Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Anoushka06 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
PresLocke, Tome 2 : Obsession PresLocke, Tome 2 : Obsession
Ella Frank    Brooke Blaine   
Excellente lecture en VO ! J’espère que la VF sera à la hauteur.

par Laly23
Tentations, Tome 4 : Coup de chaud Tentations, Tome 4 : Coup de chaud
Ella Frank   
Logan et Tate font partis de mes couples préférés et les trois 1ers tomed de cette série sont géniaux. Du coup je suis d'autant plus triste de dire que je suis déçue et que, oui, je me suis un peu ennuyée.
Il faut dire qu'il ne se passe pas grand chose dans ce livre. Tate et Logan sont heureux, sont toujours aussi fous l'un de l'autre, ils ont du succès professionnellement, tout leur réussi, il n'y a pas de nuages à l'horizon. Ce livre c'est de centaines de pages de bonheur conjugal parfait.

Il y a beaucoup de sexe (en même temps c'est la marque de fabrique de ce couple torride), mais même là je me suis ennuyée.

L'auteur nous rabâche aussi à tour de pages à quel point ils s'aiment, il s'admirent l'un l'autre, sont complètement subjugués l'un par l'autre. Ça un devient un peu écœurant à la longue... Je dois dire que j'ai été plus intriguée et intéressée par Priestley un nouveau personnage, qui à l'air de cacher bien des mystères.

Ça me brise le coeur de le dire mais je ne comprends pas l'utilité de ce tome. A ce stade je ne sais pas encore si je lirai le 5ème (bien que ce livre-ci se termine par un petit cliff') et le 6ème. Parce que oui, 2 tomes de plus sont prévus et franchement, je ne vois pas ce que l'auteur peut encore raconter à leur sujet.


Leah à contretemps Leah à contretemps
Becky Albertalli   
Un grand merci à Hachette et à NetGalley pour m'avoir envoyé un exemplaire de ce roman. La provenance de mon exemplaire n'influence en rien mon opinion.

Je vais devoir le dire et j'en suis la première surprise (et navrée): je ne suis pas contente. J'espérais retrouver le charme de Simon et adorer Leah, mais je pense que la manière dont Albertalli a géré sa vie amoureuse l'a mise dans des positions pas franchement glorieuses que je ne cautionne absolument pas. J'y reviendrai dans les spoilers, parce que l'identité du love interest de Leah est traitée comme une surprise et je ne voudrais pas la gâcher, mais ça, plus le fait que l'intrigue va dans tous les sens sauf tout droit, ça m'a achevée.

Il faut savoir que ce roman a été super hypé avant même sa sortie pour deux raisons: c'était une suite à Love, Simon, et le personnage principal est une adolescente ronde et bisexuelle, ce qui n'est pas encore très répandu. Mais si vous cherchez une exploration de ce que ça fait d'être grosse quand on est ado, cherchez ailleurs. Leah fait une remarque vite fait parce qu'une autre fille lui a demandé si elle faisait un régime (genre les gros qui mangent pas à un moment donné sont forcément au régime, ça peut pas être qu'ils ont juste pas faim, parce que les gros, ça a toujours faim, c'est bien connu) et galère la race de sa maman pour se trouver une robe pour le bal de promo (AMEN, chérie, je connais). En-dehors de ça, je n'ai pas souvenir de remarques particulières sur son poids et son estime d'elle-même n'est pas liée à son poids, ce que je salue. Et puis bon, tant que Leah n'est pas là à désespérer de se trouver un jour jolie (ou un(e) partenaire) à cause de son poids, ça me va. Leah assume son corps, autant qu'une adolescente le peut, en tout cas, sans avoir besoin de l'approbation de qui que ce soit.

Du côté bisexualité, on a aussi une ou deux réflexions suite à un comportement de Garrett, qui semble plutôt content de voir une fille flirter avec Leah. Leah souligne bien que si cette fille avait été un garçon, Garrett se serait plutôt montré jaloux. Je ne suis pas entièrement d'accord avec cette analyse parce que même si je trouve ces réflexions très vraies, je pense que dans le contexte, elles n'étaient pas justifiées. Du coup, je suis un peu triste pour Garrett, en fait. Je l'aimais bien, au début, c'était un mec hyper sympa dans Love, Simon, et j'avais hâte de le retrouver, même si c'était pour se manger un râteau. Je trouve dommage qu'il se retrouve forcé dans le mauvais rôle. Il ne sait même pas que Leah est bi, pour lui, ce flirt relevait de l'humour, pas de la concurrence, il n'avait pas de raison de "défendre son territoire". Bref ça me fait mal au cœur qu'on essaye de le faire rentrer dans la case "Martin Addison", je trouve qu'il méritait mieux, et que le peu de soucis qu'il y a eu vis-à-vis de la bisexualité dans Leah à Contretemps étaient forcés, ou venaient de Leah elle-même (mais ça implique un spoiler).

Heureusement, tout le livre ne tourne pas entièrement autour des relations amoureuses. Leah vit avec sa mère, qui n'apparait pas très souvent et soutient entièrement la sexualité de sa fille, mais la relation de Leah avec le petit ami de sa mère m'a beaucoup plu. Cette méfiance et cette froideur vis-à-vis d'un intrus qui s'immisce dans leur vie et qui pourrait faire du mal à sa mère, je connais. J'ai trouvé ces passages très réalistes et j'aurais aimé que ça prenne un peu plus de place que ça, parce que c'est un chemin long et difficile pour en arriver à accepter de faire confiance à un nouvel homme dans la vie de sa mère et on touchait à quelque chose de très juste et d'intéressant, avec ça. Peut-être que si on avait insisté un peu plus sur cette idée prometteuse, on aurait eu moins de drama inutile dans les relations amoureuses des personnages.

Une autre petite partie que j'ai beaucoup aimé, c'est le dessin. J'ai adoré le fait que Leah dessine et poste ses dessins en secret sur son tumblr. On savait déjà qu'elle avait du talent avec la batterie, mais le dessin, c'est une passion qu'elle a décidé de garder pour elle, par manque de confiance ou par pudeur, peut-être les deux, et j'ai trouvé ça touchant. J'ai aimé tous les passages où Leah dessinait ou en parlait.

Concernant le love interest de Leah, que pour le reste de cette critique, j'appellerai Gertrude (parce que spoilers), j'ai mis du temps avant de comprendre qui ça allait être. Je ne m'attendais pas à ce personnage en particulier, et très honnêtement, je ne suis pas fan. J'ai trouvé que ça sortait complètement de nulle part, sans parler du fait que ça mettait Leah dans une position plus que gênante vis-à-vis d'un de ses amis. Cette romance s'appuie sur des faits qui auraient dû être mentionnés dans Love, Simon, ce qui donne un arrière-goût désagréable de retcon et me paraissent peu crédibles, donc ça n'a pas pris avec moi.

Mais admettons. Même en laissant ça de côté, le comportement de Leah envers elle est inacceptable. Quand elle lui avoue qu'elle se trouve "un peu bi", Leah lui tombe dessus en disant que ça n'existe pas, soit on l'est, soit on l'est pas, mais on l'est pas "un peu", donc assume. D'où elle se permet de juger avec quelle étiquette les autres personnes sont à l'aise ou pas? D'autant que "bisexuel", c'est pas du 50-50. On peut très bien aimer les hommes ET les femmes, mais pas dans les mêmes proportions. "Un peu bi" pouvait très bien signifier "bi, mais 90-10 envers les mecs", pour Gertrude. Et c'est Leah, qui n'a elle-même pas fait son coming out à ses amis, qui se permet d'exiger que Gertrude "assume"? La blague. Son intransigeance envers les autres se remarque aussi avec la remarque raciste de sa copine: elle a dit un truc moche qu'elle pensait pas, sous le coup de la colère. Oui, c'était nul et elle devait s'excuser, Leah a eu raison de le lui faire remarquer. Mais même quand elle s'en rend compte et regrette ses paroles, Leah refuse de l'écouter. Ce cruel manque de tolérance envers les erreurs (et on ne peut même pas appeler ça une erreur dans le cas de Gertrude) des autres ne m'a vraiment pas donné envie de tolérer les siennes.

Autre chose qui me pose problème: Garrett. Il passe le livre à courtiser Leah, et clairement. Y a pas de possibilité de ne pas comprendre qu'il lui court après, Leah elle-même l'a remarqué. Elle le sait. Pourtant, son comportement envers lui est juste atroce. Franchement, le laisser espérer, lui poser des lapins et l'ignorer de manière générale, c'était juste moche. Je comprends qu'elle n'ait pas envie de faire son coming out ou autre, vraiment, mais elle n'était clairement pas intéressée depuis le début et ne le lui a jamais dit. Au lieu de quoi, elle accepte des rencards auxquels elle ne va pas, fait la morte quand il la contacte et accepte d'aller au bal avec lui en sachant très bien qu'il en pince pour elle. Elle se plaint que Gertrude la laisse espérer alors qu'elle-même n'a sciemment jamais détrompé Garrett, qui pense sincèrement qu'il a ses chances. Pas cool.

Et la fin arrive presque par surprise. Quasiment rien n'est résolu, mais la romance l'est, elle, donc clap de fin.

Honnêtement, je ne suis pas convaincue du tout. Leah a un comportement incohérent et/ou hypocrite, Garrett méritait mieux et j'aurais préféré un autre love interest que Gertrude. Du drama, du drama, encore du drama, mais pas de réelle résolution à des problèmes importants, tout ça fait paraitre l'intrigue plutôt amateur à mes yeux, ce que je n'attendais vraiment pas de la part de l'auteur d'un de mes livres préférés de l'année dernière. Je continuerai à chérir Love, Simon de tout mon être, et je vais me précipiter au cinéma dès qu'il sera sorti, mais Leah à Contretemps, même s'il reste sympa à lire, ne le rejoindra malheureusement pas au panthéon de mes livres préférés. Dommage.

par Salieri
Moi, Simon, 16 ans, Homo sapiens Moi, Simon, 16 ans, Homo sapiens
Becky Albertalli   
Je suis admiratif face à ce livre : le pire c'est que je m'appelle Simon, j'ais quasi 16 ans et je vous laisse devinez la fin ... enfin bref je vais pas vous raconter ma vie mais sachez que ce livre, il me parle de manière bien concrète et que le message qu'il transmet et aussi fort que génialissime ! C'est quans même formidable que quelqu'un relève enfin la normalité de l'homosexualité !!! Je pense que ce livre mérite d'être lu autant qu'il mérite ma liste de diamant !!

par Simon34
Carry On Carry On
Rainbow Rowell   
Sans voix. Je suis sans voix. Rainbow m'a anéanti. Elle a pris mon petit cœur et l'a ruinée. Quelle expérience!
Ce livre! Ce livre ,mais mon dieu ! Quelle voyage ,je n'arrive pas a m'en remettre. Je veux plus de Simon ,plus de Baz et de Penny dans ma vie !
J'avais certaines attentes pour ce livre et je peux vous dire qu'elles ont toutes étaient dépassées! Ce bouquin si on le commence on ne pas s'arrêtais de lire avant de l'avoir fini ,et, pourtant je devais parfois m'arrêtais de lire parce que je ne voulais le finir trop vite et je que je devais remettre de l'ordre dans mes émotions .
C'est vrai qu'au début j'ai trouvée le livre très similaire à Harry Potter mais Rainbow nous apporte une histoire tout a fait différente et cependant tout autant magnifique !
Simon est juste adorable ,tout maladroit et mignon !
Penelope est le genre de fille que j'aime dans un bouquin :sur d'elle ,badass, courageuse, drôle ,bref géniale! J'ai adorée l'amitié entre Penny et Simon.
Baz est bgefbkjhg ! La dynamique entre lui est Simon était parfaite, et leur histoire d'amour est celle que je recherche dans une bonne LGBT.
Ce livre est aussi très touchant sur le point de vue maternel et m'a donner les larmes aux yeux.
On finit par un twist très surprenant que j'ai n'ai pas vu venir.
Le monde est magnifique, la fin est merveilleuse ,bref ces personnages vont me manquer...Dans le top 5 des mes favoris de 2015 !

par Forbidden
Simon Snow, Tome 2 : Wayward Son Simon Snow, Tome 2 : Wayward Son
Rainbow Rowell   
Résumé (traduction personnelle) :

L'histoire est censée être terminée.

Simon Snow a fait tout ce qu'il devait faire. Il a battu le méchant. Il a gagné la guerre. Il est même tombé amoureux. Et maintenant, c'est la meilleure partie, non ? C'est le moment du "ils vécurent heureux pour toujours"... Alors pourquoi Simon Snow ne peut-il pas sortir du canapé ?

Ce dont il a besoin, selon sa meilleure amie, c'est d'un changement de décor. Il a juste besoin de se voir sous un nouveau jour....

C'est ainsi que Simon, Penny et Baz se retrouvent dans une décapotable vintage, traversant l'Ouest américain.

Ils se retrouvent dans le pétrin, bien sûr. (Dragons, vampires, bestioles à tête de mouffette avec des fusils.) Et ils se perdent. Ils se perdent tellement qu'ils commencent à se demander s'ils savaient où ils allaient en premier lieu...

Avec Wayward Son, Rainbow Rowell a écrit un livre pour tous ceux qui se sont toujours demandé ce qui arrivait à l'Élu après qu'il ait gagné la bataille. Et un livre pour tous ceux qui sont toujours plus curieux du deuxième baiser que du premier. C'est une autre portion de scones aux griottes avec une quantité de beurre absolument décadente.

Allez, Simon Snow. ton parcours de héros est peut-être terminé, mais ta vie ne fait que commencer.

Version originale :
The story is supposed to be over.

Simon Snow did everything he was supposed to do. He beat the villain. He won the war. He even fell in love. Now comes the good part, right? Now comes the happily ever after… So why can’t Simon Snow get off the couch?

What he needs, according to his best friend, is a change of scenery. He just needs to see himself in a new light…

That’s how Simon and Penny and Baz end up in a vintage convertible, tearing across the American West.

They find trouble, of course. (Dragons, vampires, skunk-headed things with shotguns.) And they get lost. They get so lost, they start to wonder whether they ever knew where they were headed in the first place…

With Wayward Son, Rainbow Rowell has written a book for everyone who ever wondered what happened to the Chosen One after he saved the day. And a book for everyone who was ever more curious about the second kiss than the first. It’s another helping of sour cherry scones with an absolutely decadent amount of butter.

Come on, Simon Snow. Your hero’s journey might be over – but your life has just begun.

par Heleenaa