Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Anne-Sophie-12 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
1Q84, Livre 1 : Avril-Juin 1Q84, Livre 1 : Avril-Juin
Haruki Murakami   
Au fur et à mesure que ma lecture progessait, je m'immergeais de plus en plus dans le récit. Je ne connaissais pas du tout l'auteur et sa plume est réellement envoutante. On sent que chaque détail a son importance et on s'efforce de tout retenir mais l'auteur fait suffisamment de retour en arrière pour qu'on se souvienne de tout.
L'univers est extrémement déstabilisant et les questions augmentent au fur et à mesure du développement du récit.
Vivement que je me procure le tome 2 !
1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre 1Q84, Livre 2 : Juillet-Septembre
Haruki Murakami   
Je me suis encore laissée envoûter par ce deuxième tome, dans lequel les liens entre les deux univers de 1984 et 1Q84 se dévoilent peu à peu. Le rythme est lent mais l'intrigue progresse de façon continue et inéluctable, comme les deux protagonistes vers leur destin. Je reconnais qu'il n'est pas toujours facile de suivre un enchainement logique et rationnel à l'histoire, mais cet univers est tellement singulier , poétique , plein de métaphores , que le lecteur s'y trouve happé, captivé par l'histoire de ces personnages hors normes et tellement attachants.
A Silent Voice, Tome 2 A Silent Voice, Tome 2
Yoshitoki Oima   
Un deuxième tome vraiment très bon, qui vient contrebalancer le caractère assez "dur" du premier.
En fait, l'enfance personnellement, ça me fait penser à ça : l'alpha et l'omega puis les autres qui suivent. L'école, c'est une véritable cage aux fauves. Après tout, qui n'a jamais critiqué ? Qui n'a jamais envié (même un peu) les gens populaires ? Qui n'a jamais eu envie de se faire bien voir par certaine personne ? Qui n'a jamais vu une personne se faire délaisser sans finalement rien dire, ou sans vraiment s'en apercevoir ?
Le premier volume tournait autour de l'acceptation de la différence d'un autre enfant par des enfants. Autant dire que c'était cruel. Oui cruel mais finalement réaliste.
Même encore à nos âges : qui n'a jamais critiqué les gens qui sont autour ? Trop de graisse, trop moche, trop maquillé, trop maigre, bref, on peut dire ce qu'on veut c'est dans la nature humaine.
Ce deuxième tome en revanche, il nous offre une porte, un espoir. La création d'un repentir. Certes, le héros a été cruel mais il a grandit, compris et il a aujourd'hui des remords. Il veut se faire pardonner. D'où la question, est-ce finalement si facile de pardonner ? Le ferais-je, moi ? Je ne sais pas. Parce que finalement, pour pardonner il faut avoir beaucoup de courage.
Le récit est vraiment poignant, vraiment beau. Il soulève des tonnes et des tonnes de question et il entraine, du moins pour moi, indubitablement une remise en question de ma personne. Un retour en arrière.
Très belle histoire, beau manga.

par Marshoo
A Silent Voice, Tome 3 A Silent Voice, Tome 3
Yoshitoki Oima   
Encore un superbe tome !
J'aime vraiment l'évolution de l'histoire et la façon dont les personnages tentent d'évoluer au delà de leur passé ou limite.

Dans ce tome, Shoya tente de renouer avec des anciens camarades de classe afin de rendre à Shoko le passé qu'il lui a volé.
C'est sur que si l'on regarde 2 tomes en arrière, ce personnage à totalement changé. Lui même hais la personne qu'il était en CM2.
Lui et Shoko se rapproche doucement l'un de l'autre, ne sachant pas forcément comment s'aborder mutuellement. Ce qui créer quelques moments comiques, notamment sur la fin d'ailleurs ^^ !

Etant en fac de langue, j'avoue être maintenant intéressée par la langue des signes grâce à ce titre. Il y a beau ne pas avoir de mot, la langue des signes est aussi importante qu'une autre.

