nouveaux persécuteurs » qui « saccagèrent » une abbaye bénédictine. Dans l’épisode 2, le présentateur va plus loin.

Selon lui, les révolutionnaires auraient sciemment stocké du salpètre [poudre à munition, ndlr] dans l’église Saint-Germain avec « une volonté réfléchie de faire pourir de l’intérieur le fondement des édifices religieux ». Comme l’avance Christophe Naudin, Lorànt Deutsch oublie de préciser qu’il pouvait tout simplement s’agir d’un lieux de dépôt pour les armes.

Et lorsqu’il évoque le roi Dagobert, au sujet de sa mauvaise réputation, la faute revient à « la brutalité révolutionnaire ». Il précise :

« La Révolution, qui se moque bien de la vérité historique, a produit cette rengaine pour railler les rois et les saints. »

Des convictions politiques trop visibles

D’après William Blanc, ces erreurs et ommissions sont « orchestrées » afin de rendre compte d’une histoire « où rois et saints catholiques sont à la fois héros et moteur ». La comparaison avec le livre « Le Tour de la France par deux enfants » est appropriée selon lui.

Sur le site Histoire pour Tous, J. Perrin acquiesce :

« L’histoire ne cesse de graviter autour des rois, des reines et de leurs proches au point que nous avons parfois le sentiment que c’est à eux seuls que nous devons cette histoire. »

Matthieu Lépine, professeur d’histoire, parle en ces termes de l’émission dans un article consacré à la série :

« Cette émission, présentée comme un outil d’éducation populaire n’est en réalité qu’une arme de propagande, faisant à la fois l’éloge de la monarchie, la glorification de la chrétienté et le réquisitoire de la Révolution française. »

Et William Blanc de conclure :

« Derrière cette vision, il y a sans doute un auteur qui a du mal à cacher ses convictions royalistes et catholiques ultra. »

Lorànt Deutsch : « un royaliste de gauche »

Loin de la frilosité de certains artistes à s’épancher sur leurs opinions, l’écrivain français assume ses positions politiques dans les médias : il se dit « royaliste de gauche ».

Il l’a afffirmé au micro de RMC le 28 septembre 2009, puis lors de l’émission « On n’est pas couché » le 27 novembre 2010, et plus récemment sur Europe 1 le 6 avril 2012.

Et au Figaro, en mars 2011, il déclare :

« Pour moi, l’histoire de notre pays s’est arrêtée en 1793, à la mort de Louis XVI. Cet événement a marqué la fin de notre civilisation, on a coupé la tête à nos racines et depuis on les cherche [...].

C’est comme avec la religion, on essaie de faire triompher la laïcité, je ne sais pas ce que cela veut dire. Sans religion et sans foi, on se prive de quelque chose dont on va avoir besoin dans les années à venir. Il faut réintroduire la religion en France, il faut un concordat. »


par kaline
Mémoire infidèle Mémoire infidèle
Elizabeth George   
620 pages : encore un pavé signé de la maîtresse du thriller psychologique, E George ! Je l'ai lu avec plaisir encore que comme d'habitude je n'ai pas deviné d'emblée qui avait tué et pour quelles raisons fumeuses... Elle nous balade de suspects en suspects avec un double meurtre à des années d'intervalle : le bébé Sonia Davies et sa mère, Eugénie ! Le personnage de Frances Webberly est étonnant avec sa crainte de sortir de chez elle, qu'elle finira par dépasser pour aller au chevet de son mari, le commissaire Malcom. Winston Nkata de New Scotland Yard est aussi attachant dans son enquête auprès des deux femmes : Katja et Yasmin. On le voit s'éprendre de Yasmin et ne pas oser le lui dire mais son amour transparaît dans son désir de s'occuper de son fils Daniel (Dan) comme un modèle de droiture dans son monde brisé. Le couple Linley et Ellen est aussi attachant car on suit un peu la grossesse et le fait qu'ils hésitent à en faire part à leur meilleure amie, Deborah !... C'est un roman très sensible, très féminin et captivant.

par fanfan50
L'Étranger L'Étranger
Albert Camus   
Un livre dérangeant, qu'on aime ou qu'on déteste mais à lire au moins une fois !
L'Iliade ; L'Odyssée L'Iliade ; L'Odyssée
Homère   
Tout dépend quelle traduction on lit, pour ma part ce n'était pas celle de Leconte de l'Isle, qui je crois est très complète et donc très très longue ! J'ai lu une version assez simplifiée.
En vérité c'est un chef-d'oeuvre considérable, avec une narration perfectionnée, mêlant intrigue, aventures, et drames... C'est une source d'inspiration pour toute la poésie épique grecque. On peut même la considérer comme l'ancêtre des sagas médiévales et du roman.
Mais qui en est réellement l'auteur ? ;)

par Kiriu
1984 1984
George Orwell   
Effarant comme on peut facilement relier l'intrigue avec la néo-société d'aujourd'hui. Effrayant aussi, mais quelle histoire ! Et quel auteur ! Ce livre m'a donné envie de lire des livres plus littéraires, moins étiquetés comme 'livre pour jeune'

par Romaiin
La Conjuration des imbéciles La Conjuration des imbéciles
John Kennedy Toole   
Infiniment drôle, c'est le fond critique et finalement sans gaieté de ce livre qui en fait un chef d'oeuvre.
Je pense que décrire ce livre comme humoristique serait une grossière erreur, car malgré les nombreux fou rires qu'il provoque, ce bouquin dénote une grande détresse de la part du "héros" qui ne trouve pas sa place dans la société américaine, et ne souhaite pas la trouver.
C'est un livre sur lequel je crois sincèrement qu'il faut s'attarder. L'humour est subtil, la critique toujours omniprésente mais si bien amenée... L'auteur était un grand, cela ne fait aucun doute.

par Lilith-