Livres
568 933
Membres
624 257

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaires de livres faits par Animia8

Extraits de livres par Animia8

Commentaires de livres appréciés par Animia8

Extraits de livres appréciés par Animia8

- De grâce, ne me parlez plus de votre amour, je sens monter en moi des désirs de meurtre.
- Est-ce possible ? Mais, Nina, c'est comme ça que ça commence.
- Quoi donc ?
- L'amour.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Si j'ai écrit ce moment, c'était parce qu'il était impossible à dire. L'écriture commence là où s'arrête la parole, et c'est un grand mystère que ce passage de l'indicible au dicible. La parole et l'écrit se relaient et ne se recoupent jamais.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je peux me permettre d'écrire les vérités les plus risquées, on n'y verra jamais que des métaphores. Ça n'a rien d'étonnant : le pseudo-lecteur, bardé dans son scaphandre, passe en toute imperméabilité à travers mes phrases les plus sanglantes. De temps en temps, il s'exclame, ravi : "Quel jolie symbole !" C'est ce qu'on appelle la lecture propre. Une invention merveilleuse, très agréable à pratiquer au lit avant de s'endormir ; ça calme et ça ne salit même pas les draps.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Oui, mes livres sont plus nocifs qu'une guerre, puisqu'ils donnent envie de crever, alors que la guerre, elle, donne envie de vivre. Après m'avoir lu, les gens devraient se suicider.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Un écrivain qui hait les métaphores, c'est aussi absurde qu'un banquier qui haïrait l'argent.
- Je suis sûr que les grands banquiers haïssent l'argent. Rien d'absurde là-dedans, au contraire.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Comment voulez-vous qu'un écrivain soit pudique ? C'est le métier le plus impudique du monde : à travers le style, les idées, l'histoire, les recherches, les écrivains ne parlent jamais que d'eux-mêmes, et en plus avec des mots. Les peintres et les musiciens aussi parlent d'eux-mêmes, mais avec un langage tellement moins cru que le nôtre. Non, monsieur, les écrivains sont obscènes ; s'ils ne l'étaient pas, ils seraient comptables, conducteurs de train, téléphonistes, ils seraient respectables.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Croyez-vous à une vie après la mort ?
- Non.
- Alors, vous croyez que la mort est un anéantissement ?
- Comment pourrait-on anéantir ce qui est déjà anéanti ?
- C'est une réponse terrible, ça.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
En général, les gens veulent aimer et être aimés.. c'est ça qui les rend heureux, semble-t-il. Moi, je suis heureux lorsque les gens me haïssent... J'ai toujours envie de faire du mal à ceux que j'aime.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
A chaque fois qu'une personne fait une recherche, j'en sais un peu plus sur elle. Ses préférences, ses addictions, ses goûts... Et je finis par la connaître mieux qu'elle ne se connaît elle-même.
"Comment faire pour que l'amour de ma vie me dise des mots tendres"
Impossible car le chocolat, ça ne parle pas !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
A force de dire que l'on trouve tout sur Internet, certains finissent par le croire.
"Où sont mes lunettes ?"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Mais ce n'est pas là que leur histoire s'achève.
Leur histoire ne fait que commencer.
Et aucune histoire ne s'achève jamais vraiment tant qu'elle continue à être racontée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Spoiler(cliquez pour révéler)
Zachary se met à rire et Dorian se penche afin de cueillir son rire sur ses lèvres et il n'y a désormais plus rien entre eux : ni mots, ni distance, ni même le temps ou le destin pour venir compliquer les choses.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je pense que les meilleures histoires sont celles qui vous donnent l'impression de continuer à exister quelque part, dans leur espace à elles.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les idées de Zachary sur une possible vie après la mort ont sans cesse varié, de rien du tout à la réincarnation en passant par des univers infinis autogénérés, mais il en revenait toujours à se dire qu'il était vain de vouloir essayer de deviner quoi que ce soit et qu'il verrait bien quand il mourrait.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Ensuite j'ai fait des cookies à la cannelle et je me suis mixé un clover club, vu que j'avais des blancs d’œuf en rab. Et puis je me suis mise à jouer à Dark Souls et maintenant je me sens mieux.
Chaque fois que l'écran affiche "Vous êtes mort", je me sens mieux.
Vous êtes mort.
Vous êtes mort et le monde continue à tourner.
Vous êtes mort et c'était pas si terrible, pas vrai ? Reprenez un cookie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dorian coule dans une mer de miel, entraîné vers le fond par un courant sirupeux. C'est trop épais pour qu'il puisse nager, ça s'accroche à ses vêtements et l'aspire vers le bas. Une noyade sucrée.
Ça ne figure même pas dans la liste des cent premières façons dont il s'attendait à mourir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Toutes les histoires sont une seule et même histoire.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
une étoile en papier qui a été dépliée et repliée en une minuscule licorne, mais la licorne se souvient du temps où elle était étoile, et d'un temps encore plus ancien où elle faisait partie d'un livre, et parfois la licorne rêve au temps d'avant qu'elle soit un livre, quand elle était un arbre, et au temps d'encore beaucoup plus longtemps avant, quand c'était une autre sorte d'étoile
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Elle m'a beaucoup parlé d’œufs et de les empêcher de se casser.
- Quand un œuf se casse, il devient davantage qu'il n'était, déclare Mirabel après un instant de réflexion. Et qu'est-ce qu'un œuf, sinon quelque chose qui attend d'être cassé ?
- Je pense que l’œuf était une métaphore.
- On ne fait pas d'omelette sans casser quelques métaphores", conclut Mirabel.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Elle étudie la forme de ses lèvres. Peut-être qu'un visage est trop difficile à traduire en mots.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Comme je disais, on a tous envie de faire partie d'une histoire.
- On fait tous partie d'une histoire, mais ce que les gens veulent, c'est faire partie de quelque chose qui mérite d'être raconté.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Qu'est-ce que vous vendez de beau ? ajouta-t-il en désignant le sac parsemé de constellations, car ils n'avaient pas encore abordé le sujet.
- Des étoiles. Vous voulez les voir ? Je vous ferai une remise pour vous remercier d'être de si bonne compagnie. Je pourrais même vous montrer les pièces que je réserve d'ordinaire à mes meilleurs clients.
- Je n'aime pas les étoiles", rétorqua le voyageur.
Le marchand éclata de rire.
"Tout le monde aime les étoiles. Tout le monde rêve de saisir ce qui existe hors de sa portée. De tenir l'extraordinaire entre ses mains et de garder le merveilleux au fond de sa poche."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Ils étudient leur histoire pendant un an.
Ils doivent la savoir de mémoire. Plus que de mémoire, ils doivent la savoir par cœur. Pas pour pouvoir simplement en réciter les mots, mais pour les ressentir, sentir la forme de l'histoire alors qu'elle évolue, se soulève, retombe et accélère ou serpente jusqu'à son point d'orgue. Pour pouvoir se remémorer et raconter l'histoire de façon aussi intime que s'ils l'avaient vécue eux-mêmes et de façon aussi objective que s'ils y avaient joué chacun des rôles.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Un garçon au début d'une histoire n'a pas moyen de savoir que l'histoire a commencé.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Loin sous la surface de la terre, à l'abri du soleil et de la lune, sur les rivages de la mer sans Etoiles, se trouve un labyrinthe de tunnels et de pièces remplis d'histoires. Des histoires écrites dans les livres, enfermées dans des bocaux, peintes sur les murs. Des odes imprimées sur la peau ou sur des pétales de roses. Des contes gravés sur les carreaux du sol, certains passages effacés sous les pas. Des légendes sculptées dans le cristal des lustres. Des histoires cataloguées, entretenues, vénérées. Les plus anciennes préservées tandis que de nouvelles poussent autour d'elles.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Ils ne parlent pas.
Ils ne se sont jamais parlés.
Le pirate enroule une boucle de cheveux de la fille entre ses doigts.
La fille se penche vers les barreaux, la joue posée contre le métal froid, aussi près que possible tout en restant à un monde de distance.
Assez près pour un baiser.
"Raconte-moi une histoire", dit-elle.
Le pirate obtempère.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode