Livres
524 765
Membres
543 202

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Amy_ : Mes envies

Broken Love, Tome 1 : Fear me Broken Love, Tome 1 : Fear me
B. B. Reid   
First book where i left my confort zone. guess i had trouble adjusting myself to the angsts, and the reaaaally fucked up relationship between lake and keiran but god i how i loved it and craved for more ! the storyline was interesting, the side characters relationship with each other made me grow attached to them and want to read their own story !

par Jess_bl27
The Harbinger, Tome 2 : Rage and Ruin The Harbinger, Tome 2 : Rage and Ruin
Jennifer L. Armentrout   
Un autre livre de JLA qui me laisse sur le cul… Cet univers est parmi mes préférés de cette auteure. Honnêtement je suis encore choquée par la fin et j'essaie encore de m'en remettre. Je ne sais vraiment pas comment me préparer mentalement pour attendre l'année prochaine pour la suite…

par zoubaayed
The Nevernight Chronicle, tome 1 : Nevernight The Nevernight Chronicle, tome 1 : Nevernight
Jay Kristoff   
«Never fear. Never flinch. And never, ever forget.»

Nevernight n'a pas été écrit pour les âmes sensibles. Et heureusement pour ma petite personne, je n'en suis pas une. Il aurait vraiment été regrettable de passer à côté d'une telle perle.

Je peux être vulgaire? Jay Kristoff ne se prive pas alors je crois que ce commentaire peut être vulgaire. Histoire d'être un minimum à sa hauteur?

OK.

Alors.

ARRH!

Je n'y arrive pas. Je ne trouve pas un gros mot qui soit à la hauteur de Nevernight. ^^

Vous avez remarqué que je ne sais pas quoi dire, n'est-ce pas?

Nevernight est une tuerie.

Littéralement.

Et bien-sûr, moi âme insensible, j'ai adoré!!!!

Résumé de Nevernight en une longue phrase mais une phrase quand-même:
Mia veut venger sa famille et pour cela rien de mieux que d'intégrer le Poudlard des assassins (The Red Church), où les cours donnés sont différents de ceux que Harry Potter suivait mais tout aussi fascinants, si vous aimez prendre des bains de sang. ;)

Alors? Vous êtes tentés?

Oui, donc, Nevernight est sanglant. Et pas que! Jay Kristoff n'a eu peur de rien en écrivant ce roman.

Et on l'en remercie de tout notre cœur parce que c'est SPLENDIDE.

D'ailleurs, en parlant de Jay Kirstoff et de Nevernight, cette plume!! OMFG.

Bien que j'ai eu besoin d'une cinquantaine de pages pour m'y adapter, je ne peux nier que cet auteur a une plume de dingue et qui mérite vraiment d'être lue.

Alors pour vous expliquer un peu, Jay Kristoff est un professionnel de la description parfaite. C'est-à-dire qu'il va vous donner absolument (ab-so-lu-ment) tous (tous!) les éléments dont vous avez besoin pour visualiser une scène, un personnage, ou autre avec des mots triés sur le volet sans que le tout soit lourd et d'un ennui insupportable.

Sa plume a parfois un côté poétique, ce qui est assez délirant dans un roman où trancher des gorges est un passe-temps. C'est intense, aucun problème pour ressentir les émotions des personnages ou l'atmosphère du moment. Pff! Je ne sais même pas quoi vous dire qui puisse vous faire comprendre mon amour pour sa plume.

...

Maintenant que j'y pense.

À la page 16 de ma copie (signée par l'auteur, j'en fais ma nouvelle fierté♥) j'ai écrit (détendez-vous, je l'ai écrit sur un post-it que j'ai ensuite collé à la page) «Ces mots s'immiscent en vous comme un froid glacial que vous accueillez à bras ouverts.» Oui 1. je me sentais d'humeur à écrire une phrase soit-disant super profonde, et 2. je n'étais qu'à la page 16 et j'aimais déjà Nevernight. Si ça ce n'est pas un coup de cœur! ♥

De manière générale, Nevernight est un roman bien complet.

→ Le scénario est addictif, cohérent, et imprévisible. L'auteur ne nous donne pas une seconde pour nous ennuyer, les rebondissements et retournements de situations sont bien présents et j'en passe. Autant dire que ça vaut carrément la découverte.

→ Le world building est intéressant et ne laisse la place à aucune question sans réponse. J'ai beaucoup aimé ce que j'en ai découvert. Et c'est peut-être bête mais j'adore le fait qu'il y ait trois soleils et que le temps passe autrement - j'admets que je pourrais pas l'expliquer mais si vous avez lu Nevernight vous comprenez sûrement où je veux en venir. Et si vous ne vous êtes toujours pas lancé et donc que vous ne voyez pas où je veux en venir, eh bien vous n'avez qu'à aller lire Nevernight. ;)

The Red Church est un endroit qui m'a fascinée. Honnêtement, je ne suis pas sûre que j'y mettrai les pieds, pas pour tout l'or du monde, mais si jamais vous avez le goût du danger (et le mot est faible), TRC pourrait être votre prochaine destination de vacances!

Avant de me lancer dans les personnages, je veux parler romance. Si vous êtes un romantique ou si au moins vous cherchez une romance, Nevernight n'est pas fait pour vous. Je veux dire, concernant Mia et Tric, il y a bien des sentiments entre eux mais ils n'y pensent pratiquement pas et n'en parlent pas du tout entre eux. Ce n'est une romance à proprement parler. En gros, ils couchent ensemble, rien de plus. Du sexe, donc.

Cela dit, je suis bien heureuse qu'il n'y ait pas de romance à proprement parler et que nos personnages s'en tiennent au sexe. Hello, ce sont des assassins; ils tranchent des gorges comme vous vous feriez une partie de bonne paye (qui joue encore à la bonne paye?). Alors honnêtement, la romance ferait tâche dans le décor. Alors que le sexe, ça leur donne un côté humain mais pas assez pour qu'on se dise qu'ils ont un putain de cœur qui bat dans leur poitrine. Vous voyez où je veux en venir?

Maintenant, passons aux personnages que j'ai tout bonnement adoré! Autant les méchants que les... est-ce qu'on vraiment parler de gentils? Non parce que c'est pas que je tienne absolument à vous le rappeler mais ILS TRANCHENT DES GORGES. Ils sont dans une "école" où on apprend à tuer, à séduire pour tuer, à empoisonner, etc. Donc. Disons qu'il y a les méchants et ceux qui sont gentils à la manière Nevernight, OK?

Bref, tout ça pour dire que je les ai trouvé géniaux. Qu'ils fassent partie des personnages principaux ou secondaires.

Je me dois, en premier lieu, de parler de Mister Kindly. Parce que ce chat-qui-n'en-est-pas-un est l'amour de ma vie. Je vous jure s'il était humain, je lui demanderai de m'épouser. Si, à ce point!

OMFG il ferait un humain super sexy dans le genre sombre et mystérieux... Je suis prise de regrets, là.

Mister Kindly (le-chat-qui-n'en-est-pas-un) est génial, vous l'avez compris. Et SURTOUT il a une répartie que j'adooooooooooooooooore! meow

Mia. Mia. Mia.
J'ai adoré Mia. Quelle surprise! Elle n'est pas véritablement méchante. Mais en vue des circonstances qui l'ont amenées jusque-là on ne pas non plus prétendre que c'est un ange.

Cela dit, je l'ai trouvé badass, intelligente, et un brin attachante. Chacune de ses réactions, de ses actions, de ses pensées, etc. était en accord avec l'image que je me faisais d'elle avant de me lancer dans Nevernight. C'est une adolescente (16 ans) qui n'a pas froid aux yeux et qui ne recule devant aucun obstacle.

Ah, Tric. Lui aussi il est génial et une part de moi aurait aimé le voir encore plus. [spoiler]Malheureusement on n'en aura pas l'occasion puisqu'il est MORT. *pleure toutes les larmes de son corps.*En tout cas, c'est un personnage que j'ai beaucoup aimé découvrir et qui a su me plaire dès sa première apparition.[/spoiler]

Concrètement, chaque personnage m'a laissé une impression différente mais chacun est mortel. Tiens, tiens. #pasfaitexprès

[spoiler]Cependant, il y a un personnage plus que les autres que j'aurais aimé découvrir d'avantage parce qu'il m'a marqué lors de ses apparitions; c'est Lord Cassius/The Black Prince/Lord of Blades. OMG. Je ne sais pas pourquoi mais du peu qu'on peut voir de lui dans Nevernight, je suis sa fan numéro 1. Et sa mort m'a donné les larmes aux yeux![/spoiler]

Bref, je crois que vous avez compris mon avis sur les personnages.

Arrivée moins d'une cinquantaine de pages de la fin, mon cœur a morflé. Jay Kristoff nous offre une fin explosive avec de nouveaux rebondissements, des révélations, etc. Et même si les centaines de pages précédentes semblaient nous y préparer, je doute qu'on puisse être prêt pour un tel final!

C'est donc une excellente conclusion avec un arrière goût de torture; j'avais envie de tuer des personnages fictifs et en même temps j'étais tentée d'aller me rouler en boule dans mon lit sous ma couverture et attendre jusqu'à ce que je m'en sois totalement remise. Ce qui prendra du temps.

En conclusion, Nevernight est un gros coup de cœur. Ou un bon coup de poignard. À voir. Je ne sais pas ce que ça fait de moi mais j'ai adoré. ;)

Bien-sûr, inutile de préciser que si vous êtes sensible à la violence, au sexe, ou quoi que ce soit dans le genre, je ne vous conseille pas de lire ce roman. En revanche si aucun de cela ne vous dérange, foncez!

Une dernière précision, si vous n'êtes pas un habitué des lectures VO (dans le cas présent l'anglais), inutile de commencer l'expérience par Nevernight. Ou du moins, je ne vous le conseille pas. Il faut avoir un très bon vocabulaire autrement, on se perd dans les descriptions, etc. Après bien-sûr, ce n'est qu'un conseil.

Maintenant, je n'ai qu'à attendre Septembre prochain pour Godsgrave. Juste assez de temps pour m'y préparer!

«When all is blood, blood is all.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/03/nevernight-jay-kristoff/

par Sheo
Wicked Saga, tome 1 : Wicked Wicked Saga, tome 1 : Wicked
Jennifer L. Armentrout   
Bonjour
Il y a des chances pour qu'il sorte en français ????

par Lolo1807
Campus Drivers, Tome 1 : Supermad Campus Drivers, Tome 1 : Supermad
C. S. Quill   
http://lesjolieslecturesdepapier.com/2020/09/supermad-campus-drivers-tome-1-c.s.quill.html

Une nuit. C’est le temps qu’il m’a fallu pour lire le premier tome de Campus Drivers. Une nuit à me dire, à chaque nouveau chapitre, qu’il fallait que je stoppe ma lecture et que je dorme. Mais vous savez quoi ? Cette lecture valait la peine de faire une nuit blanche. Mon addiction pour Campus Drivers a pris le dessus sur mon sommeil et honnêtement, je ne m’attendais pas du tout à ça…

Campus Drivers, c’est le genre de roman dans lequel tu te plonges sans réfléchir pour passer un super bon moment, en essayant d’oublier tes problèmes. Pari réussi donc pour C. S. Quill qui est parvenue a me faire passer une nuit blanche, grâce à sa plume, son humour et ses personnages. Je connaissais déjà l’auteure, mais c’était la première fois que je lisais un de ses romans. Et après avoir terminé Campus Drivers, je me suis demandé pourquoi je n’avais toujours pas lu ses livres. C. S. Quill possède une plume très additive, fluide et vraiment prenante. Dès les premières pages, elle avait déjà obtenu toute mon attention.

Il faut dire que l’auteure sait faire languir ses lecteurs. Je pensais découvrir une romance rapidement construite, comme on peut souvent avoir l’habitude de suivre dans d’autres livres de ce genre. Au final, ça a été tout le contraire. L’auteure prend le temps d’approfondir cette relation si particulière qui va naître au fil du récit entre les deux principaux protagonistes. Cette relation m’a tenue en haleine jusqu’a la fin et j’ai failli devenir dingue à force d’attendre un premier baiser qui ne sembler jamais venir ! Heureusement, ça méritait absolument d’attendre ! Cela a permis entre autres que la tension entre Lane et Lois soit à son paroxysme au moment de cette scène tant attendue.

Néanmoins, ce n’était vraiment pas gagné entre eux, au départ. Lane, c’est LE célibataire endurci qui tient à sa solitude et privilégie les histoires sans lendemain, sans attaches. Alors quand il se retrouve à devoir héberger Lois, qui vient de se faire larguer, Lane voit ses habitudes de célibataire complètement chamboulées. Au début, Lane et Lois ne peuvent pas rester plus de 5 minutes dans la même pièce sans se chamailler et s’envoyer des piques à la figure. Et croyez-moi, leurs boutades sont vraiment très divertissantes. Pourtant, malgré l’agacement mutuel qu’ils ressentent l’un pour l’autre, une amitié naît de leur cohabitation et Lane se rend compte qu’il n’est peut-être, après tout, pas si mal de partager son appartement avec Lois.

La romance entre eux est super bien construite. C’est tendre, touchant, mais sans forcément tomber dans les niaiseries et les clichés. Le fait que celle-ci débute d’abord par une amitié, la rendue davantage crédible à mes yeux. Je n’ai rien contre les romances niaises, ça fait quelques fois du bien à mon petit côté fleur bleue d’en lire, mais je préfère de loin les romances qui se rapprochent bien plus facilement de la réalité. En tout cas, j’ai adoré leur complicité, leurs railleries, les émotions que leur couple nous fait ressentir… Comme l'a si bien fait remarqué Adam à Lane, il était certain qu’avec Lois Lane, on ne pouvait pas lutter.

Concernant les personnages, c’est sans aucun doute, en plus de la romance, l’un des points forts de ce roman. Ils sont tous super-attachants et j’ai adoré découvrir cette bande de copains complètement déjantée. Chacun possède sa propre personnalité, ses propres qualités qui le rendent si unique aux yeux du lecteur. Même si ce premier tome est centré sur l’histoire de Lois et Lane, C. S. Quill s’assure de nous présenter l’ensemble des personnages. On parvient facilement à s’attacher à eux avant même de découvrir leur propre histoire. J’ai également beaucoup aimé le travail qu’a effectué l’auteure autour de la psychologie du personnage de Lane.

Lane est un personnage que j’ai beaucoup aimé et que j’ai pris plaisir à découvrir. C’est le book boyfriend par excellence. Il est drôle, compréhensif (même si ce n’était pas gagné au départ), gentil… Bref, il a toutes les qualités nécéssaires pour nous faire craquer. Sous ses airs de séducteur, Lane est en réalité une personne sensible et qui traîne comme tout le monde son lot de casseroles. C’est quelqu’un qui a tendance à se fermer et se montrer distant quand quelque chose ne va pas. L’arrivée de Lois dans sa vie va lui permettre de se montrer un peu plus ouvert, plus heureux.

En conclusion, je suis totalement tombée sous le charme des Campus Drivers. Ce premier tome est un gros coup de coeur et après avoir fait connaissance avec cette joyeuse bande d’amis, il me tarde vraiment de découvrir plus en détail le reste des personnages masculins. En plus, avec une fin pareille, je suis dégoutée de ne pas encore posséder le second tome ! Il est sûr et certains que la saga Campus Drivers est LA saga de cette fin d’année et je suis heureuse d’avoir découvert la plume de C. S. Quill ! Je me suis très souvent surprise à rire toute seule durant ma lecture et c’est quelque chose qui fait vraiment beaucoup de bien ! Si vous hésitez encore, je vous recommande fortement ce premier tome !

par Aur31
Le Destin d'Orïsha, Tome 1 : De sang et de rage Le Destin d'Orïsha, Tome 1 : De sang et de rage
Tomi Adeyemi   
3/5

Lire ma review : https://www.wilkymay.com/article/livres/494/chronique/children-of-blood-and-bone-legacy-of-orisha-1-de-tomi-adeyemi

"We are all children of blood and bone"

Je suis superficielle au point d’être attirée par les livres qui sont au sommet de la hype. Et Children of Blood and Bone est définitivement la sortie la plus populaire du moment. Il fallait donc que je le lise. Obviously.

Mais j’avoue que ce n’est pas la seule raison. La couverture et le résumé m’ont également donné très très envie.

• La couverture est juste SUBLIME. Les cheveux et les yeux clairs combinés avec une peau foncée, c’est vraiment ce que je trouve de plus beau.

• Le résumé est alléchant : dans un univers inspiré de l’Afrique de l’Ouest, Zélie est chargée de faire revenir la magie qui a complètement disparu il y a plus de dix ans. Depuis ce jour, le peuple des maji est persécuté par le roi qui ne cesse d’exprimer sa haine envers eux. C’est avec l’aide de son frère et d’une princesse en fuite que Zélie va se mettre en route pour accomplir sa destinée. Mais à ses trousses, nous avons la garde royale menée par l’impitoyable Prince Inan qui va tout faire pour empêcher le retour de la magie…

L’univers est ce qui m’a le plus plu. C’est la première fois que je lis un livre de fantasy inspiré de l’Afrique et honnêtement, j’ai très envie d’en lire davantage. DONNEZ-MOI DES LIVRES INSPIRÉS DE CETTE MAGNIFIQUE CULTURE ET DE CES PAYSAGES INCROYABLES.

La plume de l’auteure est magnifique et addictive, pas de regret de ce côté-là. J’ai été happée dès les premiers pages du livre. D’ailleurs, en lisant les premiers chapitres, j’étais convaincue que ce livre allait être un véritable coup de cœur. Imaginez ma déception quand je me suis rendue compte que ce livre tombait en réalité dans la catégorie “comme-tous-les-autres-YA-que-j’ai-déjà-lus”.

Oui, parce qu’au final, Children of Blood and Bone ne m’a pas complètement renversée. Je suis restée sur ma faim. Beaucoup de potentiel qui n’a pas été exploité comme je l’aurais aimé. Quel dommage.

"If they burn our homes— I burn theirs, too. "

C’est au niveau des personnages que ça coince. Ils manquaient de complexité, de profondeur. J’ai bien aimé l’idée de leur personnage, du rôle qu’ils avaient à tenir, de leur personnalité (Zélie, une fille forte qui a vu sa mère mourir sous ses yeux, Amari, une princesse en fuite qui se rebelle contre son père, Inan, un prince rongé par ses propres démons….) mais pas l’exécution. Au final, je ne me suis pas assez attachée aux personnages.

• Zélie. Ma préférée. Badass, forte, déterminée… mais noyée par les autres points de vue (ce livre alterne trois points de vue différents). Elle reste au final assez banale par rapport à toutes les héroïnes fortes que l’on retrouve dans les livres de YA alors qu’elle aurait pu être tellement, tellement plus que ça. Sans parler du fait qu’à un certain point dans l’histoire, elle est carrément devenue The Chosen One™ et ça m’a vraiment agacée.

• Amari. Je ne sais pas pourquoi mais c’est celle que j’ai le moins aimée. Elle avait tellement de potentiel trop peu exploité que ça m’a tout de suite refroidie. Une princesse qui rejette ses privilèges et qui se bat pour un peuple opprimé ? YASS. Mais elle aussi manquait de profondeur. J’ai juste aimé sa forte connexion avec son amie qui a été tuée au début (ce n’est pas un spoiler, ça arrive très vite dans le livre). Malheureusement, même cet aspect n’a pas été exploité comme je l’aurais voulu. Ça ne m’aurait pas dérangée qu’il y ait plus que de l’amitié entre elles par exemple. Ça aurait été vraiment plus tragique. Mais non, Amari va se rapprocher du frère de Zélie et c’est là que tous mes rêves sont tombés à l’eau car JE NE SHIP PAS. Et du coup, il n’y a vraiment eu aucune allusion sur le fait qu’elle puisse être gay ce qui aurait carrément pu sauver une bonne partie de ce bouquin. Il y aurait au moins eu un personnage acceptable dans cette affaire.

