Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Amita : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
De l'eau pour les éléphants De l'eau pour les éléphants
Sara Gruen   
[spoiler][/spoiler]

Inutile de vous dire que c’est l’adaptation du film qui m’a poussé, presque pressé, de lire le livre éponyme. J’en avais vaguement et lointainement entendu parler. La libraire a finit de me donner l’eau à la bouche…. Pour le livre ! C’est avec un enthousiasme non dissimulé que je me suis plongé dans cette histoire pour voir que quoi il en retournait.

Quelle plongée ! Après quelques pages sur la situation du héros j’étais vite emporté, je dirais même happé par le train comme le héros. A partir de ce moment, on est en parallèle avec lui, on découvre, subit et vit ce qu’il va vivre. Le plus flagrant a été la découverte du monde de l’ombre du cirque de cette époque. Comme cela est très bien présent à l’esprit quand on lit : rappelons que c’est une période économique et sociale difficile durant les années 30, pour les états unis qui ont subit un crac boursier dû au pétrole. La vie devient hors de prix, les écarts sociaux se creusent et la misère s’installe. Malgré que les Etats-Unis soit le pays de la liberté et de l’espoir pour tout étranger qui s’y installe. On est dans cette optique là car les parents du héros sont des émigrés polonais.

Revenons au cirque. Le hasard a fait que notre héros n’est pas tombé dans le plus reluisant des cirques. Conséquence de l’époque ou de ses directeurs, humains ou animaux sont traités comme des moins que rien, et subissent de plein fouet la crise. Malgré qu’il y ait des différences de traitement entre les ouvriers, les artistes et les animaux, aucun des statuts n’est à envier ! La fin sera toujours la même : les rails pour certains ou …. pour les autres je vous laisse lire ou deviner !

Hormis ces conditions dures, Jacob le héros, fera des rencontres qui changeront sa vie. Notamment parmi les ouvriers et une artiste particulièrement. On découvre ici des personnages complexes et profond. Je pense en premier à Walter le clown bourru mais qui aime les animaux, à Earl le « gorille » avec un cœur ou le magistral August, bipolaire qui peut susciter à la fois l’admiration et la terreur. Personnage que j’ai trouvé magnifiquement repris dans le film. Un personnage qui a du sortir du livre et menacer les scénaristes pour qu’il ait plus d’importance que dans le livre. Et les scénaristes ont eu une très bonne idée de l’adapté comme ça. Dans le livre cela ne dérangeait pas qu’il soit le second du directeur, mais je pense que cela aurait fait défaut et alourdit le film.

J’ai aussi adoré la relation triangulaire qui se tisse entre Jacob, Marlène et les animaux, notamment l’inoubliable et touchante Rosie, l’éléphante, et le petit singe Bonobo oublié attaché à Jacob au début du livre. De part son intelligence Rosie est un personnage incontournable et qui sera le tournant révélateur et décisif pour nos héros.

Ce livre ne serait pas complet sans la bonne idée qu’a eu l’auteur de montrer la position et la condition humaine des personnes âgées, qui n’a pas beaucoup changée au niveau de l’image que l’on a parfois ou de l’idée que l’on s’en fait. On ressent une réelle émotion entre les récits du Jacob jeune mêlé à celui du Jacob vieux. On comprend aussi pourquoi les personnes âgées peuvent être encore pleines de vie. Tous simplement parce que grâce ou à cause de leur vie souvent dure qui leur ont forgé le caractère, ils sont plus conscients que nous (plus jeune) qu’ils sont « vivants » et compte encore en profiter. Ils dépassent leurs conditions physiques en esprit mais celle-ci les clouent au sol en leur donnant l’impression qu’ils ne sont plus que des choses inutiles et oublié par leur entourage. J’ai particulièrement été sensible à ce côté très juste qui n’a pas beaucoup changé de nos jours malgré tout ce qu'on fait pour les personnes âgées. Elles retrouvent une vielle amie de la vie longtemps oubliée mais qui revient souvent et implacablement à la fin, la solitude.