Bref en tout cas, j'ai hâte d'avoir le tome 4 en main !

par Rukia05
A Silent Voice, Tome 4 A Silent Voice, Tome 4
Yoshitoki Oima   
Bon, bon, bon... cette fois j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps ! Ce tome a été vraiment fort en émotion, je crois que c'est celui que j'ai trouvé le plus intense d'ailleurs ! On passe par tous les degrés d'émotions en fait : colère, incompréhension, tristesse, joie, rire, etc.

C'est touchant, toujours aussi juste, toujours aussi en accord avec la réalité et ça englobe des thématiques qui aujourd'hui restent très sensibles : handicap, harcèlement scolaire, conflits familiaux, deuil, suicide...
Je le répète à chaque fois j'ai l'impression, mais ça me frappe à chaque fois que je termine un tome !

par Nelouchou
A Silent Voice, Tome 5 A Silent Voice, Tome 5
Yoshitoki Oima   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2020/01/14/a-silent-voice-t-5/

Les rebondissements ne manquent pas dans ce cinquième tome d’A Silent Voice, marqué par les problèmes et les tensions qui (re)naissent au sein du groupe mené bon gré mal gré par Tomohiro, et auquel Shoya tente d’intégrer Shoko.

Rien à faire, j’accroche de moins en moins à ce manga. En fait, je crois surtout que je ne le comprends pas. Je trouvais dans le tome précédent que le groupe « d’amis » avait quelque chose de faux et d’artificiel, j’avais même du mal à saisir comment il avait pu se former, et ce sentiment s’est intensifié.

Bien sûr, j’ai été heureuse de voir des disputes éclater et ce simulacre d’amitié voler en éclats, mais c’est probablement le seul élément qui m’a paru logique et cohérent depuis plusieurs tomes. Le seul, du moins, qui ne m’a pas laissée perplexe.

C’est vrai, Shoya s’est mal comporté quand il était enfant, mais de l’eau a coulé sous les ponts, et même si cela n’excuse pas tout, il fait de son mieux pour se repentir, alors pourquoi ne pas l’encourager dans cette voie, au lieu de se comporter comme Satoshi le fait ?

Naoka, même si cela me surprend un peu, se révèle presque comme le personnage le plus sensé. C’est une garce, oui, mais pas une hypocrite. Elle assume ce qu’elle fait ou a pu faire, contrairement à Miki qui est prompte à rejeter la faute sur autrui.

Enfin, Shoko… Non, décidément, je ne comprends pas. Pourquoi cette scène finale ? Il y aura peut-être des réponses par la suite, mais là encore, cela m’échappe complètement. Je n’arrive décidément à cerner aucun des personnages de ce manga, et la quasi-absence de Yuzuru, que j’avais prise en affection dans le tome précédent, ne m’a pas aidée.

J’attends tout de même de conclure la série, peut-être que je réviserai mon opinion une fois que j’en connaîtrai la fin, mais en attendant, je suis assez déçue.

par Cyrlight
A Silent Voice, Tome 6 A Silent Voice, Tome 6
Yoshitoki Oima   
Je trouve que ce sixième tome marque un grand changement dans la série. D'ailleurs ce changement est marqué d'emblée par la couverture : Shoko, le bras en écharpe, sans Shoya. Et c'est bien la première fois depuis le début de la série que Shoya ne figure pas sur la couverture !

Dans ce tome, Shoya est finalement le grand absent, ce qui laisse la voix aux autres personnages qui gravitent autour de lui et qui vont tous se remettre en question.

Certaines personnes n'ont absolument pas compris pourquoi il y avait un passage de ce tome où le texte était effacé et coupé. Certains ont cru qu'il s'agissait tout bêtement d'une erreur d'impression mais non. Réfléchissez. Yoshitoki OIMA nous donne enfin l'occasion de voir le monde sous les yeux de Shoko. Quand je vous disais que c'était le tome de tous les changements ! C'est prodigieux de la part de la mangaka d'avoir utilisé ce procédé pour nous permettre de visualiser le handicap de Shoko. Malheureusement, beaucoup sont passés à côté et c'est bien dommage.

Je disais précédemment que ce sixième tome donne la voix aux différents personnages et à juste titre, les chapitres sont très bien découpés : un chapitre pour un personnage.

Hâte de découvrir le final de cette touchante série !
A Silent Voice, Tome 7 A Silent Voice, Tome 7
Yoshitoki Oima   
Dernier tome de ce manga magnifique et que je reprendrais plaisirs à lire.
On retrouve Shoya et Shoko. Je ne dirais rien de l'intrigue afin de ne pas spoiler les tomes précédents. Je me contenterai de la fin. Cette fin m'a surprise. Je pensais qu'elle serait un peu clishé et pas du tout. L'auteur nous laisse sous-entendre les choses mais nous laisse choisir notre fin et tant mieux. Ce manga ne pouvait ni finir bien ni finir mal.
Concernant les dénonciations du manga, l'auteur nous montrent que nos actes et chaque mot prononcés entrainent des conséquences qui peuvent nous dépasser et que l'on peut regretter.

En bref, à ceux qui n'ont pas lu ce manga, je ne sais pas ce que vous attendez. Il est juste magnifique
American Psycho American Psycho
Bret Easton Ellis   
Une lecture extrêmement difficile de part l'écriture, l'histoire et le personnage. Si j'ai trouvé intéressant d'utiliser un ton uniforme pour décrire tous les aspects de la vie de Bateman afin de montrer son côté sociopathe, le tout devient trop redondant. C'est long, avec des descriptions totalement inutiles (je passerais sur les chapitres sur Whitney Houston, Hewey Lewis ou Genesis, sans intérêt aucun) et même les descriptions des meurtres ne m'ont pas fait sourciller.
J'ai trouvé l'histoire brouillonne, sans réel sens et insipide.
Si le côté vulgaire ne m'a pas dérangée, j'ai par contre trouvé l'écriture horripilante; les descriptions à foison,les dialogues à la limite de l'absurde m'ont ennuyés.
L'idée de base est pourtant très intéressante, mais le traitement du sujet qu'en fait Ellis m'a empêché de rentrer dans l'histoire. Pourtant, entre un sociopathe et une critique sous jacente de l'apparence, le tout sur un ton froid adéquat il y avait matière à créer un récit plus prenant.
Pour une fois, j'en resterai à la version cinématographique et me contenterai d'oublier mon calvaire livresque avec ce roman.
Âmes perdues Âmes perdues
Poppy Z. Brite   
C'est grâce à Nennia et au challenge le Chaudron Magyque du forum La Magye des Mots que j'ai enfin pu sortir ce livre de ma pal, où il attendait d'être lu depuis un bon moment déjà ! A vrai dire, j'ai toujours reporté sa lecture car bien que j'en ai lu des avis vraiment positifs, j'avis toujours une hésitation avant de le commencer ! Je dois tout de même dire, que durant toute la première moitié du livre, j'étais incapable de dire si j'aimais ou non le livre. Et malgré cela, je n'arrivais pas à le lacher. Malgré le sentiment d'oppression qui se dégage de ce livre et mon indécision vis à vis de mon ressentis, je ne pouvais pas m'empêcher de tourner les pages. Il fallait que je sache ce qui allait se passer ensuite.

Avec Âmes Perdues, l'auteur nous invite dans un univers décadent, sombre et inquiétant, où l'amour et le gore se lient étroitement, où sang et sexe ne vont pas l'un sans l'autre. Nothing est un adolescent de 15 ans perdu et en pleine crise d'identité. Il à l'impression que le monde dans lequel il vit ne lui convient pas, n'est pas le sien. Un jour, il s'enfuit de chez ses parents. Là, il fera la connaissance de Zillah, Molochai et Twig, un trio de fêtards invétérés. Avec eux, il parcourera les routes jusqu'à la Nouvelle-Orléans et découvrira finalement la vérité sur ses origines et celle de ses compagnons de route...