• Inan, le frère de Amari. Le beau prince ténébreux. *tousse* *tousse* C’est le personnage qui m’a le PLUS déçue et qui a limite fait foirer toute mon appréciation de ce livre. Encore un potentiel gâché. Il devait représenter le Vilain complexe et torturé à la poursuite de nos héros. Mais non, il est plus gentil que méchant et quand il essaye d’être menaçant, ça ne fonctionnait tout simplement pas. La tension autour de son personnage était mal gérée du coup ce n’était pas crédible. Je suis triste. C’était ce personnage qui m’avait le plus intriguée en lisant le résumé du livre...

Le dernier point qui m’a fait lever les yeux au ciel : la romance. Ce livre n’avait tout simplement PAS besoin de romance. Et puis comme j’ai été déçue par Inan, je l’ai encore plus été quand Zélie et Inan se sont rapprochés. C’était censé être une relation love/hate excitante mais comme je le disais plus haut, Inan n’est pas un antagoniste assez fort pour jouer ce rôle. Déception intense. Encore et encore.

Je voulais mettre deux étoiles à ce livre, mais quand j’ai repensé au début du livre que j’ai beaucoup aimé, à la plume de l’auteure et à l’univers riche et unique, j’ai finalement décidé de récompenser Children of Blood and Bone d’une étoile supplémentaire. J’ai besoin de plus de livres de fantasy inspirés de cultures aussi diverses que celles-ci dans ma vie.

par wilkymay
Your Name (Le roman du film) Your Name (Le roman du film)
Makoto Shinkai   
Your Name
Et une perle dans cette catégorie exceptionnelle à lire d'urgence je suis passé par plein d'émotion un livre magnifique Gros Coup De Cœur 2017
PS : Je vous conseil vivement d'aller voir le film un complément sublime qui fait que le roman et encore plus apprécié je l'adore ...
Les Sœurs Carmines, Tome 1 : Le Complot des corbeaux Les Sœurs Carmines, Tome 1 : Le Complot des corbeaux
Ariel Holzl   
<3 Voilà un gros coup de cœur. <3
J'avais envie de lire ce livre depuis longtemps, alors quand je l'ai vu au salon du livre de Montreuil je n'ai pas hésité une seconde à le prendre. Malheureusement timide comme je suis je n'ai pas décroché deux mots à l'auteur et je le regrette encore.
J'ai mis un bon moment avant d'entamer la lecture, je voulais vraiment avoir le temps de me plonger dedans à 100 %

Tout d'abord la couverture est sublime aussi bien la couleur que le dessin, c'est un de mes plus beaux livres <3
Ensuite les personnages sont vraiment excellent, chaque une des sœurs a son propre caractère et apportent vraiment quelque chose à l'histoire. J'ai adoré les pages du journal de Dolorinne, qui est mon personnage préféré de l'histoire avec monsieur Nyx bien sûre.
L'univers est vraiment particulier et assez unique, j'aime beaucoup que le côté sombre du décor qui pourrai être à la limite du glauque mais que l'auteur nous rend presque poétique, un peu comme l'étrange noël de monsieur jack.
Bref, c'est une histoire très originale, j'ai adoré m'y plonger et j'ai hâte de lire la suite.

par Utopie
Sweet Summer, l'intégrale (tomes 1 à 4) Sweet Summer, l'intégrale (tomes 1 à 4)
Marie H-J.   
Après 15 jours totalement immergé dans l'univers des sweeties, il est temps d'en parler, et quelle pépite ! Je n'avais pas envie de tourner la dernière page. Je pourrais rester dans cette ambiance tout l'été !
-
Jean Eude dirige "sweet love" une asso qui à pour but d'aider les jeunes homosexuels en difficulté ( elle me fais bcp penser à une autre bien connue d'ailleurs). Il est entouré de 4 garçons, 4 garçons qui ont eu besoin de lui il y a quelques années et qui aujourd'hui vont bien (ou presque). Et il leur lance un défi :
-
Un été pour tout changer.
4 cœurs esseulé, 3 destinations, 2 mois de vacances et 1 pacte : l’amour à trouver …

Voilà comment tout commence... Et nous suivons donc ces 4 garçons chacun leur tour avec un fil rouge, un groupe de discussion appelé "sweet summer" afin qu'ils puissent échanger entre eux sur l'avancée de leur défi !
-
Chaque tome à été juste parfait et comme j'aime.
Les scénarios sont supers sympas, dans un cadre estival fun à chaque fois : du camp de vacances en camping, au voilier en passant par le club de vacances, le tout en restant réaliste et sans basculer dans l'utopie paradisiaque.
-
Quant aux personnages, mais rhô lala... Ce quatuor va me marquer pour un bon moment. Ces 4 garçons pleins d'avenir comme les appelle Jean Eude, drôles et touchants à la fois.
Chacun avec une personnalité bien à lui.
J'ai aimé leurs histoires, à chacun d'entre eux et pour différentes raisons.
Mine de rien derrière un cadre léger estival, certains messages plutôt forts passent et j'aime ça.. . Relation père fils, confiance, sexualité, amitié, tolérance et bien d'autres encore.
Si je devais choisir, mon coup de cœur va à Valentin, dès les premiers chapitres...

Et bien évidement comment ne pas parler de leur groupe de discussion, "Sweet Summer" j'ai lu dans ces échanges des pépites à me tordre de rire !!

-

C'est pétillant, c'est drôle, c'est aussi plein d'amour et d'émotion. Je suis fan !
Alors... merci Marie pour ces doux moments !
-

"A vos gaules... Prêt ?... Tirez !!!!"
Illuminae, Tome 3 : Dossier Obsidio Illuminae, Tome 3 : Dossier Obsidio
Jay Kristoff    Amie Kaufman   
Lire le troisième et dernier tome de la trilogie Illuminae a été pour moi comme remettre les pieds dans des chaussons particulièrement confortables. Au départ, j'étais tout à la sensation agréable et familière, puis, j'ai commencé à découvrir les accrocs disgracieux de l'usure, jusqu'à me rendre compte, qu'en fait, malgré toutes les tentatives pour les masquer, il était temps de m'en séparer.

Il y a toujours ce rythme soutenu, cette narration particulière et attractive qui rendent le tout addictif, mais le prenant ne se transforme jamais en surprenant et les émotions fortes peinent à se libérer. La faute aux mêmes schémas déjà reprochés au second tome, dans lesquels les auteurs sont ici retombés, en pire même, puisqu'il n'est même plus besoin d'être attentif et de réfléchir pour voir clair dans l'intrigue: tout est servi sur un plateau d'argent.

Je pensais surtout lire la (re)formation du couple Asha/Rhys sur Kerenza, en ayant de temps en temps des nouvelles du reste de l'équipe en route pour cette même planète, mais ce fut plutôt l'inverse. Résultat, un couple bâclé pas aussi attachant que les deux autres, un développement des événements sur Kerenza survolé, qui rend improbable et indigeste l'effusion de bons sentiments du dénouement, et surtout, un gros désappointement: tout ça pour ça ?

Bref, heureusement qu'il s'agit du tome de conclusion. Je suis bien contente de pouvoir laisser cette série de côté sans la voir baisser encore plus dans mon appréciation, elle qui avait si bien commencé. Le premier tome fut un presque coup de coeur, dont les suivants ne furent que copie sur copie. Cependant, une chose est demeurée fidèle à elle-même tout du long, même dans les passages les plus faibles: AIDAN. Grâce à lui je referme le livre sur une note réconfortante, aussi minime soit elle.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode