Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de anais68000 : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Le Royaume des Carpates, Tome 1 : Le Prince de l'Ombre Le Royaume des Carpates, Tome 1 : Le Prince de l'Ombre
Christine Feehan   
Une superbe histoire d'amour. La manière dont l'auteur a modifié l'idée des vampires est absolument géniale et fascinante. une fois que l'on a commencé à lire ce livre, on ne peut plus s'arrêter.
Le Journal de Mr Darcy Le Journal de Mr Darcy
Amanda Grange   
Comme cela fait du bien de se replonger dans nos vieux bon classique, même si celui ci n'a pas était écrit pas notre grande Jane Asten, mais je doit dire que l'auteure Amanda Grange, as réussi à rester fidèle à l'histoire, je doit dire que j'ai adorer pouvoir découvrir les pensées intime de notre cher Mr Darcy. chose que j'ai bien apprécié c'est que l'histoire ne s'arrête pas au moment ou Elizabeth accepte d'épouser Mr Darcy mais on peut découvre quelques mois de leur vie à Permberley.
Que dire de plus a part que tout comme l'original j'ai eu un coup de coeur pour cette histoire.

par marick76
La Sélection, Tome 2.6 : The Favorite La Sélection, Tome 2.6 : The Favorite
Kiera Cass   
Je crois que le livre sort le 6 octobre 2015 en France mais je ne suis pas sur.

par mama14
Notre-Dame de Paris Notre-Dame de Paris
Victor Hugo   
Il y a longtemps que je voulais lire ce roman. Déjà attiré par l’histoire quand j’étais plus jeune, puis par la comédie musicale qui m’a chamboulé. Je n’ai jamais eu l’occasion de le lire. J’ai donc profité du cadeau que l’on m’a fait.


Critiquer l'œuvre Victor Hugo, l’un des plus grands écrivains de notre culture, est peut être fou ou impensable. Mais cela vaut quand même la peine d’autant que nous ne sommes plus dans le même siècle que ces œuvres et que la littérature et les mentalités ont évolués. Ainsi je vais m’atteler à ce dur exercice.


Plus qu’une histoire tragique cela devient une œuvre, une fresque temporelle. Hugo y décrit toute la société de cette période. Il montre la vie du peuple, des miséreux comme des nobles, la hiérarchie et les règles. Il y décrit aussi la ville de Paris mais aussi sa cathédrale phare de ce temps là : Notre Dame. Je dis œuvre et fresque car on ressent bien pendant la lecture, l’amour qu’a l’auteur en décrivant le paris d’autrefois, les us et les coutumes, la cathédrale son rôle et son but. Hormis ses connaissances propres qui devaient être grandes, on sent que l’auteur a du fournir un gros travail de recherche pour être sur de ce qu’il parle. Je dis fresque encore, car le choix de cette date dans l’histoire pour y placer son récit n’est pas anodin de la part de Hugo. 1482. Cela ne vous dit rien ? Réfléchissez et ajoutez une dizaine années… Oui nous y sommes ! La découverte des Amériques ! Le roman se passe à l’aube de grands changements dans la façon de voir le monde, dans la façon de penser. « Nous sommes à l’aube d’un monde qui se scinde » ; dit l’auteur. D’un monde où « ceci tuera cela ». Et Victor Hugo l’explique et se fait le plaidoyer des deux parties : la fin du moyen âge et le début de la renaissance. La fin de l’expression de l’art des monuments, de la pierre et le début de l’imprimerie qui va révolutionner la façon de communiquer et de penser. Ceci tuera cela ; le papier tuera les cathédrales ; l’auto-réflexion tuera la foi ; la bible tuera l’église ; et l’homme tuera dieu.


Je ne vais pas vous résumer ici la trame de l’histoire car elle est bien connue de tous je pense, et si ce n’est pas le cas, d’autre l’on déjà fait mainte fois avant moi. Mais juste vous dire qu’à la lecture, j'ai bien ressenti les fossés qui nous séparent entre notre littérature de maintenant et la littérature du temps de Victor Hugo. La façon d’amener et de présenter l'histoire et les personnages est faite de façon géniale certes, mais supporter de lire les digressions de l’auteur sur son savoir sur telle ou telle chose qui n’ont rien à voir avec l’histoire : Merci mais non ! Bien sur cela peut nous ouvrir l’esprit. Je dis bien « peu », car quand cela se déroule tout le long d’un livre. Je vous le dis franchement j’en ai eu mon gonfle à un moment donné. Et le pire est arrivé j’ai sauté des pans entiers de pages voire même des chapitres. Oui je sais c’est criminel ! Mais ceux qui l’ont lu, pourrons me comprendre.


Il est vrai que cela pouvait servir peut être les lecteurs (ou lectrices comme le montre implicitement l’auteur, de son temps il n’y a que les femmes qui avait la faiblesse de lire des histoires romanesques… à méditer mesdames et messieurs…), la culture n’était pas la même. L’organisation scénique, les jeux des personnages non plus, car en lisant, on n'est pas toujours à même de comprendre pourquoi tel ou tel personnage agit ainsi ou est intégrer là. Du fait du fossé de nos deux cultures cela peut paraitre désuet, lourd ou complètement inutile.


Hormis les histoires qui se croisent dans ce roman, l’auteur s’en sert pour dénoncer, comme commencé plus haut, certains sujets qui vont changer à jamais dans cette époque, mais aussi dénonce aussi la question de la beauté, de l’apparence, des origines, des classes sociales et peut être certaines absurdités que le catholicisme continue à imposer et perpétrer encore de nos jours.


Néanmoins je vais garder un très bon souvenir de ce livre. Car il est sans conteste une œuvre monumentale comme sa cathédrale. C’est aussi une œuvre touchante, poignante, et cruelle de la part de ce concept original, sûrement pour l’époque, que de mettre en scène un quatuor amoureux unilatéral dans chaque duo avec Esméralda. Je retiendrai de ce roman les belles déclamations de sentiments et torture de certains des personnages comme en témoigne, si vous êtes allez lire mes citations sur le site, la torture et les sentiments qu’éprouve Frollo ; la rage, l’humilité, la touchante reconnaissance et l’amour qu’éprouve Quasimodo.


La fatalité (maître mot de l’auteur dans ce récit) et les tortures sentimentales ont été les moteurs dans ce roman. Qu’y a-t-il de plus poignant, d’horrible qu’un religieux qui s’interdit d’aimer mais qui déclare quand même son amour alors qu’en retour il ne reçoit pas de réponse favorable ? Qu’y a-t-il de plus touchant et de plus horrible encore, qu’une personne jugée sur l’apparence soit remise au rebut de la société, maltraité et soit méchant pour répondre et renvoyer l’image que les gens refusent de voir d’eux même ? Qu’y a-t-il aussi de plus horrible que cette même personne aime de façon sincère et que l’autre en face ne puisse s’attacher qu’a l’apparence qu’il a et ne peut pas voir au-delà ? Thèmes ô combien visitées dans la littérature, les arts, et ô combien déjà vu dans nos vies que la quête de paraitre. Mais tellement tragique et beau !


par facteur84
La Princesse de Clèves La Princesse de Clèves
Marie-Madeleine Pioche de La Vergne La Fayette   
La langue peut être un freint à la lecture de ce livre, mais il serait dommage d'y renoncer pour cette raison. La plupart des éditions comportent des notes qui "traduisent" ce français classique en un français plus moderne.

Le style est très agréable, fluide, mélodieux. Bien sûr la langue classique, désuette, galante, apporte du cachet à la lecture. Mais le charme de cette histoire réside dans la subtilité de son scénario : la fille de Mme de Chartes, Mme de Clèves, l'objet du désir de M. de Nemours, devient au fil des pages un je*qui va jusqu'à s'émanciper (ou non) de/pour sa passion amoureuse.

Ce roman n'est pas une histoire d'amour, mais une histoire d'amours. Le prince, Nemours, l'historiette, les intrigues de la cour, et, évidemment, la princesse de Clèves, tous ont une façon d'aimer, une histoire amoureuse qui leur est propre, qui résonne de manière plus ou moins forte dans le roman en se faisant écho les unes aux autres.

Mme de Lafayette nous livre une oeuvre à la compostion intelligente, sensible et poétique et semble, depuis la fin du 17e, nous poser cette question fondamentale (je l'espère pour vous aussi) : qu'est ce donc qu'aimer ?

par MintThea