Dans ce roman, Poppy Z. Brite nous offre une vision du vampire totalement différente de ce que l'on pourrait avoir l'habitude de voir dans les romans d'aujourd'hui. Des êtres décadents, sensuels, cruels à la sexualité débridé. Le parfait exemple d'être torturés qui sont non sans rappeler les vampires de Anne Rice. A la seule différence que, dans sa conception du vampire, Brite nous offre un spécimen qui n'a rien à voir avec ceux que l'on retrouve dans les mythes. Ces vampires ne brillent pas au soleil, ne sont pas végétariens, ils aiment le sang et la souffrance. Ils sont beaux, sauvages, malsains et dépravés.
Contrairement aux idées reçues, ils ne renaissent pas à la vie suite à une morsure mais sont une race bien disctincte de l'homme. Ils se reproduisent comme les humains, mais sont immortels ou presque et on la capacité de s'adapter à leur environnement. Comme les humains, leur race évolue au fils du temps. Et tous ne se nourissent pas exclusivement de sang.
J'aime beaucoup aimé cette vision du mythe du vampire que nous offre l'auteur dans ce livre. C'est vraiment un aspect du vampire qui n'est plus vraiment à l'ordre du jour et qui pourtant, reste la définitition du vampire (qui, ne l'oublions pas, à l'origine est un démon !). C'est ce côté sadique et cruel que j'ai vraiment aimé retrouver dans ce roman.

Quant à l'écriture, j'ai vraiment apprécié le style de l'auteur. Si au départ cela reste assez perturbant de part ses multiples utilisations de métaphores, cela reste cependant lisible et agréable. Seul petit défaut à mon goût, c'est l'utilisation répétitive des prénoms des personnages. Dans une seule phrase, le prénom du même protagoniste peu revenir jusqu'à 3 ou 4 fois et du coup, ça rend le texte vraiment lourd à certains moments. Mais dans l'ensemble, une fois que l'on s'est adapté à la plume de l'auteur, on se retrouve vite entraîné dans son univers.

Côté des personnages, j'avoue que j'ai eu énormément de mal avec Nothing, qui reste le personnage central de l'histoire, celui autour duquel tout évolue. Je l'ai trouvé égoïste, immature et tête à claques, bref un vrai gamin en pleine crise d'adolescence. Il est, à mon sens, le parfait cliché du petit pseudo gothique en manque d'amour et d'attention. Autant j'ai adoré Zillah et Ghost, deux personnages totalement opposés par nature. Zillah est à la fois sensuel et cruel, sombre et vicié, il aime faire le mal et répendre la souffrance. Ghost, lui, est un jeune homme qui passe son temps à faire le bien autour de lui, à prendre soin des personnes qu'il aime, à commencer par Steve, son meilleur ami, alcoolique notoire, avec qui il a créé un groupe de musique, les Lost Soul ?

De même que Nothing, c'est l'univers dans lequel évoluent les personnages que j'ai trouvé horriblement caricaturé. Surtout dans la première partie du livre, lorsque l'auteur nous présente ses différents personnages. Dans la seconde partie, j'ai trouvé qu'il y avait moins ces clichés horripilants et du coup, j'ai beaucoup plus accroché à la second moitié du livre où l'histoire commence réellement à prendre une tournure intéressante.
Part son côté gothique, le livre dégage une ambiance malsaine et oppressante de la première page jusqu'à la dernière. Une ambiance dans laquelle toute fin relativement heureuse nous paraît impossible, voir même iréelle, comme si le but de l'auteur était de nous dépouiller de toute notion d'espoir, aussi infime soit-il.

Pour conclure, je dirais que malgré quelques points négatifs, ce livre à été une très agréable lecture et croyez-moi, j'en suis la première surprise. Pas un gros coup de coeur, mais un coup de coeur tout de même pour ce premier roman que je découvrais de cette auteur.

par Fantasyae