Pour finir, on se doute de la première fin, qui est sommairement raconté au début, et qui est l’une des raisons qui amène Jacob à se souvenir car il a été piqué par un autre vieux vantard de son foyer d’accueil. Mais pour ma part je ne me suis pas un seul instant douté de la fin ultime de Jacob. En y repensant j’en souris encore et j'ai les larmes aux yeux en même temps. Un sourire de la vie qui continue.


par facteur84
Le Parfum Le Parfum
Patrick Süskind   
Je m'attendais à un roman long, incompréhensible et barbant, mais c'est raté et j'ai été agréablement surprise. Comme l'à dit une critique :" à chaque page, de nouvelles senteurs", c'était le but non ?

par vagabonde
Deux soeurs pour un roi Deux soeurs pour un roi
Philippa Gregory   
J'ai dévoré ce livre. J'ai absolument adoré l'histoire. J'aime beaucoup les romans historiques et tout ce qui traite du Moyen Age et de la Renaissance. Ce livre était très intéressant car on pouvait se plonger dans la vie à la cour des Tudor. Qui n'a jamais voulu savoir ce qui s'y passait? Beaucoup de suspens jusqu'à la fin. J'ai tout de suite accroché à l'histoire. Je trouve que cette autre façon de parler est fascinante. Par contre une chose est sûre, après avoir lu ce livre, je sais que je n'aurais pas voulu vivre à cette époque... c'est un livre qu'il faut absolument lire. Même une personne n'aimant pas les romans historiques peut l'aimer. C'est plus une histoire d'amour qu'une histoire de chevalerie, mais c'est une histoire d'amour qui change de l'ordinaire. Je le recommande vivement!

par katou6464
Les Apparences Les Apparences
Gillian Flynn   
« Les Apparences » est un thriller extrêmement bien pensé et construit. Les moindres petits détails sont calculés et ont leur importance. J'ai beaucoup aimé la façon dont l'auteur nous plonge au cœur de l'enquête sur la disparition d'Amy.

[spoiler]La psychologie des personnages est assez fascinante. Gillian Flynn arrive à nous dresser des portraits très changeants de ses protagonistes : on déteste Nick avant de se prendre de compassion à son égard ; l'inverse se produit avec Amy, dont la machination la rend méprisable bien que pas moins fascinante. L'idée de nous la faire découvrir dans un premier temps à travers un journal intime, même si factice finalement, nous rapproche d'elle et ne rend la révélation de son simulacre que plus obscène. On se demande comment, nous lecteurs, avons bien pu se faire berner si facilement.[/spoiler]

Il n'y a rien de bien original dans l'écriture de Gillian Flynn, si ce n'est un style toujours clair, direct qui, d'une certaine façon, nous rapproche des personnages par son manque de fioritures : nous sommes vraiment dans la tête des protagonistes.

Le dénouement m'a plu malgré le côté très frustrant d'une fin qui n'est pas celle que l'on aurait pu attendre. [spoiler]La folie d'Amy est détestable autant qu'elle est délectable, et même si le sort de Nick fait peine à voir, j'ai beaucoup aimé la façon dont l'histoire se termine.[/spoiler]

En bref, Gillian Flynn nous livre ici un thriller très prenant, qu'il est fascinant de lire et d'en découvrir les machinations. Pour ceux qui se poseraient la question, l'adaptation de David Fincher, Gone Girl, colle très bien avec le bouquin et est excellente, n'hésitez pas à la découvrir également !

par x-Key
Lolita Lolita
Vladimir Nabokov   
Au delà du problème éthique que pose le livre, on est réellement devant un pur chef-d'oeuvre de la littérature, aussi bien américaine que mondiale.
Le style de l'auteur est magnifique, bien qu'il se perde (rarement cela-dit) dans des descriptions absconses.
Les personnages sont tout aussi ambiguës les uns que les autres en particulier Dolores, mélange complexe d'innocence et de malveillance.
Nabokov excelle dans l'art de décrire cette Amérique lointaine, aussi bien dans ses paysages bucoliques que dans ses mœurs et son humour noir ne fait que nuancer un tableau déjà noirci par son sujet.
Le livre pourrait se confondre aussi bien dans le genre policier que le drame ou encore le road-movie tant sa trame est maîtrisée et complexe.
Un pur régal, à ne pas mettre entre toutes les mains.

par Bully66
Simplement Kate Simplement Kate
Erin Bow   
Simple Kate habite un monde de sorcellerie et de superstitions. Un monde où une mélodie peut guérir les blessures, un monde où les ombres cachent des pouvoirs mystérieux.
Lorsque la misère frappe le village de Kate, les habitants cherchent un bouc émissaire et leurs regards se tournent vers Kate. Mais voilà que Linay entre en scène avec une proposition : en échange de son ombre, Kate pourra fuir et éviter de périr sur le bûcher en plus de voir l'un de ses souhaits exaucés. Kate saisit l'occasion en rêvant d'une vie nouvelle où elle pourra enfin trouver une famille et un lieu où il fait bon vivre. Mais Kate peut-elle vivre éternellement sans son ombre? Les desseins de Linay sont-ils plus noirs que ce que Kate n'aurait oser l'imaginer?

Une connaissance inutile. Auschwitz et après II Une connaissance inutile. Auschwitz et après II
Charlotte Delbo   
Bien moins dur que le précédent (Aucun de nous ne reviendra). Ce que l'on ressent le plus pendant la lecture, c'est la solidarité entre les femmes, elles se racontent leur passé pour tenir le coup et pour ne pas l'oublier. Il y a l'espoir de vivre, la volonté de vivre et de se soutenir.

par manou4
Coraline Coraline
Neil Gaiman   
Il n'y pas d'âge pour les contes et heureusement pour moi. Ce petit livre, qui se dévore rapidement est agréable à lire. ce n'est pas de le grand littérature mais c'est quelque chose de frais, on aime découvrir Coraline et cette grande aventure... et j'ai également un coup de coeur pour son nouvel ami. Si ce livre est pour les enfants, il n'a pas pour autant mis de côté la noirceur du monde, ce qui évite le côté trop naïf qui peut parfois déplaire

par Alowne
Bel-Ami Bel-Ami
Guy De Maupassant   
C'est bien la première fois que j'aime un roman tout en haïssant viscéralement le héros ! Je l'ai maudit tout au long de ma lecture qui fut un régal, tant la plume de Maupassant nous comble et nous plonge au coeur même de Paris vers la fin du XIXe siècle ! Quel bonheur d'explorer le monde du journalisme, ce livre est riche, analysant la gloire et les déchéances qu'elle dissimule, la fortune, les femmes et les relations humaines avec lucidité . Un petit bijou d'intelligence !

par Godeleine
La Ferme des animaux La Ferme des animaux
George Orwell   
Je ne pensais pas du tout trouver dans ce bouquin ce que j'y ai découvert, à savoir une réplique du communisme et ce qu'il a entrainé dans cette ferme.
Je trouve que ça montre si bien ce contre quoi les idéologies tentent de lutter, mais qui finit toujours par être rattrapé par la réalité, à savoir : la tendance humaine vers l'omnipotence, le pouvoir, la supériorité. C'est si beau, pourtant, dès le début on ne peut qu'être émerveillé ; c'est une révolution ! Sage l'Ancien l'avait prédit, son discours a fait chavirer les cœurs et tout le monde y a cru. Oui, mais voila. Une fois le pouvoir renversé, que faire ? Comment ne pas commettre les même erreurs, et s'assurer que tout est fait pour le mieux pour tout le monde ?
Ce livre m'a fait penser au livre de Werber "Le Papillon des Etoiles", à travers la reproduction d'un passé qu'on voulait abolir, presque inconsciemment, normalement. Comme si tout ça était justifié.

Mais forcément, comment croire que ceux qui, à un moment, prennent un quelconque pouvoir, voudront s'en défaire, le rendre au peuple, à celui qui a mené la révolte ? Encore faudrait-il que chacun partage l'idéologie, et soit sincère. Je revois encore, dans ce récit, celui de ces communautés utopiques, telle qu'Auroville, qui a succombé sous la pression du monde extérieur pour finalement reproduire les schémas, les erreurs, les modes de fonctionnement du monde qu'ils avaient quitté.

Ici, non seulement la réalité prend le pas sur le rêve, par la pression du social et de la nécessité matérielle, mais en plus, ceux qui détiennent le pouvoir semblent mener les esprits pour leur propres buts, qui va vers toujours plus de pouvoir, plus de privilèges, plus d'aliénation... Que faire alors, sinon une nouvelle révolution ? Mais la révolution est-elle destinée à suivre cette ellipse pour revenir, chaque fois, au point d'où elle a commencé ?